Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Touché, coulé !
Par Alix Dulac - Actu Champion's League, Mise en ligne: le 25/04/2006 à 23h27
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Villarreal n'a pas réussi son pari face à Arsenal et concède le nul au Madrigal (0-0). La faute à une maladresse offensive déconcertante, symbolisée par une bien triste prestation de son baromètre attitré, Juan Roman Riquelme. L'Argentin, en manquant son penalty en fin de match face à Lehmann, propulse les Londoniens sur l'herbe verte du Stade de France.

Touché, coulé !

Les coulisses du match

Deux buts. Pour vivre la première finale de C1 de son histoire, Villarreal devra marquer deux fois sur sa pelouse du Madrigal face aux Londoniens d'Arsenal. La tâche a tout du travail d'Hercule. D'abord parce que les hommes de Manuel Pellegrini sont très loin de toujours maîtriser leurs sujets en Ligue des Champions. En effet, le sous-marin jaune n'a remporté que trois des onze matchs qu'il a disputé dans cette compétition. Ensuite, parce que le secteur offensif des Jaunes est le plus faible des quatre demi-finalistes (huit buts inscrits). Il faudra bien plus que le célèbre «toque» aux partenaires de Juan Roman Riquelme pour espérer faire vaciller la solide défense d'Arsenal. Cette fois, l'efficacité aux abords de la surface de vérité sera indispensable, comme les Espagnols l'ont prouvé devant Lille (1-0) en phase de poules et notamment devant l'Inter Milan (1-0) au tour précédent. Viera qui avait purgé son match de suspension, sera sur le banc. C'est Barbosa qui gardera donc le but de Villarreal. Pena constituera la charnière centrale aux côtés de Quique Alvarez. Le Mexicain Guillermo Franco a été préféré à José Mari en attaque.

«Les Espagnols ont fermé le jeu mais devraient prendre plus de risques au retour» . Robert Pires le sait. Si Arsenal a fait un grand pas vers la finale au Stade de France, le club londonien n'a pas encore les deux pieds à Saint-Denis. Invincible en C1 cette saison avec notamment une défense inviolée depuis neuf matchs dans la compétition, les Gunners d'Arsène Wenger débuteront néanmoins la rencontre avec beaucoup d'arguments favorables. D'abord, Arsenal n'a jamais encaissé deux buts sur la scène européenne cette saison, ce que son adversaire d'un soir devra réaliser pour entrevoir la finale. Et si Villarreal est difficile à manoeuvrer au Madrigal, le sous-marin jaune a déjà baissé pavillon chez lui, face à l'AZ Alkmaar (1-2) en quart de finale de la coupe UEFA l'année dernière et devant Valence - lors de la même compétition - en demi-finale cette fois en 2003/2004 (0-1). Comme prévu, Senderos forfait, c'est Sol Campbell qui sera aligné aux côtés de Kolo Touré. Reyes de retour de suspension, Robert Pires débutera la rencontre sur le banc londonien.

Les faits marquants de la rencontre

- Alors que Villarreal peine à imposer son jeu, c'est le sous-marin jaune qui se crée la toute première opportunité de la partie. Sorin côté gauche trouve d'une passe lobée Forlan dans la surface adverse. Kolo Touré empêche in extremis l'Uruguayen de frapper au but et concède le premier coup de pied de coin du match (7').

- Après un premier quart d'heure compliqué, les Espagnols commencent à trouver leurs marques. Joli mouvement à trois initié côté gauche par Riquelme, prolongé par Senna dans la surface pour une conclusion pied droit de Sorin. Dans les gants de Lehmann (19').

- Lehmann décisif ! Le portier numéro un de l'équipe d'Allemagne repousse sur sa ligne une tête plongeante à bout portant de Guillermo Franco, bien servi côté droit par Javi Venta (41').

- Nouveau coup de crâne signé Guillermo Franco. L'attaquant mexicain prend le meilleur sur Touré et catapulte un bon centre de Javi Venta tout près du poteau gauche de Lehmann (48').

- Décidément, Franco n'est pas en réussite avec son jeu de tête. Le joueur de Villarreal hérite encore d'un bon ballon dans la surface adverse, cette fois distillé par Marco Senna. L'international mexicain place une nouvelle tête qui est quasiment la copie conforme de la précédente. Hors-cadre (55').

- OH LA LA ! Forlan trouve Franco d'une pichenette dans la surface londonienne. Le Mexicain élimine Touré mais bute face à Lehmann, sorti de son but. Le ballon revient sur Forlan qui frappe aussitôt. Son tir drague insolemment la lucarne gauche du portier d'Arsenal (65').

- Coup d'épaule de Clichy dans le dos de José Mari en pleine surface londonienne. L'international espagnol s'écroule. Penalty tiré par Riquelme que… Lehmann, bien parti sur sa droite, repousse (90').

- Henry manque de punir Villarreal. Sur un contre amorcé rapidement par son équipe, l'international français, parti côté gauche, perd son duel face à Barbosa (91').

La prestation de Villarreal

Après un premier quart d'heure difficile durant lequel «Villa» a du trouver les espaces et prendre ses marques face à une formation londonienne harcelante au pressing, le sous-marin jaune a ensuite pris les commandes de la rencontre de manière définitive. Jeu long, jeu court, accélérations soudaines, faux rythme, les hommes de Manuel Pellegrini ont déployé tout leur savoir-faire afin de faire vaciller la défense de fer d'Arsenal. Mais une possession de balle importante ne vaut rien si derrière l'efficacité offensive n'est pas au rendez-vous. Par manque de réalisme et de lucidité dans le dernier geste, Villarreal quitte la Ligue des Champions et ne peut finalement s'en prendre qu'à lui-même. Dommage, car vu leur position en Liga (10e), les Espagnols ont dit adieu à la C1 pour un petit moment.

Si Barbosa n'a quasiment rien eu à faire, le portier argentin n'a pas toujours été très rassurant. Quelques dégagements mal assurés mais une très belle sortie devant Henry en fin de match. Javi Venta a éclairé son couloir, distillant notamment de jolis caviars à Guillermo Franco, malheureux ce soir sur ses tentatives aériennes. Quique Alvarez et Pena ont bien contrôlé Henry même si le capitaine de «Villa» a parfois été limite dans son marquage. Sorin s'est démené aux quatre coins du pré : toujours dans les bons coups, il a aidé Josico à quadriller le terrain. Belle prestation de Marco Senna. En revanche, quelle déception de la part de Riquelme ! Une bien triste performance conclue d'un penalty manqué à la fin du temps réglementaire, synonyme de prolongations pour son équipe. Nonchalant, incapable de faire la différence face à Gilberto Silva, le baromètre argentin de l'équipe a plus été un poids qu'une aide pour ses coéquipiers. Ni Forlan, plus actif dans l'élaboration du jeu que dans ses conclusions ni José Mari, auteur d'une belle entrée, n'ont pu empêcher Arsenal de se qualifier pour la finale.

La prestation d'Arsenal

«Venu pour gagner et marquer un but» selon son entraîneur Arsène Wenger, Arsenal n'a finalement pas pesé lourd dans les débats. A peine un gros quart d'heure en première période et par intermittence, lorsque Villarreal baissait un peu le pied, lors des quarante-cinq dernières minutes. Le 4-1-4-1mis en place par Wenger avait l'avantage de permettre aux Gunners d'appliquer un pressing haut sur le porteur du ballon adverse mais en contrepartie laissait trop d'espaces une fois la ligne de quatre mise hors de position. Dès que le sous-marin jaune a eu le ballon, Arsenal ne l'a presque jamais revu. Une meilleure condition physique a permis aux Gunners de mieux terminer la rencontre que leurs adversaires. Aidé par le manque de réalisme de Villarreal, Jens Lehmann a pu signer un nouveau clean sheet, une performance qui envoie les Londoniens pour la première fois de leur histoire en finale de Ligue des Champions.

En état de grâce sur la scène européenne, Jens Lehmann a encore prouvé pourquoi Klinsmann l'avait choisi lui et non Oliver Kahn pour garder le but de la sélection allemande au prochain Mondial. Très sûr dans ses prises de balles, il a surtout brisé les derniers espoirs espagnols en repoussant le penalty de Riquelme en toute fin de match. Si le portier d'Arsenal n'a pas encaissé de but ce soir, il le doit plus à la maladresse adverse qu'à sa défense. Touré, énorme lors du match aller, a souffert. Son entente avec Campbell a été très discutable, tant l'international anglais paraissait emprunté. Eboué a vécu les pires misères face à Sorin tandis que Clichy, auteur d'une entrée rageuse en lieu et place de Flamini blessé, s'est vite éteint par la suite, concédant même un penalty dangereux pour les siens. Gilberto Silva n'a pas eu le même rayonnement que d'habitude et a payé le choix tactique de Wenger. Sur les côtés ni Reyes, ni Ljungberg n'ont véritablement fait la différence. Hleb, Fabregas et dans un autre registre, Thierry Henry ont cherché à jouer vite vers l'avant, à imposer leur facilité technique au jeu adverse et à se procurer des situations dangereuses. L'international français a d'ailleurs manqué de soulager définitivement les siens dans le temps additionnel, ratant son duel devant Barbosa.

C'est au prix d'un match difficile qu'Arsenal se qualifie pour la finale de la Ligue des Champions (0-0). Dominés par une tenace équipe de Villarreal, les Gunners ne doivent leur salut ce soir qu'à la faiblesse offensive adverse, principal talon d'Achille des Jaunes cette saison. Pour les partenaires de Riquelme, encore plus décevant qu'à Highbury, point de C1 l'an prochain, le quotidien «ordinaire» de la Liga lui tendant désormais les bras.


Villarreal – Arsenal : 0-0
Stade : El Madrigal
Arbitre : Mr Ivanov

Les équipes :

Villarreal : Barbosa – Javi Venta, Pena, Quique Alvarez (cap), Arruabarrena (Roger, 82’) – Riquelme, Senna, Josico (José Mari, 63’), Sorin –Franco, Forlan.

Arsenal : Lehmann – Eboué, Campbell, Touré, Flamini (Clichy, 9’) – Gilberto Silva – Hleb, Fabregas, Ljungberg, Reyes (Pires, 69’) – Henry (cap).



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens LIGUE des CHAMPIONS


Sondage Maxifoot
Etes-vous en faveur d'un retour de Karim Benzema en équipe de France ?

OUI
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB