Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
F. Maurice : "Rejouer la Ligue des Champions"
Par Florent Piasecki - Interview, Mise en ligne: le 23/11/2003 à 18h13
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Après des blessures qui l'ont freiné tout au long de sa carrière, Florian Maurice se refait une santé à Bastia. L'ancien grand espoir du foot français est d'ailleurs prudent mais ambitieux quant à la saison du Sporting. Interview d'un avant-centre toujours aussi efficace !

Florian Maurice est né le 18 avril 1975 à Sainte-Foy-lès-Lyon. Il mesure 1m83 et pèse 73 kilos.

La carrière

Pouvez-vous retracer votre parcours ?

J'ai commencé à Lyon le 8 août 92 contre Bordeaux, j'y ai joué treize ans dont cinq en professionnels. Ensuite, je suis parti un an à Paris en 97-98 où j'ai gagné une Coupe de France et une Coupe de la Ligue. Après j'ai signé à Marseille pour trois ans, j'ai été prêté un an au Celta Vigo et je suis revenu. Enfin, j'ai signé à Bastia pour an la saison dernière et j'ai resigné pour un an cette saison.

Vous êtes passé par trois des plus grands clubs français, Lyon, le PSG et l'OM. Lequel vous a le plus marqué ?

C'est délicat parce que chaque période a été un peu particulière pour moi. Lyon, ça a été mes débuts, c'est là que je me suis fait connaître, ça reste un très bon souvenir parce que j'ai fait toute ma formation à Lyon. Et puis, quand on joue dans le club de la ville où l'on est né, c'est toujours un peu particulier. Maintenant, c'est vrai que Marseille restera aussi un bon souvenir, j'ai vécu de très bons moments la première année et des moments un peu plus délicats à cause des blessures les années suivantes. Mais je pense que sur le plan sportif, le plus attrayant était Marseille. Je dis ça parce que Lyon, à l'époque, n'était pas le club qu'il est aujourd'hui.

Au PSG, ça a été un peu délicat, comme pour beaucoup de joueurs à l'époque…

C'était un peu mitigé, j'avais fait une saison moyenne, j'ai perdu ma place en équipe de France, je n'ai pas fait la Coupe du monde donc c'était une année un peu spéciale. Ensuite, on m'a demandé de partir, de quitter le club parce qu'ils n'étaient pas contents de moi, il y avait un nouveau président qui arrivait… Le seul problème, c'est que l'on ne me l'a pas dit en face, je l'ai appris un peu par intermédiaire alors que j'aurais préféré qu'on me dise «voilà, Florian, tu n'as pas fait une bonne saison, on souhaite se séparer de toi».

Et votre saison au Celta Vigo, la découverte de la Liga…

Super. Grande année où j'ai pu découvrir le championnat espagnol même si j'ai très peu joué. J'ai découvert la Liga, le Real, le Barça, jouer dans des stades comme ça, c'est impressionnant. Je garde un très bon souvenir de la ville et des gens du Celta. J'aurais aimé rester un peu plus longtemps en Espagne.

Le Sporting Club de Bastia

Pourquoi avez-vous choisi de rester à Bastia à l'intersaison ?

Déjà, je n'avais pas énormément de propositions, vu que le marché était très fermé. Il y a eu un contact avec Monaco mais ça mettait un peu de temps à se faire, ça faisait déjà quatre semaines que je m'entraînais tout seul donc ça devenait un peu compliqué. Quand Bastia s'est positionné à nouveau, j'ai dit à Monaco que je ne pouvais pas rester éternellement comme ça. J'ai donc signé à Bastia. Maintenant, je ne le regrette pas parce que c'est un club qui me permet de jouer, de retrouver un peu mes sensations, alors qu'à Monaco, je n'aurais peut-être pas joué aussi souvent.

Que pensez-vous du début de saison du club jusqu'à présent ?

On a eu un début de saison pas trop mal mais ça fait deux matches qu'on est un petit peu en galère. C'est vrai que c'est un peu mitigé mais on a eu des très bonnes séries. A Furiani, on arrive à s'en sortir mais à l'extérieur, c'est vrai que c'est un peu plus compliqué. Maintenant, on a quand même joué à Auxerre, à Marseille, à Monaco donc ce ne sont pas des déplacements faciles.

Vu le nombre de joueurs talentueux dans l'effectif du Sporting et le classement de Ligue 1 qui est serré, c'est peut-être l'année ou jamais pour créer la surprise.

C'est vrai que si on arrive à enchaîner deux ou trois victoires, on est tout de suite dans le haut du classement donc c'est vrai que c'est assez serré. Maintenant, on n'a pas non plus un effectif qui est trop important en quantité. Il ne faut pas avoir les yeux plus gros que le ventre, déjà rester en Ligue 1, ensuite on joue match après match et on verra comment ça se passe.

Personnellement, au vu des statistiques, vous faites un bon début de saison (quatre buts, trois passes décisives)…

Je suis content de mon début de saison, à l'image de ce que j'ai fait la saison passée. J'espère encore marquer pas mal de buts et continuer à jouer, à me prouver que j'ai eu quelques mauvaises périodes mais que ça s'est arrangé à peu près.

Apparemment le duo avec Frédéric Née marche bien…

On s'entend très bien, on n'est pas des joueurs égoïstes donc sur le terrain, on essaie de se trouver mutuellement et pour l'instant, ça ne marche pas trop mal.

Pouvez-vous aussi parler un peu de vos autres coéquipiers ?

On a des joueurs qui sont capables de faire la différence par des passes. C'est vrai que Laurent a un très bon "pied" donc pour les attaquants, c'est vraiment positif. Il y a aussi un joueur comme Youssouf Hadji, qui a énormément de percussion et apporte autre chose dans le jeu. On a un groupe assez sympa où il règne une très bonne ambiance donc j'espère qu'on pourra faire quelque chose cette année.

Quels sont vos objectifs personnels et collectifs pour cette saison ?

Personnel, c'est de marquer le maximum de buts, plus que l'année dernière donc plus de dix. En marquer douze, treize, quatorze ou quinze, ce serait un bel objectif pour moi. Collectivement, on pourrait, pourquoi pas, accrocher une place européenne par le biais des coupes nationales ou alors du championnat.

A la fin de la saison, comptez-vous rester à Bastia ?

Je ne sais pas du tout, j'ai signé un an. Après, ça dépendra de toute la saison que je vais faire, du nombre de buts que je vais marquer et puis des propositions, du marché qu'il y aura. En tout cas, j'ai envie de jouer.

Les Bleus

Est-ce que l'équipe de France reste un objectif pour vous ?

Non, plus du tout. J'ai loupé le wagon. J'ai toujours des regrets par rapport à ça. Quand en 96 je fais les Jeux Olympiques, je suis aux portes de l'Equipe de France A, j'ai ma première sélection le 31 août 96, à 22 ans. J'étais un des espoirs qui pouvaient postuler au poste d'avant-centre, parce que c'est vrai qu'à l'époque, l'équipe de France se cherchait un peu par rapport à ce poste. C'est vrai que ça reste pour moi un énorme regret mais j'ai été blessé gravement, et à partir de là, on ne peut pas faire grand chose.

Que retenez-vous de vos six sélections ?

Mon but contre la Croatie, c'est le seul que j'ai mis en équipe de France. Mais je ne retiens pas de chose particulière, je ne me suis pas réellement toujours senti bien dans cette équipe. J'avais des potes, mais bon, voilà.

Quel est votre regard sur l'équipe de France actuelle ?

Il est très positif, je pense qu'il y a une très grosse équipe et c'est clair qu'ils seront encore favoris pour le championnat d'Europe. Je pense que c'est la meilleure équipe du monde actuellement. Malgré leur échec à la Coupe du Monde, ce qu'ils font depuis quelques matches que ce soit pour les qualifications au championnat d'Europe ou pour les matches amicaux, c'est impressionnant quand même.

Perso

Vous avez marqué beaucoup de buts dans votre carrière mais lequel, pour vous, reste le plus beau ?

J'ai marqué un jour un retourné acrobatique en équipe de France espoirs mais personne, hormis les gens présents au stade et les joueurs, ne l'avait vu parce qu'il n'y avait pas de caméras. Sinon à Lyon, j'ai marqué quelques beaux buts, dont une talonnade en lob. Pour moi, quand ça rentre, c'est beau, donc ils le sont tous (rires).

Quel est votre meilleur souvenir pour l'instant ?

Déjà, mon premier match en première division, ça reste un très grand souvenir. Ensuite, il y a la première sélection en équipe de France. Après, il y a aussi des matches importants dans une carrière, comme celui face au Celta Vigo, où j'avais marqué deux buts avec l'OM, ou Paris-Steaua Bucarest où on devait gagner 4-0 pour être qualifiés.

Est-ce que vous avez encore un rêve dans votre carrière de footballeur ?

Oui, rejouer en Ligue des Champions, j'aimerais bien revivre ça.

Y a-t-il un club ou vous espérez jouer ?

Si j'avais la possibilité un jour de revenir à Lyon, je le ferais. De toute façon, c'est simple, chaque été on m'annonce un petit peu à Lyon.

Le monde du foot

Quels sont les joueurs qui vous impressionnent le plus actuellement ?

Je pense qu'actuellement Thierry Henry est le joueur le plus impressionnant au niveau des attaquants. Après, il y a des joueurs comme Roberto Carlos, que j'aime beaucoup, ou Zidane. De toute façon, je suis un fan de Zidane. Mais c'est vrai qu'à l'heure d'aujourd'hui, Thierry Henry a une dimension extraordinaire.

Justement, qui serait votre favori pour le Ballon d'or ?

Je mettrais aussi Thierry Henry. Mis à part le fait qu'il n'ait rien gagné cette année avec Arsenal et que ça se joue relativement sur les victoires obtenues, en qualité pure, pour Henry, il n'y a pas photo.

Etant jeune, avez-vous eu des idoles qui vous ont donné envie de jouer au foot ?

Non, pas spécialement. Ma famille, mon père, mon frère jouaient au foot donc je m'y suis mis. C'est vrai que ma passion, c'était le jeu donc je n'ai jamais trop regardé les matches étant jeune. Même si j'allais à Gerland de temps en temps, je n'ai jamais eu d'idole, je n'ai jamais copié qui que se soit. Après, il y a eu Jean-Pierre Papin comme modèle, à qui on me comparait un peu au début de ma carrière. C'est vrai qu'il a été un buteur exceptionnel donc c'était très flatteur pour moi. Malheureusement, je n'ai pas su marcher sur ses traces, comme on pouvait le prévoir.

Hors foot

En dehors du foot, avez-vous d'autres passions ?

Je m'occupe de ma fille ! C'est une passion extraordinaire, c'est même plus… C'est vrai que ça prend énormément de temps, et comme j'ai la chance d'en avoir en dehors des entraînements, je le passe avec elle.

Les supporters

Pour finir, un petit message pour les supporters bastiais…

Il faut qu'ils continuent à nous soutenir et à croire en nous !

Merci Florian et très bonne saison !



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Sondage Maxifoot
Neymar sera t-il encore au PSG la saison à venir ?

OUI
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents


Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


 A SUIVRE
Le meilleur effectif
LIGUE 1
saison
2018-19
Tout savoir sur
LES DROITS
TV du FOOT
* Dossier Maxifoot *
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB