Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Vahirua, débarquement réussi
Par Vincent Bogard - Le Portrait De La Semaine, Mise en ligne: le 21/08/2007 à 20h00
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Après trois saisons accomplies à l'OGC Nice, il a choisi de rallier la Bretagne et le FC Lorient pour donner un nouveau coup de pagaie à une carrière déjà bien remplie. A 27 ans, Marama Vahirua réalise un début de saison 2007-2008 tonitruant avec déjà quatre buts à son compteur dont un doublé contre le sextuple champion de France le week-end dernier.

De ses premiers pas à son dernier coup d'éclat au stade du Moustoir, le coeur du natif de Papeete a toujours été embrasé par une passion en forme de ballon rond. Dès son enfance, "la lumière" comme se traduit son prénom tahitien découvre les joies du football dans la salle à manger de ses parents avec des balles de tennis. Il grandit avec les héros de la série animée «Olive et Tom» et après l'école lui aussi démontre sur le sable noir, un résidu de roches volcaniques, qu'il est un petit prodige en herbe. Son père, ancien joueur professionnel, le fait entrer à l'Association sportive de Pirae et ses performances lui permettent d'intégrer l'équipe première à seulement 15 ans. Egalement sélectionné avec l'équipe de Tahiti des moins de 17 ans, il ne sait pas encore que son avenir est en train de prendre forme. A l'hiver 1996, son club se rend en Métropole pour disputer un match de coupe de France contre Pont-Saint-Esprit et malgré une défaite (3-2), l'AJ Auxerre le remarque mais il n'est pas encore prêt mentalement à franchir le cap. Le soleil et les plages de son île lui manquent terriblement et malgré la volonté de Guy Roux, Marama retourne à Tahiti.

Qu'à cela ne tienne, dès l'année suivante le FC Nantes Atlantique le contacte et il arrive sur les bords de la Loire avec cette fois une plus grande volonté de réussir. Mis à la disposition de l'équipe réserve, il ne met pas longtemps à séduire Reynald Denoueix alors à la tête de la CFA du club. Son style de jeu «à la nantaise» lui permet de faire ses premiers pas avec les professionnels le 14 avril 1999 lors d'un match à l'extérieur contre le Havre. Un an plus tard, c'est sur ce même terrain qu'il va permettre à la "Maison Jaune" d'assurer son maintien en première division avec un but crucial (0-1). Bis repetita encore l'année d'après pour celui qui est devenu le "Pagayeur" pour ses célébrations en forme de clin d'oeil à sa terre natale. En effet, il offre le titre aux Canaris lors d'un match inoubliable à la Beaujoire contre l'AS Saint-Etienne (1-0). Celui qui souhaitait devenir cuisinier pour son amour de la mer et des poissons s'affirme en tant que leader et sa discrétion, sa modestie et son sens du professionnalisme laissent un souvenir impérissable lorsqu'il prend le large à l'été 2004. En 111 matches disputés à Nantes, il aura trouvé le chemin des filets à 28 reprises et son départ marquera la fin d'un cycle avant la terrible descente en Ligue 2 l'an passé.

Des challenges pour se rapprocher des Bleus

Le cousin de Pascal Vahirua rejoint la Côte d'Azur et l'OGC Nice où Frédéric Antonetti décide de le replacer en tant que numéro dix. Il est vrai que son profil (1m72 pour 63kg) et surtout ses capacités techniques sont en parfaite adéquation avec les attentes des supporters du stade du Ray qui ne mettront d'ailleurs pas bien longtemps à l'adopter. Ses deux premières saisons sont excellentes mais des tensions avec l'entraîneur corse au sujet de son rendement individuel l'an passé le poussent à quelques reprises sur le banc des remplaçants. Loin de se laisser abattre, il se montre une nouvelle fois omniprésent lorsque ses coéquipiers ont besoin de lui. Bien mal embarqué dans la course au maintien, le club azuréen joue une grande partie de son destin au cours d'un match contre le Paris Saint-Germain. Et le féru de pêche trouve le chemin des filets tel un remerciement pour la ville de Nice et ses gens qui lui ont fait confiance lors des 99 matches de Ligue 1 et des 19 réalisations en trois années fabuleuses passées dans le Sud. Placé à sa demande sur la liste des transferts en fin de saison, il rejoint son île natale de Tahiti pour des vacances bien méritées en attendant des offres qui ne tarderont pas à venir.

Des destinations telles l'Allemagne ou encore la Grèce le tentent mais une meilleure offre venue du FC Lorient va le faire changer d'avis sur son désir de quitter la France pour découvrir de nouveaux horizons. «Je galère depuis un an, j'ai maintenant envie de me faire plaisir et de connaître une certaine stabilité. A Nice je ne la trouvais hélas plus. Il y avait trop de problèmes en dehors du terrain, un changement d'entraîneur qui en fait ne se concrétise pas.» Et cette stabilité il semble l'avoir rapidement trouvée en Bretagne comme en atteste sa prestation lors de la quatrième journée de Ligue 1. Opposés à l'Olympique Lyonnais, les Merlus ont offert un récital à leur public du Moustoir avec une victoire (2-1) acquise de très belle manière. Et Vahirua d'inscrire son troisième et quatrième but au cours d'une rencontre qu'il a éclaboussée de tout son talent. A la quatorzième minute, il profitait d'un mauvais renvoi de la défense rhodanienne pour tromper Vercoutre d'une reprise de volée somptueuse en pleine lucarne. Peu après l'heure de jeu, un centre parfait de Marin lui offrit l'opportunité d'inscrire un doublé via une déviation du bout du pied. Marama Vahirua a démontré à Christian Gourcuff qu'il adhère totalement à sa philosophie et à son système de jeu basé sur l'offensive. Pour peu que le "Soleil" de Tahiti continue de briller de mille feux et les portes de l'équipe nationale pourraient enfin s'entrouvrir à cette étoile que la France tarde à retrouver.



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Soutenez-nous, cliquez sur
Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment

Sondage Maxifoot
Etes-vous en faveur d'un retour de Karim Benzema en équipe de France ?

OUI
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Les articles populaires du moment

Ça a fait le buzz depuis 7 jours

Les VIDEOS populaires du moment




 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB