Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK

Un Golden Boy, ça vaut quoi ?

Par Romain Rigaux - Actu Ligue 1, Mise en ligne: le 23/10/2017 à 18h22
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Ce lundi, Kylian Mbappé a reçu le titre de Golden Boy 2017 décerné par Tuttosport. Mais que sont devenus les précédents joueurs récompensés par ce titre ? Certains font partie des stars du ballon rond, d'autres n'ont pas répondu aux attentes.

Un Golden Boy, ça vaut quoi ?
Messi Golden Boy en 2005 entre Ronaldinho et Eto'o

Comme chaque année depuis 2003, le quotidien italien Tuttosport a décerné le prix du Golden Boy. Pour l'édition 2017, c'est donc Kylian Mbappé (lire ici) qui a été élu par les journalistes sportifs de nombreux grands médias dont L'Equipe, Marca, A Bola, Bild, The Times ou encore De Telegraaf.

Ce titre récompense le meilleur jeune de moins de 21 ans évoluant en Europe et considéré comme un futur grand du football mondial. Mais que sont devenus les précédents lauréats ?

Les belles trouvailles (6) : Messi, Rooney, Fabregas, Pogba, Agüero, Isco...

On ne présente plus la superstar du FC Barcelone : Lionel MESSI. Récompensé en 2005 après sa première saison en pro avec le Barça, il est désormais un joueur de légende. Quatre ans après, il gagnait son premier Ballon d'Or, et il en compte aujourd'hui cinq, puis il a remporté tous les titres en Espagne et en Europe avec son club. Toujours au top à 30 ans, l'Argentin continue de faire tomber les records et s'est distingué récemment en sélection en qualifiant à lui seul l'Argentine pour le Mondial 2018 grâce à un triplé dans le dernier match décisif des éliminatoires. Certains pensent qu'il lui manque une Coupe du monde avec l'Albiceleste pour être le meilleur joueur de l'histoire. Pour d'autres, il l'est déjà...

Deuxième lors de la première édition en 2003, Wayne ROONEY a reçu ce prix l'année suivante en 2004. Meilleur buteur de l'histoire de Manchester United avec 253 buts et de l'équipe d'Angleterre avec 53 réalisations, le natif de Liverpool est devenu une légende du football anglais. Celui qui a terminé 5e du Ballon d'Or 2011 a activement participé aux succès des Red Devils avec notamment cinq championnats d'Angleterre (2007, 2008, 2009, 2011, 2013) et une Ligue des Champions (2008). A 31 ans, Rooney est retourné à Everton cet été, là où tout avait commencé avec son but face à Arsenal. Sa carrière a été une véritable réussite.

Formé au FC Barcelone, Cesc FABREGAS s'est révélé sous les couleurs d'Arsenal, où il a reçu ce prix en 2006. Joueur indispensable durant son passage chez les Gunners (2003-2011), il est retourné au Barça en 2011 pour garnir son palmarès avec un championnat d'Espagne, une Coupe d'Espagne, un Mondial des clubs, une Supercoupe de l'UEFA et deux Supercoupes d'Espagne. Champion du monde 2010 et d'Europe 2008 et 2012 avec la Roja, il a aussi remporté deux championnats d'Angleterre avec Chelsea qu'il a rejoint en 2014. Son sens de la passe et sa vision de jeu ont permis à ses partenaires offensifs de se régaler dans tous les clubs où il est passé.

Messi (2005), Fabregas (2006) et Rooney (2004) ont fait honneur à leur titre de Golden Boy !

Paul POGBA a ses détracteurs en équipe de France, où il n'a pas encore réussi à enfiler un costume de véritable leader, mais le milieu de terrain possède un talent reconnu à travers le monde. Ce n'est pas un hasard si Manchester United en avait fait en 2016 le joueur le plus cher de l'histoire (105 M€ + 5 M€) pour l'arracher à la Juventus Turin, où il avait marqué 5 buts en 37 matchs lors de sa première saison en 2012-2013. Il remportera quatre championnats d'Italie d'affilée (2013, 2014, 2015, 2016) avec la Juve avant de rejoindre Manchester United, où il gagne la Ligue Europa dès sa première saison.

Sans plusieurs blessures, Sergio AGÜERO aurait sans doute eu une carrière encore plus riche qu'elle ne l'est déjà. Récompensé après sa première saison à l'Atletico Madrid, où il a marqué 101 buts en 234 matchs entre 2006 et 2011, le Kun a ensuite fait parler la poudre à Manchester City. L'Argentin a notamment marqué un but face à QPR en 2012 qui offre le titre de champion d'Angleterre aux Skyblues. A 29 ans, il est toujours au top avec 8 buts en 9 rencontres cette saison. L'un des meilleurs du monde au poste d'avant-centre.

Pas encore star, l'Espagnol ISCO est tout de même bien parti pour en devenir une dans un futur proche. En tout cas, son titre de Golden Boy 2012 n'est pas usurpé alors qu'il brillait sous les couleurs de Malaga. S'il n'a pas confirmé les attentes immédiatement après son arrivée en 2013 au Real Madrid, devant se contenter d'un rôle de remplaçant lors des premières saisons, il a explosé en 2016-2017 sous les ordres de Zinedine Zidane. Le milieu offensif espagnol a retrouvé sa vista, son sens du but et sa vision de jeu qui régalaient tant à Malaga.

Agüero (2007), Pogba (2013) et Isco (2012) sont les autres belles trouvailles du Golden Boy

Ils ont déçu (5) : van der Vaart, Balotelli, Götze, Pato, Anderson...

Tout le monde connaît Mario BALOTELLI. Joueur pétri de talent à l'Inter Milan (2007-2010), Super Mario annonçait publiquement son ambition de devenir Ballon d'Or. «Le seul qui est un peu plus fort que moi, c'est Messi. Tous les autres sont derrière moi» , annonçait-il en recevant son titre de Golden Boy 2010. On connaît la suite : de bonnes prestations à Manchester City et au Milan AC, souvent plombées par ses frasques en dehors des terrains, puis un passage catastrophique à Liverpool. S'il a retrouvé le sourire à Nice, Super Mario n'est plus appelé en équipe d'Italie et il est souvent rangé au rang des grandes déceptions de ces dix dernières années au vu de son potentiel. Au Gym, il continue d'alterner le médiocre et l'excellent.

A 19 ans, Mario GÖTZE était surnommé le «Messi allemand» . Un surnom qu'il devait au légendaire Franz Beckenbauer. Malheureusement, le milieu offensif n'a pas atteint le niveau espéré au vu de son potentiel affiché sous les couleurs de Dortmund entre 2009 et 2013. Son départ au Bayern Munich n'a pas été une réussite puisqu'il n'a jamais été le prodige annoncé à ses débuts. Retourné à Dortmund depuis 2016, le natif de Memmingen a besoin de se retrouver à 25 ans. Pour le moment, il est encore très loin de son meilleur niveau. Il peut néanmoins se targuer d'avoir marqué l'unique but de la finale de la Coupe du monde 2014, offrant la victoire à l'Allemagne.

Alexandre PATO avait du talent, c'est certain. Malheureusement, le corps ne suivait pas. Arrivé à l'âge de 18 ans au Milan AC, il inscrit 9 buts en 20 matchs lors de sa première saison, puis enchaîne durant trois autres exercices avec environ une quinzaine de buts. Malheureusement, les blessures à répétition ont freiné sa progression et l'ont sans doute empêché de devenir l'un des meilleurs attaquants en Europe. A partir de 2011, il est plus souvent à l'infirmerie ou sur le banc que sur les terrains et sera élu Bidon d'Or 2012 en Italie... Derrière, il retournera au Brésil (Corinthians, São Paulo) avant de tenter de se relancer en Europe à Chelsea et Villarreal, sans succès. Depuis cette année, il joue désormais en Chine au Tianjin Quanjian.

Balotelli (2010), Pato (2009), et Götze (2011) n'ont pas répondu aux attentes...

C'est sans doute l'intrus et le gros flop de cette liste. Recruté 31,5 millions d'euros par Manchester United en 2007, une très grosse somme à l'époque, ANDERSON réalise une première saison plutôt remarquée en Angleterre avant de rentrer dans le rang. Comparé à Ronaldinho par certains, il n'arrivera finalement pas à la cheville du génial Brésilien. Trop irrégulier, il n'a pas laissé un souvenir impérissable et quitte les Red Devils en 2015 pour retourner au Brésil à l'Internacional. Cette saison, il est prêté à Coritiba. Si les joueurs précédemment cités n'ont pas eu la carrière escomptée, ils restent tout de même connus du grand public. En revanche, Anderson restera pour beaucoup un inconnu...

Rafael VAN DER VAART a été le premier joueur récompensé par ce titre en 2003. Il faut dire qu'il avait tout pour réussir après avoir commencé sa carrière à 17 ans sous les couleurs de l'Ajax Amsterdam, où il devient capitaine à l'âge de 20 ans. Après un passage remarqué à Hambourg (2005-2008), le Néerlandais rejoint un club de top niveau en signant au Real Madrid. Le début de la fin, déjà... Souvent barré par la concurrence, il ne parvient pas à s'imposer dans la capitale espagnole et s'en va après deux saisons seulement. Il ne retrouvera jamais son meilleur niveau ensuite à Tottenham, à Hambourg de nouveau et au Betis Séville. Aujourd'hui, à 34 ans, il évolue au Danemark sous les couleurs du FC Midtjylland.

Anderson (2008) et Van der Vaart (2003) : deux très grosses déceptions du Golden Boy

Ils doivent encore prouver (3) : Sterling, Martial, Sanches...

Il est difficile de tirer des conclusions concernant les très récents lauréats du Golden Boy. Elu en 2014 après des prestations bluffantes sous le maillot de Liverpool, Raheem STERLING a eu du mal à confirmer lors de ses deux premières saisons à Manchester City, où il n'a été ni brillant ni catastrophique. Mais Josep Guardiola a réussi à relancer l'ailier anglais cette saison avec ses 8 buts en 11 matchs toutes compétitions confondues et plus d'intelligence dans son jeu.

C'est un peu le même constat pour Anthony MARTIAL, lauréat de l'édition 2015 et auteur d'une première saison flamboyante à Manchester United, confirmant ses belles prestations avec l'AS Monaco lors des deux exercices précédents. Décevant lors de son deuxième exercice outre-Manche avec l'arrivée de José Mourinho sur le banc des Red Devils, l'ancien Monégasque recruté pour 50 M€ (+ 30 M€ de bonus) a mieux débuté la saison 2017-2018 mais doit encore prouver pour redevenir un titulaire chez les pensionnaires d'Old Trafford. Pour le moment, il reste un joker de luxe pour Mourinho, et n'a plus sa place en équipe de France pour Didier Deschamps.

En 2016, le prix avait récompensé Renato SANCHES. Excellent sous les couleurs de Benfica, puis champion d'Europe avec le Portugal, le Lusitanien attirait les regards cette année-là. Ça s'est compliqué pour lui ensuite puisqu'il n'a pas réussi à franchir un cap en rejoignant le Bayern Munich après l'Euro. En Allemagne, il a très peu joué et n'a pas marqué un seul but, ni délivré une passe décisive, en 26 matchs disputés toutes compétitions confondues. Pour tenter de se relancer, l'ailier de 20 ans a été prêté à Swansea cet été, où il ne brille pas non plus... Il a encore du temps devant lui pour répondre aux attentes, mais attention à ne pas rejoindre les flops du Golden Boy.

Sanches (2016), Martial (2015) et Sterling (2014) ont remporté les trois éditions précédentes

Ils auraient pu l'avoir ou ils ont été oubliés

Sur les 15 joueurs récompensés depuis 2003, on constate plusieurs absents importants. Certains d'entre eux n'ont pu se hisser que sur le podium. Le plus gros raté ? Cristiano Ronaldo évidemment. 3e en 2003 et 2e en 2004, la superstar portugaise est le grand absent de cette liste. D'autres joueurs de talent ont manqué cette distinction de peu, on pense notamment aux gardiens David de Gea et Thibaut Courtois ou encore à l'ailier Eden Hazard. Même s'il n'est plus aussi performant que lors de ses plus belles années à l'Atletico Madrid et à Liverpool, Fernando Torres, 3e du Ballon d'Or 2008, n'a pu se hisser plus haut que la dernière marche du podium en 2004.

D'autres finalistes ne sont peut-être pas encore des stars mais sont des valeurs sûres à leur poste : Romelu Lukaku, Thiago Alcántara, Marquinhos et Hector Bellerín. Certains n'apparaissent même pas sur un podium et font partie du gratin européen. On pense notamment à Andrés Iniesta, Robert Lewandowski, Luis Suarez, Manuel Neuer ou encore Kevin de Bruyne pour ne citer qu'eux. Preuve que ne pas être élu, ou ne pas figurer parmi les finalistes, ne signifie pas qu'un joueur ne finira pas au top niveau.

Le flop n'était pas loin parmi les finalistes...

Parmi les finalistes du Golden Boy, on retrouve plusieurs joueurs qui n'ont pas répondu aux attentes. Deuxième en 2008, Theo Walcott est l'une des grandes déceptions du football anglais. Trop irrégulier à Arsenal, l'ailier n'a jamais réussi à se hisser au niveau du top européen, lui qui était devenu le joueur de 16 ans le plus cher du monde (7,8 M€). Pétri de talent mais incapable de s'imposer à Manchester City et à l'Inter Milan, Stevan Jovetic a aussi échoué de peu en 2009. A 27 ans, il tentera cette saison de briller avec Monaco après un bon passage au FC Séville.

Le Monténégrin avait terminé juste devant une autre grande déception : Bojan Krkic. L'Espagnol était pourtant l'une des grandes promesses du FC Barcelone. Derrière, il ne brillera pas à l'AS Rome, au Milan AC et à l'Ajax Amsterdam, pour finalement rejoindre Stoke City en 2011 et se faire prêter à Mayence et Alavés en 2017... Et que dire de Stephan El Shaarawy (2e en 2012) et Jack Wilshere (2e en 2010)... Deuxième en 2014, l'ancien Lillois Divock Origi semble suivre le même chemin. En revanche, Kingsley Coman (2e en 2015 et 3e en 2016) et Marcus Rashford (2e en 2016 et 3e en 2017) montrent de bonnes choses au Bayern Munich et à Manchester United. Mais le statut de star est encore loin.

Le palmarès du Golden Boy :

2003 : 1er. Rafael van der Vaart (Ajax) - 2e. Wayne Rooney (Man Utd) - 3e. Cristiano Ronaldo (Man Utd)
2004 : 1er. Wayne Rooney (Man Utd) - 2e. Cristiano Ronaldo (Man Utd) - 3e. Fernando Torres (Atletico Madrid)
2005 : 1er. Lionel Messi (Barça) - 2e. Wayne Rooney (Man Utd) - 3e. Lukas Podolski (FC Cologne)
2006 : 1er. Cesc Fabregas (Arsenal) - 2e. Lionel Messi (FC Barcelone) - 3e. Anderson (FC Porto)
2007 : 1er. Sergio Agüero (Atletico Madrid) - 2e. Lionel Messi (Barça) - 3e. Cesc Fabregas (Arsenal)
2008 : 1er. Anderson (Man Utd) - 2e. Theo Walcott (Arsenal) - 3e. Sergio Agüero (Atletico Madrid)
2009 : 1er. Alexandre Pato (AC Milan) - 2e. Stevan Jovetic (Fiorentina) - 3e. Bojan Krkic (Barça)
2010 : 1er. Mario Balotelli (Inter Milan) - 2e. Jack Wilshere (Arsenal) - 3e. David de Gea (Atletico Madrid)
2011 : 1er. Mario Götze (Borussia Dortmund) - 2e. Thiago Alcántara (Barça) - 3e. Eden Hazard (Lille)
2012 : 1er. Isco (Malaga) - 2e. Stephan El Shaarawy (AC Milan) - 3e. Thibaut Courtois (Atletico Madrid)
2013 : 1er. Paul Pogba (Juventus) - 2e. Romelu Lukaku (Everton) - 3e. Julian Draxler (Schalke 04)
2014 : 1er. Raheem Sterling (Liverpool) - 2e. Divock Origi (Lille/Liverpool) - 3e. Marquinhos (PSG)
2015 : 1er. Anthony Martial (Man Utd) - 2e. Kingsley Coman (Bayern) - 3e. Hector Bellerín (Arsenal)
2016 : 1er. Renato Sanches (Bayern) - 2e. Marcus Rashford (Man Utd) - 3e. Kingsley Coman (Bayern)
2017 : 1er. Kylian Mbappé (PSG) - 2e. Ousmane Dembélé (Dortmund/Barça) - 3e. Marcus Rashford (Man Utd)

Que pensez-vous de ce titre de Golden Boy ? Etes-vous globalement convaincus par les joueurs élus depuis 2003 ? N'hésitez pas à réagir et à débattre dans l'espace «Ajouter un commentaire» ...







Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens FRANCE - Ligue 1


Ligue 1 - les fiches CLUB

Sondage Maxifoot
Où évoluera Neymar cette saison 2019-20 ?

PSG
Barcelone
Real
Juventus
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Le meilleur effectif
LIGUE 1
saison
2018-19
Tout savoir sur
LES DROITS
TV du FOOT
* Dossier Maxifoot *
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB