Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Lyon : quand Aulas se fait remonter les bretelles par le ministère de l'Intérieur...
Par Romain Rigaux - Actu Ligue 1, Mise en ligne: le 11/05/2012 à 13h38
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Le chant anti-stéphanois entonné par les joueurs de l'Olympique Lyonnais continue de faire couler beaucoup d'encre. Si Jean-Michel Aulas avait tenté de défendre son équipe, le président du club rhodanien a reçu un avertissement du ministère de l'Intérieur.

Lyon : quand Aulas se fait remonter les bretelles par le ministère de l'Intérieur...
Le ministère de l'Intérieur a tenu à prévenir Aulas

Joueurs de football et dirigeants ne peuvent pas tout se permettre. L'Olympique Lyonnais en a fait l'expérience dernièrement avec le chant anti-stéphanois entonné par les joueurs dans l'euphorie de la présentation de la Coupe de France aux supporters. Une affaire qui fait couler beaucoup d'encre alors que l'arrière-petit-fils de Geoffroy Guichard a décidé de porter plainte contre les huit joueurs concernés.

Une somme de 200.000 euros est réclamée à Cris, Samuel Umtiti, Clément Grenier, Jimmy Briand, Maxime Gonalons, Gueïda Fofana, Alexandre Lacazette et Anthony Lopes, qui devront également s'expliquer devant le Conseil national de l'éthique (CNE) le 21 mai prochain à Paris. Autant dire que l'on devrait encore entendre parler de cette affaire durant les prochains jours. Pour rappel, Taye Taiwo avait écopé d'un match de suspension après son chant anti-parisien en finale de la Coupe de la Ligue (1-0) en 2011.

Un courrier du ministère de l'Intérieur

Pourtant, Jean-Michel Aulas avait tenté de rapidement calmer le jeu en trouvant une excuse peu convaincante sur le fait que le mot «bâtard», repris dans la chanson, n'était pas considéré comme une insulte dans le dictionnaire. Le président de l'OL s'est déjà montré bien plus inspiré par le passé... Cette explication n'a en tout cas pas convaincu le ministère de l'Intérieur, selon le quotidien Le Parisien.

Le patron rhodanien a en effet reçu un avertissement, relate le journal régional. «Il serait dommageable que le comportement de certains de vos joueurs entraîne des actions répréhensibles chez les supporteurs. De tels événements nous contraindraient à prendre des mesures administratives pour prévenir des troubles importants à l'ordre public», indique le courrier signé par le responsable de la division nationale de lutte contre le hooliganisme. La prochaine fois, les joueurs réfléchiront certainement à deux fois avant de pousser la chansonnette...

Et vous, que pensez-vous de l'ampleur prise par cette affaire ? Pour en débattre, rendez-vous ci-dessous dans l'espace «Publiez un commentaire»…



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens FRANCE - Ligue 1


Ligue 1 - les fiches CLUB

Sondage Maxifoot
Qui va remporter la finale de la CAN 2019 ?

Sénégal
Algérie
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Le meilleur effectif
LIGUE 1
saison
2018-19
Tout savoir sur
LES DROITS
TV du FOOT
* Dossier Maxifoot *
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB