Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Navas, ce héros ! - Débrief et NOTES des joueurs (Costa Rica 1-1 (5-3 tab) Grèce)
Par Romain Rigaux - Actu Mondial 2014, Mise en ligne: le 30/06/2014 à 01h08
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Le Costa Rica jouera les quarts de finale de la Coupe du monde. Les Costariciens, réduits à dix en seconde période, ont éliminé la Grèce (1-1, 5-3 tab) en huitièmes de finale grâce une nouvelle fois à un excellent Navas, décisif durant la séance des tirs au but.

Navas, ce héros ! - Débrief et NOTES des joueurs (Costa Rica 1-1 (5-3 tab) Grèce)
Navas, un gardien décisif pour le Costa Rica

Grande surprise de la phase de groupes de cette Coupe du monde, le Costa Rica poursuit sa belle aventure en se qualifiant pour les quarts de finale. Une première dans son histoire ! Le suspense étant le maître-mot des huitièmes de finale de ce Mondial, cette rencontre face à la Grèce n'a pas dérogé à la règle puisque la décision s'est faite lors de la terrible séance des tirs au but. A ce petit jeu, les Costariciens ont été les meilleurs (1-1, 5-3 tab) !

45 premières minutes soporifiques...

Contrairement à ce que l'on pouvait attendre, les Grecs n'ont pas adopté leur attitude habituelle ultra-défensive et ils se sont même montrés plutôt joueurs face à des Costariciens sans doute surpris et incapables de développer leur jeu. Finalement, ce sont les Ticos qui ont procédé en contre, sans réellement se montrer dangereux durant la première période, alors que la Grèce a joué tous les coups à fond en s'illustrant essentiellement sur des frappes lointaines. Navas a tout de même dû s'employer pour repousser un tir à bout portant de Salpingidis. Bref, il n'y avait pas de quoi sauter au plafond après 45 minutes...

Le coup de patte de Ruiz et le mental grec

Alors que la seconde période repartait sur le même rythme, le Costa Rica lançait enfin la rencontre et Ruiz profitait de la passivité de la défense adverse pour ouvrir le score d'un plat du pied subtil à l'entrée de la surface (1-0, 52e). Dans la foulée, les Ticos auraient dû obtenir un penalty pour une main de Torosidis dans sa surface. La Sele semblait en tout cas avoir pris le dessus psychologiquement, mais l'expulsion de Duarte pour un deuxième avertissement relançait la partie. La sélection hellène poussait ensuite en tentant de profiter de sa supériorité numérique et grâce à ses ressources mentales parvenait à égaliser dans les arrêts de jeu grâce à Papastathopoulos (1-1, 90e+1) !

Navas évite une tragédie grecque

Rincés physiquement, les deux équipes ne parvenaient pas à faire la différence durant la prolongation, même si les Grecs étaient bien sûr les plus dangereux avec un joueur supplémentaire sur le terrain pendant que les Costariciens défendaient comme ils le pouvaient avec beaucoup de courage. Mais Navas repoussait toutes les tentatives grecques. La décision devait alors se faire lors de la séance des tirs au but et Navas s'illustrait encore en repoussant le tir de Gekas, le seul a avoir échoué ! Le Costa Rica affrontera donc les Pays-Bas au tour suivant.

La note du match : 5/10

Pendant près d'une heure de jeu, on était loin du spectacle proposé par les trois premiers huitièmes de finale de cette Coupe du monde. Mais l'expulsion de Duarte pour le Costa Rica a totalement relancé une équipe grecque qui a poussé pour revenir au score dans les arrêts de jeu. Finalement, le suspense de la prolongation et de la séance des tirs au but a apporté un peu de piquant dans ce match, d'un niveau technique tout de même décevant.

Les buts :

- Bolanos hérite du ballon côté gauche et temporise avant de décaler Ruiz dans l'axe. Le capitaine costaricien reprend d'un plat du pied gauche subtil à ras de terre et laisse Karnezis sans réaction (1-0, 52e).

- Navas repousse une frappe de Gekas mais le ballon revient sur Papastathopoulos, qui marque en force et avec de la réussite (1-1, 90e+1).

Les NOTES des joueurs :

Maxifoot a décerné une note (sur 10) commentée à chaque joueur.

L'homme du match : Keilor Navas (8,5/10)

Le Brésil a Julio Cesar, le Costa Rica a Keilor Navas ! Un superbe arrêt sur un tir de Salpingidis puis plusieurs interventions décisives. Durant la prolongation, il a encore été très présent et réalise deux nouvelles parades décisives, avant de repousser la tentative de Gekas durant la séance des tirs au but. Impérial !

COSTA RICA :

Keilor Navas (8,5) : lire le commentaire ci-dessus.

Oscar Duarte (4) : présent dans les duels en début de match, il a ensuite été en difficulté dans son marquage et dans le jeu aérien face à Samaras. Averti à la 42e pour avoir retenu Christodoulopoulos puis exclu à la 67e pour un deuxième avertissement après un tacle en retard sur Cholevas.

Giancarlo Gonzalez (5) : il a eu beaucoup de mal à contenir Samaras durant toute la rencontre, mais il a fait preuve de courage dans ses interventions.

Michael Umana (5,5) : il a souvent compensé les espaces laissés par ses partenaires en défense. Un match solide.

Cristian Gamboa (6) : il a fait l'essuie-glace dans son couloir droit. Présent défensivement, il n'a jamais hésité à proposer des solutions sur les phases offensives. Remplacé à la 77e par Johnny Acosta (non noté).

Celso Borges (4) : du déchet technique, il a eu du mal à peser dans l'entrejeu.

Yeltsin Tejeda (4) : à l'image de Borges, il a trop subi le pressing grec au milieu. Il a manqué de jus pour harceler ses adversaires. Remplacé à la 65e par Jose Cubero (non noté).

Junior Diaz (5) : il a bien tenu son couloir gauche défensivement, mais il n'a pas apporté grand-chose offensivement.

Bryan Ruiz (6) : le capitaine costaricien a encore distillé de bons ballons et il a bien combiné avec ses partenaires en attaque. Il ouvre le score d'un subtil coup de patte. Averti à la 70e pour avoir retenu Samaras.

Joel Campbell (5,5) : l'attaquant costaricien a tenté de faire la différence grâce à sa vitesse et sa technique, mais il était trop souvent seul. Il a fini la rencontre lessivé et c'est logique puisqu'il a couru pendant 120 minutes sans jamais se plaindre. Quelle débauche d'énergie !

Christian Bolanos (5,5) : précieux offensivement, il a encore délivré de belles passes dont une décisive pour Ruiz. En plus, il a beaucoup travaillé pour bloquer son couloir. Remplacé à la 83e par Randall Brenes (non noté).

GRECE :

Orestis Karnezis (4,5) : il n'a pas eu grand-chose à faire dans cette partie mais doit s'incliner sur la frappe de Ruiz. Pas décisif durant la séance de tirs au but avec aucun arrêt.

Vasileios Torosidis (3,5) : il n'attaque pas assez Bolanos sur le but de Ruiz, puis il aurait dû provoquer un penalty pour une main dans sa surface.

Sokratis Papastathopoulos (6) : il a fait son match défensivement, même s'il a été pris plusieurs fois de vitesse par Campbell en début de match. Costaud dans les duels.

Konstantinos Manolas (6) : de bonnes interventions dans les pieds adverses et il a dégagé une belle sérénité. Averti à la 72e pour une faute sur Campbell.

José Cholevas (6,5) : il a bien tenu son couloir gauche et il a livré un gros combat face à Gamboa. Il a délivré un superbe centre sur la plus belle occasion de la première période avec l'arrêt superbe de Navas. Un match plein

Georgios Karagounis (5) : l'expérimenté capitaine grec a tenté d'apporter du soutien à Samaras en première période et il a pris sa chance sur des frappes, puis il a eu plus de mal physiquement au fil des minutes.

Ioannis Maniatis (4) : il n'est pas parvenu à peser dans l'entrejeu et il a fait preuve d'imprécision dans ses transmissions. Remplacé à la 78e par Konstantinos Katsouranis (non noté).

Andreas Samaris (4) : du déchet dans son jeu, mais il a participé activement au pressing au milieu. Averti à la 35e pour une faute sur Campbell. Remplacé à la 58e par Konstantinos Mitroglou (non noté), qui a manqué de précision dans le dernier geste.

Dimitrios Salpingidis (5) : il n'est pas loin d'ouvrir le score en première période, mais il a eu du mal à faire la différence offensivement. Remplacé à la 69e par Theofanis Gekas (non noté), dont la frappe repoussée amène l'égalisation. Mais sa tentative est stoppée lors de la séance des tirs au but.

Georgios Samaras (6) : il a rapidement pris le dessus physiquement et techniquement sur la défense centrale costaricienne. Il a bien rempli son rôle de pivot.

Lazaros Christodoulopoulos (6,5) : de bons appels et des courses intéressantes dans son couloir gauche. Il a su faire la différence par sa technique mais il a cependant eu un peu de mal à aller au bout de ses actions. Un match plein tout de même avec beaucoup d'énergie dépensée dans le repli défensif.

Et pour vous, quels ont été les trois MEILLEURS joueurs et les trois plus MAUVAIS de chaque équipe ? Réagissez dans la rubrique "commentaires" ci-dessous !

Ruiz a ouvert le score pour le Costa Rica (1-0, 52e)

La joie des Grecs après l'égalisation en fin de seconde période (1-1, 90e+1)

Le Costa Rica exulte après la séance des tirs au but

FICHE TECHNIQUE
Coupe du monde - Huitième de finale
Costa Rica 1-1 Grèce (0-0)
Arena Pernambucano, Recife
Arbitre : M. Williams (AUS)
Buts : Ruiz (52e) pour le Costa Rica - Papastathopoulos (90e+1) pour la Grèce.
Avertissements : Duarte (42e, 67e), Tajeda (48e), Ruiz (70e), Navas (89e) pour le Costa Rica - Samaris (35e), Manolas (72e) pour la Grèce.
Exclusion : Duarte (67e) pour le Costa Rica.

Costa Rica : Navas - Duarte, Gonzalez, Umana - Gamboa (Acosta, 77e), Borges, Tejeda (Cubero, 65e), Diaz - Ruiz - Campbell, Bolanos (Brenes, 83e). Sélectionneur : Jorge Luis Pinto

Grèce : Karnezis - Torosidis, Papastathopoulos, Manolas, Cholevas - Maniatis (Katsouranis, 78e), Karagounis, Samaris (Mitroglou, 58e) - Salpingidis (Gekas, 69e), Samaras, Christodoulopoulos. Sélectionneur : Fernando Santos.



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens de la rubrique MONDIAL 2014


Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment

Sondage Maxifoot
100 M€ + Rakitic + Coutinho contre Neymar, qui ferait la meilleure affaire ?

Barcelone
PSG
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents



 A SUIVRE
Le meilleur effectif
LIGUE 1
saison
2018-19
Tout savoir sur
LES DROITS
TV du FOOT
* Dossier Maxifoot *
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB