Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Paris perd son trophée
Par Yann Buxeda - Actu Coupe De France, Mise en ligne: le 03/03/2005 à 00h36
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Hier soir, les spectateurs de l'abbé Deschamps en auront eu pour leur argent ! Cinq buts, une remontée fantastique, et une qualification d'Auxerre aux dépens du PSG (3-2). Plus tôt dans la soirée, Monaco, Grenoble et Sochaux ont aussi obtenu leur billet pour le tour suivant.

Paris perd son trophée

Les enjeux

Ce dernier match des huitièmes de finale de la Coupe de France est assurément l'affiche du soir. Côté auxerrois, on doit apprécier les quelques jours de repos supplémentaires accordés par les officiels en raison des intempéries. Car les Bourguignons n'ont quasiment pas joué depuis une semaine, le match de ce week-end contre Toulouse ayant été reporté. Reste donc dans les esprits la magnifique victoire contre l'Ajax Amsterdam en coupe de l'UEFA (3-1), qui devrait donner du baume au coeur à des Auxerrois avides de titres... A noter également que Guy Roux pourra compter sur toute sa garde, puisque aucun absent n'est à déplorer, outre Kaboul, mais le jeune joueur pourrait entrer en fin de match. Pour les statistiques, il est à signaler que les deux clubs se sont rencontrés trois fois en Coupe de France, pour autant de larges victoires auxerroises.

Mais si la Coupe de France n'est pas essentielle au bonheur d'Auxerre, le PSG n'a plus que cela pour rêver à un sauvetage in extremis de sa saison. Et même si Laurent Fournier ne néglige pas le championnat, il mise effectivement beaucoup sur cette compétition : «le championnat reste notre priorité pour assurer au plus vite notre maintien en L1 et remonter le plus possible au classement mais on va essayer de faire quelque chose en Coupe. Nous sommes les tenants du titre et si nous voulons aller en finale, il faudra éliminer tout le monde, à commencer par Auxerre» , précisant qu'il allait «essayer un autre schéma tactique afin de retrouver une plus grande sérénité défensive.» Pour parvenir à ses fins, le technicien parisien aura à sa disposition un groupe pourtant amoindri, puisque Pauleta, Cana et M'Bami seront absents.

Les temps forts

- Après seulement trois minutes de jeu, le Paris Saint-Germain ouvre le score ! Et c'est José Pierre-Fanfan qui ouvre la marque de la tête, suite à un coup-franc de Jérôme Rothen. Fabien Cool ne peut que regarder le ballon filer dans ses propres cages. Ce but serait-il celui du déclic pour Paris ? (0-1, 3')

- Ce but a vraiment survolté les Parisiens, qui continuent de se montrer dangereux, avec notamment une doublette Ljuboja-Reinaldo très active ! Jérôme Rothen, lui aussi, fait beaucoup de bien et prouve au public et à ses détracteurs qu'il n'a rien perdu de ses qualités pendant sa convalescence (20').

- Logiquement, le PSG double la mise par Daniel Ljuboja qui s'échappe dans l'axe et lobe Cool. Mais le ballon, trop peu appuyé, file lentement devant la ligne de but auxerroise et Reinaldo devance Mignot d'un tacle rageur qui propulse le ballon au fond des filets ! Décidément, c'est un autre PSG qui évolue sur le pelouse bourguignonne ce soir (0-2, 23').

- Enième coup de pied arrêté pour le PSG, clairement dominateur dans cette première demi-heure. Une fois de plus Rothen apporte le danger, et Cool ne peut que dévier le ballon qui atterrit sur Mario Yepes. Le défenseur tente le lobe, mais le cuir finit sa course juste au dessus de la barre transversale (28').

- Alors qu'Auxerre semblait perdre pied en cette fin de première demi-heure, c'est finalement Kalou qui relance les hommes de Guy Roux. Et le PSG de retomber dans ses travers, puisque l'Ivoirien, étrangement seul dans la surface, reprend de la tête un corner parti côté droit. Paris serait-il en train de se faire rattraper par ses fantômes ? (30', 1-2).

- Le match a totalement changé de physionomie. L'AJA, portée par son public, fait des misères à la défense parisienne, de plus en plus recroquevillée, et le duo Kalou-Benjani porte régulièrement le danger dans le camp parisien, mais sans succès pour le moment (43').

- Depuis le début du match, le PSG brille tout de même par ses individualités, notamment Reinaldo, qui réalise son meilleur match sous le maillot parisien. Sans pour autant avoir beaucoup frappé au but, il pèse clairement sur une défense bourguignonne qui semble fatiguée (51').

- Alors qu'Auxerre pose de plus en plus le jeu dans la moitié de terrain parisienne, les hommes de Laurent Fournier procèdent en contre, et sur une bonne relance de Rothen, Pichot est à deux doigts de tromper Fabien Cool. Mais l'envolée du portier auxerrois s'avère victorieuse, et le danger est éloigné (68')

- Dans la foulée de l'action précédente, Bonaventure Kalou lance Akalé sur le côté gauche. L'attaquant de l'AJA se retrouve seul face à Alonzo, mais dans sa précipitation, l'Ivoirien dévisse sa frappe, qui échappe au portier parisien, mais également au cadre. Mais Auxerre pousse, et le PSG ne semble plus à l'abri d'un retour (69').

- Et la domination Auxerroise finit enfin par payer ! Au terme d'une action confuse dans la surface parisienne, Benjani se retrouve seul face à Alonzo. Mais cette fois, l'attaque auxerroise conclut l'action victorieusement, puisque Benjani pousse le ballon du pied droit dans les filets, sous le regard médusé d'un Alonzo impuissant. Paris va-t-il perdre son seul espoir de sauver sa saison ? (76', 2-2)

- Incroyable retournement de situation ! Deux minutes après l'égalisation de Benjani, c'est au tour d'Akalé de fusiller le portier de la capitale. L'Auxerrois, étrangement seul, place une frappe superbe du gauche au ras du poteau. Malgré un beau plongeon, Alonzo ne peut que constater les dégâts (78' 3-2).

- C'est un PSG effondré qui concède finalement un penalty dans les ultimes minutes de jeu, l'incursion de Kalou dans la surface ayant été stoppée irrégulièrement par Alonzo. Mais le gardien parisien ne se laisse pas tromper par la frappe du droit de Benjani, et maintient le score. Finalement, M. Layec siffle la fin du match, après cette fantastique remontée bourguignonne. Auxerre, invaincu à domicile cette saison, ne sera pas défait ce soir (90'+3).

La prestation d'Auxerre

Ce soir, les Auxerrois ont vraiment montré deux visages. Apathiques et maladroits en première mi-temps, conquérants et réalistes en seconde. En effet, la première période laissait entrevoir une soirée cauchemardesque pour Guy Roux. Après seulement trois minutes, les errances inhabituelles de la défense étaient sanctionnées. Et la suite ne tardait pas à confirmer les impressions, puisque si les défenseurs bourguignons illustraient à merveille leurs carences, la ligne d'attaque s'employait elle aussi à représenter ses couleurs sans aucun brio. Ainsi, pendant la première demi-heure, les Kalou, Akalé et autres Benjani rivalisaient de maladresse à l'approche de la surface parisienne. Jusqu'au premier but auxerrois en tout cas, puisque après, les hommes de Guy Roux retrouvaient leur superbe. En seconde période, ce renouveau se confirmait, puisque le milieu des Blancs prenait le pas sur celui des Bleus, les Auxerrois parvenant à faire régulièrement la différence sur les ailes. De fait, Auxerre a retrouvé son panache d'antan, qui avait ébloui les observateurs lors de la confrontation avec l'Ajax.

Tout comme la prestation générale, les performances individuelles de chaque joueur se sont révélées totalement inégales entre le début et la fin du match. Car si le quatuor Bolf, Mignot, Sagna, Jaurès a été inexistant en début de rencontre, les automatismes sont rapidement revenus et la défense auxerroise a contenu les assauts parisiens à partir de la demi-heure de jeu. Idem pour le milieu de terrain, qui n'est parvenu à faire le liant entre les lignes arrière et avant de l'AJA qu'après vingt bonnes minutes. Mais au fil du match, les Violeau et autres Tainio ont réussi à reprendre le dessus sur leurs homologues, lançant les flèches offensives avec plus de précisions. Ce qui a bien évidemment permis aux attaquants de se mettre en valeur, avec les Akalé, Benjani et Kalou, qui n'ont pas manqué de se faire remarquer tout à tour. En somme, les individualités de l'AJA ont fait preuve de solidarité et de confiance, ces deux valeurs essentielles qui manquent tant au PSG à l'heure actuelle.

La prestation de Paris

Difficile d'en vouloir au PSG après un tel match. Car la formule à cinq défenseurs de Laurent Fournier semblait être la bonne après une demi-heure de jeu. Et pourtant, le PSG aura tout mis en oeuvre pour maintenir l'écart avec son adversaire. Pendant vingt minutes, on aura vu un collectif parisien capable de rivaliser avec n'importe lequel de Ligue 1, se délectant de passes rapides et précises, d'interventions efficaces, et d'attaques réalistes ou au moins dangereuses. Une machine bien huilée en somme. Jusqu'à ce petit caillou dans les rouages, qui a progressivement fait chauffer le système, avant qu'il ne sombre totalement. Car malgré une bonne volonté évidente, le PSG s'est peu à peu recroquevillé, se laissant déborder par le trio offensif auxerrois, notamment par un Kalou très pesant. Et la sanction ne s'est pas fait attendre, les Parisiens retrouvant le laxisme défensif qui avait fait leur spécificité cette saison. Résultat, une nouvelle défaite, peut-être plus amère encore que les autres car ce soir, Paris avait vraiment le potentiel de tenir tête à ses hôtes.

Et le constat est sans appel au niveau individuel. Car outre Rothen au milieu de terrain et Alonzo dans les cages, tous les Parisiens ont subi le contrecoup du premier but. Ainsi, la doublette Coridon-Cissé au milieu a progressivement perdu ses duels, alors que toute l'organisation en dépendait. De fait, Ljuboja est devenu transparent, tout comme Reinaldo, qui a néanmoins tenté quelques frappes. En défense, Yepes et Pierre-Fanfan ont tenté de tenir la baraque, palliant au mieux les imprécisions d'Armand et de Helder, mais sans vraiment y parvenir. Pichot, quant à lui, s'est plus mis en valeur lors de ses incursions offensives que lors des interventions défensives qu'il était censé distiller. Et les trois remplaçants, Teixeira, Pancrate et Benachour, n'ont jamais pu apporter le second souffle tant espéré.

C'est donc terminé pour le PSG ! Son seul espoir de la saison lui a finalement échappé. L'objectif maintien est maintenant une triste réalité, et il faudra attendre la saison prochaine pour avoir enfin une bouffée d'oxygène. Hier, Auxerre a tout simplement fait respecter l'ordre des choses, et se retrouve donc en quart de finale de la Coupe de France.

Tous les résultats de ces huitièmes de finale

Mardi 1er Mars

Clermont Foot (L2) 1 – 1 (4 tab 3) Lyon (L1)
Rodriguez (54') – Wiltord (90'+4)

Nîmes (Nat) 4 – 0 Nice (L1)
Coulibaly (19'), Verschave (35', 72'), Enza-Yamissi (66')

Sedan (L2) 2 – 0 Quevilly (CFA)
Sabin (52'), Mokake (75')

Mercredi 2 mars

Rennes (L1) 0 – 1 Monaco (L1)
Saviola (94')

Lille (L1) 1 – 3 Grenoble (L2)
Fauvergue (32') – Danic (48', 104'), Akrour (118')

Albi (CFA) 0 – 3 Sochaux (L1)
Ndaw (75'), Santos (81', 87')

Auxerre (L1) 3 – 2 Paris-SG (L1)
Kalou (35'), Benjani (76'), Akalé (78') – Pierre-Fanfan (3'), Reinaldo (23')

Boulogne-sur-Mer (CFA) – Nantes (L1) reporté


La fiche technique :

Auxerre 3 – 2 Paris SG (1-2)
A l’abbé Deschamps
Arbitre : M. Layec
Buts : Kalou (30’), Benjani (76’), Akalé (78’) / Pierre-Fanfan (3’), Reinaldo (23’)
Avertissements : Mignot (26’), Kalou (90’) / Helder (23’), Rothen (57’), Pierre-Fanfan (80’), Teixeira (85’)

Les équipes :

Paris : Alonzo - Pichot, Pierre-Fanfan, Yepes, Armand, Helder – Rothen (Teixeira 78’), E. Cissé, Coridon (Pancrate 82’) – Ljuboja, Reinaldo (Benachour 72’)

Auxerre : Cool – Jaures, Bolf, Mignot, Sagna (Grichting 65’) – Tainio (Gonzalez 67’), Violeau, Kalou Mathis, Akalé – Benjani



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens FRANCE - Ligue 2 / CdF / CdL


Sondage Maxifoot
Où évoluera Neymar cette saison 2019-20 ?

PSG
Barcelone
Real
Juventus
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment

Les VIDEOS populaires du moment



 A SUIVRE
Le meilleur effectif
LIGUE 1
saison
2018-19
Tout savoir sur
LES DROITS
TV du FOOT
* Dossier Maxifoot *
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB