Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK

Pourquoi les droits TV foot sont-ils si importants pour les clubs ? - Dossier Maxifoot (3/4)

Par Romain Rigaux - Actu Ligue 1, Mise en ligne: le 13/10/2017 à 11h17
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Maxifoot vous propose un dossier complet en quatre parties pour apprendre et comprendre l'importance des droits TV dans le football. Quel est le poids des droits TV dans les recettes de clubs ? Des clubs sont-ils favorisés en fonction des championnats ?

Pourquoi les droits TV foot sont-ils si importants pour les clubs ? - Dossier Maxifoot (3/4)
Les droits TV génèrent des revenus essentiels pour les clubs

SOMMAIRE :

1/4. Les droits TV en France, comment ça marche ?
2/4. Comparatif des droits TV de la L1 avec les championnats étrangers.
3/4. Pourquoi les droits TV sont-ils si importants pour les clubs ?
4/4. Les droits TV des Coupes d'Europe, des Coupes nationales et de l'équipe de France.

TROISIÈME PARTIE : POURQUOI LES DROITS TV SONT-ILS SI IMPORTANTS POUR LES CLUBS ?

Nous avons constaté dans les deux premières parties de notre dossier que les droits TV représentent des sommes colossales en constante progression. Mais, concrètement, quel est le poids des droits TV dans les recettes des clubs ? Et comment la Premier League fait le bonheur des petits clubs ?

Le poids des droits TV dans les recettes des clubs de L1

En 2015-2016, les revenus issus des droits de retransmission télévisuels représentaient en moyenne 44,1% des recettes des clubs de Ligue 1, hors transfert, d'après les chiffres de la LFP. Avec les ventes de joueurs, la moyenne diminue à 35%. La part varie énormément selon la capacité des clubs à générer d'autres sources de revenus. Un club comme Lyon, avec son propre stade, a trouvé un autre moyen d'augmenter ses recettes et devient moins dépendant aux droits TV. Ce qui explique en partie la grande fierté de Jean-Michel Aulas dans ce projet.

Répartition des produits totaux de la Ligue 1 entre 2012 et 2016

Pour un club comme le PSG, les droits audiovisuels de Ligue 1 représentaient 22,8% des revenus (hors transferts) en 2015-2016. Le club de la capitale peut s'appuyer sur des contrats lucratifs avec ses sponsors (27% de ses recettes). A l'inverse, Saint-Etienne (60,7%), Nice (57,1%), Monaco (58,3%) ou encore Lorient (67,8%) sont bien plus dépendants des droits TV de Ligue 1, tandis que Bordeaux (48,8%) et Marseille (44,1%) affichaient une moindre dépendance. La billetterie, le merchandising et le sponsoring notamment restent des domaines à développer afin d'obtenir encore plus de revenus hors droits TV.

Les «petits» de L1 veulent copier la Premier League

En France, le modèle de redistribution des droits TV (voir ici) ne convient pas à tout le monde, et les patrons des «petits» clubs souhaitent une répartition moins inégalitaire. Alors que les droits TV représentent plus de la moitié des recettes pour plusieurs clubs, certains en veulent toujours plus. C'est logique !  Pour calmer la gronde, un reliquat de 8,5 M€ a été versé pour la première fois cette saison aux 15 des 20 clubs non européens, soit 566 000 € chacun.

Cela sera-t-il suffisant ? Les clubs les moins riches souhaitent plutôt prendre exemple sur la Premier League, dont la répartition est l'une des plus égalitaires en Europe. En Angleterre, le ratio entre le club percevant le plus de recettes TV et le dernier est de 1,6. En France, ce ratio atteint 3,7 !

Les clubs anglais tous puissants financièrement

Pour la saison 2016-2017, le dernier du classement de Premier League a touché beaucoup plus que le club français le mieux payé : avec ses 57,855 M€, le PSG est bien loin derrière Sunderland qui a récolté 105,339 M€ ! Sacré champion d'Angleterre, Chelsea a perçu 169,960 M€. On observe très bien l'écart assez faible entre le 1er et la lanterne rouge du championnat anglais. Outre-Manche, chaque club perçoit 89,2 M€ de part fixe, dont 43,9 M€ grâce aux droits internationaux ! A cela s'ajoutent des bonus pour chaque diffusion en direct et pour le classement.

Répartition des droits audiovisuels en Premier League pour la saison 2016-2017 (en livres)

Cette différence, tant en terme de montant total que de répartition, a pour conséquence de rendre les clubs anglais toujours plus puissants financièrement sur le marché des transferts. Il n'est donc pas étonnant de voir une formation anglaise de seconde zone dépenser des sommes que ne peuvent pas se permettre de nombreux clubs français du haut de tableau. A noter que pour amortir la déconvenue financière d'une descente en Championship, les trois clubs relégués bénéficient d'un système de parachute permettant de bénéficier d'aides télévisuelles pendant une durée maximale de trois ans, définie selon le nombre d'années passées en Premier League avant la descente.

 Certaines équipes de D2 anglaises perçoivent jusqu'à 45,9 M€ par an, soit plus que Monaco après son titre de champion de France, et presque autant que l'OM et Lyon sur la saison 2016-2017 !

Et dans les autres grands championnats ?

En 2015, suite à un décret royal, le ratio entre le club le mieux payé et celui percevant la plus petite dotation en Espagne a fortement diminué, passant de 11,5 à 5. La mutualisation des droits TV de la Liga a permis de réduire nettement les écarts entre les clubs. Pour la saison 2016-2017, le ratio a encore diminué à 3,8 ! Le FC Barcelone a touché 152,5 M€, soit un peu plus que le Real Madrid (145 M€). Dernier de la répartition, Las Palmas a perçu 40 M€.

Ce ratio atteint 3,2 en Allemagne. Le Bayern Munich a récolté 74,162 M€ la saison dernière tandis que son dauphin, le RB Leipzig, a touché 23,061 M€. Pourquoi si peu ? Le calcul se base sur le classement final lors des cinq dernières saisons, hors saison en cours. Promu en 2016-2017, en Bundesliga 2 les deux saisons précédentes, après deux exercices en divisions inférieures, le RB Leipzig a donc droit à une petite part seulement. A noter que Dortmund récolte 62,053 M€. L'Italie est un championnat très inégalitaire avec un ratio de 4,6. La Juventus Turin a perçu 103,1 M€ alors que Frosinone et Carpi ont touché 22 M€.

Ratio entre le plus haut et le plus bas revenu TV par an dans les cinq grands championnats européens

SOMMAIRE :

1/4. Les droits TV en France, comment ça marche ?
2/4. Comparatif des droits TV de la L1 avec les championnats étrangers.
3/4. Pourquoi les droits TV sont-ils si importants pour les clubs ?
4/4. Les droits TV des Coupes d'Europe, des Coupes nationales et de l'équipe de France.

Quelle serait votre répartition idéale pour la L1 ? Les «grands» clubs beaucoup plus payés ou une répartition égalitaire ? N'hésitez pas à réagir et à débattre dans l'espace «Ajouter un commentaire» ...







Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez



 
 

Liens FRANCE - Ligue 1


Ligue 1 - les fiches CLUB

Sondage Maxifoot
Bielsa est-il le principal responsable de l'échec de Lille en ce début de saison ?

OUI
NON

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Quel avenir pour les
U19
CHAMPIONS D'EUROPE
* Dossier Maxifoot *
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Tout savoir sur
LES DROITS
TV du FOOT
* Dossier Maxifoot *
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB