Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Le Rocher fait du sur-place
Par Marie Ange Kostoff - Actu Ligue 1, Mise en ligne: le 14/11/2004 à 23h59
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Nouvelle occasion ratée pour le club du Rocher ! Au terme d'un match ouvert, les hommes de Didier Deschamps n'ont pas réussi à conserver un avantage acquis à la demi-heure de jeu par Chevanton et alignent ainsi leur sixième nul en sept matches face à leurs hôtes lillois (1-1).

Les données de la rencontre

Les Dogues n'ont pas le choix. S'ils veulent rester au contact des leaders lyonnais, qui comptent déjà 32 points au compteur, et prendre le large sur leurs poursuivants (dont Monaco), ils doivent l'emporter face au club du rocher. Et si Lille ne peut reprendre la tête du championnat après la victoire de l'OL face à Nantes (2-0), il peut conforter sa place de dauphin et rester dans le trio de tête qu'il n'a plus quitté depuis la 7ème journée. Car en cas de succès, les Nordistes n'auraient qu'un point de retard sur leurs rivaux rhodaniens mais surtout six d'avance sur Auxerre, neuf sur Marseille et Sochaux et dix sur leurs adversaires du soir ! L'occasion est donc belle pour les hommes de Claude Puel plus que jamais motivés et sûrs de leur fait après leur précieuse victoire sur Lyon en 16ème de finale de coupe de la Ligue (3-2). Reste que l'ancien entraîneur monégasque préfère rester prudent avant ce véritable match-test pour son équipe. «Je crois qu'ils seront encore plus compétitifs qu'ils ne l'avaient été à Marseille et ce sera d'autant plus compliqué pour nous que nous avons été contraints de disputer la prolongation mercredi soir. D'autre part, ils auront bénéficié d'une journée de récupération en plus, après un match à Sedan qui n'a pas été aussi physiquement exigeant que celui que nous avons livré face aux Lyonnais. Je l'avoue, j'aurais préféré la situation inverse parce que, pour espérer un résultat positif, il nous faudra produire un très gros match dans tous les secteurs du jeu» . 30 minutes supplémentaires qui pourraient faire toute la différence…

Six journées, six longues journées que les Monégasques courent après la victoire. Un triste bilan pour un club, en tête à l'issue de la 8ème journée et qui pointe désormais à la 6ème place du classement avec 21 points, à onze longueurs des hommes de Paul Le Guen. Autant dire que ce match face aux Lillois est primordial pour des joueurs monégasques qui semblent nager en plein doute depuis leur défaite face à Nice (3-4). D'autant plus qu'après quatre matches nuls consécutifs en championnat, leur courte victoire face à Sedan en coupe de la Ligue (1-0) n'a pas pu rassurer des Rouge et Blanc encore en quête d'un système de jeu efficace où les nombreuses individualités trouveraient leur place. Prendre les trois points, renouer avec la victoire qui les fuit depuis le 22 septembre face à Nantes, voilà les seuls mots d'ordre des hommes de Didier Deschamps. «Lille est le match qu'il fallait. On va voir si on est vraiment costaud. Il faut gagner pour arrêter de faire planer le doute et stopper les critiques qui s'abattent logiquement sur nous» déclarait Patrice Evra avant la rencontre, tout Au aussi motivé que son coéquipier, Emmanuel Adebayor. «Maintenant, soit on relève la tête, soit on tombe. Il faut tout faire pour que ce match soit le déclic en championnat. A l'entraînement, tout le monde a faim. L'objectif, c'est la victoire ou rien» . Les choses ont le mérite d'être claires…

Les faits de la rencontre

- Les deux équipes ne tardent pas à mettre le feu aux fraîches terres nordistes. A peine le coup de sifflet donné qu'Acimovic tente sa chance de loin sans inquiéter Roma outre mesure. D'un but à l'autre, le cuir se retrouve dans les pieds de Plasil qui, sur le côté gauche de la surface, tente sa chance à son tour mais ne trompe pas la vigilance de Tony Sylva qui capte la balle en deux temps (2').

- Les visiteurs prennent les choses en main. Sur le côté droit, Chevanton est lancé en profondeur par Maicon. L'Uruguayen échappe au marquage puis frappe vers les buts laissés vides par Tony Sylva. Heureusement pour les Dogues, le ballon frôle la barre transversale lilloise (3').

- Après des débuts tonitruants, les occasions se raréfient mais les deux équipes continuent à produire du jeu. Sur un contre, les Monégasques remontent vite la balle. A l'entrée de la surface, dans l'axe, Schmitz dégage mal le ballon, récupéré par Saviola qui sert Chevanton sur la gauche. L'Uruguayen ne se pose pas de question et adresse une belle frappe du droit des 25m qui file au fond des filets de Sylva, impuissant (1-0, 29').

- Chevanton ne compte pas en rester là. La minute suivant son but, le buteur sud-américain tire un bon coup-franc dans l'axe mais sa puissante frappe ne trouve pas le cadre de Sylva (30').

- Les Lillois tentent de forcer le verrou monégasque et obtiennent un bon coup-franc à 35m sur le côté gauche. Acimovic à la manoeuvre, envoie le ballon d'une frappe puissante au premier poteau, Moussilou tacle le ballon mais ne parvient à pas à redresser sa course (39').

- Les Dogues se livrent plus en cette fin de période. Makoun joue un long ballon dans l'axe que récupère Squillaci. Mais l'international français rate sa remise en retrait pour Roma et le ballon échoue côté droit pour Landrin qui pique son ballon et l'envoie dans les buts vides, malgré le retour désespéré de Flavio Roma (1-1, 43').

- Les Monégasques, tout comme en première période, sont décidés à faire très vite la différence. Saviola tente de servir Chevanton dans la surface mais le ballon est repoussé par la défense lilloise. Zikos récupère et frappe au but mais son tir puissant est détourné en corner (49').

- Grosse frayeur pour les Nordistes ! Plasil centre fort au premier poteau. Dans un angle fermé, Javier Saviola reprend la balle d'une frappe croisée. Tony Sylva ne parvient pas à contrôler la balle mais est tout heureux de la voir flirter avec la ligne sans jamais la franchir et échouer en sortie de but, à quelques centimètres de son poteau droit (59').

- Les Lillois ne tardent pas à répliquer. Décalé sur le côté gauche par Moussilou, Brunel adresse une frappe limpide vers les buts de Roma, qui voit le ballon frôler son montant gauche (62').

- Enorme occasion pour les hommes de Didier Deschamps ! Sur un centre de Maicon, le portier lillois tente de récupérer la balle mais se rate et la relance involontairement vers Chevanton, aux six mètres, qui, surpris, ne peut profiter de cette aubaine malgré le but grand ouvert devant lui (67').

- Réponse du berger à la bergère ! Idéalement servi par Brunel aux six mètres, Matt Moussilou se retrouve seul face à Flavio Roma et tente sa chance, mais la balle frôle le montant et file en sortie de but (74').

- Il reste peu de temps pour la faire la différence. Sur un corner tiré côté gauche, Philippe Brunel récupère à 25 m dans l'axe et tire en direction du but. Makoun, dans la mêlée, est sur la trajectoire mais ne parvient pas à détourner le ballon dans les buts de Roma, sa balle échouant au-dessus de la transversale (86').

- Après une grosse domination des visiteurs, les Nordistes reprennent la main en fin de match. Landrin prend la poudre d'escampette côté droit puis centre en retrait vers Bodmer qui, au point de penalty, frappe au but. Mais le cuir passe une nouvelle fois à quelques centimètres du poteau du portier italien (89').

La prestation de Lille

Sérieux et solides, les Lillois ont du subir les assauts Monégasques dès le coup d'envoi. Bien regroupés en défense, ils sont parvenus à contenir les flèches rouges et blanches obligées de tenter leur chance de loin pour contourner la défense nordiste. Monaco faisant le jeu, les Lillois ont surtout procédé en contre en première mi-temps, une récupération assez basse les obligeant à partir de loin. Mais forts d'une bonne remontée de balle et d'attaquants et milieux mobiles, ils sont parvenus à se procurer quelques belles occasions mettant la défense monégasque à rude épreuve. Donnant parfois l'impression de laisser passer l'orage, ils sont revenus au bon moment du match, juste avant la mi-temps, profitant des largesses de la défense adverse. De retour sur le terrain, les hommes de Claude Puel ont appliqué les mêmes méthodes. Toujours aussi intraitables en défense, ils ont connu quelques frayeurs, ont plié mais n'ont pas rompu. Acceptant finalement de la domination territoriale monégasque, les Lillois auraient même pu l'emporter en fin de rencontre, profitant des espaces grandissant au fil du match pour placer des contres assassins qui auraient pu faire mouche.

Tony Sylva a soufflé le chaud et le froid. Quelques fois décisif, il a toutefois commis beaucoup d'erreurs qui auraient pu coûter très cher à son équipe. Hésitant sur le but monégasque où il a tenté une sortie avant de se rétracter et de reculer, se trouvant ainsi trop loin de la balle de Chevanton, ratant plusieurs sorties qui auraient pû être payées cash, le portier lillois peut remercier la maladresse monégasque. Si Tony Sylva n'a pas été exempt de tout reproche, la défense lilloise s'est quant à elle montrée quasi irréprochable. Très solide et solidaire, elle a fait preuve d'un état d'esprit sans faille et a bien pris en tenaille les flèches monégasques. Le milieu de terrain lillois a quant à lui été très performant. Si Acimovic n'a pas encore retrouvé son niveau du début de la saison, son remplaçant, Mathieu Bodmer, rentré en cours de jeu a apporté un plus à l'entre-jeu nordiste, tout comme Christophe Landrin. Mention spéciale à Philippe Brunel qui a beaucoup participé à l'animation offensive de son équipe et s'est crée de nombreuses occasions grâce, notamment, à ses frappes puissantes. Matt Moussilou enfin, bien qu'esseulé en attaque, a été très mobile en pointe. On peut toutefois regretter son occasion manquée à un quart d'heure de la fin de la rencontre.

La prestation de Monaco

Pas le temps de dire ouf ! que les Monégasques étaient déjà à l'attaque. Très pressants dès le coup d'envoi, les hommes de Didier Deschamps se sont vite rendu maîtres du ballon et ont récupéré beaucoup de balles au milieu de terrain, grâce notamment à un pressing très haut. Mais malgré la mobilité et la technicité de ses attaquants, le club du Rocher a souvent trouvé un Lillois sur son chemin et les joueurs se sont souvent résolus à tenter leur chance de loin. Dominateurs territorialement, les Monégasques ont eu à coeur de bien défendre même si le but lillois intervient après une grosse faute défensive de Gaël Givet. Repartant en seconde période avec les mêmes intentions qu'en début de match, les Monégasques semblaient résolus à faire très vite la différence. Mais malgré une belle débauche d'énergie et de nombreuses tentatives, le club du Rocher, manquant parfois de réalisme, s'est à nouveau heurté à la charnière défensive lilloise, jouant trop dans l'axe pour espérer déséquilibrer une équipe solidaire et bien en place. Pire encore, à tout miser sur l'attaque, les Rouge et Blanc ont, en fin de match, délaissé le milieu de terrain et laissé de nombreux espaces à leurs adversaires, jouant peut-être un peu trop avec le feu.

Comme souvent, Flavio Roma n'a pas grand chose à se reprocher. Pris à contre-pied sur la remise en retrait de Givet, il ne peut rien sur l'égalisation lilloise. Présent aux bons moments, sa solidité est essentielle pour rassurer sa défense. Contrairement à leurs adversaires, les Monégasques pourraient avoir quelques reproches à adresser à leur charnière défensive. Sérieuse en début de match, elle est retombée dans ses travers sur le but lillois mais aussi à plusieurs reprises en seconde mi-temps. Maicon, couvrant souvent les attaquants lillois, Gaël Givet, coupable sur le but égalisateur n'ont pas été à leur meilleur niveau. Quant à Patrice Evra, s'il a correctement tenu son couloir gauche (tout comme Squillaci en défense centrale), son rendement offensif n'a pas été celui qu'on lui connaissait la saison dernière… Au milieu, on peut regretter la nervosité de Zikos, passé tout près de l'expulsion, mais qui reste un élément très actif dans l'entre-jeu monégasque, tout comme Plasil et surtout Chevanton. Très mobile, l'Uruguayen a beaucoup tenté et aurait pu, à lui tout seul, faire la différence grâce à ses lourdes frappes. Décidé à débloquer son compteur de but et à repartir de l'avant après sa blessure, le buteur a montré beaucoup de motivation. L'attaque rouge et blanche aura eu, de son côté, plus de difficultés à s'exprimer, Saviola distillant "seulement" quelques bonnes passes et Shabani Nonda se fendant de quelques bonnes frappes.

Encore un nul pour des Monégasques dominateurs mais incapables de faire la différence face à une équipe lilloise très solide. Toujours 2ème au championnat, les Nordistes voient s'éloigner Lyon qui compte désormais trois points d'avance sur son dauphin. Monaco reprend quant à lui la cinquième place à Marseille mais n'a toujours pas remporté les trois points de la victoire qui lui échappe depuis le 22 septembre dernier.


La fiche technique

Lille 1 - 1 Monaco (1-1)
Au stade de Villeneuve d’Ascq: 13 500 spectateurs environ
Arbitre : M. Bré

Avertissements : Acimovic (21’), Landrin (43’) - Zikos (9’)
Buts : Landrin (42') - Chevanton (29')

Les équipes :

Lille : Sylva – Tafforeau, Tavlaridis, Schmitz Angbwa – Landrin, Makoun, Brunel, Dumont, Acimovic (Bodmer, 60') – Moussilou (Odemwingie, 85’)

Monaco : Roma – Maicon, Squillaci, Givet, Evra – Bernardi (Perez, 72’), Zikos, Chevanton (Adebayor, 81’) – Plasil, Nonda, Saviola



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens FRANCE - Ligue 1


Ligue 1 - les fiches CLUB

Sondage Maxifoot
Quel serait le meilleur choix pour entraîner l'OM parmi les rumeurs actuelles ?

Claude Puel
Laurent Blanc
Leonardo Jardim
Gabriel Heinze
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Tout savoir sur
LES DROITS
TV du FOOT
* Dossier Maxifoot *
Votre Equipe type
2018
par les lecteurs
de Maxifoot
TOP 15
PEPITES
jeunes de Ligue 1
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB