Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Le Real trop fort
Par Fabien Zaghini - Actu Champion's League, Mise en ligne: le 24/03/2004 à 23h36
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Monaco n'a pas à rougir de sa prestation sur la pelouse de Santiago Bernabeu, mais le Real Madrid a su passer la vitesse supérieure à temps pour s'assurer une avance confortable de deux buts pour le match retour (4-2).

Le Real trop fort

Les données de la rencontre :

Ce quart de finale de Champion's League ne se présentait pas sous les meilleures auspices pour le Real de Madrid et l'AS Monaco. Les deux équipes traversaient en effet une période de doute. Les «Galactiques» avaient perdu de leur éclat la semaine précédente, en laissant la coupe du Roi à Saragosse (2-3 a.p.) avant de s'incliner à San Mamès contre l'Atletic Bilbao (4-2). Côté Monégasque, la série de contre performances à domicile (1-1 contre Sochaux ce week end) a valu à l'ASM FC de céder la place de leader de la Ligue 1 à l'OL.

Mais quoi de mieux qu'un match à enjeu pour relancer des machines toussantes ? Pour retrouver un peu de sérénité, le Real Madrid pouvait compter sur le retour de Ronaldo en pointe, dont l'absence a démontré a été fortement préjudiciable à l'équipe de Queiroz . Monaco aussi retrouvait un joueur de poids dans son animation offensive, Giuly. Au quasi complet (Roberto Carlos était suspendu), le club madrilène, disposé en 4-2-3-1, promettait une chaude soirée à l'arrière garde monégasque. Une défense que Deschamps n'avait pas décidé de renforcer pour les circonstances, préférant conserver un 4-4-2 qui a fait ses preuves depuis le début de saison.

Les temps forts :

- A la réception d'un centre de la gauche de Zidane, Raul adresse une tête qui frôle la barre de Roma (9e).

- Salgado se joue d'Evra et Rothen côté gauche et adresse un centre en retrait pour Ronaldo. L'attaquant brésilien arme sa reprise mais Squillaci dévie à temps le ballon (16e).

- Morientes prolonge de la tête pour Giuly à l'entrée de la surface. Le lutin de l'ASM s'excentre sur la droite et ajuste Casillas, sauvé sur sa ligne par Salgado (20e).

- Figo efface Bernardi et Evra et ajuste un centre pour Ronaldo seul devant le but. Mais sa tête trop croisée n'est pas cadrée (34e).

- Zidane prend sa chance à l'extérieur de la surface, mais sa demie volée s'écrase contre le poteau de Roma (35e).

- A la suite d'un corner monégasque, Giuly manque sa frappe qui atterrit sur Squillaci. Le défenseur central de l'ASM échappe à Pavon et trompe Casillas de près (0-1, 43e).

- A la réception d'un corner de Beckham, Pavon profite de la sortie manquée de Roma pour égaliser de la tête (1-1, 51e).

- Ronaldo ajuste une magnifique demie volée croisée à l'entrée de la surface. Roma détourner le ballon en corner (59e).

- Bernardi accroche Zidane dans la surface monégasque, mais l'arbitre ne bronche pas. Le public gronde… (69e)

- … Mais rugit la minute suivante. Figo dans la surface fusille Roma, mais le gardien italien sort le ballon du but. Zidane suit et trompe Roma dans un trou de souris (2-1, 70e).

- Ronaldo accélère dans la surface et pousse Squillaci à la faute. Figo tire le penalty mais Roma arrête sur la ligne. L'international portugais suit de la tête pour le troisième but (3-1, 77e).

- Zidane fixe la défense à 20 m et sert Ronaldo excentré sur la gauche. Le goleador du Real fait mouche d'une frappe croisée à ras de terre (4-1, 81e).

- Plasil adresse un long centre de la droite, Morientes prend le meilleur sur Pavon pour venir crucifier Casillas d'une tête rageuse (4-2, 84e).

- Giuly reprend de la tête un long ballon malgré la pression d'Helguera. Casillas s'interpose (90e).

La prestation du Real Madrid :

Comme souvent, les stars madrilènes ont assuré l'essentiel. La première mi-temps fut toutefois poussive pour le Real, incapable d'imprimer son rythme à la rencontre. Si ce n'est l'activité de Beckham dans l'entrejeu, les vedettes de Santiago Bernadeu manquaient de tranchant et de réalisme à l'approche de la surface monégasque, alors que l'arrière garde de Queiroz ne brillait pas par sa sérénité. Une fébrilité illustrée par l'ouverture du score de l'ASM avant la pause.

Le manque de liant entre les lignes madrilène était toutefois réglé au retour des vestiaires. Les «Galactiques» haussaient enfin le ton, et prenaient le jeu à leur compte. C'est ici qu'intervenait le talent individuel des stars du Real. Le génie de Zidane, la puissance de Ronaldo et la justesse de Figo ont fait des dégâts dans les 30 derniers mètres monégasques. Bémol à cette embellie, cette satanée fragilité défensive qui a permis à Monaco de réduire l'addition en fin de rencontre. Là transparaît la philosophie à double tranchant du Real : peu importe le score tant que Madrid inscrit plus de buts que son adversaire…

La prestation de l'AS Monaco :

Les joueurs de Deschamps ont donné du fil à retordre aux «Galactiques» , mais n'ont rien pu faire lorsque ces derniers ont enclenché la seconde vitesse. Les 45 premières minutes ont vu des Monégasques appliqués défensivement, à défaut d'être lucide dans la construction du jeu. Squillaci s'est montré particulièrement à son avantage dans la défense centrale, et Giuly à l'opposé à inquiété à plusieurs reprises l'arrière garde madrilène par sa vivacité. Son compère de l'attaque Morientes était quant à lui plus effacé face à ses anciens coéquipiers. A la pause, c'était même le scénario idéal qui s'était produit pour l'ASM, grâce à l'opportunisme de Squillaci.

Néanmoins, Monaco n'était pas en mesure de tenir tête au Real Madrid conquérant de la seconde période. Le milieu de terrain n'a pas su contenir les assauts des Zidane, Figo et Beckham, et la défense ne pouvait pas rester concentrée à 200% 90 minutes durant avec un numéro tel que Ronaldo sur le feu. Les coups de boutoir madrilènes ont eu raison de la bonne volonté monégasque. En revanche, l'ASM a démontré qu'elle avait des ressources en réduisant la marque en fin de rencontre. Si le Real a ses «Galactiques» , Monaco a Morientes, intérimaire de luxe qui ne pouvait quitter l'antre de ses exploits sans un but plein de rage, peut-être pour rattraper sa prestation en demie teinte. Une note d'espoir pour le match retour.

Monaco a joué son va-tout contre «la meilleure équipe du monde» , mais lorsque cette dernière a monté en intensité, les Monégasques ne pouvaient que constater les dégâts. Deux buts de handicap pour le match retour, l'affaire s'annonce compliquée pour l'ASM. Reste un peu d'espoir, renforcé par le manque de sérénité de l'arrière garde madrilène et l'absence de Beckham, suspendu à Louis II. Ainsi va la magie de la Champion's League…

L'essentiel de Chelsea - Arsenal (1-1) :

Le derby londonien a accouché d'un résultat nul (1-1) qui maintient le suspense pour le match retour. Les locaux avaient ouvert le score au retour des vestiaires par l'intermédiaire de Gudjohnsen, à l'affût d'une erreur de incompréhension entre Lehmann et Campbell (1-0, 52e). Mais il fallait seulement sept minutes aux Gunners pour égaliser, grâce à Pirès, à la réception d'un centre de Cole (1-1, 59e). A noter l'expulsion de Desailly en fin de rencontre, pour un second carton jaune glané sur un tacle à retardement sur Vieira.

Fiche technique :

Real Madrid - AS Monaco : 4-2 (0-1)
Stade Santiago Bernabeu, 85000 spectateurs environ.
Arbitre : M. Lubos Michel (Slovaquie).
Buts : Pavon (51e), Zidane (70e), Figo (77e), Ronaldo (81e) pour Madrid ; Squillaci (41e), Morientes (83e) pour Monaco.
Avertissements : Beckham (90e + 2) pour Madrid ; Bernardi (41e), Squillaci (76e) pour Monaco.
Real Madrid : Casillas - Michel Salgado, Helguera, Mejia, Raul Bravo (Pavon, 29e) - Beckham, Guti (Borja, 78e) - Figo, Raul, Zidane – Ronaldo (Solari, 82e).
AS Monaco : Roma – Givet (Ibarra, 86e), Squillaci, Rodriguez, Evra (El Fakiri, 89e) - Cissé (Plasil, 66e), Zikos, Bernadi, Rothen - Giuly, Morientes.



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens LIGUE des CHAMPIONS


Sondage Maxifoot
Etes-vous en faveur d'un retour de Karim Benzema en équipe de France ?

OUI
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB