Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Un Lyon peu rugissant...
Par Marie Ange Kostoff - Actu Ligue 1, Mise en ligne: le 20/11/2004 à 00h03
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

En supériorité numérique durant les trois quarts du match après l'expulsion de Yepes, les Lyonnais n'ont pas su trouver la faille du verrou parisien et repartent de la capitale avec un petit point en poche (0-0) mais sont assurés de conserver la tête du championnat au terme de la 15ème journée.

Les données de la rencontre

Après leurs deux victoires convaincantes face à Marseille, on avait pensé les Parisiens débarrassés de leurs vieux démons et enfin revenus à un niveau de jeu propre à leurs ambitions. Mais complètement passés à côté de leur périlleux déplacement en Gironde, les hommes de Vahid Halilhodzic sont redescendus sur Terre après la claque infligée par les hommes de Michel Pavon (0-3). Toujours 12ème avec 17 points, les Parisiens pourraient pourtant profiter de cette claque pour rebondir. Car de l'avis même des joueurs, l'équipe n'a pas joué ce match à Chaban-Delmas à 100% et les vice-champions de France devraient donc avoir à coeur de se rattraper face à des leaders lyonnais quasi-intouchables. «On sait qu'on est tous passé à côté et on a hâte de se reprendre. Lyon va arriver au Parc invaincu en championnat. Je crois d'ailleurs que leur dernière défaite, c'était contre nous. On va donc tout faire pour recommencer cette performance. On ne peut pas rater un match comme on l'a fait à Bordeaux. Une telle prestation ne devrait pas se reproduire ou alors, là, il faudra se poser des questions» confiait ainsi un Lorik Cana visiblement motivé par la perspective de se frotter aux triples Champions de France. Car après tout, les Parisiens n'ont-ils pas été les derniers à faire tomber les rois lyonnais, lors de la 37ème journée de la saison 2003/2004, le 15 mai dernier ? C'est en tout cas ce dont doivent se souvenir les Parisiens ce soir pour tenter d'imiter les Lillois, seule équipe à avoir battu les Rhodaniens cette saison (3-2 en coupe de la Ligue) !

Loin des turpitudes parisiennes, les Lyonnais continuent leur petit bonhomme de chemin en tête du championnat de L1. Leader avec 32 points, soit trois d'avance sur Lille mais surtout sept sur Auxerre et Sochaux et dix sur Monaco et Marseille, les hommes de Paul Le Guen ont ce soir l'occasion de faire presque définitivement le trou sur leurs poursuivants en cas de victoire au Parc des Princes. Solides, sûrs de leur force, les Rhodaniens devraient donc aborder la rencontre avec une certaine confiance même s'ils se méfient du réveil de la bête blessée parisienne. «C'est avant tout un match extraordinaire à jouer et je suis certain que le PSG a encore les moyens de disputer le titre (…) Il s'agit du premier vrai tournant du championnat» explique le Brésilien Cris, relayé par un Anthony Réveillère, beaucoup plus confiant. «Depuis le début de la saison, les équipes essayent de nous faire chuter et vendredi, on aura affaire à une belle équipe de Paris. Mais je ne me fais pas de souci, tout le monde va répondre présent et sera mobilisé pour conserver notre place de leader» . Mais attention à l'excès de confiance côté lyonnais, car si les Rhodaniens partent favoris de la rencontre, notamment grâce à leur extraordinaire bilan à l'extérieur (5 victoires, 2 matches nuls), les Parisiens, s'ils retrouvent la même motivation que face à Marseille il y a quinze jours, pourraient leur poser quelques problèmes… D'autant plus qu'avec une infirmerie toujours aussi remplie et à quatre jours de la rencontre face à Manchester United, en Ligue des champions, les Lyonnais n'ont plus les mêmes moyens de faire tourner l'équipe…

Les faits de la rencontre

- La partie, lancée sous le signe de la lutte contre le racisme, démarre bien côté parisien. Modeste M'Bami sert Pedro Pauleta dans la profondeur. Entouré de deux défenseurs, le portugais parvient tout de même à contrôler et à s'emmener la balle d'une superbe aile de pigeon. Mais à bout de course, il n'arrive pas à ajuster sa frappe qui s'envole dans les tribunes (7').

- Petit à petit, Lyon prend l'ascendant sur leurs hôtes. En taclant Frau, Mario Yepes sert malencontreusement Wiltord. Le Lyonnais frappe au but mais son tir est bien repoussé par un Lionel Letizi concentré. La balle atterrit dans les pieds de Sydney Govou qui tente à son tour sa chance mais le cuir retrouve une nouvelle fois les gants du portier parisien (10').

- La rencontre tourne au vinaigre ! Quelques secondes après l'expulsion de Mario Yepes écopant d'un deuxième carton jaune, synonyme de rouge, après un tacle par derrière sur Sylvain Wiltord, c'est au tour de Vahid Halilhodzic, furieux de l'expulsion de son défenseur, d'être sorti du terrain par M. Sars. Refusant d'obtempérer dans un premier temps, le coach bosniaque finit par regagner les tribunes non sans l'intervention du Président du PSG, Francis Graille (27').

- A dix contre onze, la mission risque de devenir impossible pour les Parisiens ! Parti à la limite du hors-jeu, Pierre-Alain Frau contrôle dans la course et se retrouve seul au point de penalty. Heureusement pour les Parisiens, Sylvain Armand parvient à tacler la balle in extremis, Lionel Letizi récupérant la balle après un passage entre ses jambes (31').

- Les Parisiens ont du mal à s'approcher de la surface lyonnaise. Sur un ballon en profondeur de Pauleta, Reinaldo s'enfonce sur le côté droit de la surface. Le Brésilien pousse son ballon un peu trop loin mais se retrouve à terre après son duel avec Berthod. M. Sars lui fait signe de se relever, estimant le duel épaule contre épaule régulier, au grand dam de l'attaquant parisien (35').

- Nouvelle grosse frayeur pour les Parisiens ! Diarra adresse une belle transversale pour Frau côté droit de la surface. L'ancien Sochalien parvient à redresser la balle avant qu'elle ne sorte et centre fort pour Govou. Mais Stéphane Pichot arrive le premier et tacle le cuir en corner (44').

- Soutenus par un public chaud-bouillant, les Parisiens n'abdiquent pas. Après un premier corner dégagé in extremis par Puydebois devant Pierre-Fanfan, Mendy, de nouveau à la manoeuvre côté droit, sert Reinaldo qui s'élève plus haut que tout le monde. Malheureusement pour le club de la capitale, la tête du Brésilien frôle la barre transversale lyonnaise (53').

- L'intenable Sydney Govou fait à nouveau des siennes et sert Wiltord qui centre à son tour, dans la surface de réparation. Le ballon ne trouve pas preneur mais file vers les cages parisiennes et il faut une belle sortie de Lionel Létizi pour repousser des deux poings ce ballon flottant dangereusement dans la surface (60').

- Les deux équipes jouent sur un faux-rythme et ne se créent pas beaucoup d'occasions. Sur un centre contré de Réveillère, Bryan Bergougnoux, fraîchement rentré, tente sa chance de loin d'une belle reprise de volée mais son tir passe au-dessus des cages de Lionel Létizi (77').

- Toujours aussi timides, les Lyonnais craignent les contres parisiens. Sur le côté droit, Fabrice Pancrate accélère puis déborde Cris et centre au premier poteau pour Pauleta. Le Portugais tente une reprise du plat du pied droit mais sa frappe n'est pas assez appuyée et ne trompe pas Puydebois qui capte le ballon (82').

- Bien rentré dans la partie, Bryan Bergougnoux est sans doute le plus dangereux des Lyonnais en cette fin de match. A quelques secondes du coup de sifflet final, le Rhodanien tente sa chance du droit, des 20 mètres. Sa frappe à ras-de terre est bien captée par un Létizi, vigilant jusqu'au bout (90+1).

La prestation du PSG

Dès l'entame de la rencontre, les Parisiens ont montré qu'ils n'avaient pas l'intention de se faire croquer par le Roi Lyon. Volontaires, les hommes de Vahid Halilhodzic pressaient haut leurs adversaires afin de remonter la balle au plus vite. Puis, laissant le ballon à leurs adversaires, ils préféraient profiter d'éventuels contre. Mais à jouer ce jeu-là, les vice-champions de France, ont semblé laisser redonner la main à Lyon qui, tranquillement, reprenait le dessus. De plus en plus bousculés au fil des minutes, la double expulsion de Yepes et Halilhodzic rendaient les débats plus animés et la tâche parisienne bien plus difficile. A dix contre onze, nerveux, les Parisiens nageaient dans le flou pendant quelques minutes avant de se reprendre et de conserver finalement leurs cages inviolées. Mais ils revenaient sur le terrain avec la même volonté de contrecarrer les plans lyonnais. Réalisant une très solide performance en défense, grâce notamment à un bloc défensif très compact et difficile à manoeuvrer, le club de la capitale a même réussi à se créer plus d'occasions que ses adversaires lors de la seconde période. Et même s'ils se sont montrés parfois brouillons, souvent imprécis, perdant très souvent la balle dans la moitié de terrain lyonnaise, les Parisiens auraient pu profiter de leur rapidité dans les contres et auraient même pu créer la surprise en ouvrant la marque. Loin d'être assaillis par les Lyonnais, les hommes de Vahid Halilhodzic auront pourtant réalisé une excellente performance défensive, se livrant sans compter.

Letizi a été, cette fois encore, irréprochable. Décisif, rassurant, il semble être revenu à son meilleur niveau. La défense parisienne peut-elle aussi être fière de sa performance. Si Mario Yepes, rentré très tard de sélection et peut-être trop nerveux, aurait certainement préféré ne pas être aligné, les autres défenseurs parisiens ont donné entière satisfaction. José Pierre-Fanfan reste le Rocher infranchissable, Sylvain Armand retrouve quant à lui un niveau qu'il avait connu à Nantes. Quant à Stéphane Pichot, il mérite bien plus que le rôle et le titre de doublure tant il est sûr sur son côté droit et toujours très précis dans ses relances. Bernard Mendy aura lui aussi réalisé une belle partie, jouant un peu plus bas après l'expulsion de Yepes. L'International a montré qu'il a lui aussi retrouvé la forme et n'a pas failli dans son rôle peut-être plus défensif qu'il aurait voulu. De son côté, Modeste M'Bami n'a pas, lui non plus, failli à sa réputation et a parfaitement rempli son rôle, même si la domination lyonnaise l'a quelque peu sevré de ballon. Edouard Cissé, conforté par son but face aux Marseillais il y a quinze jours, a beaucoup bougé et tenté de créer du jeu, sans toujours être récompensé. En revanche, si Lorik Cana a fait preuve d'une belle motivation, on peut regretter ses quelques imprécisions et mauvaises relances. Enfin, en attaque, Pauleta lui aussi sevré de ballons a été très mobile, tentant sans discontinuer d'empoisonner les défenseurs adverses et aurait même pu ouvrir la marque à dix minutes de la fin. Quant à Reinaldo, il aura moins pesé sur la défense adverse, au contraire de Pancrate, rentré à sa place et qui a apporté un plus notable à l'attaque parisienne en fin de match.

La prestation de l'OL

Sérénité. C'est ce que semble dégager l'équipe lyonnaise à chacune de ses sorties. Pressés en début de première période, les hommes de Paul Le Guen ne semblent jamais vraiment ciller. Laissant passer le mini-orage, ils ont peu à peu repris la main sur le match, notamment grâce à un très bon jeu posé, doté d'une circulation de balle irréprochable. Dominateurs territorialement, ils le sont peu à peu devenus dans le jeu, récupérant leurs ballons très haut et se procurant les plus belles occasions des 45 premières minutes. On peut toutefois regretter leur manque d'audace après l'expulsion de Mario Yepes. Car s'ils ont poussé dans les cinq minutes suivant cette expulsion, profitant de l'ambiance électrique du Parc, ils n'ont pas su mettre le feu à la défense parisienne. Peut-être soucieux de se préserver avant le choc face à Manchester United, mardi prochain, les Lyonnais n'ont pas semblé tout faire pour l'emporter ce soir au Parc des Princes. Comme une glace sans chantilly, les hommes de Paul Le Guen ont proposé un beau jeu mais sans la petite flamme supplémentaire qui leur aurait permis de mettre à mal la défense parisienne. Craignant les contres parisiens, les Gones, malgré leur domination sans partage (67% des ballons ont été lyonnais) n'ont pas donné l'assaut et ne se sont pas rués vers les buts de Létizi. Pire même, ils se sont créé moins d'occasions que des Parisiens, en infériorité numérique. Mais peut-être que l'essentiel était de conserver leur invincibilité...

Si Nicolas Puydebois n'a pas été assailli, il s'est montré présent aux moments clés et n'a pas de reproches à se faire sur cette rencontre, tout comme la défense lyonnaise qui s'est montrée assez solide même si elle a été parfois débordée par la rapidité d'un Pancrate ou d'un Pauleta. C'est plutôt au milieu de terrain que l'on trouve les éléments les plus notables. De Malouda, très présent, sillonnant le terrain de long en large, à Michaël Essien, touchant un nombre surréaliste de ballons (124 !) en passant par Diarra, lui aussi très actif, le milieu de terrain rhodanien a de quoi faire pâlir les équipes adverses. Enfin, l'attaque rhodanienne, loin d'être mauvaise n'a pas su trouver le petit plus qui lui aurait permis de prendre le dessus. Malgré les efforts d'un Sidney Govou désireux de faire ses preuves, ne lâchant aucun ballon et se créant de belles occasions ou d'un Pierre-Alain Frau dont les centres sont souvent très dangereux, les Lyonnais n'auront pas réussi à faire sauter le verrou parisien. Car ni Nilmar, rentré en jeu pour tenter d'apporter ce peps dont manquait les Rhodaniens, mais qui n'a pas su s'exprimer ce soir, ni Bergougnoux, pourtant volontaire et courant après chaque ballon comme un mort de faim, désireux de faire la différence, n'auront changé la donne, les hommes de Paul Le Guen repartant du Parc des Princes avec un seul point.

Si les Parisiens ont réalisé une belle performance défensive et se sont rassurés quant à leur forme après leur déroute à Bordeaux, ils n'ont pas réussi la même performance au niveau comptable. Car même 8ème avec 18 points, l'opération n'est pas bonne, les hommes de Vahid Halilhodzic ne comptant après tout que trois points d'avance sur les Stéphanois, 15ème. Côté Lyonnais, si on ressort de ce match satisfait de son invincibilité, on peut toutefois regretter un manque d'audace flagrant… Attention aux Lillois qui jouent samedi face à Lens et pourraient revenir à une longueur en cas de victoire !


PSG 0 – 0 Lyon (0-0)
Au Parc des Princes : 42 500 spectateurs environ
Arbitre : M. Sars

Avertissements : Yepes (12’ et 23’), Mendy (28’) – Réveillère (65’)

Les équipes :

PSG : Letizi – Pichot, Pierre-Fanfan, Yepes, Armand – Mendy, Cana, M’Bami, Cissé (Boskovic, 90’)– Pauleta (Helder, 84’), Reinaldo (Pancrate, 74’)

Lyon : Puydebois – Réveillère, Diatta, Cris, Berthod – Essien, Diarra, Malouda – Govou, Frau (Nilmar, 61’), Wiltord (Bergougnoux, 76’)



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens FRANCE - Ligue 1


Ligue 1 - les fiches CLUB

Sondage Maxifoot
Etes-vous en faveur d'un retour de Karim Benzema en équipe de France ?

OUI
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB