Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Les Verts conjurent le mauvais sort
Par Patrick Audouard - Actu Ligue 1, Mise en ligne: le 06/11/2004 à 20h39
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Les Verts peuvent souffler. Accrochés par de solides Niçois, les Stéphanois ont trouvé l'ouverture par Feindouno, auteur d'un doublé, à la dernière minute (2-1). Les hommes d'Elie Baup obtiennent ainsi leur seconde victoire de la saison et sortent la tête de l'eau.

Les enjeux de la rencontre

Saint-Etienne n'a guère d'autre alternative que la victoire ce soir. Les Verts sont relégables et doivent absolument l'emporter pour pouvoir se donner un peu d'air au classement. «Il est évident qu'il nous manque des points. Sur le terrain, nous avons énormément progressé. Je crois encore plus au groupe aujourd'hui qu'après les deux premiers matches de la saison. Il nous reste sept journées jusqu'à la fin des matches allers et nous devons en prendre un maximum. C'est notre challenge collectif» , a estimé l'entraîneur Elie Baup sur le site officiel du club. La venue de l'OGC Nice, confortablement installé dans le ventre mou, doit donc servir de déclic à une équipe qui n'a gagné qu'une fois, contre Auxerre (3-1), depuis le début du championnat. Pour cela, les Verts ne pourront compter sur le «Maestro» Didier Zokora, qui sera remplacé par Hellebuyck au poste de milieu défensif. Mendy, Marin et Feindouno animeront le jeu, et Piquionne tentera de retrouver la confiance à son poste d'avant centre.

Les visiteurs des Verts ont aussi un bon coup à jouer à Geoffroy-Guichard. Les Aiglons niçois ont en effet un effectif qui devrait leur permettre de viser plus haut que cette dixième place qu'ils occupent actuellement. Les Jankauskas, Roudet, Vahirua, Balmont et autres Agali, arrivés cet été, sont tous des joueurs à la valeur reconnue, qui pourraient cette année porter l'OGC Nice aux portes des places d'honneur. Il faut pour cela gagner face aux équipes en difficultés, ce qui est le cas de leur adversaire de ce soir. Pour le capitaine José Cobos, ce match se jouera dans la tête. «On va tomber contre une équipe de Saint-Etienne motivée, estimait-il avant la rencontre sur Canal +, avant de prédire que ce match allait se jouer sur «l'envie, la personnalité» . Pour cette rencontre, Rohr a choisi d'aligner Jankauskas et Agali en pointe, pour une attaque très physique. Roudet et Vahirua occuperont les ailes. En défense, Traoré occupera le flanc droit.

Les temps forts

- Vahirua perce dans l'axe à la suite d'une perte de balle de Feindouno. Gêné par le retour de l'arrière garde stéphanoise, le Tahitien croise trop son tir. Dans la minute qui suit, Sablé met Grégorini à contribution sur un coup franc lointain. Ce match semble parti sur des chapeaux de roue (3').

- Sur un corner niçois, Traoré devance la sortie de Grégorini, mais sa tête passe au dessus de la cage (5'). Quelle occasion pour Nice !

- Beau contre stéphanois. Feindouno s'enfonce dans l'axe, et lance Mendy sur la gauche. Celui-ci centre instantanément pour Marin au second poteau. Seul face à Grégorini, mais trop excentré, l'ancien Auxerrois ne redresse pas suffisamment son tir (8').

Penalty pour l'ASSE ! Mendy lance Feindouno, qui s'écroule dans la surface au contact de Traoré. Il n'y a pas faute, mais l'arbitre désigne le point de penalty. Feindouno prend Grégorini à contre-pied (1-0, 22'). C'est cruel pour les Niçois, qui contrôlaient parfaitement le match jusqu'à présent.

Egalisation niçoise ! Coup franc lointain de Varrault. Agali dévie de la tête pour Traoré, qui lui remet dans la surface. L'attaquant nigérian, seul aux 6m, fusille Janot du droit. L'égalisation semble méritée pour des Niçois plus à l'aise que leurs hôtes (1-1, 28').

Mendy dépose un coup franc parfait sur la tête de Feindouno. Mais, gêné par Piquionne, l'attaquant stéphanois, pourtant bien placé, ne cadre pas sa tête (38').

Sablé, des 35m, réussit une frappe splendide du coup de pied, détournée par Grégorini d'une belle claquette (38').

Faute de Hellebuyck sur Balmont sur le côté droit. Roudet enroule un ballon qui lobe Janot et s'écrase sur le poteau opposé. Ce match peut basculer d'un côté comme de l'autre (62').

Mendy part en contre, remonte le ballon et sert Compan. L'attaquant stéphanois crochète son défenseur, et enroule une frappe du gauche à ras de terre. Grégorini se détend bien et détourne. Dans la minute suivante, Roudet s'enfonce dans la surface, mais frappe au dessus. Le match est toujours aussi indécis (77').

Saint-Etienne trouve l'ouverture ! Sur un centre de Garrido, Hernandez prolonge d'une splendide talonnade, à la grande surprise de l'arrière garde niçoise. Feindouno, idéalement placé, se retrouve seul face à Grégorini, et le trompe tranquillement du plat du pied (2-1). Les Verts, qui ont perdu tant de points dans les dernières minutes lors des précédentes journées, obtiennent cette fois la victoire au dernier moment (2-1, 90'). Le public est comblé !

La prestation de Saint-Etienne

Les Verts n'ont pas réalisé leur meilleur match de la saison dans le jeu, mais ont eu le mérite de ne jamais renoncer. Face à une équipe niçoise qui a une fois de plus démontré sa solidité, ils ont eu, pour une fois, plus de réussite que leur adversaire. Pour preuve, le coup de pouce de l'arbitre, qui leur a accordé un penalty imaginaire en première période. La victoire n'est donc pas volée, mais elle ne récompense pas une supériorité dans le jeu. Car les Stéphanois n'ont que rarement pris l'arrière garde des Aiglons à défaut. Ils ont souvent souffert face au défi physique imposé par Traoré, Cobos ou encore les attaquants Agali et Jankauskas. Mais, sous l'impulsion d'un très bon Feindouno, ils ont quand même su se montrer dangereux par intermittence, notamment en première période. La seconde période les a vu s'installer dans le camp de Niçois qui reculaient de plus en plus au fil des minutes, soucieux de préserver le nul. Dans ces cas là, les centres dans le paquet sont souvent la solution privilégiée pour débloquer une situation. C'est sur l'un d'entre eux que les Verts ont remporté cette si précieuse victoire.

Cette victoire n'aurait pas été possible sans la présence de celui qui s'est imposé comme leader d'attaque des Verts, l'ancien Bordelais Pascal Feindouno. Le Guinéen a été dans tous les bons coups offensifs, et a considérablement gêné les Niçois par ses prises de balles et sa virtuosité. Il n'a pas tremblé avant de frapper le penalty qu'il a lui-même provoqué, ni au moment de crucifier Grégorini dans les arrêts de jeu. Il a été bien secondé dans ses entreprises par un virevoltant Mendy, surtout en première période, et par l'ancien Auxerrois Marin, qui a beaucoup travaillé sur son côté droit. Le tandem Sablé-Hellebuyck a été précieux dans la récupération, malgré quelques difficultés à s'imposer en première période. Enfin, les défenseurs stéphanois ont dans l'ensemble été performants, à l'exception d'un Garrido une nouvelle fois en difficultés sur le flanc droit, notamment en première mi-temps. Mention spéciale à Hernandez, entré en première période à la place de Hognon, blessé au nez, et qui a servi Feindouno sur un plateau d'une talonnade d'artiste. Quant à Janot, il n'a pas eu grand-chose à faire, impuissant sur le but d'Agali.

La prestation de Nice

Les Niçois peuvent s'estimer déçus, tant ils ont contrôlé cette rencontre, et les tentatives offensives des Verts. Menés sur une faute d'arbitrage, les coéquipiers de Cobos ont trouvé les ressources pour égaliser cinq minutes plus tard, puis ont géré la rencontre tout en plaçant quelques banderilles bien senties, dont plusieurs auraient pu faire mouche. On peut se demander si l'option tactique choisie par Rohr de passer de quatre à cinq défenseurs en cours de seconde mi-temps, et de renforcer son milieu défensif avec l'entrée de Bisconti, était la meilleure possible, tant on sentait les Aiglons capables d'aller chercher une victoire en terre stéphanoise. Ce choix de préserver le nul n'a pas été récompensé, et les Rouge et Noir ont dû s'incliner dans les dernières secondes.

Les Niçois ont donc rompu malgré un Grégorini présent, concentré sur les tentatives lointaines de Sablé et d'Hellebuyck. Sa défense a montré une belle solidité, a concédé un penalty imaginaire, et ne s'est incliné que sur une inspiration géniale du défenseur Hernandez. Le milieu de terrain a livré un beau combat aux Verts, à l'image d'un Balmont omniprésent, véritable plaque tournante des Aiglons. Roudet a été très actif dans l'animation du jeu, plus qu'un Vahirua moins actif sur le côté droit. En attaque, Jankauskas a eu peu de réussite dans ses remises, et n'a pas été dangereux. Tout le contraire du Nigérian Agali, qui a su trouver l'ouverture, peser sur la défense, et prêter main forte à ses défenseurs sur les coups de pied arrêtés.

L'ASSE a donc rempli son contrat ce soir, ce qui pourrait définitivement lancer sa saison. Quant aux Niçois, ils restent coincés dans le ventre mou du championnat.


La fiche technique :

Saint-Etienne 2-1 Nice
A Geoffroy Guichard, 27 753 spectateurs
Arbitre : M. Ledentu
Buts : Feindouno (22’, 90’) / Agali (28’)
Avertissements : Garrido (31’), Hellebuyck (42’) / Agali (25’), Varrault (27’), S. Traoré (45+1’), Diè (66’)

Les équipes :
Saint-Etienne : Janot - Garrido, Hognon (S. Hernandez 18’), Z. Camara, Ilunga - Marin (Compan 72’), Sablé (cap), P. Feindouno, Fr. Mendy (L. Perrin 90+3’), Hellebuyck - Piquionne
Nice : Grégorini - S. Traoré, Cobos (cap), Abardonado, Varrault - M. Vahirua (Bisconti 67’), Balmont, Diè (Grenet 80’), Roudet - Agali (Linz 87’), Jankauskas



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez



 
 

Liens FRANCE - Ligue 1


Ligue 1 - les fiches CLUB

Sondage Maxifoot
Quel serait le meilleur choix pour entraîner l'OM parmi les rumeurs actuelles ?

Claude Puel
Laurent Blanc
Leonardo Jardim
Gabriel Heinze
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Tout savoir sur
LES DROITS
TV du FOOT
* Dossier Maxifoot *
Votre Equipe type
2018
par les lecteurs
de Maxifoot
TOP 15
PEPITES
jeunes de Ligue 1
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB