Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK

AVERTISSEMENT: cette page a été rédigée pour la version 1 de maxifoot.fr
Cette partie du site n'est plus maintenue depuis novembre 2003.
Cette page peut donc contenir des informations ou des liens obsolètes
mystere  
Accueil > L'Encyclopédie

Les meilleurs joueurs français
1950-1960 (1)
La génération 1950-1960 est la première à connaître la reconnaissance mondiale. Le grand Stade de Reims et l'Equipe de France de 1958 regroupent les meilleurs éléments de l'époque. Dans le WM, schéma tactique généralisé, les attaquants ne sont plus les uniques animateurs du jeu et les joueurs défensifs se font un nom. Voyage vers les premiers succès avec la 1ere partie de cette génération...
 
 
Dominique COLONNA - Gardien
Né en 1928
Clubs : SO Montpellier, Stade Français, OGC Nice, Stade de Reims
Palmarès : Ch. Fr. 1956, 1958, 1960, 1962, CdF 1958, Finaliste C1 1959
13 sélections en Equipe de France (1957-1961) 

Natif de Corte, Dominique Colonna quitte la Corse pour embrasser une carrière professionnelle à Montpellier en faisant croire à ses parents qu'il allait terminer ses études. Après un passage moyen au Stade Français, il se fait un nom dans les deux plus belles équipes françaises des années 50 : Nice et Reims. Sa décontraction et sa clairvoyance font de lui un gardien atypique pour l'époque, préférant, contre l'avis de tous, relancer proprement à la main plutôt que de dégager, comme cela se faisait, le plus loin possible au pied. Dernier rempart du grand Reims, il participe à la finale perdue de la Coupe d'Europe ainsi qu'à la campagne suèdoise de l'Equipe de France sans jouer le moindre match. Son jeu original n'a finalement que rarement les faveurs des sélectionneurs. Sa vie, après le football, est un conte de fée. Premier entraîneur du Cameroun, il rebondit en occupant un poste important chez Adidas. Il retrouve ensuite Corte pour ouvrir un hôtel et s'occuper du club local, gagne le pactole du premier Loto sportif mais loupe dernièrement son pari d'accéder à la présidence de la FFF à la place de Simonet.
 

Roger MARCHE - Défenseur
Né en 1924 - Décédé en 1997
Clubs : Stade de Reims, RC Paris
Palmarès : Ch. Fr. 1949, 1953, CdF 1950, 3ème CdM 1958
63 sélections en Equipe de France (1947-1959) 1 but

Roger Marche porte un surnom qui lui sied parfaitement, le sanglier des Ardennes. Répéré à Mohon, dans la banlieue de Charleville avec son ami Pierre Flamion, il se dirige vers Reims tout en restant attaché à sa région natale. En effet, ses parents ont obtenu qu'il puisse s'entraîner seul sur ses terres, la semaine et qu'il ne retrouve ses coéquipiers que pour les matches. Toute sa carrière se déroule ainsi que ce soit à Reims ou à Paris après un transfert réglé contre sa volonté. Modèle d'abnégation, de courage et de travail, Roger Marche est un défenseur dur au marquage. Sa longévité est étonnante et lui apporte le record de sélections en Equipe de France jusqu'à l'ère Marius Trésor. Malheureusement pour lui, l'heure de gloire des Bleus arrive à la fin de sa carrière. Il goûte cependant à l'aventure suédoise en disputant un match et fait rarissime, inscrit son unique but en Equipe de France pour une dernière sélection victorieuse contre l'Espagne. Retourné à Mohon, il tient un bar puis devient chauffeur routier en toute simplicité à l'image de sa carrière.
 

Robert JONQUET - Défenseur
Né en 1925
Clubs : Stade de Reims, RC Strasbourg
Palmarès : Ch. Fr. 1949, 1953, 1955, 1958, 1960, CdF 1950, 1958, Finaliste C1 1956, 1959, 3ème CdM 1958
58 sélections en Equipe de France (1948-1960) 

Robert Jonquet est la tour de contrôle de la défense du Stade de Reims et de l'Equipe de France de la grande époque. Dans un schéma tactique WM qui impose un marquage strict, son jeu ressemble plutôt à celui du libéro d'aujourd'hui. Racé, souple, élégant, il a la classe, dit-on, d'un attaquant. Ses qualités uniques remettent souvent en cause sa capacité à défendre face à des attaquants rugueux. Pourtant, il cadenasse la défense du grand Reims qui lui doit beaucoup. En Equipe de France, il écoeure le onze d'Angleterre pour le match nul historique de 1951 de la France en terre anglaise. A la Coupe du Monde 1958, il se blesse gravement au début de la demi-finale face au Brésil. Les remplacements n'étant pas autorisés, il termine la partie en tant qu'ailier gauche avec une fracture du péroné. Pour les observateurs, la France aurait pu battre le Brésil avec un Jonquet à 100% de ses possibilités. Sa carrière en Equipe de France s'achève sur l'échec de l'Euro 1960. Transféré à Strasbourg, il devient entraîneur et tente sa chance à Reims, ensuite, sans succès. Il quitte le football et occupe un poste de représentant en bouchons de champagne avant de profiter de sa retraite dans sa ville de Reims.
 

Jean-Jacques MARCEL - Défenseur
Né en 1931
Clubs : FC Sochaux, O.Marseille, SC Toulon, RC Paris
Palmarès : 3ème CdM 1958
44 sélections en Equipe de France (1953-1961) 3 buts

Jean-Jacques Marcel, faute de n'avoir pu jouer à Nice ou Reims, a un palmarès vierge mais, pourtant, il réussit à se faire une place en Equipe de France et il est l'un des piliers de la grande aventure suédoise de 1958. Ce Varois d'origine, doté de belles qualités physiques, est l'un des premiers défenseurs à se tourner vers l'avant et peut jouer au poste de demi avec la même classe. A 18 ans, il est repéré par Paul Wartel, le recruteur du FC Sochaux. Son jeu de tête, sa lourde frappe le conduisent logiquement en Equipe de France à l'âge de 22 ans seulement. Par sa décontraction et sa bonne humeur, il est l'animateur du groupe qui se couvre de gloire en Suède en 1958. Il est également indispensable à Marseille, à Toulon ou au RC Paris où il exerce successivement ses talents mais ne peut, à lui seul, relancer ces clubs au creux de la vague. Après sa carrière, il revient à Brignoles et joue de nombreuses années avec la formation de sa ville dans les rangs amateurs.
 

Armand PENVERNE - Demi
Né en 1926
Clubs : Stade de Reims, Red Star, Limoges
Palmarès : Ch. Fr. 1949, 1953, 1955, 1958, CdF 1950, 1958, Finaliste C1 1956, 3ème CdM 1958
39 sélections en Equipe de France (1952-1959) 2 buts

En compagnie de Robert Jonquet, il est l'âme du Stade de Reims. Né en Bretagne, il fait, cependant, ses gammes de footballeur à Versailles et se laisse séduire en 1946 par les offres des dirigeants rémois qui sont en train de mettre sur pied la fabuleuse équipe des années 50. Discret mais particulièrement efficace, Armand Penverne a un rôle de transition entre la défense et l'attaque. Il aime également apporter le surnombre en se mêlant à la ligne d'attaque. Il est à la base des premiers succès du Reims de l'avant-Kopa et atteint, par la suite, sa plénitude dans l'ombre de son chef de file. Une blessure le prive de la finale de la première Coupe d'Europe. Son année 1958 est magnifique : Championnat, Coupe et la 3ème place de la Coupe du Monde. Sa technique et son esprit de gagneur sont en harmonie avec les qualités de la première grande équipe de France de l'histoire. En 1959, il tient sa revanche. Il inscrit un but face à Berne qui envoie Reims en finale de la C1 mais avec ou sans Penverne, le résultat est le même, la Coupe reste madrilène. Transféré dans la foulée au Red Star, il vit une nouvelle expérience en D2 qu'il prolonge avec Limoges avant de tenter de relancer Marseille en tant qu'entraîneur dans les années 60.
 

Lucien MULLER - Demi
Né en 1934
Clubs : RC Strasbourg, Toulouse, Stade de Reims, Real Madrid, FC Barcelone
Palmarès : Ch. Fr. 1960, 1962, 3 fois champion d'Espagne, Finaliste C1 1964, 
16 sélections en Equipe de France (1959-1964) 3 buts

Ce joueur est le talent à l'état pur, un petit bijou qui attise les convoitises du Real de Madrid puis du FC Barcelone. Seul l'extraordinaire Raymond Kopa avait réussi à se faire une place hors de France avant lui. A l'apogée de sa carrière, il exprime ses qualités immenses en Espagne, remporte 3 Ligas et participe à une finale de la C1. Cette réussite à l'étranger l'éloigne de la France et il ne peut afficher un parcours en Equipe de France à la mesure de son talent. Natif d'Alsace, il débute au RC Strasbourg, passe par Toulouse avant de goûter aux dernières heures de gloire du Stade de Reims. Des observateurs de l'époque ne lui trouve aucun défaut. Sa reconversion s'effectue avec autant de succès en tant qu'entraîneur de différents clubs espagnols. Il donne, par exemple, ses premières lettres de noblesse à Majorque ou se positionne comme conseiller technique du FC Barcelone. Il revient ensuite en France, à Monaco, plus précisément, qu'il guide vers la victoire en Coupe de France en 1985. 

Kopa, Fontaine, Piantoni, etc..., la plus belle ligne d'attaque de l'histoire du football français à découvrir prochainement dans la prochaine Edition

Réagir à cet article - Par Vivian MASSIAUX


- Edition Précédente -

22/01 - Les meilleurs joueurs français 1900 - 1950
Par Vivian Massiaux - Edition N°2
Les années 20, 30, 40 défilent à la vitesse des images accélérant les courses des joueurs de l'époque. La France footballistique adopte le professionnalisme et se fait une place dans le gotha mondial avant la seconde guerre. Les attaquants ont alors pour mission de perforer les défenses et sont les plus convoités pour leur côté spectaculaire. Portraits d'un autre âge.
 
Soutenez-nous, cliquez sur
Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment

Sondage Maxifoot
Quel tirage souhaiteriez-vous pour Lyon en 8es de la Ligue des Champions ?

FC Barcelone
Real Madrid
Bayern Munich
Borussia Dortmund
Juventus Turin
FC Porto

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Les articles populaires du moment

Ça a fait le buzz depuis 7 jours

Les VIDEOS populaires du moment