Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Les enjeux - 14e journée
Par Marie Ange Kostoff - Actu Ligue 1, Mise en ligne: le 11/11/2004 à 23h11
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Après sa double victoire face à Marseille, Paris veut confirmer face à Bordeaux afin de se replacer en championnat. Quant à l'OM, il tentera de se consoler face à Strasbourg. En haut du classement, Lyon tentera quant à lui de conserver son invincibilité, tout en suivant de très près la performance de son bourreau lillois qui attend Monaco de pied ferme.

Les enjeux - 14e journée

Marseille - Strasbourg

Deux défaites en une semaine face aux Parisiens, s'en est trop pour les Marseillais qui semblent plonger dans la crise. Atones le week-end dernier en championnat, ils ont montré à leur public qu'ils pouvaient mettre le feu au cours de la première période de ce fameux OM-PSG. Mais très vite, les hommes de José Anigo sont retombés dans leurs travers, montrant moins d'envie et de détermination. Il est donc temps de repartir de l'avant pour les Phocéens, sous peine de crise profonde. Retombés à la sixième place du championnat avec 19 points, les Olympiens ne sont qu'à trois points de la 13ème place (occupée par Rennes avec 13 points) et auront certainement à coeur de se rattraper du double affront parisien. Quoiqu'il en soit, le président du club, Christophe Bouchet reste confiant et fait bloc derrière son équipe. «Dirigeants, staff et joueurs feront bloc ensemble. Tout changer n'est pas la solution. J'ai une conviction, la solution viendra de la stabilité. On fait bloc dans la douleur car on souffre tous. La réflexion ne touche pas seulement José, elle touche le président, moi-même, les joueurs… C'est une réflexion globale qui livrera ses enseignements et s'il y a des modifications internes à faire ou des aménagements, on les fera. Les forces vives du club sont, aujourd'hui, tournées vers Strasbourg. Ce match est capital!» . Mais le Vélodrome ne risque pas d'accueillir les siens avec autant de confiance et penche déjà pour le boycott du match face à Strasbourg… Heureusement pour José Anigo, les Marseillais seront au complet pour ce match ultra-important.

Lentement mais sûrement, Strasbourg sort de sa torpeur. Loin d'être guéri de tous ses maux, le club Alsacien relève peut à peu la tête. Toujours en fin de classement, à la 18ème place avec 11 points, les hommes de Jacky Duguépéroux veulent continuer leur redressement au Vélodrome en tentant de créer la surprise face à un club en plein doute. Car avec 7 points en quatre matches et une précieuse victoire sur Bordeaux le week-end dernier, les Strasbourgeois se présentent avec un moral bien meilleur qu'il y a peu, d'autant plus qu'ils savent que les Marseillais doivent à tout prix l'emporter et joueront donc avec une pression moindre que leurs adversaires. Une situation que reconnaît Pascal Johanssen, ancien joueur de l'OM, désormais à Strasbourg. " Marseille traverse une période difficile, c'est vrai. Le public attend depuis longtemps une victoire contre le PSG donc les deux défaites font que c'est tendu au club. Ce qui n'est pas forcément bon pour nous car les joueurs vont avoir envie de se refaire. Ils auront une grosse pression, samedi, d'autant que le Racing est considéré, là-bas, comme une petite équipe et que le victoire sera donc impérative et logique. A nous de bien entamer cette partie et de rester concentrer pendant 90 minutes. Il faut bien se dire que c'est l'OM qui aura la pression, pas nous " . Toujours aussi pleine, l'infirmerie strasbourgeoise a cependant vu partir Yves Deroff (contracture), à nouveau disponible et Rémy Vercoutre qui pourrait reprendre sa place de gardien titulaire. Arthur Boka, de retour de suspension, pourrait, quant à lui, faire partie du groupe.

BordeauxPSG

Rien ne va plus en Gironde ! Battus en Coupe de la Ligue par un courageux club de Dijon (1-2, a.p.), les hommes de Michel Pavon sont actuellement dans une mauvaise passe. Car si les Girondins n'ont perdu qu'à deux reprises en championnat, leur bilan comptable sur les dernières journées n'est pas parmi les meilleurs. 8ème du championnat avec 17 points, les hommes de Michel Pavon restent en effet sur une défaite face à Strasbourg (0-1) le week-end dernier mais surtout cinq matches nuls. Bordeaux cale mais doit se reprendre face au PSG s'il ne veut pas voir s'envoler son adversaire du soir. «Tant qu'on ne marquera pas de buts, on sera exposé à faire des résultats de m… (…) On a eu une vingtaine d'occasions qu'on n'a pas mises. Plus vous insistez là-dessus et moins vous en mettez. Il faut trouver la personne qui va nous déloquer ça. Il faut être plus tueur (...) Je suis en colère. Il y a trop de joueurs qui sont passés au travers» expliquait avec amertume Michel Pavon, dans les colonnes de l'Equipe. Il faudra en effet se montrer plus réalistes pour les Bordelais (ils n'ont marqué que cinq buts lors des six derniers matches) s'ils veulent battre une équipe du PSG ragaillardie. Mais Michel Pavon devra se passer des services de son milieu, Albert Riera (péroné), absent un mois et de Kodjo Afanou (entorse à la cheville). Il pourra cependant compter sur Lilian Laslandes (qui se fera opérer mardi d'une hernie linguale) et sur Mihalis Kapsis.

Et de huit ! Huit victoires consécutives pour les Parisiens face à leurs ennemis jurés, les Marseillais. De quoi rendre le moral à une équipe parisienne qui relève la tête. Défaits à une seule reprise lors de ces sept dernières journées, le PSG a en effet fait son apparition dans la première moitié du tableau, à la faveur de sa première victoire de la semaine, face à Marseille (2-1). Désormais 14ème du championnat, à égalité de points avec Bordeaux et Nantes 17 points), les hommes de Vahid Halilhodzic peuvent donc réaliser un «coup» s'ils s'imposent face aux Girondins. Plus forts en défense, mais aussi dans leur tête, les Parisiens vont donc tenter d'engranger les trois points face à une équipe girondine en perte de vitesse. «Nous avons la petite réussite que nous n'avions pas en début de saison. En plus, nous défendons bien, tous ensemble, et nous prenons plaisir à défendre. Ca se voit. C'est ce bloc défensif qui va devenir notre force car, après, nous avons ces possibilités de jouer vite de l'avant et les qualités techniques pour trouver de bons espaces» expliquait Edouard Cissé, confiant, au sortir du second match face à Marseille. Bonne nouvelle pour le club de la capitale, hormis Ljuboja, touché à l'épaule face à Marseille et qui sera forfait et Reinaldo, qui a repris l'entraînement mais qui reste incertain, Halilhodzic dispose d'un groupe assez complet qui enregistrera le retour de suspension de Sylvain Armand.

LilleMonaco

Quoi de mieux qu'une victoire face aux triples champions de France pour préparer une rencontre choc face à Monaco ? Défaits une seule fois lors des neuf dernières rencontres de championnat, les Lillois surfent sur la vague du succès et comptent bien continuer face à Monaco. Deuxièmes au classement à seulement une petite longueur de leurs rivaux Rhodaniens, les hommes de Claude Puel comptent bien prolonger leur invincibilité à domicile dans une rencontre qui s'annonce comme un match-test face à leurs poursuivants directs. Une victoire face aux hommes de Didier Deschamps et les Nordistes prendraient (définitivement ?) le large, avec 10 points d'avance. Une défaite et le club du Rocher serait relancé. Mais Claude Puel, qui retrouvera l'équipe au sein de laquelle il a joué et qu'il a entraîné, compte bien sur les valeurs morales exprimées face à Lyon pour vaincre Monaco. «Au-delà des chiffres, je suis surtout satisfait de l'état d'esprit général du groupe. Nos bons résultats, nous les devons au bon travail collectif effectué à l'entraînement. Quand un joueur entre dans l'équipe, l'organisation n'en souffre pas ; il sait ce qu'il a à faire. La solidarité, la participation de tous, la volonté commune d'aller de l'avant, tout cela permet d'avancer, de construire, petit à petit. Tout cela contribue à une bonne progression d'ensemble» . Chose rare en L1 ces temps-ci, Claude Puel disposera d'un groupe presque complet pour l'accueil de Monaco et pourra donc se permettre de faire souffler quelques joueurs.

Troisièmes de leur groupe en Ligue des Champions, 5ème du championnat avec 21 points (soit huit points de retard sur l'OL), et qualifiés de justesse pour les 8ème de finale de la Coupe de la Ligue, les Monégasques semblent avoir lâché un peu de lest depuis plusieurs journées, depuis une incroyable défaite face à Nice (3-4) alors qu'ils menaient 3-0. Touchés moralement, les hommes de Didier Deschamps peinent à reprendre un rythme qui les avaient pourtant conduit au sommet du classement au terme de la 6ème journée. Avec cinq points pris lors des six dernières journées, les Monégasques doivent à tout prix réagir s'ils ne veulent pas voir revenir les Marseille, Metz ou encore Paris, Bordeaux ou Nantes. «Lyon a pris de l'avance grâce a un rythme trop rapide pour nous. On ne peut pas rivaliser avec eux à l'heure actuelle (…) Je sais d'où vient le mal. Il y a plein de paramètres qui l'expliquent dont je n'ai pas envie de parler» reconnaissait Didier Deschamps au sortir du match nul face à Ajaccio (2-2). Les Monégasques savent ce qu'il leur reste à faire… A l'exception de Souleyemane Camara (pied droit) l'ancien capitaine de l'équipe de France disposera d'une équipe quasi-complète, retrouvant son défenseur international, Patrice Evra, de retour de suspension.

LyonNantes

Battus pour la première fois de la saison en Coupe de la Ligue par leur dauphin lillois (2-3), les Lyonnais auront à coeur de repartir de suite de l'avant face à Nantes. Car si la Coupe de la Ligue n'était pas un objectif majeur des Rhodaniens, il n'est jamais bon de s'incliner face à son rival direct en championnat. Toujours premiers au classement avec 29 points, les hommes de Paul Le Guen doivent donc engranger les points pour ne pas voir les Nordistes revenir sur eux ou pire, les dépasser. Conserver son invincibilité en championnat et empocher les trois points, voilà donc les objectifs d'une équipe lyonnaise loin d'être épargnée par les blessures et qui se prépare à une deuxième moitié du mois de novembre particulièrement délicate. Nantes, Paris, Auxerre et Manchester United, quatre adversaires qu'il faudra écarter de son chemin pour continuer la belle aventure. «Il faut commencer à faire attention. Tous les joueurs veulent vraiment nous battre, ils donnent beaucoup de coups et on a déjà beaucoup de blessés (…) C'est la première défaite de la saison et on va se mobiliser pour le match important de samedi en championnat. On sait maintenant qu'on n'est pas imbattable» confiait ainsi Juninho, inquiet, à la fin du match face à Lille. L'infirmerie lyonnaise est en effet pleine. Outre Wiltord, Caçapa et Coupet, Ben Arfa (triple fracture de la clavicule droite) et Abidal (distension du ligament latéral interne du genou droit) viennent grossir les rangs des blessés. En revanche, Florent Malouda et Cris, devraient revenir dans le groupe après avoir été ménagés face à Lille.

Si, en Coupe de la Ligue, Lyon pleure, Nantes, de son côté, rit. Vainqueurs de Laval (2-1), les hommes de Loïc Amisse, finaliste de la dernière édition, continuent l'aventure et se sont rassurés à quelques jours de ce périlleux déplacement dans le Rhône. Car après trois matches sans victoire et une 9ème place au championnat avec 17 points, les Canaris doivent obtenir un bon résultat à Gerland s'ils veulent remonter vers les places européennes. Mais loin d'être satisfaits du niveau de jeu prodigué mardi face à Laval, les Nantais savent qu'ils doivent s'améliorer s'ils veulent poser des problèmes aux leaders lyonnais. «Nous n'avons pas été bons en première mi-temps et c'était un peu mieux en deuxième. On peut faire mieux mais ça a suffit pour passer ce soir. A la mi-temps, on s'est fait bouger. On avait peut-être besoin de ça. Depuis quelques matches, c'est plus difficile dans notre jeu. Ca peut paraître simple mais nous faisons peut-être inconsciemment moins d'efforts, nous avons alors moins de mobilité et nous devenons donc prévisibles» . Seules incertitudes côté nantais, le milieu de terrain Espoirs, Jérémy Toulalan, en délicatesse avec ses adducteurs et le défenseur Pascal Delhommeau pour lequel on craint une rechute de sa blessure au talon. Les Canaris enregistrent en revanche les retours de leur milieu de terrain Emerse Faé, de retour de suspension.

Les autres matches

Moribonds en championnat, les Bastiais se sont refait une santé en Coupe de la Ligue après leur victoire sur les Messins (2-1, a.p.). Satisfaits du niveau de jeu prodigué et des qualités morales démontrées, les Corses et leur entraîneur comptent bien mettre fin à une série de huit matches sans victoire en championnat. Ils devront cependant compter sans leur défenseur, Anthar Yahia, victime d'une élongation à la cuisse et sans, éventuellement, Cédric Uras (entorse à la cheville) et Née (douleurs aux vertèbres), incertains. En revanche, Greg Vanney devrait faire son retour après son match de suspension. De son côté, Saint-Étienne va mieux. Vainqueurs de Nice le week-end dernier (2-1), les hommes d'Elie Baup sont également qualifiés en 8ème de finale de la Coupe de la Ligue après leur victoire sur Créteil (3-1). Sortis de la zone rouge, les Verts auront donc à coeur de remporter les trois points afin de prendre un peu plus le large sur les trois dernières places avec lesquelles ils flirtent depuis le début de la saison. Seule absence côté stéphanois, celle de Vincent Hognon, touché au nez le week-end dernier face à Nice et opéré cette semaine d'une fracture.

Battus par Bastia en Coupe de la Ligue, les Messins peuvent désormais se concentrer sur le championnat où ils ont l'occasion de faire une bonne opération ce week-end s'ils battent Caen. 7ème du championnat avec 18 points, les Lorrains pourraient en effet remonter à la 4ème place du championnat en cas de faux-pas combinés de Marseille, Sochaux et Monaco. Seul Obraniak pourrait être absent ce week-end face à Caen, son éventuelle absence étant compensée par le retour de Renouard. Dans le ventre mou du championnat à la 14ème place avec 15 points, les Normands pourraient toutefois faire un bond en classement en cas de succès à Saint Saphorien et même rejoindre leurs adversaires du soir. Reste qu'ils devront se remettre de leur défaite face à Sochaux et feront face à deux forfaits de taille, ceux d'Aziz Ben Askar (inflammation du ligament interne du genou) et de Yohann Eudeline (tendon rotulien).

Privés de victoire depuis trois matches d'affilée, les Niçois doivent se reprendre à domicile s'ils veulent remonter au classement. 12ème du championnat avec 16 points, les hommes de Gernot Rohr peuvent eux aussi faire un bond au classement tant le milieu de tableau est dense. Une victoire face aux Lensois et ils pourraient passer, mathématiquement, devant Marseille. Animés par un désir de revanche après leur défaite face à Lens en Coupe de la Ligue (1-1, 5 tab à 4), les Niçois retrouveront leur capitaine José Cobos et de leur défenseur Cédric Varrault, qui feront leur retour après avoir été ménagés. En revanche, ni Olivier Echouafni, ni Christophe Meslin (opérés du ménisque) ne joueront la rencontre. Quant aux Lensois, une nouvelle journée sans victoire plongerait un peu plus les Nordistes dans la crise. Car après 10 journée sans succès, une 16ème place avec 13 points, les hommes de Joël Müller n'ont plus le choix s'ils ne veulent pas tomber dans la zone rouge… Carrière (ménagé), Leroy et Utaka (suspendus) devraient faire leur retour face aux Niçois. En revanche, Eric Cubilier, victime d'un léger déchirement ligamentaire à l'épaule, sera indisponible pour une dizaine de jours.

La 14ème journée de L1

Samedi

LyonNantes
BordeauxPSG
MarseilleStrasbourg
Metz – Caen
NiceLens
RennesToulouse
Sochaux – Istres
AuxerreAjaccio
Bastia – Saint-Etienne

Dimanche

Lille - Monaco



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens FRANCE - Ligue 1


Ligue 1 - les fiches CLUB

Sondage Maxifoot
Villas-Boas serait-il un bon choix pour l'OM ?

OUI
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Tout savoir sur
LES DROITS
TV du FOOT
* Dossier Maxifoot *
Votre Equipe type
2018
par les lecteurs
de Maxifoot
TOP 15
PEPITES
jeunes de Ligue 1
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB