Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Lécluse, la fidélité récompensée
Par Julien Gorenflot - Le Portrait De La Semaine, Mise en ligne: le 26/04/2006 à 22h50
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Symbole de l'équipe nancéenne, solide et discrète, Cédric Lécluse a contribué à la belle saison de son club, notamment samedi dernier lors de la victoire en finale de la Coupe de la Ligue. A 34 ans, le défenseur lorrain remporte un trophée après avoir disputé plus de 400 matchs sous le maillot de l'AS Nancy.

«Ma finale de Coupe du Monde»

Si Nancy doit son succès face à Nice (2-1) à ses buteurs Zerka et Kim, qui a retrouvé le chemin des filets au bon moment, il le doit beaucoup aussi à sa charnière centrale Diakhaté-Lécluse. Les défenseurs nancéens ont contenu les assauts niçois dans la dernière demi-heure, malgré l'expulsion de Sébastien Puygrenier, considéré comme le meilleur défenseur de l'équipe. Le physique et le métier de Cédric Lécluse, l'ancien de l'équipe, ont été précieux pour les joueurs de Pablo Correa. Pour compenser l'expulsion de son jeune coéquipier, Cédric Lécluse a réalisé une excellente fin de match ponctuée par quelques tacles bienvenus. Généreux dans l'effort, sobre et efficace, le doyen de l'ASNL symbolise parfaitement l'équipe de Pablo Correa. Cette victoire en Coupe de la Ligue est un véritable événement pour le club lorrain et son défenseur. «Je n'avais jamais gagné la moindre Coupe, même pas une Coupe de Lorraine, explique Lécluse dans l'Est Républicain. Alors vous imaginez mon bonheur. Durant la mise au vert, j'avais dit que cette rencontre constituait ma finale de Coupe du Monde. Je le pense encore plus après l'avoir gagnée !»

L'AS Nancy a vécu son heure de gloire après des périodes difficiles. Un moment émouvant pour Cédric Lécluse. «J'ai ressenti beaucoup d'émotion, vers 19 h, quand j'ai salué les supporters, explique le défenseur lorrain. Franchement, j'ai eu les larmes aux yeux en voyant tous ces Nancéiens venus nous encourager à Saint-Denis. J'ai alors repensé aux saisons galères traversées par le club il n'y a pas si longtemps encore...» Englué en L2 il y a quelques saisons, Nancy a retrouvé le devant de la scène et son public a répondu présent pour ce match historique dans l'histoire du club. «Je n'ai jamais vu une telle ferveur, assure Lécluse. Même en demi-finale chez nous, le stade était plein mais il n'y avait pas 40 000 supporters. Là c'était fort. On les remercie tous d'être venus si nombreux pour nous encourager.» Nancy attendait un trophée depuis 1978 et la Coupe de France remportée par l'équipe où évoluait Michel Platini. «On est à côté de Platini. Il y eu Platini, et maintenant il y a la bande de Pablo (Correa)» , résume le défenseur nancéen.

Escapade en Chine

Jouer plus de 400 matchs sous le maillot d'une équipe, voilà ce qui risque de devenir de plus en plus rare dans le football actuel. Le Sikora de l'AS Nancy est arrivé au club il y a 20 ans et il ne l'a quitté que durant six mois. La mémoire du club c'est lui, l'ancien coéquipier de Paul Fischer, aujourd'hui entraîneur adjoint de Correa. «Alors que je n'avais pas encore le permis de conduire, Paul Fischer me donnait des leçons sur les routes, raconte Lécluse. Au moment de me garer devant le centre de formation, j'étais allé dans le mur et j'avais plié le côté gauche de la voiture de Paul...» Avant de rejoindre Nancy, Lécluse a commencé à jouer au football à l'âge de 7 ans dans la banlieue de Montargis. Placé en défense dès l'adolescence, il débute en professionnel lors du passage d'Olivier Rouyer aux commandes de l'équipe A. Il s'impose alors comme un titulaire indiscutable en L2 puis en L1 lorsque Nancy retrouve l'élite en 1996 et 1998. Relégué en L2 en 2000, Nancy a ensuite connu des années difficiles. Financièrement et sportivement le club était au bord du gouffre, proche d'une nouvelle descente. Ce sont les années noires de Nancy : «Les rétrogradations, le club au bord du dépôt de bilan, des matchs de bas de tableau de Ligue 2 devant 3 500 spectateurs quand il fait moins 10 degrés. Il fallait affronter tout cela. J'aurais pu envoyer tout bouler. Mais je faisais partie du groupe qui avait fait descendre le club. Il était normal de rester.»

La saison 2000-2001 est celle de la souffrance pour Cédric Lécluse. Absent des terrains pendant cinq mois suite à une grave blessure en match de préparation, il ne dispute qu'une quinzaine de matchs (en L2). Il se remet en selle la saison suivante. Mais à 30 ans, il souhaite découvrir autre chose. Il part alors en Chine, au Cosco Shangaï. L'expérience tourne court. «Les mises au vert m'éloignait de ma famille pendant parfois une semaine et nous ne nous sommes jamais intégrés au mode de vie asiatique, résume Lécluse. Très rapidement, nous avons compris que nous avions commis une erreur. J'ai été également vraiment choqué par la misère de beaucoup de Chinois. Là-bas, ils sont très riches ou très très pauvres !» Au bout de six mois, il quitte la Chine. Une seule destination possible : Nancy. Le club est alors dernier de Ligue 2. Lécluse arrive en janvier et Nancy sauve finalement sa tête en L2. Cela coïncide avec le renouveau du club, sous la conduite de Pablo Correa et Paul Fischer. Depuis ce retour de Chine, Lécluse est devenu le grand frère, le guide de ses jeunes coéquipiers de la défense nancéenne, Pape Diakhaté, Mickaël Chrétien ou Sébastien Puygrenier.

Et maintenant l'Europe

De ses débuts, «contre Sochaux, au marquage de Chérif Oudjani» en 1991, à l'époque de Sacha Zavarov, à aujourd'hui, Cédric Lécluse aura donc quasiment tout vécu à Nancy. En attendant la Coupe d'Europe. «Lorsque l'UEFA se présentera, ce sera un immense bonheur. J'ai la chance de vivre une superbe fin de carrière.» Joueur et homme épanoui, Cédric Lécluse résume en quelques mots les principales caractéristiques d'un club presque atypique de nos jours : «Nous ne possédons pas d'individualités extraordinaires, mais notre groupe est uni. Nous ne faisons pas partie des gros budgets, mais nous sommes habités par un état d'esprit, par l'amour de notre région. Quand on recrute, c'est pour avoir un joueur qui a envie de réussir sous les couleurs de Nancy. On ne veut pas de loups dans la bergerie. Du kiné aux joueurs, de l'entraîneur aux dirigeants, nous sommes tous solidaires. Avant, Metz était l'étendard de la région. Mais Nancy a redoré son blason, par son humilité.»

Cette saison encore, malgré son âge et le talent des jeunes, Cédric Lécluse a fait partie des joueurs régulièrement titulaires. Il faut dire qu'il était le seul joueur, avec Eli Kroupi, à avoir une réelle expérience de la L1 avant cette saison, puisqu'il avait disputé 115 matchs de L1 sous le maillot blanc et rouge. Simple coïncidence ou non, lorsque Cédric Lécluse ne joue pas, Nancy ne tourne pas rond, comme en début de saison lorsque la découverte de la L1 s'est soldée par 5 défaites lors des 6 premières journées ou lors de Marseille-Nancy, une semaine avant la finale, qui s'est terminé par un cinglant 6-0. Sans son aboyeur, Nancy n'est plus tout à fait la même. Après avoir découvert le Stade de France et les joies d'une victoire en coupe, Cédric Lécluse devrait découvrir la coupe d'Europe l'an prochain. En effet, il n'a pas l'intention de mettre un terme à sa carrière, malgré cette victoire. «Je continue avec une grosse motivation, déclare-t-il. Je suis toujours heureux d'aller à l'entraînement et je me sens compétitif. Donc il n'est pas question de partir à la retraite. J'ai conscience d'exercer un métier fabuleux. Le jour où je raccrocherai les crampons, je ne pourrai plus revenir en arrière. A mon âge, il faut raisonner à court terme et faire le point à chaque fin de saison.» C'est l'humilité et l'envie qui ont fait la force d'une équipe aux moyens modestes. «Cette saison, tous nos matchs ont été pour nous des matchs de Coupe, affirme Lécluse. L'objectif était de gagner point par point pour assurer le maintien en L1.»

A 34 ans, Cédric Lécluse est récompensé de son engagement à l'AS Nancy. Depuis le début de saison, il renoue avec le succès comme son équipe. Une renaissance pour lui et pour son club. Après la victoire en Coupe de la Ligue, Nancy devra être méfiant et bien négocier le virage. Il pourra compter sur l'un de ses grognards, son vaillant défenseur, Cédric Lécluse.

Nom : Lécluse
Prénom : Cédric
Né le 29 mars 1972 à Epinay-sur-Seine
Taille :1m85
Poids : 83 kg
Club : Nancy



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez



 
 

Soutenez-nous, cliquez sur
Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment

Sondage Maxifoot
Quel serait le meilleur choix pour entraîner l'OM parmi les rumeurs actuelles ?

Claude Puel
Laurent Blanc
Leonardo Jardim
Gabriel Heinze
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Les articles populaires du moment

Ça a fait le buzz depuis 7 jours

Les VIDEOS populaires du moment




 A SUIVRE
Tout savoir sur
LES DROITS
TV du FOOT
* Dossier Maxifoot *
Votre Equipe type
2018
par les lecteurs
de Maxifoot
TOP 15
PEPITES
jeunes de Ligue 1
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB