Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Les princes monégasques défient les rois d’Europe
Par Rodolphe Cazejust - Actu Champion's League, Mise en ligne: le 23/03/2004 à 23h01
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

L'AS Monaco se déplace ce soir sur la pelouse du grand Real Madrid et de ses «Galactiques» . Cette rencontre aller des quarts de finale de la Ligue des Champions est a priori déséquilibrée. Mais la forme actuelle du Real, encore plus petite que celle de Monaco, laisse un espoir aux joueurs de la Principauté.

Les princes monégasques défient les rois d’Europe

Les équipes : Ronaldo et Giuly de retour

Le Real Madrid et l'AS Monaco pourront tous les deux compter sur le retour de deux joueurs-clés au sein de leur effectif. Si Ludovic Giuly ne possède ni le talent, ni le palmarès de Ronaldo, l'influence que l'international français exerce dans le jeu à Monaco est comparable à celle du Brésilien au Real. Absent des terrains depuis plus d'un mois, Ludovic Giuly, victime d'une fracture du métatarse, a effectué son retour la semaine dernière. Tributaire d'une rentrée timide contre Châteauroux en Coupe de France, le milieu de terrain a été nettement plus percutant samedi dernier face à Sochaux. Ce soir, sur la pelouse de Santiago Bernabeu, le capitaine monégasque devrait être aligné d'entrée par Didier Deschamps. L'entraîneur du club de la Principauté, qui ne déplore aucun absent de marque puisque Sébastien Squillaci (claquage) fait de nouveau parti du groupe, pourrait composer une équipe inédite. En effet, l'ancien capitaine des Bleus serait tenté de renforcer son secteur défensif en mettant en place une défense à cinq. S'il choisit cette solution, les attaquants Dado Prso et Emmanuel Adebayor se retrouveraient tous les deux sur le banc des remplaçants.

Du côté de Madrid, l'entraîneur Carlos Queiroz devrait pouvoir aligner dès le début de la rencontre le Brésilien Ronaldo. Depuis quelques jours, le meilleur buteur de la Liga a repris l'entraînement avec ses coéquipiers. Ronaldo, auteur de 27 buts toutes compétitions confondues cette saison, est forfait depuis le 6 mars en raison d'une blessure musculaire à la cuisse. En revanche, le Real ne pourra pas compter sur son autre brésilien, Roberto Carlos. Le latéral gauche est suspendu en raison de l'avertissement qu'il a reçu lors du match retour entre son club et le Bayern Munich. Enfin, le capitaine des Merengue reste encore incertain suite à une blessure musculaire contractée lors de la rencontre de samedi dernier entre le Real et l'Atletic Bilbao.

Les enjeux : se relancer

Au-delà des clins d'oeil que réserve la rencontre entre le Real et l'ASM – les retrouvailles de Fernando Morientes avec son club de toujours auquel il appartient encore d'une part, et celles des deux anciens coéquipiers en Equipe de France et à la Juventus Turin Didier Deschamps et Zinedine Zidane d'autre part –, la confrontation met en scène deux clubs en proie à un léger doute. Depuis quelques semaines, Monaco est en perte de vitesse. Le club de la Principauté reste en championnat sur un seul succès – face à Guingamp (3-1) – et trois résultats nuls – à Toulouse (1-1), Auxerre (0-0) et contre Sochaux (1-1). Ce dernier partage des points a même fait perdre aux Monégasques leur place de leader de la Ligue 1 (à la différence de buts) au profit de Lyon, position qu'ils n'avaient pas quittés depuis le 21 septembre 2003. En outre, Monaco s'est fait sortir de la Coupe de France – défaite à domicile contre Châteauroux (0-1) – la semaine dernière.

Pour Didier Deschamps, «il faut accepter le résultat et regarder devant ce qui nous attend de très beau et intéressant» . Mais le coach monégasque ne manque pas de noter avec malice que le Real n'a pas non plus brillé avant le rendez-vous européen : «Comme nous, ils n'ont pas préparé ce match au mieux» . Le Real n'est effectivement pas au mieux de sa forme. Depuis la blessure de Ronaldo, les «Galactiques» n'ont pas remporté une seule rencontre de championnat. Après deux matchs nuls – face au Racing Santander et au Real Saragosse, les deux fois sur le score de un but partout –, les stars du Real se sont fait étrillés samedi dernier quatre buts à deux sur la pelouse de l'Atletic Bilbao. Entre-temps, les joueurs de Carlos Queiroz avait connu une autre désillusion en s'inclinant en finale de la Coupe du Roi, une nouvelle fois face à Saragosse (2-3 a.p.). Pour Madrid comme pour Monaco, ce quart de finale de la Ligue des Champions constitue une parfaite occasion pour se relancer et finir au mieux une saison des plus palpitantes (Ligue des champions et course au titre national).

La clé du match : expérience et possession du ballon

Comme pour minimiser l'importance de la rencontre à la vue de la situation actuelle des deux clubs, Didier Deschamps lance : «Ce sera deux matches et deux contextes différents» . S'il paraît impossible que l'ensemble des acteurs de la rencontre de ce soir occulte totalement les dernières difficultés qu'ils ont rencontrés, le coach monégasque détient sans doute une part de vérité. Fort de son vécu dans la compétition reine européenne et de son passé de joueur international, Didier Deschamps n'oublie pas qu'un match de Ligue des Champions reste toujours particulier et ce, d'autant plus s'il s'agit d'un quart de finale de la compétition. Ainsi, chaque joueur se situera à son meilleur niveau et donnera tout pour son club, autant du point de vue de l'engagement physique que dans le domaine tactique. En la matière, les Monégasques partent avec un net désavantage. Tout d'abord, la plupart des joueurs de l'ASM ne possèdent aucune expérience à ce niveau de la compétition. Ensuite, ils ne jouent ensemble que depuis un an et demi et ne se connaissent pas autant que Raul connaît Helguera, Guti, Figo et Zidane. Enfin, de nombreux Monégasques, tels Patrice Evra, Sébastien Squillaci, Gaël Givet ou encore Emmanuel Adebayor, viennent à peine de fêter leurs vingt ans.

La difficulté avec laquelle Monaco est entré dans sa rencontre retour des huitièmes de finale face au Lokomotiv Moscou symbolise parfaitement cette situation délicate. Toutefois, la jeunesse de l'effectif monégasque possède l'avantage de présenter une équipe composée de joueurs insouciants, parfaitement illustré par ces propos de Patrice Evra : «Je ne cherche pas la victoire mais la qualification. Il faudra respecter le Real sans jouer sur la pointe des pieds. Je ne veux pas avoir de regrets et finir le match avec des si» . Le latéral gauche de l'ASM semble avoir bien compris le message de son entraîneur qui affirme ne pas avoir «envie d'aller là-bas pour faire de la figuration ou du tourisme mais pour jouer nos chances à fond» . De son côté, le Real, qui compte neuf Ligue des Champions à son actif, peut compter sur des joueurs dotés de palmarès impressionnants. Comme l'explique Fernando Morientes, les Merengue «ont l'habitude de gérer et d'être prêts pour les rendez-vous européens» . D'un point de vue purement tactique, le discours de Didier Deschamps est clair : «Il faudra essayer de limiter le nombre d'occasions que le Real et ses joueurs – avec leurs qualités exceptionnelles – savent se créer et savoir saisir avec efficacité celles qu'ils concèdent régulièrement» . Pour cela, la mission des joueurs monégasques est relativement simple : conserver le ballon le plus longtemps possible afin d'éviter que les Madrilènes ne le confisquent. Car si ces derniers y parviennent, les chances des Monégasques de résister au rouleau compresseur madrilène paraissent quasi-nulles.

L'autre match : Arsenal-Chelsea

Le second quart de finale de la Ligue des Champions de la soirée oppose les deux derniers représentants du football anglais, Arsenal et Chelsea. En championnat, les Gunners, leaders invaincus, devancent les Blues de neuf points. Les deux équipes se sont déjà rencontrées trois fois cette saison et, à chaque fois, Thierry Henry et ses coéquipiers ont vaincu leurs voisins londoniens sur le score de deux buts à un. Les joueurs de Claudio Ranieri sont-ils capables d'inverser la tendance ou l'avantage psychologique pris par ceux d'Arsène Wenger est-il trop important ? Réponse ce soir vers 22h30 !

Ce soir, Monaco défie le Real Madrid. Ce choc entre deux équipes qui connaissent une petite baisse de régime devrait toutefois offrir du spectacle. Le Real, comme Monaco, se sont notamment illustrés depuis le début de la saison par leurs performances offensives. L'autre rencontre de la soirée oppose deux clubs anglais, Arsenal et Chelsea.



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens LIGUE des CHAMPIONS


Sondage Maxifoot
Avec déjà 8 points d'avance sur Chelsea et Leicester, et 9 points d'avance sur Man. City, Liverpool sera t-il champion de Premier League cette saison ?

OUI
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB