Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Semak, le messie polyvalent
Par Yann Buxeda - Le Portrait De La Semaine, Mise en ligne: le 01/02/2005 à 18h52
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Serguei Semak a finalement rejoint Paris. Et il apporte avec lui l'espoir d'un retour au premier plan pour le PSG, en termes de performances (sur les résultats, le PSG est déjà trop loin pour espérer le titre, à priori). Portrait d'un joueur polyvalent de 28 ans qui porte sur ses épaules les attentes de tout un stade.

Une émergence tardive

Avant le 7 décembre dernier, peu de spécialistes (et encore moins de néophytes) pouvaient se targuer d'avoir beaucoup entendu parler de Serguei Semak… Et pour cause ! Car s'il est un joueur qui semble avoir conservé la notion d'amour du maillot loin des feux de la rampe, c'est bien le milieu russe. Car avant d'arriver au PSG, Serguei Semak n'avait tout simplement jamais quitté Moscou, portant tout d'abord les couleurs de l'Asmaral (de 1993 à 1994) avant de se consacrer au CSKA, entre 1994 et 2005. Et maintenant, le voici au PSG, avec la lourde tâche de s'affirmer comme le «sauveur d'un club en perdition» . Et, à 28 ans, le jeune homme semble tout à fait prêt à assumer ce rôle : «Je ne suis pas une star. J'essaye de donner le maximum sur le terrain, afin d'être le plus efficace possible pour l'équipe. (…) Dans le football tout peut aller très vite, et il nous reste beaucoup de matchs à disputer. A nous de faire les efforts nécessaires pour remonter au classement.»

Et au niveau du jeu, Semak semble être le joueur de la situation. En théorie tout du moins… Car assurément, ce qui manque au PSG, c'est ce liant entre les lignes et cette précision dans le jeu qui sont deux des principales caractéristiques de l'international russe (30 sélections, 1 but) : «Je peux évoluer sur les côtés ou derrière un attaquant. Je préfère jouer dans l'axe, mais c'est à l'entraîneur de décider.» Un rôle d'organisateur, en somme, qui était dévolu au lutin Daniel Ljuboja avant sa brouille avec Vahid Halilhodzic. Une place qui, depuis la saison dernière, reste vacante et rend le buteur Pauleta orphelin de passes décisives. Et c'est là tout le problème du Paris Saint-Germain sur cet exercice 2004-05, d'où l'étiquette «messie» collée sur un Semak, unique recrue du PSG au mercato.

Deux matchs pour un tournant

Mais revenons tout d'abord sur cette surprenante histoire qui a fait de Semak la priorité du PSG cet hiver. Deux matchs ! Seulement deux matchs ont décidé Francis Graille et Vahid Halilhodzic à s'octroyer à tout prix les services du Russe. A commencer par le 29 septembre dernier, lors de la rencontre entre le CSKA Moscou et le PSG, dans le cadre de la 2e journée de la Ligue des Champions. Face à un PSG un peu tendre, le CSKA tient le coup, et un changement va faire pencher la balance. A la 58e minute, Olic sort, remplacé par Semak. Six minutes plus tard, le futur Parisien s'offre un premier but, face à un club de la capitale amorphe et obtient même un penalty dans le dernier quart d'heure. Le bourreau du PSG en Ligue des Champions est né, il ne lui reste plus qu'à s'aguerrir…

Et le Russe n'attendra pas longtemps. Un peu plus de deux mois, en fait, jusqu'au jour où le PSG recroise la route du CSKA lors de la 6e et ultime journée de C1, le 7 décembre dernier. Un match décisif, puisque les hommes de Captain Pierre-Fanfan sont mal en point en championnat et doivent gagner pour poursuivre l'aventure européenne et sauver leur saison. Mais c'était sans compter sur un Semak aligné d'entrée et plus flamboyant que jamais. En trois phases de jeu et autant de buts, il réduit à néant les espoirs d'un Paris fébrile et dépassé par les événements, même si le joueur offre une analyse de la situation plus tempérée : «Les joueurs français étaient fatigués, car ils avaient disputé un match de championnat trois jours plus tôt. A Moscou, j'avais trouvé les Parisiens bien meilleurs.» Quoi qu'il en soit, Semak impressionne, Paris dépérit et Halilhodzic pense déjà à s'offrir les services de son tortionnaire…

Des débuts parisiens convaincants

Et cette pensée va se préciser bien avant le début du mercato. Une semaine après le match, Francis Graille établit le contact avec le club moscovite, et entame les négociations. Puis dès l'ouverture du marché, le transfert de Semak est déjà annoncé comme imminent. Mais les négociations butent encore sur «quelques points de détail» , comme le souligne Francis Graille : «Il y a de grandes chances pour que Semak soit prochainement à Paris. Ce peut être une question de 24-48 heures, voire 72. La finalisation des derniers points du transfert est en cours.» Et, au fil des jours, la transaction s'éternise… A une semaine et demie de la fin du mercato, le club russe tente une dernière surenchère, s'appuyant sur la mauvaise santé du club sur le plan sportif. Et le PSG cède finalement, conscient d'être pris par la montre. L'arrivée de Semak est officialisée le 26 janvier, soit près d'un mois et demi après le début des négociations officieuses. Le joueur rejoint l'effectif de Vahid Halilhodzic pour un prêt de six mois avec une option d'achat d'environ 3 millions d'euros, et profite d'emblée de la verve acide de son nouvel entraîneur : «Semak ? Il rigole un peu trop... Il ne sait pas dans quel club il est arrivé ! Moi aussi je rigolais quand je suis arrivé. Aujourd'hui je rigole moins !»

Après une telle bataille pour obtenir les services de l'international russe, le PSG compte bien amortir ce transfert au plus tôt. Et même si Coach Vahid déclare : «Il est vraisemblable qu'il commence à jouer même s'il n'est pas tout à fait prêt, car j'ai besoin le plus vite possible d'un joueur comme lui. Mais je ne pense pas qu'il débute à Monaco car ce serait trop risqué» , il tente tout de même un coup ! Le coach bosniaque va aligner sa recrue d'entrée de jeu. Et malgré la défaite du PSG par 2 buts à 0, force est de constater que Semak a fait du bien à Paris. En 65 minutes de jeu, il a su peser sur la défense monégasque, provoquant notamment de nombreuses fautes. Autre point positif, il a démontré que sur les phases arrêtées, il savait distiller des centres de qualité. En d'autres termes, il semblerait que Semak soit, sur le plan du jeu comme sur le plan psychologique, la recrue dont le PSG avait besoin même si cela ne suffira peut-être pas. Mais il devra confirmer sa bonne volonté dans les semaines à venir, s'il veut se faire adopter par le public du Parc des Princes, peu enclin à supporter aveuglément son équipe en ce moment.

Semak est donc bien parisien, après quelques semaines de tergiversations. Et sa nouvelle tunique lui sied à ravir. Reste maintenant à confirmer et à s'imposer dans ce groupe convalescent. Mais nul doute que ses qualités le lui permettront.



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Soutenez-nous, cliquez sur
Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment

Sondage Maxifoot
Etes-vous en faveur d'un retour de Karim Benzema en équipe de France ?

OUI
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Les articles populaires du moment

Ça a fait le buzz depuis 7 jours

Les VIDEOS populaires du moment




 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB