Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Le Baromètre de la Semaine - N°7
Par Pierre-Damien Lacourte - Le Barometre De La Semaine, Mise en ligne: le 17/09/2007 à 21h23
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Au sommaire du baromètre Maxifoot de la semaine, les princes de la capitale, une promenade de Sainté et un Arsenal de combat sont les valeurs en hausse. Pour les valeurs en baisse, droit dans le mur, les agités du drapeau et les chatons de Sochaux. Découvrez les faits marquants de l'actualité.

Les valeurs en hausse

Les princes de la capitale

A Monaco ce week-end, les «mouches avaient changé d'âne» comme dirait Pierre Salviac. Les princes n'étaient pas les habituels Monégasques mais bien les Parisiens. De Landreau à Rothen, en passant par Diané et même Mendy (!), tous les joueurs du club de la capitale ont fait honneur à leur maillot. Après Le Mans, le PSG a acquis sa deuxième victoire loin de ses bases. Et sur le Rocher, on peut même dire qu'il s'agit d'une victoire de prestige. Car les hommes de Ricardo sont un prétendant sérieux au titre cette saison, ou du moins à la Ligue des Champions. Grâce à ce succès, les princes de la capitale deviennent après huit journées la meilleure équipe du championnat à l'extérieur. Et si jamais la mayonnaise venait aussi à prendre au Parc des Princes, avec la prestation fournie ce week-end, on pourrait même se prendre à rêver d'une improbable couronne pour le PSG en fin de saison.

Une promenade de Sainté

Caen a pris le bouillon dans la marmite de Geoffroy-Guichard ce week-end. Dans le Chaudron, les Normands n'y ont vu que du vert. Des dribbles de Payet aux gris-gris de Feindouno, en passant pas les buts d'Ilan, les supporters stéphanois ont cru revivre les années mythiques des Verts. Face aux Caennais, les hommes de Laurent Roussey se sont offerts une véritable promenade de santé. Après un bon début de saison, un nul à Monaco et une victoire face à Valenciennes, les Stéphanois avaient connu un sérieux coup de moins bien. Ce week-end, les Verts ont remis les pendules à l'heure. Remontés à la dixième place, les joueurs du Forez peuvent miser sur l'enthousiasme débordant de leurs jeunes pousses Payet, Matuidi, Perrin ou encore Gomis, pour vivre une belle saison.

Un Arsenal de combat

A voir leur prestation dans le derby londonien ce week-end face à Tottenham, on peut dire que les Gunners d'Arsène Wenger sont parés à aller au combat cette saison. Victorieux 3-1 des Spurs, l'Arsenal a confirmé qu'il disposait cette saison de toutes les armes nécessaires pour venir torpiller Manchester United et Chelsea. En tête de la Premier League après six batailles, dont une en retard, les Gunners ont le droit de rêver du titre cette année. Peut-être que le départ de Thierry Henry a permis à certains joueurs de l'équipe de se libérer. Désormais sortis de l'ombre de l'ancien seigneur de l'Emirates Stadium, les vassaux Emmanuel Adebayor, Robin Van Persie, Cesc Fabregas et Tomas Rosicky ont envie de montrer qu'ils peuvent devenir les nouveaux artilleurs d'Arsenal.

A part ça ? Benzema s'est fait plaisir ce week-end. Trois buts en un peu plus de trente minutes, le buteur lyonnais s'est détaché en tête du classement des buteurs. Huit réalisations en huit journées, qui a dit que la Ligue 1 ne comptait pas de goleadors ?

Les valeurs en baisse

Droit dans le mur

Faites vos jeux, rien ne va plus ! Partira, partira pas ? La question serait plutôt quand partira-t-il ? Marseille est en ébullition. Une nouvelle fois défaits à domicile, par Toulouse cette fois, les Olympiens ont transformé leur devise «Droit au but» par celle beaucoup moins glorieuse de «Droit dans le mur» . Et la première victime de ce début de saison calamiteux, en témoigne une quinzième place au classement indigne d'une équipe qui prétendait encore jouer le titre cette saison il y a peu, devrait être Albert Emon. Bien que confirmé dans ses fonctions par Pape Diouf, l'entraîneur phocéen ne doit sa survie qu'à la proximité du match face à Besiktas en Ligue des Champions. En cas de nouvelle contre-performance face aux Turcs ce mardi, on voit mal le technicien ne pas sauter de son siège éjectable dont le ressort ne demande qu'à faire son effet. Et dire qu'il est probablement l'entraîneur de Ligue 1 qui mise le plus sur l'offensive…

Les agités du drapeau

Depuis le début de saison, on n'avait rien à leur reprocher. Irréprochables, très peu d'erreurs commises, les arbitres du championnat de France effectuaient un début d'exercice remarquable. Mais la huitième journée de Ligue 1 a mis un terme à ces brillants débuts. Si les arbitres centraux n'ont rien à se reprocher, c'est plutôt leurs assistants qui sont pointés du doigt. A Lens comme au Mans ce week-end, on a pu voir des drapeaux se lever à tout bout de champ. Et souvent à tort, en témoignent les buts d'Akalé pour les Sang et Or et d'Audel pour les Valenciennois refusés pour des hors-jeu imaginaires. Si, bien évidemment, on ne peut pas blâmer les arbitres assistants tant leur tâche est difficile, néanmoins, on peut tout de même se permettre de leur demander de laisser le doute profiter aux attaquants. A l'heure où ceux-ci ont de plus en plus de mal à perforer les défenses adverses, si en plus on les prive d'une partie de leurs réalisations…

Les chatons de Sochaux

«Des Lionceaux ? Où ça ? A Sochaux ? Ah non, on n'en pas encore vu cette année…» Hé oui, en ce début de saison, si vous vous promenez dans le Doubs et que vous demandez où se trouvent les Lionceaux, personne ne saura vous renseigner… Il faut dire que depuis l'ouverture de la chasse au mois d'août, ceux-ci sont particulièrement bien cachés. A tel point que dans la forêt de Bonnal, on ne peut voir que des petits chatons pour le moins inoffensifs. Ce ne sont pas les Strasbourgeois qui diront le contraire. Face à eux ce week-end, les Alsaciens n'ont pas eu besoin de fouets pour dompter leurs adversaires. Car les protégés de l'éleveur Frédéric Hantz se sont montrés doux comme des agneaux. 19es au classement après huit journées, toujours pas la moindre victime à leur tableau de chasse, il est grand temps que les Sochaliens reprennent du poil de la bête.

A part ça ? Les promus ne sont pas à la fête en ce début de saison. Si on met de côté Strasbourg, Caen et Metz sont déjà reléguables après huit journées. Qu'ils se méfient, l'ascenseur les attend déjà…

A la semaine prochaine pour le nouveau baromètre !



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens FRANCE - Ligue 1

Top 5 des VIDEOS de l'année

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment



 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB