Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK

"Si Benzema est surcoté, qui ne l'est pas ?" - (BILLET de Y. Touaitia)

Par Youcef Touaitia - Billet, Mise en ligne: le 19/10/2017 à 18h17
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Cible des critiques suite à sa prestation moyenne face à Tottenham (1-1) mardi, l'attaquant du Real Madrid Karim Benzema déchaîne toujours autant les passions. Surcoté pour certains, crack pour d'autres, le Français divise. Pourtant, ce qu'il entreprend depuis près d'une décennie en club ne devrait pas laisser de place au doute.

Benzema traverse une période compliquée à Madrid.

Le billet d'humeur de Youcef Touaitia

«C'est moi ou Benzema est un peu surcoté ? Un but de temps en temps dans une équipe aussi forte que le Real Madrid, ça n'a rien de spécial. C'est décent, mais pas génial.» Mardi soir, Gary Lineker a de nouveau ouvert la boîte de Pandore en relançant le sempiternel débat sur Karim Benzema, qui a rendu une pâle copie contre Tottenham (1-1). Une phrase qui déchaîne les passions à laquelle j'aimerais répondre tout simplement : non, Benzema est un grand attaquant et un très grand joueur.

Avant toute chose, je mets d'entrée le sujet équipe de France de côté. Je comprends ceux qui critiquent l'attaquant pour ses prestations moyennes en sélection depuis 2007 comme je comprends ceux qui militent pour son retour. Des joueurs extraordinaires qui ont brillé en club mais pas avec leur pays, et inversement, il y en a à la pelle. Non, je veux surtout me concentrer sur ce que Benzema réalise en club depuis ses débuts, plus particulièrement depuis son départ de l'Olympique Lyonnais pour la capitale espagnole en 2009. J'ai tout simplement envie de répondre à Lineker que jouer numéro 9 au Real Madrid, c'est probablement la chose la plus difficile pour un footballeur ! A mon sens, l'Anglais, qui s'était déjà fendu du même tweet le 14 avril 2015, au soir d'une prestation ratée de Benzema contre l'Atletico, comme s'il n'attendait finalement qu'un petit moment de faiblesse du principal intéressé pour dégainer, est complètement à côté de la plaque et se pose, une fois de plus, la mauvaise question.

Mais qui va enfin le sortir, ce surcoté ?

Être titulaire depuis près de neuf ans au Real, c'est quelque chose d'unique que très peu de joueurs sont capables de faire. Faut-il rappeler à Lineker que la pression dans ce club est incomparable avec ce qui se fait ailleurs ? Manuel Pellegrini, José Mourinho, Carlo Ancelotti, Rafael Benitez, Zinedine Zidane, tous ont eu le Français sous leurs ordres et pas un seul n'a daigné le mettre sur le banc. Pourquoi ? Ses détracteurs avanceront l'excuse la plus répandue : c'est Cristiano Ronaldo qui veut jouer avec Benzema car c'est le seul attaquant, parmi les plus doués, qui accepte de ne pas lui faire de l'ombre. OK, ça peut se tenir. Mais à un moment donné, il faut se rappeler que l'on parle du Real Madrid. Peu importe ton poste ou ton rôle, tu seras toujours sous le feu des critiques et il faut que tu sois au top à chaque match, à chaque entraînement pour garder ta place. Chose que Benzema fait avec brillo depuis près d'une décennie. Car si cela n'était pas le cas, il aurait été jeté aux oubliettes comme de nombreux grands joueurs avant lui dans cette institution impitoyable.

Gonzalo Higuain, Chicharito Hernandez, Emmanuel Adebayor, Alvaro Morata, aucun de ces buteurs n'a réussi à bousculer Benzema. Trop égoïstes, pas «Cristiano-compatible» , probablement. Plutôt que de critiquer le Lyonnais pour son prétendu manque de personnalité, applaudissons-le pour avoir réussi à s'adapter à cette situation donnée en étant le plus fidèle des soldats du quadruple Ballon d'Or. Il n'y a aucun mal à ça, ce n'est pas une honte. Être l'acolyte d'un des plus grands joueurs de tous les temps, c'est même un privilège ! Un signe d'intelligence et une humilité qui l'honorent. Pendant que certains courent encore et toujours derrière la gloire, Benzema, lui, s'est bâti un palmarès digne des plus grands. Et il faut être malhonnête pour dire qu'il n'a pas une très grande part de responsabilité dans les récents succès de son club.

Des statistiques honorables, une influence sous-estimée

Attardons-nous sur ses statistiques. 370 matchs, 181 buts, 81 buts passes décisives avec le Real, soit une moyenne de 22,6 buts pour 10 offrandes en 8 saisons pleines. Honorable, surtout dans une équipe qui joue avant tout pour le monstre Ronaldo. Aucun penalty, pas de coup franc, le Tricolore marque uniquement dans le jeu, chose qu'il faut souligner lorsque l'on veut le comparer à ses homologues évoluant ailleurs. Directement impliqué sur 262 buts avec le Real, Benzema est souvent à la construction des actions, un travail de l'ombre que les chiffres ne mettent pas en avant mais qui est d'une importance capitale lorsque l'on veut analyser de la manière la plus honnête son utilité au sein de la formation ibérique. Pour exemple, le plus récent, son festival lors de la demi-finale retour de C1 très mal embarquée face à l'Atletico en mai dernier, lorsqu'il avait humilié trois Colchoneros et définitivement offert à son équipe le billet pour la finale à Cardiff.

Ses détracteurs devraient également mettre en avant ses statistiques dans les matchs qui comptent. Douzième meilleure gâchette de la longue histoire des Clasicos, Benzema est, à seulement 29 ans, le cinquième meilleur scoreur de l'histoire de la C1 avec 51 réalisations en phase finale, dont 13 à partir des rencontres à élimination directe, en 96 sorties. C'est mieux qu'Andriy Shevchenko, Thierry Henry, Filippo Inzaghi, Zlatan Ibrahimovic, Didier Drogba, Samuel Eto'o, Alessandro Del Piero, Wayne Rooney… et la liste est encore très longue. Donc je veux bien que Benzema soit un porteur d'eau hors-pair, mais le bilan comptable ne ment pas. Les fans des Merengue n'oublieront pas de souligner que c'est lui qui permet au Real de revenir de Lyon (1-1), en 2011, avec le résultat du nul, lors des 8es, après six éliminations de rang à ce stade, ou qui porte le Real face au Bayern Munich lors de la demi-finale aller en 2014 (1-0), mettant Pep Guardiola dos au mur avant la correction du retour (4-0).

Benzema, le plus régulier depuis dix ans

Ses «concurrents» dans les autres clubs, eux, n'en diront pas autant. Au jeu du «qui est l'attaquant le plus régulier au très haut niveau ?» , qui tiendrait réellement la dragée haute à Benzema ? Luis Suarez ? Pourquoi pas. Robert Lewandowski ? Oui et non. Depuis son quadruplé mémorable avec Dortmund contre le Real en 2013, le Polonais, qui n'a pas à se soucier d'avoir un CR7 à ses côtés, est invisible dans les gros matchs de C1. Les supporters du Bayern, comblés en Bundesliga, attendent qu'il en fasse de même en Europe puisqu'il peine à faire des différences face aux gros poissons. Gonzalo Higuain, l'homme fantôme sur la scène européenne ? Sergio Agüero, qui n'a joué qu'une demi-finale de C1 dans sa carrière ? Falcao, Edinson Cavani, des très grands buteurs, certes, mais qui sont encore très loin de Benzema au niveau de l'influence dans ce genre de rencontres ? Ou bien Pierre-Emerick Aubameyang, Harry Kane, Romelu Lukaku, Mauro Icardi, qui, en compilant tous leurs buts en Europe, n'arrivent pas encore à la moitié du bilan du Madrilène ?

Benzema n'est certes pas le très grand buteur qui va faire trembler les filets à 50 reprises dans une saison, mais il est le meilleur dans ce qu'on lui demande de faire, à savoir jouer pour l'équipe, marquer, faire des différences et peser sur les défenses. Dans ce registre, c'est le numéro 9 idéal pour ce Real, et il est donc injuste de le qualifier de surcoté, surtout quand personne n'a réussi à lui prendre sa place en neuf années. Cette tactique est payante, le Real est triple champion d'Europe en 4 ans, pourquoi changer ? Je laisse aux fans de science-fiction les arguments au ras des pâquerettes qui consistent à dire «si untel était là, il mettrait plus de buts que Benzema» . Non, Benzema est au Real, untel est ailleurs, point barre. Benzema aurait, qui sait, pu être un buteur fantastique dans un autre club, où on aurait pu jouer pour lui. Je n'ai pas de boule de cristal pour réécrire l'histoire. Qu'on se le dise, la vie n'est pas FIFA 18. Au lieu de ça, il a préféré être le très bon coéquipier dans la plus grande institution du monde. Une fois sa carrière terminée, on se rendra probablement compte de ce que ce bonhomme, 7e meilleur buteur de l'histoire du Real, a réussi à réaliser. Et ce n'est pas fini...

Selon vous, Benzema est-il surcoté ? N'hésitez pas à réagir et à débattre dans l'espace «Ajouter un commentaire» ...







Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Soutenez-nous, cliquez sur
Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment

Sondage Maxifoot
Etes-vous en faveur d'un retour de Karim Benzema en équipe de France ?

OUI
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Les articles populaires du moment

Ça a fait le buzz depuis 7 jours

Les VIDEOS populaires du moment




 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB