Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Le TOP déclarations de la semaine - N°23
Par Thomas Naudet - Top Declarations, Mise en ligne: le 12/01/2006 à 20h43
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Cette semaine, retrouvez une édition largement consacrée à l'Olympique Lyonnais et à son président, Jean-Michel Aulas. Frédéric Thirez, et Jean-Claude Plessis nous parlent de l'homme fort du football français ; Florian Maurice et Sabri Lamouchi expliquent, quant à eux, les raisons qui rendent l'OL unique en France. Retrouvez également un débat savoureux sur les jeunes de Ligue 1 animé, entre autres, par Rolland Courbis et Frédéric Antonetti.

Durant la semaine, Maxifoot recense dix déclarations parmi les plus intéressantes, pertinentes ou originales. A ne pas manquer pour dresser un panorama légèrement décalé de l'actu de la semaine.

JMA, l'homme méthodique

Jean-Michel Aulas (président de l'Olympique Lyonnais) : «Je représente une culture de club, un certain état d'esprit fait de rigueur, de patience, de persévérance, tout ce qui fait que l'OL a réussi petit à petit à devenir ce qu'il est devenu. (…) On s'intéresse à l'OL aujourd'hui, comme hier à Reims, Saint Etienne ou l'OM. La différence c'est que l'on connaît la réussite après être sorti d'une très longue période de difficultés.»

Frédéric Thiriez (président de la Ligue de Football Professionnel) : «Aulas défend toujours et avant tout son club. Quand il fait quelque chose il faut toujours chercher quel est l'intérêt de l'OL derrière.»

Jean-Claude Plessis (président du FC Sochaux Montbéliard) : «C'est un homme qui ne lâche rien. Qui travaille beaucoup et sait s'entourer de redoutables prédateurs, Lacombe, Facioli, Blanc, sa garde rapprochée. Ça fait un peu lèche-cul mais il n'y a rien à dire. On ne peut qu'applaudir et essayer de se rapprocher de cela.»

L'OL et les autres

Jean-Michel Aulas (président de l'OL) : «Je n'ai jamais enquiquiné les entraîneurs. Je ne discute même pas avec eux avant les matchs. Maintenant, quand Gérard Houllier souhaite m'expliquer ses choix, je suis ravi et je le prends comme une marque d'estime. Mais chacun à sa place !»

Florian Maurice (ex-avant-centre de l'OL et de l'Olympique de Marseille) : «La différence entre Lyon et l'OM ? C'est la stabilité bien sûr. A Lyon, le président est quasiment le même depuis vingt ans. A Marseille, j'ai connu trois présidents et sept ou huit entraîneurs en trois ans. Les chiffres parlent d'eux-mêmes.»

Sabri Lamouchi (Milieu de terrain de l'OM) : «Il y a Lyon et les autres et c'est navrant. Ce doit même un peu frustrant pour les lyonnais, cette absence de rivalité en tête du championnat. Ils doivent se battre essentiellement contre eux-mêmes. Heureusement qu'ils peuvent se mesurer aux meilleurs en ligue des champions.»

Le péril jeune ?

Frédéric Antonetti (entraîneur de l'OGC Nice) : «J'avais décidé de donner leur chance aux jeunes et de voir ce qu'ils avaient dans le ventre. Bon, j'ai vu. On tend la perche et ils ne la saisissent pas. Dans la vie la chance ne revient pas toujours.»

Rolland Courbis (désormais ex-entraîneur de l'AC Ajaccio) : «Dans le contexte actuel, je m'interroge s'il ne vaudrait pas mieux que je fasse jouer des jeunes plein de jus. On prétend qu'ils n'ont pas l'expérience des titulaires mais quand on voit l'attitude de ceux là, je me demande ce que ça changerait.»

Jean-Claude Plessis (président du FC Sochaux) : «Vous avez les gars de vingt-cinq - trente ans qui sont mariés, les Africains qui sont rigolos mais qui préfèrent vivrent entre eux, et les jeunes qui ne veulent pas écouter les anciens. Il faut ressouder tout. J'ai donc parlé aux joueurs : «vous êtes payés comme des gladiateurs, sans la mort, et vous venez au stade comme on vient à l'usine !» A dix huit ans ils sont déjà blasés. Ca suffit !»

Bienvenue à Noisy !

Nasser Sandjak (entraîneur de Noisy-le-sec) : «On a prouvé que Noisy-le-Sec, ce n'était pas Beyrouth, ni la Palestine. Qu'ici on pouvait faire des efforts pour offrir aux gens la possibilité de voir une équipe comme Auxerre. J'espère que la prochaine fois, les bourguignons n'auront pas peur de revenir chez nous.»

A la semaine prochaine !



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Sondage Maxifoot
Quel adversaire souhaitez-vous en priorité pour l'OL en 8es de Ligue des Champions ?

Liverpool
FC Barcelone
Manchester City
Juventus Turin
Bayern Munich
FC Valence
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Les VIDEOS populaires du moment



Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB