Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Le jour et la nuit pour l'Argentine et Messi - Débrief et NOTES des joueurs (Argentine 2-1 Bosnie)
Par Maxime Deloffre - Actu Mondial 2014, Mise en ligne: le 16/06/2014 à 01h57
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

L'Albiceleste a dominé la Bosnie ce dimanche au Maracana mais a longtemps joué à se faire peur, avant que Messi ne fasse parler la poudre. Les Bosniens y ont longtemps cru mais ont manqué de réalisme (2-1).

Le jour et la nuit pour l'Argentine et Messi - Débrief et NOTES des joueurs (Argentine 2-1 Bosnie)
Lionel Messi échappe à Miralem Pjanic et se montre enfin décisif en Coupe du monde.

Considérée comme l'une des favorites de la compétition, l'Argentine est loin d'avoir livré une prestation digne de ses prétentions. En dépit de sa victoire sur une Bosnie vigoureuse (2-1), les coéquipiers de Messi ont souffert. Le quadruple Ballon d'Or a pourtant laissé son empreinte sur la rencontre, en inscrivant un but somptueux après un raid solitaire. Son deuxième but seulement en Coupe du monde, mais d'une importance cruciale.

L'Argentine marque puis recule

Les affaires partaient pourtant bien pour l'Argentine, portée par un public exceptionnel. Dès l'entame de match, le Bosnien Kolasinac détournait un ballon dans ses propres filets (1-0, 3e). Mais au lieu de confirmer l'estoc, l'Albiceleste reculait et se laissait bousculer, contrainte de multiplier les fautes, notamment par Mascherano. La défense à cinq mise en place par Alejandro Sabella donnait l'impression d'une Argentine trop frileuse, exposée à la hargne des Bosniens, qui découvraient la Coupe du monde. Romero devait d'ailleurs s'employer avant la pause pour sortir une tête de Lulic.

Sabella comprenait son erreur et réajustait sa tactique au retour des vestiaires, en repassant en un 4-4-2 classique.  Mais l'effet était loin d'être immédiat. La Bosnie continuait d'affoler le milieu de terrain et ratissait de nombreux ballons dans l'entrejeu, mais ses frappes de loin restaient sans danger pour Romero.

Messi, forcément

Messi, l'homme providentiel, réalisait une prestation décevante, symbolisée par un coup franc s'envolant dans les tribunes. Mais au moment opportun il sortait de son hibernation et doublait la mise au terme d'un raid solitaire (2-0, 65e). Un but qui avait le don de réveiller ses coéquipiers et de tuer tout espoir de revenir chez les Bosniens. Sabella serrait les poings, son homologue Susic ressassait les occasions manquées, les mains sur les hanches.

L'Argentine déroulait tranquillement et se montrait toujours plus menaçante jusqu'au coup de sifflet final, sans parvenir à creuser l'écart pour autant. L'égalisation tardive d'Ibisevic (2-1, 85e), ne changera rien pour les joueurs sud-américains, conscients d'avoir échappé au pire.

La note du match : 5,5/10

Les Bosniens ont pu craindre le pire en début de rencontre, après un but rapidement encaissé. Hélas, l'Argentine a ensuite abandonné toute envie de jouer. Pourtant poussés par un public exceptionnel, les coéquipiers de Messi sont loin d'avoir livré une prestation étincelante. Quant aux Bosniens, ils ont tenté crânement leurs chances mais leur finition a trop pêché. Le but de Messi, de classe mondiale, fera néanmoins le tour du monde.

Les buts

- Messi tire un coup franc excentré sur le côté gauche. Rojo dévie le ballon de la tête sur le genou de Kolasinac qui envoie le cuir dans ses propres filets (1-0, 3e).

- Messi part du rond central et, après un relai avec Higuain, repique dans l'axe et élimine trois défenseurs avant de frapper à ras-de-sol, à l'entrée de la surface. Le ballon touche le montant gauche avant de rentrer (2-0, 65e).

- Lulic lance Ibisevic dans la surface, l'attaquant bosnien a le temps d'ajuster Romero et de glisser le ballon entre ses jambes (2-1, 85e).

Les NOTES des joueurs :

Maxifoot a décerné une note (sur 10) commentée à chaque joueur.

L'homme du match : Sergio Romero (6,5/10)

Décisif face à Hajrovic en début de match puis détournant une tête à bout portant de Lulic, il a été le seul argentin à ne pas être branché sur courant alternatif. Décisif à plusieurs reprises, il a empêché la Bosnie d'égaliser, en attendant le réveil de ses coéquipiers. Il s'incline finalement en fin de rencontre, perdant son duel avec Ibisevic, sans conséquences sur l'issue finale de la rencontre.

ARGENTINE :

Sergio Romero (6,5) : lire le commentaire ci-dessus.

Pablo Zabaleta (5,5) : le latéral droit de Manchester City a évolué dans un registre très offensif. Il a souvent débordé et s'est même autorisé des gestes techniques, notamment un sombrero somptueux dans le premier acte, mais ses centres se sont avérés trop imprécis.

Federico Fernandez (5,5) : peu sollicité en défense, il a néanmoins mis le pied quand il le fallait pour empêcher les Bosniens de se montrer trop menaçants.

Ezequiel Garay (6) : plus en vue que Fernandez, il a imposé sa loi physique dans les duels et su museler Dzeko dans les airs comme au sol. L'Argentine peut lui dire merci, à l'heure où les Dragons terrassaient l'entrejeu sud-américain.

Hugo Campagnaro (5) : titularisé par Sabella qui a installé une défense à cinq, il fait les frais des choix tactiques du sélectionneur. Propre dans ses interventions, s'autorisant même un raid solitaire pour réveiller ses coéquipiers, il sort à la mi-temps. Remplacé à la 46e minute par Fernando Gago (5,5) qui a mis du temps à rentrer dans son match mais a fini par réussir à poser le pied sur le ballon.

Marcos Rojo (5) : le milieu défensif de 24 ans a montré que la pression ne l'intimidait pas. Quitte à pencher vers l'immaturité. Auteur d'une grosse faute sur Mujdza, il a fait sensation en réalisant le coup du foulard, dans sa surface, pour dégager le ballon. Le public a apprécié, son entraîneur beaucoup moins.

Javier Mascherano (5) : que de fautes en première période, amenant le danger sur les buts de Romero sur les coups de pied arrêtés mais auteur d'un pressing précieux, permettant de récupérer de nombreux ballons. Le jour et la nuit, à l'image de son équipe.

Angel Di Maria (5,5) : il a eu du mal à prendre de la vitesse sur les couloirs, mais a réussi à déborder à chaque fois qu'il quittait l'axe. Un peu en dedans pendant une bonne demi-heure, le second but a eu un effet coup de fouet sur lui, il a ensuite donné le tournis à la défense adverse.

Sergio Aguero (5) : beaucoup de déchets techniques dans son jeu et trop peu de conviction dans ses frappes, comme à l'heure de jeu. Il n'a pas ménagé ses efforts mais il a eu du mal à prendre le pas sur les défenseurs centraux qui l'ont collé sans relâche. Remplacé à la 87e minute par Lucas Biglia (non noté).

Lionel Messi (6) : des raids individualistes, des passes approximatives et un coup franc qui s'envole dans les tribunes. Jusqu'à l'heure de jeu, la prestation du quadruple Ballon d'Or était décevante. Mais son but de classe mondiale a changé le cours du match et permis à l'Albiceleste de se donner de l'air. Ce qu'on attendait de lui.

Maxi Rodriguez (4,5) : le milieu offensif avait l'occasion de marquer des points mais n'a pas réussi à faire la différence. Trop peu disponible, choisissant les mauvais appels, il est loin d'avoir fait peser le danger sur la défense adverse. Remplacé à la 46e minute par Gonzalo Higuain (5,5), ménagé en raison d'une douleur à la cheville, mais appelé en renfort au vu de la première période insipide en attaque. Il a rarement tenté sa chance face aux buts mais il s'est illustré dans ses déviations, notamment celle avec Messi sur le deuxième but.

BOSNIE-HERZEGOVINE :

Asmir Begovic (4,5) : relances au pied hasardeuses, mais concentré sur plusieurs frappes lointaines, notamment celle de di Maria à la demi-heure de jeu. Il doit néanmoins s'incliner à deux reprises.

Mensur Mujdza (5) : un tacle appuyé sur Aguero pour se faire respecter dès l'entame de match. Il a énormément apporté sur le plan offensif, dédoublant énormément avec Pjanic, avant de se cantonner à un rôle défensif. Remplacé à la 69e minute par Vedad Ibisevic (5), longtemps discret avant de remporter son duel face à Romero, en fin de match.

Emir Spahic (4,5) : le capitaine bosnien aurait sa place au Honduras. Il a été le meneur d'hommes attendu et s'est montré, comme à son habitude, extrêmement rugueux dans ses interventions. Auteur d'un tacle par derrière sur Aguero, il n'a pas échappé à un carton jaune. Un refrain qu'il connait bien. Son tacle glissé prive Messi d'un doublé en fin de match.

Sead Kolasinac (5) : son début de match entaché d'un but contre son camp ne lui a pas longtemps trotté dans la tête. Précieux défensivement, n'hésitant pas à user de son physique, il a également pris son couloir gauche pour dédoubler avec Lulic.

Ermin Bicakcic (4,5) : un peu en retrait par rapport à son coéquipier Spahic, il a souvent été mis en difficulté par la vitesse d'Aguero et di Maria.

Muhamed Besic (5,5) : omniprésent sur le terrain, on l'a vu tacler sur Messi dans le couloir gauche près de sa ligne de but puis dédoubler avec Pjanic aux abords de la surface adverse. Il paye néanmoins sa débauche d'énergie, baissant d'intensité à l'heure de jeu.

Miralem Pjanic (5) : des ouvertures lumineuses, des dribbles qui laisseront des reins au repos lundi, il a réalisé une heure de grande classe, l'homme le plus en vue sur le terrain. Avant de disparaître totalement des écrans après le second but argentin. On l'a vu marché, décontenancé, en fin de rencontre.

Izet Hajrovic (4,5) : il échoue face à Romero en début de rencontre. A l'image de ses coéquipiers, il a su hausser son niveau de jeu pour bousculer les Argentins et a alterné les tâches défensives et offensives avec brio, mais sans parvenir à servir Dzeko convenablement. Remplacé à la 71e minute par Edin Visca (non noté).

Zvjezdan Misimovic (5) : il a grandement participé à la construction du jeu en première période, avant de descendre d'un cran et de jouer majoritairement dans son camp, impactant moins sur le jeu des Dragons. Une mention spéciale pour sa protection de balle remarquable. Remplacé à la minute 74e par Haris Medunjanin (non noté).

Senad Lulic (6) : longtemps éclipsé par Pjanic, il a le mérite de ne jamais avoir baissé les bras. Extrêmement actif dans son couloir gauche, il a été le joueur le plus déterminé sur le terrain et a su utiliser avec intelligence son physique pour s'imposer dans les duels.

Edin Dzeko (4) : un tir en pivot après 30 minutes de jeu, et c'est tout pour la première période. Il a eu du mal à participer au jeu, muselé par les trois défenseurs centraux de l'Albiceleste. Auteur de 10 buts lors des éliminatoires, il n'a pas réussi à mener la Bosnie vers la victoire.

Et pour vous, quels ont été les MEILLEURS joueurs et les MOINS BONS de chaque équipe ? Réagissez dans la rubrique "commentaires" ci-dessous !

Retrouvez tous les résultats et le classement du Groupe F sur Maxifoot en cliquant ici.

FICHE TECHNIQUE
Coupe du monde / Groupe F (1ère journée)
Argentine 2–1 Bosnie-Herzégovine (1-0)
Maracana (Rio de Janeiro)
Arbitre : M. Joel Aguilar (Salvador)
Buts : Kolasinac (3e, csc), Messi (65e) pour l'Argentine ; Ibisevic (85e) pour la Bosnie.
Avertissements : Rojo (25e) pour l'Argentine ; Spahic (63e) pour la Bosnie.

Argentine: Romero - Zabaleta, F. Fernandez, Garay, Campagnaro (Gago, 46e) - Rojo, Mascherano, Di Maria – Agüero (Biglia, 87e), Messi (cap.), Maxi Rodriguez (Higuain, 46e). Sélectionneur : Alejandro Sabella.

Bosnie-Herzégovine : Begovic – Mujdza (Ibisevic, 69e), Spahic (cap.), Kolasinac, Bicakcic - Besic, Pjanic – Hajrovic (Visca, 71e), Misimovic (Medunjanin, 74e), Lulic - Dzeko. Sélectionneur : Safet Susic.

L'Argentine a été bousculée par la Bosnie plus impliquée

La joie de Messi après son but

Lionel Messi a lancé son mondial !



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens de la rubrique MONDIAL 2014


Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment

Sondage Maxifoot
A votre avis, où jouera Tanguy Ndombélé (Lyon) la saison prochaine ?

Tottenham
Juventus
PSG
Manchester City
Autre
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents



 A SUIVRE
Le meilleur effectif
LIGUE 1
saison
2018-19
Tout savoir sur
LES DROITS
TV du FOOT
* Dossier Maxifoot *
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB