Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK

PSG : les petites piques de Thiago Motta

Par Romain Rigaux - Actu Ligue 1, Mise en ligne: le 08/05/2018 à 14h43
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Le milieu de terrain du Paris Saint-Germain, Thiago Motta, a glissé quelques critiques subtiles envers Unai Emery et Antero Henrique, mais aussi certains joueurs, sans les nommer. L'Italien évite l'attaque frontale mais égratigne ses cibles.

PSG : les petites piques de Thiago Motta
Thiago Motta sait tacler avec subtilité.

C'est bientôt la fin pour Thiago Motta (35 ans). A l'issue de la saison, le milieu de terrain raccrochera les crampons pour devenir entraîneur des moins de 19 ans du Paris Saint-Germain. A trois matchs du terme, l'Italien s'est longuement confié dans les colonnes de L'Equipe et balance quelques critiques voilées.

Sa blessure, Motta pointe sa prolongation tardive

Motta revient notamment sur sa blessure au genou qui lui a gâché sa saison. «Il y a eu un avant et un après» , soupire-t-il. Et, selon lui, la cause a été le flou entourant son avenir l'été dernier. «La manière dont se sont déroulées mes vacances l'été dernier, à cause de ma situation contractuelle et du fait que j'ai tardé à signer mon contrat, alors que l'on était d'accord. Franchement, je n'ai pas passé de bonnes vacances. (...) Cela m'a perturbé et je me suis blessé au ménisque» , confie le Transalpin.

C'est le directeur sportif Antero Henrique, arrivé à ce moment-là, qui aurait remis en cause un accord entre le joueur et son président Nasser Al-Khelaïfi. Interrogé sur la responsabilité du Portugais, il préfère botter en touche. «Je ne donne pas de nom. J'étais très inquiet, trop même» , glisse Motta. Il ne confirme pas, mais ne dément pas non plus. C'est un peu la position adoptée dans cette interview. L'Italien prend soin de ne pas pointer du doigt directement des responsables, mais il égratigne tout de même.

Le choix d'Emery à Madrid et sa gestion

Par exemple, si Motta ne critique pas directement les choix de son entraîneur Unai Emery, il fait comprendre qu'il n'était pas d'accord avec lui. C'est notamment le cas concernant son absence lors du 8e de finale aller de Ligue des Champions face au Real Madrid (1-3, le 14 février). «Pendant un mois, au Camp des Loges, j'ai tout fait pour revenir au top pour ce match et l'entraîneur a choisi de ne pas me retenir» , commence-t-il.

Une décision comprise ? «Il ne s'agit pas de savoir si j'ai compris ou pas. Maintenant je me mets dans la peau d'un entraîneur et, quand le coach a son idée, il faut la respecter et c'est respectable. Après, si je suis d'accord ou pas, ça ne change rien. Je voulais jouer et je me sentais capable de le faire» , explique-t-il, sans cacher tout de même une petite amertume. «Comme joueur, j'étais triste car je pouvais rendre service, peut-être pas sur le terrain, mais je pouvais être dans le groupe pour aider.»

L'ancien Barcelonais évoque ensuite la gestion de l'Espagnol. A la question de savoir si Paris a manqué de leaders, il répond : «Non, pour avoir des leaders, il faut leur donner de l'espace pour s'exprimer, des responsabilités. C'est une manière de travailler, de gérer un groupe.» Et Motta précise qu'Emery «aime tout contrôler» et qu'on «ne peut pas dire ensuite qu'il n'y a pas de leader» . S'il assure que ce «n'est pas une critique envers Unai» , ça y ressemble un peu alors qu'il loue juste avant la faculté de Carlo Ancelotti à savoir impliquer ses joueurs.

La philosophie de jeu du PSG

Mais Motta ne met pas tout sur le dos de son entraîneur, loin de là. Il critique aussi l'équipe et le changement de philosophie observé lors des grands rendez-vous. «Si on possède une idée, on s'y tient, il faut juste que tout le monde en soit convaincu» , glisse-t-il, avant de prendre l'exemple de l'élimination contre Chelsea (3-1, 0-2) en 2013 : «Et au retour là-bas, on a attendu de nous-mêmes, alors que ce n'était pas une consigne du coach (Laurent Blanc, ndlr).»

Le Transalpin l'avoue, il ne sait pas pourquoi les joueurs réagissent ainsi. «Je fais partie du club et je ne sais pas, comme face au Real au retour (1-2, le 6 mars), explique-t-il. On a ressenti une frustration énorme. On voulait les battre, mais on ne savait pas comment faire. Il faut que l'on pense tous de la même manière. (...) Peut-être que deux ou trois joueurs chez nous pensaient que l'on pouvait jouer en contre à certains moments. Le jour J, ça n'a pas fonctionné.» Après les déclarations d'Emery sur son incapacité à imposer son message lors de son arrivée et ces propos de Motta, on comprend qu'il manque un véritable capitaine au navire parisien. Mais aussi qu'il est temps de changer des choses dans cet effectif.

Que vous inspirent les propos de Thiago Motta ? N'hésitez pas à réagir et à débattre dans l'espace «Ajouter un commentaire» ...







Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens FRANCE - Ligue 1


Ligue 1 - les fiches CLUB


Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
TOP 15
PEPITES
jeunes de Ligue 1
Votre Equipe type
2020
par les lecteurs
de Maxifoot
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB