Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Lyon face à un roc
Par Cédric Chapuis - Actu Champion's League, Mise en ligne: le 04/04/2005 à 22h28
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Après sa démonstration en huitième de finale face au Werder Brême, l'Olympique Lyonnais s'attaque ce soir à un autre solide outsider : le PSV Eindhoven. Cette confrontation sent la poudre, entre deux équipes largement en tête de leur championnat et qui se voient bien aller plus loin dans cette compétition. Mais ce Lyon là a les capacités et le potentiel pour passer son adversaire, même si la décision se fera sans doute lors du match retour aux Pays-Bas.

Lyon face à un roc

Les enjeux de la rencontre

L'OL aurait sans doute préféré accueillir son adversaire dans deux semaines, au match retour, histoire d'avoir les cartes en main et le public dans la poche pour se qualifier pour les demi-finales de la Ligue des Champions. Mais le sort en a décidé autrement, et c'est dès le match aller que les supporters lyonnais devront aider leur équipe à faire la différence. Car il faudra la faire dès ce soir. Avant un déplacement très dangereux au Philips Stadion, les hommes de Paul le Guen devront faire honneur à leur statut de favori et gagner. Mais cette pression ne fait pas peur au coach lyonnais. « Pour nous, ça ne change vraiment rien. Nous étions favoris avant le huitième de finale contre Brême, et je pense que nous l'avons parfaitement assumé. Cela dit, quand vous regardez le parcours du PSV, quand vous voyez ses derniers matchs, c'est qu'on est vraiment très costauds si on doit encore être considérés comme les favoris. Assumons. En tout cas, ce genre d'étiquette ne doit pas être important dans le comportement des joueurs. Ils sont suffisamment expérimentés pour assumer ça. » En clair, Lyon doit, comme pour chaque match aller à domicile, marquer et ne pas encaisser de but afin de se présenter dans deux semaines avec un avantage au score. Sinon, le voyage aux Pays-Bas ne ressemblera vraiment pas un parcours de santé. Aux Lyonnais de mettre suffisamment de pression sur leurs adversaires pour les faire craquer.

Mais cela ne sera vraiment pas facile pour les coéquipiers de Grégory Coupet. Car le PSV impressionne. Les hommes de Guus Hiddink ont semblé se qualifier avec une certaine aisance face à l'AS Monaco (1-0, 2-0), en exploitant les bonnes failles aux bons moments. Leur solidité défensive devrait sans doute leur éviter de connaître un sort semblable à celui du Werder. On voit mal en effet les Bouma et Alex montrer aussi peu de sérieux que leurs homologues allemands. Le club hollandais s'appuiera donc sur cette assise pour contenir les assauts lyonnais et repartir de Gerland avec au minimum un résultat nul en poche, même si le club d'Eindhoven ne vient pas pour défendre. « On sait qu'il est toujours très précieux de marquer à l'extérieur en Coupe d'Europe, a rappelé le coach hollandais Guus Hiddink lundi. Nous pouvons aussi bien contrôler le match et prendre l'initiative. Nous ne sommes pas là pour rester apeurés devant une bonne équipe. Ce n'est l'image ni du PSV, ni du football néerlandais, auquel nous voulons faire honneur. Nous jouerons pour faire un résultat, pas pour garder le 0-0. » De toute façon, lorsqu'on joue tous les week-end en pensant à mettre un maximum de buts à l'adversaire, on ne peut pas changer de philosophie en à peine trois jours.

Les équipes

Défenseurs solides, milieux de terrain omniprésents et attaquants déroutants, voilà les caractéristiques de l'OL… et du PSV. Côté Lyonnais, c'est bien simple, on ne décèle aucune faille dans le collectif rhodanien, si ce n'est quelques fautes de déconcentration dans cette Ligue des Champions, face à Manchester United notamment, lorsque l'OL avait mené 2-0 avant de concéder le nul (2-2). Et en plus, Paul Le Guen pourra compter sur tout son effectif : Sidney Govou et Sylvain Wiltord, au repos face à Lens, ont bien récupéré, et le capitaine Claudio Caçapa, qui a fait son retour face aux Nordistes samedi, devrait à nouveau débuter la rencontre. C'est donc avec toutes ses forces que Lyon attend le PSV, ce qui ne fait pas l'affaire des jeunes, puisque Karim Benzema, titulaire samedi, n'a pas été retenu, tout comme Hatem Ben Arfa. Bergougnoux et Clément, eux, sont présents, mais plus que jamais, Le Guen prône l'expérience avant affronter les Néerlandais. Et son homme providentiel est en forme, puisque Juninho a inscrit son 13e but de la saison ce week-end. Et même si Lyon a beaucoup souffert face à Lens, on peut compter sur les hommes de Paul Le Guen pour faire parler leur force collective devant leur public.

Côté PSV, le constat est le même : tout le monde est sur le pont ! Philip Cocu, légèrement blessé lors des dernières semaines, est complètement remis, et Johan Vogel, suspendu face à Utrecht (2-0), sera évidemment présent. « Nous sommes en confiance, a estimé Hiddink samedi. Il n'y a donc pas de raison de modifier l'effectif. Même si à Lyon nous serons probablement plus disciplinés. » La stabilité est donc de mise, d'autant que ce bloc est sans doute aussi fort collectivement que son homologue lyonnais. Aucun absent à déplorer donc, d'un côté comme de l'autre, ce qui promet donc un affrontement à armes égales.

Les équipes probables

Lyon : Coupet - Réveillère, Cris, Caçapa, Abidal - Essien, Diarra, Juninho - Govou, Wiltord, Malouda.

PSV Eindhoven : Gomes - Ooijer, Alex, Bouma, Lee - Van Bommel, Cocu, Vogel - Farfan, Vennegoor of Hesselink, Park.

Les clés du match

La grande force des deux équipes réside incontestablement dans leur milieu de terrain. Le triangle que forme d'un côté Diarra, Essien et Juninho, et de l'autre côté Cocu, Vogel et van Bommel est la plaque tournante des deux équipes. Et celui qui remportera ce duel fratricide du milieu de terrain remportera assurément le match. Avec un Cocu qui retrouve une seconde jeunesse, un Vogel discret mais indispensable et un van Bommel qui sort de l'ombre en enchaînant les performances de très haut niveau, le PSV possède un trio de récupérateur hors norme. Tout comme l'Olympique Lyonnais, qui compte dans ses rangs l'impassable Mahamadou Diarra, l'impressionnant Michael Essien et l'homme providentiel Juninho. Et Guus Hiddink ne s'y trompe pas : « Beaucoup de choses se joueront au milieu, effectivement. Dans cette zone, Lyon a des jeunes joueurs, mais qui sont tous expérimentés. Juninho, par exemple, n'est pas l'archétype du joueur brésilien qui misera tout sur son talent individuel. C'est un très bon joueur d'équipe. Essien a beaucoup de classe. Diarra, derrière eux, effectue beaucoup de travail. Ce match entre les milieux sera un duel intéressant. Peut-être la clef du match. » Les six milieux de terrain seront donc à l'origine de tout.

Et ils seront chargés d'alimenter parfaitement un autre gros point fort commun aux deux formations : leurs ailiers. On retrouve en effet du côté néerlandais le duo imprévisible Park-Farfan. Le Sud-Coréen explose littéralement cette saison. Demandez à Maicon ce qu'il pense de ce joueur arrivé dans les valises de Guus Hiddink six après la Coupe du monde 2002... Quand un jeune ailier péruvien, 20 ans, il est parfait dans son rôle d'ailier avec ses dribbles déroutant et ses débordements efficaces. En face, cependant, Lyon n'a rien à envier à ses adversaires, avec Sidney Govou et Florent Malouda. Les deux internationaux français ont franchi un palier cette saison, l'un en retrouvant un niveau conforme à son potentiel (Govou), l'autre en poursuivant sa progression linéaire qui devrait l'amener à un très haut niveau (Malouda). Ce duel à distance s'annonce également décisif.

Enfin, pour trouver une réelle différence entre ces deux équipes, il faut chercher au niveau des attaques. Là où l'OL a inscrit 27 buts en 8 rencontres, notamment grâce à quelques feus d'artifices (Fenerbahçe, Sparta Prague, Werder Brême), le PSV n'en a marqué que 9. Cela pourrait bien faire la différence, même si les deux défenses sont d'une solidité à toute épreuve, avec un plus sur le plan athlétique mais un moins sur le plan de la vitesse pour le PSV. La décision se fera donc incontestablement sur des petits détails, et l'équipe qui commettra la première erreur devrait en subir les conséquences. Autre détail, Cris (Lyon), Ooijer et van Bommel (PSV) seront suspendus au prochain carton. Cela peut avoir son importance…

L'autre match

Au delà du quart de finale qui mettra aux prises Liverpool et la Juventus ce soir à Anfield, tout le monde aura le regard plongé vers le 29 mai 1985. Ce soir là, 39 personnes avaient trouvé la mort (étouffées ou écrasées lors d'un mouvement de foule provoqué par des hooligans anglais) peu avant la finale de la Coupe des Champions devant opposer les Reds et les Bianconeri. Ce drame revient sur le devant de la scène près de 20 ans après les événements puisque le sort a décidé d'opposer à nouveau les deux équipes, une première depuis cette maudite finale. Hommage mis à part, cette rencontre s'annonce dure pour Liverpool. Toujours privé de Cissé, Xabi Alonso et Sinama-Pongolle, Rafael Benitez devra en plus se passer de Harry Kewell et Dietmar Hamann, tous deux blessés, et même s'il pourra compter sur Jerzy Dudek et Milan Baros, l'entraîneur espagnol s'attend à passer une soirée difficile. Fabio Capello, lui, peut être serein. Pavel Nedved et David Trezeguet sont de retour, et devraient même débuter la rencontre face aux Reds. Tacchinardi est certes suspendu, mais la Juventus se présente avec toutes ses forces et n'a en plus pas joué le week-end dernier en raison de la mort du Pape. Mais on peut compter sur le fighting spirit anglais pour ne pas faire perdre à cette rencontre son piment dès la première manche.

S'il veut poursuivre son aventure européenne, l'Olympique Lyonnais doit absolument éviter un faux pas ce soir à Gerland face à ce PSV Eindhoven qui lui ressemble tant. Quasiment champion de France, Lyon peut désormais tout miser sur la C1, et ne va certainement pas s'en priver. Mais le PSV, peut s'avérer le "Porto" de l'an dernier. Méfiance !!!



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens LIGUE des CHAMPIONS


Sondage Maxifoot
Etes-vous en faveur d'un retour de Karim Benzema en équipe de France ?

OUI
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB