Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Top Déclarations : Domenech n’en aurait fait qu’à sa tête, Coupet en a marre des gentils Parisiens…
Par Pierre-Damien Lacourte - Top Declarations, Mise en ligne: le 30/01/2010 à 08h56
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Au menu du Top Déclarations cette semaine, Domenech n'en aurait fait qu'à sa tête, Coupet en a marre des gentils Parisiens, Rama Yade veut faire le ménage chez les Bleus, Niang envie Ben Arfa, Mancini ne porte pas l'OM dans son coeur, Nicollin a du mal avec l'Ecosse... Découvrez les phrases choc de la semaine.

Top Déclarations : Domenech n’en aurait fait qu’à sa tête, Coupet en a marre des gentils Parisiens…
Domenech ne voulait pas que Wiltord mette le ballon en touche

Chaque samedi, Maxifoot vous propose de faire le tour des dix déclarations de la semaine qu'il ne fallait pas manquer. Du sérieux et du moins sérieux pour connaître le meilleur des petites phrases des acteurs du ballon rond. Découvrez le classement de toutes les déclarations qui ont fait les choux gras de la presse cette semaine.

1. R. Domenech – «Il y a un coup tordu. (…) Je hurle : joue, ne t'arrête pas ! (…) Si l'arbitre veut arrêter, il arrete ! (…) il faut faire quoi pour gagner ?»

Raymond Domenech revisite la finale de la Coupe du monde 2006 et les secondes qui suivent le coup de tête de Zinedine Zidane : «J'ai vu qu'il se passait quelque chose, je vois Buffon qui arrive en courant, Trezeguet au milieu. (…) Je me dis : là il y a un coup tordu. Le ballon repart de l'autre côté avec Wiltord. Je hurle : joue, ne t'arrête pas. S'il continue, s'il repart de l'autre côté, Buffon retourne dans ses buts, l'autre là, le grand (Materazzi), il se relève, et c'est fini. Pas d'arrêt de jeu. L'arbitre n'a pas le temps de regarder la télé avec le quatrième arbitre. (…) Sylvain, qui voit bien qu'il y a un problème, en train de courir avec le ballon, il me le met dehors pour arrêter le jeu. Si l'arbitre veut arrêter, il arrête ! Ce que je reproche souvent aux joueurs, de ne pas être toujours dans cette idée : il faut faire quoi pour gagner ?»

Le sélectionneur tricolore a toujours été un chantre du fair-play.

2. G. Coupet – «Nous sommes gentils. (…) Gentil, ce n'est pas une qualité. (…) Il faut leur marcher sur la gueule. (…) On est le PSG»

Grégory Coupet en a marre de voir le Paris Saint-Germain se faire marcher sur les pieds : «Nous sommes des joueurs gentils. On subit trop facilement les galères. Gentil, ce n'est pas forcément une qualité dans le milieu du foot. Il faut marcher sur la gueule des autres. Pour l'instant, on en est là : nous sommes respectueux des autres, nous écoutons les consignes. Il nous manque encore du caractère. On est le PSG. Ça veut dire qu'on a le droit de perdre, mais pas sans combattre.»

On ne peut pas donner tort au gardien parisien : il y a longtemps que le PSG ne fait plus peur à ses adversaires.

3. R. Yade – «Il faudra changer. Il fallait déjà changer en 2008. (…) On fait avec. (…) On ne va pas taper dessus (…) mais il faudra prendre des mesures volontaristes»

Rama Yade, prête à faire le ménage à la tête de l'équipe de France et de la Fédération française de football après la Coupe du monde : «Il faudra changer. Déjà il fallait changer en 2008 après le fiasco de l'Euro. Cela ne s'est pas fait. Donc je considère, puisque l'équipe est là, qu'on fait avec, qu'on la soutient et qu'on va au bout avec elle. On ne va pas taper dessus matin, midi et soir. Mais à un moment donné, après un cycle assez long, il faudra tirer les conséquences et prendre des mesures volontaristes.»

Rama Yade aurait sa place au Conseil fédéral, non ?

4. M. Niang – «Avec la moitié de ses qualités, je serais dans un grand club européen. (…) C'est un très gentil garçon. Tout le monde l'aime»

Mamadou Niang, très élogieux à l'égard de son coéquipier Hatem Ben Arfa : «Si j'avais la moitié de ses qualités, je serais sans doute dans l'un des plus grands clubs européens. L'opinion que les gens ont de lui est faussée. C'est un très gentil garçon. Tout le monde l'aime dans le groupe.»

On ne doute pas que Ben Arfa soit un gentil garçon, on lui demande juste d'être bon sur le terrain maintenant. Et pas seulement par intermittence.

5. J.-M. Aulas – «S'il y a une place de disponible, pourquoi pas ? (…) Est-ce que je pourrais lui faire confiance comme entraîneur ? Oui»

Jean-Michel Aulas recueillerait bien Raymond Domenech à Lyon après la Coupe du monde : «S'il y a une place de disponible, pourquoi pas ? Comme entraîneur, non, puisque Claude Puel est sous contrat. Il y a quelques années, je lui ai proposé de diriger l'équipe mais il n'était pas disponible. Mais si la question est de savoir si je pourrais lui faire confiance comme entraîneur, c'est oui.»

En 1989, alors entraîneur de l'OL, Raymond Domenech devenait champion de France de D2. La seule ligne au palmarès d'entraîneur du sélectionneur tricolore jusqu'à présent…

6. T. Dossevi – «Ma famille se demande si je dois continuer. (…) Ça fait plusieurs fois que je m'approche de la mort. (…) Prendre autant de risques pour jouer au foot…»

L'attaquant togolais Thomas Dossevi se demande s'il ne ferait pas mieux de prendre sa retraite internationale : «Ma famille se demande si je dois continuer d'aller jouer en équipe nationale. Pour ma première sélection, j'ai été agressé alors que je voulais aller à la plage. Ensuite on a eu des gros problèmes au Mali. Puis un hélicoptère s'est crashé en Sierra Leone avec 22 personnes à bord. Ça fait déjà plusieurs fois que je m'approche de la mort. Il est certain que je dois réfléchir : la sélection, c'est bien, mais prendre autant de risques pour jouer au football…»

Après la fusillade dont leur bus a été victime avant le début de la CAN, les Togolais doivent être aujourd'hui plusieurs à se poser cette question.

7. A. Mancini – «C'est l'OM qui a manqué d'éducation. (…) Ils m'ont sollicité avant de disparaître. (…) Je ne fonctionne pas comme ça»

Alessandro Mancini, accusé par l'Olympique de Marseille d'avoir manqué d'éducation lors de son transfert avorté : «C'est l'OM qui a manqué d'éducation. Ce sont eux qui sont venus me solliciter avant de disparaître pendant quinze jours puis de revenir et exiger une réponse rapide. Je suis désolé mais je ne fonctionne pas comme ça. C'est pour ça que j'ai refusé.»

Un élément que Jean-Claude Dassier s'était bien gardé de dévoiler dans ce dossier Mancini, qui n'est sans doute pas blanc comme neige non plus dans cette histoire...

8. S. Eto'o – «L'arbitre a aidé l'Egypte. Elle ne méritait pas de gagner. (…) Mais je ne vais pas m'en prendre à lui. (…) C'est l'Afrique»

Samuel Eto'o, après la défaite du Cameroun en quart de finale de la CAN face à l'Egypte : «C'est ça le sport. Je crois que nous avons livré un très grand match, et on méritait un autre résultat que la défaite. Mais on a joué et l'Egypte a gagné. L'arbitre a un peu aidé l'Egypte, parce qu'elle ne méritait pas de gagner. Mais je ne vais pas m'en prendre à l'arbitre, parce que c'est l'Afrique et qu'on a encore beaucoup de choses à apprendre.»

Le troisième but des Pharaons face aux Lions Indomptables n'était certes pas valable, mais avant cela, le Cameroun n'avait pas fait grand-chose pour aller chercher sa qualification.

9. C. Ancelotti – «Anelka est heureux avec moi et je suis heureux avec lui. C'est un mariage, non ? On ne veut pas divorcer»

Carlo Ancelotti, au sujet de la prolongation de contrat de Nicolas Anelka à Chelsea : «Je crois que le club et son agent sont en train de parler. Ils trouveront la bonne solution, à la fois pour le club et pour lui. Je suis confiant sur sa signature. (…) Anelka m'a dit qu'il voulait rester. Il est heureux de travailler avec moi et je suis heureux de travailler avec lui. C'est un mariage, non ? On ne veut pas divorcer.»

Mariage ou pas, c'est en tout cas une belle déclaration d'amour de la part d'Ancelotti.

10. O. Giroud – «Nicollin m'a demandé ce que j'allais foutre en Ecosse, à Kilwarmock. (…) Je lui ai dit que c'était Kilmarnock»

Olivier Giroud, convaincu par Louis Nicollin de quitter Tours pour rejoindre Montpellier : «Le président Louis Nicollin m'a demandé ce que j'allais foutre en Ecosse, alors que le championnat français est magnifique. Il m'a dit de ne pas aller jouer dans une ville telle que "Kilwarmock" (sic). Je l'ai repris en lui disant que c'était Kilmarnock (rires). Finalement, il m'a convaincu.»

Loulou ne connaît peut-être pas bien la géographie écossaise, mais il sait au moins se montrer persuasif.

C'est sur cette plaisanterie d'Olivier Giroud que se termine le Top Déclarations de la semaine. Rendez-vous dès samedi prochain pour un nouveau numéro !



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Sondage Maxifoot
Constituez votre meilleur onze 2019 ! Quel gardien ?

Alisson (Liverpool)
Ederson (Manchester City)
Jan Oblak (Atletico)
André Onana (Ajax)
Marc-André ter Stegen (Barcelone)
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Les VIDEOS populaires du moment



Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB