Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
L'hommage à Highbury
Par Benjamin Contant - Actu Champion's League, Mise en ligne: le 19/04/2006 à 23h33
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Pour le dernier match européen de son histoire, le stade d'Highbury a vu la victoire de ses protégés. Arsenal a en effet disposé de Villarreal (1-0) dans son stade fétiche et entrevoit la finale et le Stade de France à l'issue de cette rencontre tactique et plutôt dominée par les coéquipiers de Thierry Henry. 

Les enjeux de la rencontre

Une demi-finale Arsenal-Villarreal. L'affiche est surprenante, beaucoup plus en tout cas que celle de l'autre demi opposant le FC Barcelone au Milan AC. Les Gunners et le Sous-marin jaune font en effet figure d'outsider car c'est la première fois de leur histoire qu'ils accèdent à ce niveau de la compétition. Les deux équipes connaissent aussi dans le même temps un Championnat difficile (8ème en Liga pour Villarreal, 5ème de Premier League pour Arsenal). Pourtant, les Espagnols n'ont connu la défaite qu'à une reprise en Ligue des Champions cette saison et viennent d'éliminer l'Inter Milan alors que les Londoniens ont sorti successivement le Real Madrid et la Juventus de Turin et restent sur huit matchs d'affilée sans encaisser le moindre but. Arsenal fait d'ailleurs sensation avec sa jeune génération et sa défense composée de joueurs de moins de 25 ans en plus du jeune (18 ans) Fabregas au milieu. Villarreal s'appuie quant à lui sur son meneur vedette argentin Juan Roman Riquelme, véritable distributeur de caviars et instigateur du jeu tout en passes courtes de son équipe ainsi que sur le bouillant public de son stade Madrigal. Si les deux équipes n'avaient pas les faveurs des pronostiqueurs, elles ont des arguments et son capables de produire du grand football. Arsenal continue à faire confiance à ses jeunes pousses et aligne la même équipe qu'au match aller contre la Juventus de Turin, à l'exception de Reyes, suspendu. Villarreal connaît plus de difficultés en défense avec le forfait de ses deux titulaires dans l'axe (Pena et Rodriguez) et alignera une charnière recomposée pour résister aux coups de boutoir d'Henry et consorts.

Les faits marquants de la rencontre

- Arsenal pousse fort en ce début de rencontre en mettant beaucoup de vitesse et d'envie. Henry, servi par Pirès se voit refuser un but pour cause de hors-jeu. Une décision litigieuse (12').

- Touche côté gauche pour Arsenal et subtile déviation de Henry pour Ljungberg. Le long de la ligne dans la surface, le Suédois frappe fort mais trouve le petit filet de Barbosa (20').

- Riquelme se montre enfin dans cette rencontre. A 25 mètres des buts d'Arsenal, le meneur de jeu enroule son coup-franc puissant, capté en deux temps par Lehmann (24')

- Superbe jeu à trois côté gauche entre Flamini, Fabregas et Pirès, à une touche de balle. L'international français hérite du ballon au coin gauche de la surface enroule sa frappe du droit mais son ballon passe juste au dessus (25').

- Débordement de Henry côté gauche qui efface Javi Venta et centre à ras de terre pour Ljungberg. A l'affût au premier poteau, le milieu d'Arsenal se jette mais manque de peu le ballon. Un autre exploit individuel d'Henry pour faire la différence (35') ?

- Arsenal ouvre le score ! Corner de Henry rencoyé par la défense de Villarreal mais le capitaine des Gunners récupère côté gauche, glisse en profondeur vers Hleb qui centre en retrait devant le but pour une reprise de Touré qui s'est bien jeté et envoie le cuir au fond des filets (1-0, 41') !

- Nouveau coup-franc de Riquelme ! Beaucoup plus dangereuse cette fois-ci, la frappe puissante du cou du pied de 25 mètres tirée à côté du mur file sur Lehmann qui repousse dans un beau réflexe (45').

- Arsenal fait le siège de la surface de Villarreal et au bout d'un énième débordement dans la surface, Eboué trouve Henry sur un centre en retrait à ras de terre. Au point de penalty, l'attaquant reprend en piquant son ballon mais Arzo dégage devant sa ligne de la tête (56').

- Enfin Villarreal se procure une occasion dans cette seconde période. Senna, dans l'axe à plus de vingt mètres n'est pas attaqué et frappe du gauche. Le tir rebondit devant le poteau gauche des buts adverses mais Lehmann plonge et se saisit du ballon (67').

- Riquelme fait frissonner Highbury ! Le meneur argentin cherche le holld-up sur cette frappe lointaine mais le tir de l'extérieur du pied passe assez largement à côté de scages de Lehmann (90+2').

- Bergkamp tout près d'être décisif ! Le vétéran d'Arsenal est à l'affût pour reprendre un coup-franc de Van Persie dévié par Henry mais Javi Venta est là pour dégager (90+3').

La prestation d'Arsenal

Arsenal était un cran au dessus de ses adversaires techniquement mais face à l'organisation espagnole n'a pu développer son jeu en mouvement basé sur les débordement et les décalages en une touche de balle que par intermittence. Les Gunners ont fait preuve d'une grande envie dans les duels, le jeu dans les intervalles tout en ne montrant aucun signe de faiblesse en défense, portant leur série sans encaisser de but à dix matchs. Les jeux en triangle ne suffisaient pas pour déstabiliser totalement Villarreal et les Londoniens ont saisi l'opportunité d'un coup de pied arrêté pour ouvrir le score. Les locaux ont ensuite conservé la possession du ballon et ont provoqué balle au pied l'arrière garde adverse pour faire la différence et accroître leur avance à la marque. Les nombreux duels remportés sur les côtés n'ont pas été suffisants, les centres en retrait étant souvent coupés ou déviés par un jaune. Par manque de précision dans le dernier geste et malgré un jeu déployé souvent très séduisant, Arsenal s'impose sur la plus petite des marges et devra rester vigilant au match retour.

Lehmann a su se montrer vigilant sur les frappes lointaines de Riquelme et s'est montré impeccable sur sa ligne et ses sorties. Eboué a livré des accélérations foudroyantes. Une grande présence sur son côté sans délaisser les tâches défensives, mais manque de précision dans les centres. Flamini a gagné la plupart de ses duels et est monté avec beaucoup d'intelligence. La charnière Senderos-Touré n'a jamais été prise en défaut et confirme sa grande forme actuelle. Le second est même l'auteur de l'unique but de la rencontre. Au milieu, Gilberto a remporté un grand nombre de duels avec un jeu très physique. Fabregas a démontré une nouvelle fois sa vision de jeu dans les déviations à une touche de balle mais s'est montré moins en vue en seconde période. Hleb a eu une grosse activité et une certaine clairvoyance dans ses passes. Pirès a joué un rôle tactique au milieu et ne s'est pas rué à l'attaque. Dangereux en début de match. Ljungberg a multiplié les courses mais a pêché dans le dernier geste. Henry s'est montré très disponible en provoquant balle au pied sur le côté gauche. Sa capacité à éliminer son adversaire direct n'a pas été suffisamment exploitée.

La prestation de Villarreal

Finalement, les Espagnols s'en sortent bien. Cette courte défaite ne leur ferme pas totalement les portes du Stade de France avec la perspective de recevoir au retour dans leur bouillant stade du Madrigal. Le sous-marin jaune n'a pas coulé au tableau d'affichage mais a été dominé. Après dix minutes difficiles, Villarreal est toutefois parvenu à mieux ressortir le ballon et appliquer son jeu en passes courtes tout en exploitant quelques espaces. Un pressing sur la jeune défense londonienne pour perturber le jeu collectif de leurs adversaires lui permettait de ne pas concéder trop d'occasions. En possession du ballon, les Espagnols avaient tout intérêt à ralentir le rythme en faisant circuler le ballon par l'intermédiaire de passes courtes, leur marque de fabrique. Seulement les visiteurs sont souvent tributaires de la forme de leur meneur Riquelme, qui n'était alors pas dans un grand soir. Bien organisés au milieu, ceux-ci subissaient la loi des Gunners sur les côtés et la défense centrale inhabituelle pour cette rencontre devait s'employer sur les multiples centres et dribbles adverses. Finalement, Villarreal s'en sort bien mais devra se montrer plus entreprenant et tonique dans les duels au retour.

Le remplaçant Barbosa a livré un match correct mais n'a pas osé trop s'éloigner de sa ligne. Javi Venta a paru totalement dépassé par la vitesse de ses adversaire sur son côté droit avant de se ressaisir quelque peu en seconde période. L'axe central a souffert mais a écarté le pire. Arzo et Quique Alvarez se sont montrés accrocheurs pour repousser les assauts adverses. Arrabarrena n'a pu monter sur son côté et a manqué de vivacité sur les débordements adverses. Au milieu Senna a énormément travaillé pour contenir le milieu d'Arsenal alors que Sorin a beaucoup couru, parfois dans le vide. Les deux se sont dépensés et n'ont pu amené de réel écho en attaque. Tacchinardi a soulagé sa défense centrale en jouant très bas et amené son expérience européenne. Riquelme n'a pu faire la différence. Il n'a pu orienter le jeu de son équipe vers l'avant comme il en a l'habitude. Seulement dangereux sur coup-franc. Forlàn aime les situations de contre et les espaces mais n'a pas vraiment été servi dans de bonnes conditions. José Mari a été très discret avant de céder sa place sur blessure.

Arsenal a dominé Villarreal mais rien n'est joué avant le match retour. Les Espagnols ont déjà remonté un retard d'un but au tour précédent après la défaite de l'aller contre l'Inter Milan. Les Italiens avaient au retour découvert l'ambiance survoltée du petit stade du Madrigal pour finalement s'incliner. Un avertissement pour les Gunners dominateurs mais vainqueurs par la plus petite des marges.


Arsenal – Villarreal 1-0 (1-0)
Stade : Highbury
Arbitre : Mr Plautz
But : Touré (41’)
Avertissements : Arzo (3’), Riquelme (45+1’), Tacchinardi (60’), Franco (88’), Arruabarrena (89’)

Les équipes :

Arsenal : Lehmann – Eboué, Senderos, Touré, Flamini – Hleb (Bergkamp, 80’), Gilberto, Fabregas, Pires, Ljungberg (Van Persie, 81’) – Henry (cap)

Villarreal : Barbosa – Javi Venta, Quique Alvarez, Arzo, Arruabarrena – Senna, Tacchinardi, Riquelme, Sorin (Josico, 73’) – José Mari (Franco, 55’), Forlàn (Calleja, 90+4')



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens LIGUE des CHAMPIONS


Sondage Maxifoot
100 M€ + Rakitic + Coutinho contre Neymar, qui ferait la meilleure affaire ?

Barcelone
PSG
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Le meilleur effectif
LIGUE 1
saison
2018-19
Tout savoir sur
LES DROITS
TV du FOOT
* Dossier Maxifoot *
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB