Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Top Déclarations : les femmes des Bleus accusées, Platini pas fan des Qataris au PSG, Gignac et le saucisson…
Par Nicolas Lagavardan - Top Declarations, Mise en ligne: le 18/06/2011 à 10h13
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Au menu du Top Déclarations cette semaine, les femmes ont perturbé les Bleus au Mondial, Platini en mode terroir, Gignac adore le saucisson, Deschamps était prêt à boucler ses valises, le Barça menace le Real, Henry se la coule douce... Découvrez les phrases choc de la semaine.

Top Déclarations : les femmes des Bleus accusées, Platini pas fan des Qataris au PSG, Gignac et le saucisson…
S. Govou a lancé un nouveau pavé dans la mare

Chaque samedi, Maxifoot vous propose de faire le tour des dix déclarations de la semaine qu'il ne fallait pas manquer. Du sérieux et du moins sérieux pour connaître le meilleur des petites phrases des acteurs du ballon rond. Découvrez le classement de toutes les déclarations qui ont fait les choux gras de la presse cette semaine.

1. S. Govou – «Les femmes ont été un élément perturbateur. Certaines ont divisé le groupe. Avec des petites phrases : Mon mari doit jouer comme ceci, car il est dans un grand club… Regardez ces paysannes... Il y a même eu des concours de sacs Vuitton !»

Dans son autobiographie qui vient de paraître, l'attaquant du Panathinaïkos, Sidney Govou, est revenu sur les incidents qui ont émaillé le parcours des Bleus lors du Mondial 2010 en Afrique du Sud. Selon lui, les femmes des joueurs seraient en partie responsables des tensions au sein du groupe. «Il faut le dire, les femmes ont été un élément perturbateur. Certaines ont divisé le groupe. Avec des petites phrases des unes envers les autres dans le genre : Mon mari doit jouer comme ceci, car il est dans un grand club… Regardez ces paysannes... Il y a même eu des concours de sacs Vuitton ! Elles ne pouvaient pas inventer ces remarques, qui venaient certainement des discussions avec leur mari.»

Que celui qui n'a jamais fait de concours de sacs Vuitton leur jette la première pierre…

2. M. Platini – «Je défends quelque chose qui n'est plus défendable, mais je ne suis pas fan. Un propriétaire du Qatar, un directeur sportif brésilien, et pourquoi pas un entraîneur italien et des joueurs d'autres nationalités… Je ne vois pas le rapport avec le PSG.»

Le football business, les investisseurs qataris à Paris, les directeurs sportifs et entraîneurs recrutés à l'étranger, les jeunes du cru délaissés… Le président de l'UEFA Michel Platini ne s'y fera jamais. «Je sais que je défends quelque chose qui n'est plus défendable, mais je ne suis pas fan. Moi, je suis pour l'identité d'un club plutôt que d'acheter des gens à droite, à gauche. (…) On peut avoir un propriétaire du Qatar, un directeur sportif brésilien, et pourquoi pas un entraîneur italien et des joueurs d'autres nationalités. Je ne vois pas le rapport avec le PSG. (…) Je vais peut-être passer pour un ringard, mais je préférerais que des gamins des villes concernées commencent à jouer dans leurs clubs plutôt que des joueurs venus d'ailleurs. Moi je suis parti jouer à l'étranger, mais j'ai commencé d'abord dans le club de ma région, à Nancy.»

Un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître.

3. R. Fanni – «Gignac en prend plein la gueule à propos de son poids. On est conscient qu'il pourrait être encore plus svelte et musclé… Il faut le dire : il aime le saucisson, c'est son péché mignon !»

La saison achevée, les esprits se détendent. Comme celui du latéral droit de l'OM Rod Fanni qui vanne son coéquipier André-Pierre Gignac, souvent raillé pour son embonpoint. «APG, il en prend plein la gueule à propos de son poids. On en fait un gros alors qu'il n'est pas trop gros non plus. Bon, on est quand même conscient qu'il pourrait être encore plus svelte et musclé (rires) ! Il faut le dire : il aime le saucisson, c'est son péché mignon !»

Son charcutier doit prier pour que Gignac ne quitte pas Marseille… Celui de Toulouse a mis la clé sous la porte.

4. V. Labrune – «Fin avril, Didier (Deschamps) était psychologiquement prêt, non seulement à quitter l'OM, mais à le quitter pour un club de niveau équivalent, voire inférieur.»

Le nouveau président de l'OM Vincent Labrune a expliqué l'éviction de son prédécesseur Jean-Claude Dassier, pour deux raisons : la mauvaise gestion financière du club et l'envie d'ailleurs de l'entraîneur Didier Deschamps : «Fin avril, Didier était psychologiquement prêt, non seulement à quitter l'OM, mais à le quitter pour un club de niveau équivalent, voire inférieur. Là, je me suis rendu compte que la situation était plus compliquée qu'on ne l'imaginait.»

Une envie de départ qui aura coûté sa place à Dassier.

5. S. Rosell – «Le Real a franchi les limites. On a voulu accuser nos médecins et nos joueurs de dopage. Les déclarations de Mourinho font honte à ce club, c'est un épisode lamentable. S'ils dépassent à nouveau la frontière sportive, nous romprons toute relation.»

A l'occasion de la présentation des bilans de la saison, le président du FC Barcelone, Sandro Rosell, a déploré l'attitude du Real Madrid et de son entraîneur José Mourinho lors de la dernière série de Clasicos, et menacé le club de la capitale en cas de récidive. «Le Real Madrid a franchi les limites de la rivalité sportive. On a voulu accuser nos médecins et nos joueurs de dopage, afin qu'ils ne puissent pas jouer un match. Les déclarations de Mourinho font honte à ce club, c'est un épisode lamentable. Espérons que cela ne se reproduise pas, car nous prendrons des mesures. S'ils dépassent à nouveau la frontière sportive, nous romprons toute relation institutionnelle avec le Real Madrid de manière immédiate. Les qualités humaines font partie du Barça, voilà pourquoi nous leur donnons une seconde chance.»

Le Real a aussitôt réagi en accusant la presse catalane d'avoir exercé des pressions pour que le Barça et son président soient plus agressifs envers le club madrilène.

6. T. Henry – «Je suis toujours le même animal sur le terrain. (…) C'est un peu plus facile de vivre ici parce que, même si on me reconnaît dans la rue, les gens sont cools. Ici, je peux faire ce que je veux.»

Désormais installé aux Etats-Unis où il défend les couleurs des Red Bulls de New York, l'attaquant français Thierry Henry n'a pas changé. «J'ai toujours la même vie. Et je suis toujours le même animal sur le terrain, un joueur qui déteste perdre et donne tout ce qu'il a. C'est peut-être un peu plus facile de vivre ici parce que, même si on me reconnaît dans la rue, c'est moins flagrant qu'à Barcelone ou à Londres. Les gens sont cools, ils me demandent si j'aime la ville. Ici, je peux faire ce que je veux. Mais c'est vrai, j'ai aussi moins de pression au niveau du foot qu'à Barcelone où tu enchaînais la Ligue des Champions, le Championnat, la Coupe, un match tous les trois jours.»

A bientôt 34 ans, Henry coule une préretraite paisible à New York. On a connu plus malheureux…

7. P. Perez – «L'idée est d'avoir une organisation plus à l'anglaise avec un manager. (…) Anigo supervisera tout le sportif et fera l'interface sur tous les autres sujets comme la gestion des supporters, la sécurité ou les relations avec les collectivités locales.»

Intronisé directeur général de l'OM, Philippe Perez a délimité les rôles au sein de la nouvelle organisation du club marseillais. «L'idée était d'avoir une organisation plus à l'anglaise avec un manager (Didier Deschamps) qui parlera du seul vrai sujet qui est le foot et l'équipe. Car le seul vrai fonds de commerce de l'OM, c'est son équipe fanion, son équipe première. Il y a aussi une redistribution des rôles avec José Anigo qui continuera à superviser tout le sportif et fera l'interface avec Vincent sur tous les autres sujets comme la gestion des supporters, la sécurité ou les relations avec les collectivités locales.

A Deschamps le sportif, à Anigo l'intendance et les relations publiques. Sur le papier, Deschamps se retrouve renforcé dans ses fonctions et dans sa lutte d'influence avec Anigo.

8. F. Simonian – «Au moins cinq clubs sont très intéressés. Pour l'instant, rien n'est définitif. Lucho peut très bien rester à Marseille. Deschamps a pris plus de pouvoir. Si Lucho restait à l'OM, ce serait pour Deschamps et uniquement pour lui.»

Son départ semblait acquis, il ne l'est plus. Le milieu de terrain Lucho Gonzalez serait désormais prêt à revenir sur sa décision de quitter l'OM, selon son agent Federico Simonian. «Pour l'instant, rien n'est définitif. Lorsque les offres seront fermes et définitives, il réfléchira et prendra sa décision. Maintenant, Lucho peut très bien rester à Marseille. Il est encore sous contrat. Et puis Deschamps a pris plus de pouvoir. Si Lucho restait à l'OM, ce serait pour Deschamps et uniquement pour lui. Il l'apprécie beaucoup et c'est réciproque. Au moins cinq clubs sont très intéressés. En Angleterre, en Espagne, en Italie et en Turquie. (…) Malaga, ça ne peut pas être fini, car ça n'a pas encore commencé.»

Du temps de Jean-Claude Dassier, l'OM espérait récupérer 13M€ de la vente de Lucho. Désormais, Didier Deschamps souhaiterait le conserver dans son effectif…

9. R. Fanni – «Le coach, j'ai jamais vu ça. C'est le top du top, la crème de la crème. Aussi bien sur le plan taquetique que téquenique, que physique, qu'emblématique, qu'hygiénique.»

Au club depuis six mois, le latéral droit de l'OM Rod Fanni s'est gentiment amusé (tout en louant ses qualités) de son entraîneur Didier Deschamps dont la marionnette aux Guignols le fait beaucoup rire. «Le coach, j'ai jamais vu ça. C'est le top du top, la crème de la crème. Aussi bien sur le plan taquetique que téquenique, que physique, qu'emblématique, qu'hygiénique.»

Fanni doit être content, Deschamps a décidé de prolonger l'aventure marseillaise.

10. G. Infantino – «D'habitude, ce genre de comportement est sanctionné d'une amende, mais maintenant il y aura un match de suspension en plus de celui donné automatiquement en cas d'accumulation de cartons jaunes.»

Ecoper volontairement d'un carton jaune afin d'éloigner la menace d'une suspension plus loin dans la compétition sera désormais un acte sanctionné d'un match de suspension supplémentaire, a expliqué le secrétaire général de l'instance européenne, Gianni Infantino. «D'habitude, ce genre de comportement est sanctionné d'une amende, mais maintenant il y aura un match de suspension en plus de celui donné automatiquement en cas d'accumulation de cartons jaune.»

Encore faudra-t-il prouver que ces fameux cartons jaunes ont été pris volontairement par les joueurs…

C'est sur cette nouvelle règle qui ne manquera pas de faire jaser quand elle sera appliquée, que se termine le Top Déclarations de la semaine. Rendez-vous dès samedi prochain pour un nouveau numéro !



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Sondage Maxifoot
Etes-vous en faveur d'un retour de Karim Benzema en équipe de France ?

OUI
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Les VIDEOS populaires du moment



Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB