Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
La chute de l'Empire Roma
Par Nicolas Jucha - Actu Italie, Mise en ligne: le 07/01/2004 à 14h36
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Le Milan s'impose à Rome et marque les esprits (2-1). Tous les "gros" s'imposent, excepté la Lazio, défaite par la Reggina (2-1).

La 15ème journée :

Choc de taille au Stade Olympique de Rome : la Roma, leader, accueille le Milan AC. Dans les autres rencontres, la Juventus et l'Inter jouent à domicile et se doivent de l'emporter, tandis que Parme et la Lazio sont en déplacement.

Les faits marquants :

Milan remercie son "Sheva" (Roma 1-2 Milan AC)

4e au classement 2003 du Ballon d'Or, Andreyi Shevchenko est depuis plusieurs saisons l'un des meilleurs attaquants du monde. Certains disent même qu'il aurait déjà eu le Ballon d'Or s'il n'était pas ukrainien. En tout cas, ce qui est certain c'est que l'ancienne star (ou l'ancien tsar selon les préférences) du Dinamo de Kiev est aujourd'hui indispensable au Milan AC : 14 buts à son actif depuis le début du Calcio, dont deux nouveaux, et primordiaux, ce mardi sur le terrain de la Roma. Deux réalisations qui valent donc de l'or, et qui pèseront sûrement très lourd en fin de saison...

Les propos d'Ancelotti (coach du Milan AC) avant la rencontre : «C'est utopique de croire que nous pouvons l'emporter à Rome sans consentir à des efforts et des sacrifices, sans montrer du courage et de la détermination. Nous allons devoir donner le meilleur de nous même au Stade Olympique, être compacts et prêts à s'entraider, de la première à la dernière minute» . Cette déclaration avait semble-t-il pour but de mettre en garde les hommes d'Ancelotti, celui-ci prenant apparemment très au sérieux son adversaire du jour (n'était-ce pas aussi le cas des joueurs). Le message a du être bien reçu, d'autant plus que les Milanais pouvaient compter sur un grand Shevchenko.

Nedved, le retour du Roi (Juventus 1-0 Pérouse)

La Juventus est un grand club, mythique si l'on veut être vraiment précis, cependant, son Stade Delle Alpi n'est pas réputé pour être le plus chaleureux et festif (il est rarement plein). Alors lorsque les joueurs locaux accueillent la modeste équipe de Pérouse, on ne s'attend pas à quoi que ce soit de spécial venant des tribunes... Et pourtant. Ce mardi en effet, Pavel Nedved, pour le premier match en 2004 de la Juventus, a reçu officiellement son Ballon d'Or devant son public turinois. Inutile de dire que celui-ci lui a fait un triomphe royal, auquel le stratège Tchèque a répondu en inscrivant le seul but du match. Un but qui vaut donc trois points et replace la Vieille Dame dans le sillage de l'AS Roma.

Après le match, le Tchèque a fait part de ses impressions, ou plutôt de ses émotions : «Je crois que c'est une journée inoubliable, une des plus belles de ma carrière. J'étais très motivé mais également ému de pouvoir fêter ce Ballon d'Or devant d'aussi merveilleux supporters» .

Les autres matches : l'Inter et Parme assurent, la Lazio...

Face à Lecce, l'Inter de Milan s'est fait très peur. Cueillis à froid par l'équipe visiteuse, les Intéristes ont dû attendre la seconde période pour égaliser, prendre l'avantage puis le large. Avec ce succès, les Nerazurri peuvent à nouveau croire en leurs chances pour le Scudetto, puisque la Roma a chuté. De son côté, Parme semble s'habituer à l'absence de son buteur Brésilien Adriano (toujours blessé), et l'emporte à Ancône, bon dernier et toujours sans la moindre victoire.

Quant à la Lazio, tout semblait bien goupillé, puisque l'équipe menait sur la pelouse de la Reggina jusqu'à l'heure de jeu, avant de s'incliner deux fois et laisser filer trois nouveaux points : Roberto Mancini, l'entraîneur Lazial, voit sa côte de popularité remonter encore un peu plus chez les supporters de... l'AS Roma. A noter également la nouvelle victoire de la Sampdoria, cette fois ci très probante, à Udinese. Modène continue sa chute libre en s'inclinant lourdement face au Chievo Vérone. Enfin, Bologne et Brescia s'offrent de l'air en battant respectivement Empoli et Sienne.

Le prix orange : Roberto Baggio

A 35 ans passés, l'un des plus grands joueurs de l'Histoire du football transalpin a annoncé qu'il arrêterait sa carrière à la fin de la présente saison. Malgré tout, il reste concerné par le destin de Brescia, la preuve en est ses deux nouveaux buts contre Sienne (ses 4e et 5e cette saison), ayant grandement contribué à faire gagner les siens.
Chapeau bas Mr Baggio !

Le crack de la semaine : Pavel Nedved

Comment ne pas parler dans une telle rubrique, d'un joueur qui a réalisé une année 2003 exceptionnelle, qui a remporté le Scudetto, le Ballon d'Or, et qui en plus a fait gagner son équipe en Serie A ? Honnêtement, je ne le sais pas et c'est pour cela que Mr Nedved est l'incontestable crack de la semaine. Tout d'abord, pour caractériser ce joueur, il faut signaler qu'il vient de rentrer dans la légende du football Tchèque, dont il est le second représentant à être élu meilleur joueur d'Europe après Joseph Masopust en 1962 (en réalité, Masopust fut élu meilleur joueur européen, car à l'époque le règlement était différent). Deuxièmement, il faut constater que son palmarès parle de lui-même : Une Coupe des Coupes 1999 (Lazio de Rome), trois championnats (de Tchécoslovaquie puis de République Tchèque) avec le Sparta Prague, trois championnats d'Italie (un avec la Lazio, deux avec la Juventus), ajoutez à cela plusieurs coupes nationales et une Finale à l'Euro 1996, et l'on peut presque dire qu'avoir Nedved dans une équipe est la garantie de remporter un trophée.

Partout où il est passé, partout le joueur s'est imposé. D'abord au Dukla Prague, son premier club de haut niveau, où il joue une saison (91-92). C'est suffisant pour attirer le regard du plus grand club du pays : le Sparta Prague. Las bas, Pavel Nedved va rester 4 saisons, remportant trois championnats, mais aussi une Coupe de Bohème-Moravie (en 1993), et une Coupe de République Tchèque en 1996. Cette même année, il réalise une saison exceptionnelle sur le plan individuel et s'envole en Angleterre avec la sélection pour disputer l'Euro. La suite, c'est une finale perdue contre l'Allemagne, mais fêtée comme une victoire. C'est alors une génération entière qui décroche des contrats dans les plus grands clubs européens, et Nedved n'est pas en reste : il signera à la Lazio de Rome. Dans la capitale italienne, il passera 5 saisons merveilleuses, couronnées par un Scudetto remporté en 2000, qu'une victoire en Coupe de Coupes (contre Majorque, en 1999 avec un but victorieux signé... Nedved) avait précédé. En 2001, le stratège Tchèque décidera de filer à Turin et d'assumer la dure succession de Zidane parti au Real. Un succès, dans la mesure où depuis trois saisons, Nedved est le maître à jouer d'une Juventus qui se passe difficilement de ses services, et qui depuis l'arrivée du joueur, a remporté deux championnats et atteint une finale européenne (perdue en l'absence de Nedved).

Milan a remis les pendules à l'heure en battant la Roma chez elle. Cela se resserre une nouvelle fois en tête, tandis que dans le bas du tableau, un groupe de quatre équipes s'est fait décrocher : Pérouse, Lecce, Empoli et Ancône.

Résultats de la 15ème journée :

Ancône 0-2 Parme
Barone (27', 64')

Bologne 2-1 Empoli
Bellucci (33'), Pecchia (75'); Di Natale (18')

Brescia 4-2 Sienne
Mauri (15', 88'); R.Baggio (21', 52'); Argilli (45'), Flo (46')

Inter de Milan 3-1 Lecce
Cruz (50'), Cordoba (60'), Vieri (85'); Bovo (3')

Juventus 1-0 Pérouse
Nedved (29')

Modène 0-3 Chievo Vérone
Cossato (43'), Lanna (68'), Barzagli (79')

Reggina 2-1 Lazio de Rome
Di Michele (60'), Cozza (71'); Liverani (16')

Udinese 0-1 Sampdoria
Flachi (57')

AS Roma 1-2 Milan AC
Cassano (45'); Shevchenko (23', 63')

Classement :

1) AS Rome 36 points
2) Juventus 33
3) Milan AC 33 (un match en moins)
4) Inter de Milan 31
5) Lazio de Rome 28
6) Parme 27
7) Sampdoria de Gênes 24
8) Udinese 24
9) Chievo Vérone 21
10) Reggina 17
11) Brescia 16
12) Modène 16
13) Sienne 15 (un match en moins)
14) Bologne 14
15) Pérouse 9
16) Lecce 9
17) Empoli 6
18) Ancône 4

Buteurs :

1) Schevchenko (Milan AC) 14 buts
2) Totti (Roma) 9
Vieri (Inter Milan) 9
4) Trézéguet (Juventus) 8
Fava (Udinese) 8



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens de la rubrique Italie


Serie A - les fiches CLUB

Sondage Maxifoot
Constituez votre meilleur onze 2019 ! Quel défenseur central à côté de van Dijk ? (3eme et dernier tour)

Kalidou Koulibaly (Naples)
Sergio Ramos (Real)
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB