Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Dossier Maxifoot : Les limites du fair-play financier (3/3)
Par Fabien Letennier - Actu Champion's League, Mise en ligne: le 21/07/2011 à 10h02
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Maxifoot vous propose un dossier complet en trois parties pour mieux comprendre les enjeux du fair-play financier mis en place par l'UEFA. Expliqué de façon très simple, vous saurez ainsi mieux de quoi il s'agit, les conséquences et les limites.

Dossier Maxifoot : Les limites du fair-play financier (3/3)
Emirates Stadium, l'un des plus beaux stades du monde (Arsenal)

SOMMAIRE (3 parties) :

1/3 : Qu'est-ce que le fair-play financier ?
2/3 : Les conséquences d'une réussite du fair-play financier
3/3 : Les limites du fair-play financier (ci-dessous)

Les limites du fair-play financier (TROISIEME PARTIE, 3/3)

Le fair-play financier mis en place par l'UEFA ne bouleversera pas de manière spectaculaire le visage du football européen. Les plus grands clubs resteront les plus puissants, la dette qu'ils ont déjà contractée ne sera pas sanctionnée et la baisse des salaires reste hypothétique. Par ailleurs, des moyens de contournement de la mesure, voire des effets pervers, peuvent être craints.

Le fair-play financier veut donc obliger les clubs à présenter des budgets équilibrés, c'est-à-dire à les contraindre à « ne pas dépenser plus que ce qu'ils gagnent » . Cela signifie aussi que les clubs ne dépenseront pas la même chose : ceux qui générent plus de ressources, les plus grands clubs européens, auront plus de moyens et continueront à attirer les meilleurs joueurs. L'écart entre les clubs français, par exemple, et les « gros » européens ne disparaîtra pas.

D'autant plus que la dette existante déjà contractée par les grands clubs ne sera pas (pour l'instant) sanctionnée. La dette peut se comprendre comme l'accumulation des déficits (écart recettes – dépenses sur un an) et des coûts qui y sont liés ; l'UEFA veut interdire les déficits (*1) mais ne grondera pas les clubs pour leurs dépenses précédentes non compensées. Manchester United et sa dette de plus de 800 millions d'euros ne craignent (pour l'instant) rien de ce côté-là.

Le fair-play financier pourrait être contourné

L'équilibre recettes-dépenses, non respecté pour l'instant par beaucoup de clubs, peut être atteint de deux façons : augmenter les recettes ou baisser les dépenses. La baisse des dépenses devrait signifier une diminution des salaires. Mais cela reste hypothétique, puisque les grands clubs ne voudront pas perdre leurs meilleurs joueurs afin de rester compétitifs. Les plus grands footballeurs continueront donc très probablement à gagner des fortunes. Les salaires des joueurs "moyens" par contre pourraient être globalement revus à la baisse.

La solution « augmentation des ressources » devrait être prisée. Elle pourrait être effectuée par plusieurs voies, comme l'augmentation du prix des places ou la recherche de droits TV plus lucratifs. Un investissement plus important des sponsors intéresse aussi les clubs. Mais, par ce biais, le fair-play financier pourrait être contourné : les propriétaires des grands clubs pourraient être tentés de passer par les sponsors pour réduire ou effacer les déficits.

City teste l'UEFA

Arsenal et Liverpool affirment que c'est précisément ce que fait Manchester City. Les Citizens viennent de passer un contrat juteux - chiffré à 400 millions de livres (456 M€) ! - avec la compagnie aérienne Etihad (naming, maillot, travaux autour du stade). Problème, Etihad est la propriété de la famille d'Abou Dabi qui possède... Manchester City.

L'UEFA n'a pas (encore ?) critiqué cette opération, mais a prévu l'hypothèse de cas de figure similaires. Elle veut interdire aux clubs de se sponsoriser eux-mêmes ou de passer par des organismes apparentés pour le faire. De plus, les « achats » des sponsors ne devront pas être surpayés et seront surveillés en ce sens. Les Reds et les Gunners avancent leurs doutes sur la juste valeur de l'opération Etihad-City.

Une mesure à l'efficacité limitée, voire dangereuse ?

Le fond de cette critique est finalement que les grands clubs pourront se débrouiller pour récupérer de l'argent par des voies diverses, afin de combler leurs dépenses et donc éviter un déficit. L'efficacité du fair-play financier serait alors remise en cause. Les grands clubs, même déficitaires, comme Chelsea, ne s'inquiètent d'ailleurs pas outre-mesure de l'introduction du fair-play financier.

Des effets pervers peuvent également être craints. Les clubs pourraient être tentés de masquer leur déficit par des opérations opaques, voire illégales, et de distribuer une partie des salaires en sous-main. D'autre part, comme les coûts de formation ne sont pas pris en compte mais que les ventes de joueurs le sont, cela pourrait inciter les clubs à former en masse mais à favoriser la vente et l'exil de leurs jeunes.

Conclusion

Même si la révolution du football n'est pas prévue pour demain, ni pour les prochaines années, attention à ne pas trop noircir le tableau. Les critiques faites à l'encontre du fair-play financier demandent à être confirmées dans la réalité. Comme pour toute mesure, la mise en application sera déterminante : les premiers contrôles et les premières décisions de l'UEFA apporteront un éclairage sur la portée et l'efficacité du fair-play financier. Rendez-vous en 2013... 

Dossier, la suite avec la parole aux lecteurs. Si vous avez des remarques ou des questions sur le fair-play financier, postez votre commentaire ci-dessous.

(*1) Un écart sera cependant toléré (cf, première partie du dossier)

Retour au sommaire :

1/3 : Qu'est-ce que le fair-play financier ?
2/3 : Les conséquences d'une réussite du fair-play financier
3/3 : Les limites du fair-play financier



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez



 
 

Liens LIGUE des CHAMPIONS


Sondage Maxifoot
Faire revenir Juninho à l'OL est-il un bon choix pour le club lyonnais ?

OUI
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Tout savoir sur
LES DROITS
TV du FOOT
* Dossier Maxifoot *
Votre Equipe type
2018
par les lecteurs
de Maxifoot
TOP 15
PEPITES
jeunes de Ligue 1
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB