Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Monaco, rien n'est perdu
Par Yann Buxeda - Actu Champion's League, Mise en ligne: le 23/02/2005 à 00h19
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Pour cette rentrée européenne, les Monégasques avaient fort à faire face à une équipe du PSV revancharde et ambitieuse. Et bien, les hommes de Didier Deschamps, dominés de la tête et des épaules par leurs homologues bataves, s'inclinent (1-0).

Les enjeux du match

Pour le PSV, ce huitième de finale aller représente beaucoup plus qu'une simple confrontation. Car les hommes de Guus Hiddink ont encore en travers de la gorge le mauvais souvenir du 17 septembre 2003, ou l'ASM avait été la première équipe française à s'imposer au Philips Stadion (2-1), le jeune effectif de Didier Deschamps découvrant alors la Ligue des Champions… «Nous allons prendre notre revanche, comptez sur nous, déclarait d'ailleurs Hiddink quelques jours avant le match. Les deux équipes ont beaucoup changé en un an de temps. Pas forcément en notre défaveur» . Une analyse réaliste de la part du technicien néerlandais, dont le club caracole toujours en tête d'Eredivisie. Mais au-delà des déclarations, le PSV sait bien qu'il n'aura pas le droit à l'erreur, car une disqualification en 8e de finale serait perçue comme un cuisant échec. Pour éviter cela, les Néerlandais tenteront de rééditer la performance de ce week-end en championnat face à Nimègue (4-1), d'autant plus qu'ils n'auront aucun absent à regretter.

Du côté du Rocher, l'on se refuse à comparer ce match à celui de l'année dernière. Et pour cause, les forces en présence sont totalement différentes ! Car si le PSV doit composer sans les Kezman, Robben et Wattereus, Didier Deschamps a lui aussi perdu des éléments clés, comme Rothen, Morientes ou Giuly… Et comme d'habitude, le technicien monégasque préfère la prudence à l'arrogance : «L'important, aujourd'hui, ce n'est pas d'avoir éliminé le PSV (l'an dernier), c'est surtout l'expérience accumulée. Les joueurs savent à quoi ils vont être confrontés, en particulier dans l'environnement du match.» Et à en juger par les déclarations des Néerlandais, nul doute que les Monégasques auront fort à faire. Mais les hommes de la Principauté rêvent d'une nouvelle finale et il faudra impérativement passer l'obstacle du PSV. Pour cela, les Rouges auront sûrement en mémoire la désillusion de Lyon, avec ce match nul (1-1) qu'ils ont appréhendé comme une défaite et nul doute qu'ils voudront montrer un autre visage… Mais Deschamps, contrairement à son homologue, devra composer avec les blessures de deux de ses joueurs et pas des moindres, puisque Squilacci et Chevanton sont toujours convalescents.

Les temps forts du match

- D'entrée de jeu, le PSV met la pression sur les Monégasques, mais ce sont néanmoins les Rouges qui s'offrent la première opportunité du match ! Mohamed Kallon, seul dans l'axe, tente une frappe de 25 mètres, mais le ballon s'envole au dessus de la cage de Gomes (6').

- Et la domination néerlandaise se concrétise rapidement ! Sur un corner tiré de la droite par Van Bommel, le défenseur central Alex se retrouve étonnamment seul dans la surface monégasque. Libre de tout marquage, il propulse le cuir dans les filets d'une tête piquée, que Flavio Roma ne peut qu'effleurer. Le Philips Stadion exulte ! (9', 1-0)

- En cette première demi-heure, la domination néerlandaise est franche et massive. Car même si les Hollandais ne se livrent plus autant qu'en début de partie, ils dominent toujours une équipe de Monaco timide et maladroite. Les attaquants se perdent, la défense s'accroche, et le milieu est totalement submergé (30').

- Alors que le PSV était tranquillement installé dans le camp monégasque, Emmanuel Adebayor profite d'un bon ballon en profondeur et file vers le but de Gomes. Le Togolais, qui possède deux mètres d'avance sur Alex s'emmêle les pinceaux et perd le ballon à l'entrée de la surface. C'est le premier embryon d'occasion pour Monaco dans cette première mi-temps (34').

- En toute fin de première période, l'ASM reprend quelques couleurs et Bernardi tente sa chance de loin. Mais sa frappe du droit, de 25 mètres, passe largement à droite des cages du PSV (44').

- Après une reprise particulièrement calme, le PSV rassoit de nouveau sa domination, et Ooijer est à deux doigts de doubler la marque, suite à un coup franc rentrant de Van Bommel. Mais le défenseur (décidément !) ne peut contrôler sa reprise et le ballon s'envole au dessus de la cage de Flavio Roma (56').

- Seconde occasion franche pour Monaco dans cette rencontre ! Adebayor, qui est assez enthousiaste, s'infiltre côté gauche, puis effectue un petit centre en retrait sur Saviola. Mais l'Argentin, transparent depuis le début du match, manque complètement sa reprise du gauche, et le ballon file en dehors des limites du terrain (66').

- Au fil du match, les joueurs apparaissent de plus en plus fatigués. Les espaces s'ouvrent, et Van Bommel est tout près de profiter d'une mésentente entre Rodriguez et Maicon, mais Roma est vigilant et sort à temps pour se saisir du ballon dans la surface (73').

- Sur une contre-attaque néerlandaise, Van Bommel frappe au but mais le ballon est détourné par un pied monégasque, Cocu reprend de la tête, mais le cuir atterrit finalement en corner. Mais ce dernier, tiré par Van Bommel, ne donne rien, et le jeu reprend (75').

- Monaco n'arrive pas à se rapprocher des buts adverses. Et le score est plus que flatteur pour les Rouges, qui ne parviennent vraiment pas à se montrer dangereux. Espérons que la rentrée de Nonda à la place d'Adebayor change un peu les choses… (82')

- Enfin une occasion franche pour Monaco ! Sur un corner monégasque, le ballon est dévié par Gomes du poing, mais Bernardi à la retombée du ballon renvoie dans le paquet. Et c'est Kallon, d'une tête renversée, qui est tout près de tromper le portier brésilien du PSV mais sa tentative échoue au dessus du but (85).

- Pour la première fois du match, Nonda réussit à prendre la défense du PSV a défaut. Mais il manque malheureusement sa frappe. Le score en reste là, et c'est une défaite historique pour Monaco. La première face à un club néerlandais (90').

La prestation du PSV

Sans pour autant jouer tel un prétendant à la victoire finale, les Néerlandais ont montré une certaine envie et ont su poser leur jeu tout en faisant déjouer leur adversaire du soir. En première période, les joueurs du PSV ont su profiter de leur première occasion, mais également porter régulièrement le danger sur les ailes, prenant la plupart du temps la défense monégasque de vitesse. En seconde mi-temps, le collectif de Guus Hiddink s'est quelque peu rétracté, mais a néanmoins su contenir les rares assauts monégasques, tout en se montrant dangereux, notamment sur quelques contre-attaques bien construites. Collectivement, le PSV s'est montré comme toute équipe non favorite se doit de le faire, c'est-à-dire solidaire et appliquée.

Et c'est au niveau individuel que cela s'est ressenti, car si le gardien brésilien Gomes n'a pas eu à aller chercher le ballon au fond de ses filets, il le doit non seulement à son talent, mais aussi à sa défense intraitable. Dans l'axe, Bouma et Alex, buteur ce soir également, ont littéralement cadenassé l'accès à la surface de réparation, alors que Oijer et Lee s'occupaient de la défense comme des phases offensives sur les côtés. Au milieu de terrain, Farfan et Park ont pesé grâce à leur vivacité sur les latéraux monégasques, tandis que Van Bommel et Cocu ont réussi à imposer leur physique dans l'axe. Enfin, en pointe, Vennegoor of Hesselink a lui aussi posé de nombreux problèmes à la charnière centrale des joueurs de Didier Deschamps.

La prestation de Monaco

A l'opposé de leurs adversaires néerlandais, les Monégasques ont paru pêcher par manque d'envie, de fraîcheur physique. C'est bien simple : en première mi-temps, jamais les joueurs de Deschamps ont eu l'opportunité de se rapprocher des buts de Gomes, si ce n'est «l'occasion» gâchée par la maladresse de Sheyi Adebayor. Avalé par le physique milieu de terrain batave, l'entrejeu monégasque n'a jamais pu délivrer de bons ballons à l'attaque. En seconde période, même scénario. Les liants entre chaque ligne étaient aux abonnés absents, et il manquait aux attaquants de pointe un «Giuly» pour leur offrir de vrais ballons décisifs. A noter que la défense des Rouges n'aura fait qu'une erreur au cours du match, mais aura finalement relativement bien tenu face à l'enthousiasme des leaders d'Eredivisie.

Sur le plan individuel, le bon a côtoyé le médiocre ce soir, du coté de l'ASM. Avant tout, Flavio Roma a réalisé une performance commune, puisqu'il n'a pas eu l'occasion de se mettre en valeur, mais également parce qu'il ne pouvait absolument rien sur le but encaissé. Sinon, la défense monégasque a beaucoup subi, Maicon n'a jamais réussi à se défaire de la vitesse de Farfan. De l'autre côté, Evra a un peu mieux tenu le choc face à Park, même si le Coréen a régulièrement pris le dessus… L'axe central, composé de Givet et Rodriguez, a bien tenu l'attaquant de pointe batave. L'entrejeu des hommes du Rocher, quant à lui, n'aura pas montré grand chose de bon. Zikos et Bernardi n'ont pas vraiment pu s'exprimer, en raison du pressing de leurs homologues, et Plasil était pris chaque fois qu'il tentait de jouer. Kallon, quant à lui, a eu également beaucoup de mal à s'imposer. Enfin, en attaque, Adebayor a fait preuve d'autant d'envie et de volonté que de maladresse, remplacé par un Nonda beaucoup plus tranchant et Saviola a été tout simplement inexistant !

A la vue de leur performance, on peut dire que les Monégasques s'en sortent plutôt bien. Car s'ils n'ont encaissé qu'un but, ils auraient pu repartir avec une valise bien plus chargée. Finalement, cette défaite au Philips Stadion n'est pas un si mauvais résultat, et les hommes de Guus Hiddink auront fort à faire au match retour sans le douzième homme qui les a porté hier !


La fiche technique

PSV Eindhoven 1 - 0 Monaco
Au Philips Stadion
Arbitre : M. Cantalejo (Esp.)
Buts : Alex Costa (8’) pour le PSV
Avertissements : Vogel (38’) / Rodriguez (40’)

Les équipes :

PSV Eindhoven : Gomes – Ooijer, Alex Costa, Bouma, Lee – Cocu, Vogel, Van Bommel, Farfan (Beasley, 52’)– Park, Vennegoor of Hesselink

AS Monaco : Roma – Rodriguez, Maicon, Evra, Givet – Bernardi, Zikod, Plasil – Kallon, Saviola, Adebayor (Nonda, 82’)



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens LIGUE des CHAMPIONS



Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
TOP 15
PEPITES
jeunes de Ligue 1
Votre Equipe type
2020
par les lecteurs
de Maxifoot
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB