Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Top Déclarations : Lacombe tire sur tout ce qui ne bouge pas, Anigo en veut à Taiwo, QIA bienvenu à Paris...
Par Nicolas Lagavardan - Top Declarations, Mise en ligne: le 21/05/2011 à 10h00
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Au menu du Top Déclarations cette semaine, Bastos, Delgado et Puel taclés par Lacombe, Anigo aurait aimé un geste de Taiwo, feu vert pour les Qataris au PSG, Mavinga a cru avoir tué Carcela, Vercoutre rase les murs, M'Bengué dit non aux Bleus, Leproux consterné par ses joueurs... Découvrez les phrases choc de la semaine.

Top Déclarations : Lacombe tire sur tout ce qui ne bouge pas, Anigo en veut à Taiwo, QIA bienvenu à Paris...
B. Lacombe a taillé un short à Bastos, Delgado et Puel

Chaque samedi, Maxifoot vous propose de faire le tour des dix déclarations de la semaine qu'il ne fallait pas manquer. Du sérieux et du moins sérieux pour connaître le meilleur des petites phrases des acteurs du ballon rond. Découvrez le classement de toutes les déclarations qui ont fait les choux gras de la presse cette semaine.

1. B. Lacombe – «On voyait des joueurs comme Bastos ou Delgado trottiner pour se replacer. Il faut faire un effort putain ! Que les joueurs se regardent dans une glace. Dans cette équipe, il y a plus de suiveurs que de leaders.»

Le match nul concédé par Lyon à Brest (1-1) le week-end dernier a eu le don d'agacer le bras droit de Jean-Michel Aulas, Bernard Lacombe. «Le président leur a dit à maintes et maintes reprises que la Ligue des Champions était vitale. Mais à Brest, à 1-0 pour nous, on voyait des joueurs comme Bastos ou Delgado trottiner pour se replacer. Il faut faire un effort putain ! Que les joueurs se regardent dans une glace. Dans les grandes équipes que nous avons eues, on avait de grands joueurs, mais c'étaient aussi des tueurs. Dans cette équipe, il y a plus de suiveurs que de leaders. (…) Quand vous restez trois ans dans un club comme l'OL et que vous ne gagnez pas, on peut se poser des questions. Ce sont celles qui se poseront en fin de saison» pour Claude Puel.

Pour rappel, Delgado sera libre en juin et Bastos souhaite quitter Lyon... Quant à Puel, son sort semble scellé, même si Jean-Michel Aulas s'en défend encore.

2. J. Anigo – «Je regrette que Taiwo n'ait pas eu le souci de renvoyer l'ascenseur à un club qui l'a fait grandir. Il nous devait bien ça. Ca me chagrine. C'est une cicatrice. Les joueurs demandent beaucoup, mais les clubs reçoivent peu.»

Libre à l'issue de la saison, le latéral gauche de l'OM Taye Taiwo rejoindra gratuitement le Milan AC. Pas du goût du directeur sportif José Anigo. «C'est la seule chose que je regrette chez lui : qu'il n'ait pas eu le souci de renvoyer l'ascenseur à un club qui l'a fait grandir. Ca me chagrine. Je l'adore en tant qu'homme et joueur mais ça, c'est une cicatrice. (...) Qu'il ait eu envie de partir, je le comprends, mais il aurait pu penser à l'OM ; il nous devait bien ça. Malheureusement, aujourd'hui, les joueurs demandent beaucoup, mais les clubs reçoivent peu.»

Grâce à son but en finale, Taiwo aura tout de même offert la Coupe de la Ligue à l'OM cette saison.

3. J. Vuillermoz – «Qatar Investment Authority est un fonds reconnu et parfaitement respectable. Les Qataris ont la réputation d'être des partenaires fiables. (La Ville n'a) aucun droit de veto.»

L'adjoint aux Sports de la Ville de Paris, Jean Vuillermoz, s'est exprimé positivement au sujet de la possibilité de voir le fonds Qatar Investment Authority racheter les actions du PSG détenues par Colony Capital. «Qatar Investment Authority est un fonds reconnu et parfaitement respectable. Les Qataris ont la réputation d'être des partenaires fiables. En outre, le prince héritier est un fan du PSG. (La Ville n'a) «aucun droit de veto quant à la composition du capital du PSG, qui est une société anonyme.»

Lors d'un récent sondage publié sur le site Maxifoot.fr, 75,4% des votants se sont dits favorables à la reprise du club par QIA.

4. C. Mavinga – «J'ai mal dormi. Le visage abîmé de Carcela me trottait toujours en tête. Malheureusement pour Mehdi, je ne l'ai absolument pas vu arriver. Sa tête avait tellement enflé que je croyais que je l'avais tué.»

Lors de la dernière journée des play-offs du championnat de Belgique, le milieu de Genk, Chris Mavinga a commis une faute terrible sur son confrère du Standard Liège, Mehdi Carcela. «J'avais beau avoir été rassuré par quelques joueurs du Standard à qui j'avais demandé des informations sur l'état de santé du malheureux Mehdi, je ne me sentais pas vraiment à l'aise. J'ai mal dormi, c'est évident. Le visage abîmé de Carcela me trottait toujours en tête. Cet accident m'a d'autant plus touché que, croyez-moi, je ne suis pas un joueur brutal. (...) Je n'avais qu'une intention : jouer le ballon. Malheureusement pour Mehdi, je ne l'ai absolument pas vu arriver. Sa tête avait tellement enflé que je croyais que je l'avais tué.»

L'international marocain est resté plusieurs minutes au sol inanimé avant d'être hospitalisé. Il souffrait de multiples fractures au visage et a eu plusieurs dents cassées. Son état de santé est à présent rassurant. Pour voir la vidéo de ce terrible choc, cliquez ici.

5. R. Vercoutre – «On s'est fait accrocher par les gens et bouger dans la presse comme jamais. C'est fatigant de raser les murs, de baisser tout le temps la tête et de devoir assumer cette honte.»

Le gardien remplaçant de Lyon, Rémi Vercoutre, fait partie des anciens du club. «A Auxerre, j'ai failli craquer face aux olé du public. Je n'avais jamais vécu ça à Lyon. Dans l'après-match, on s'est fait accrocher par les gens et bouger dans la presse comme jamais. Il fallait partir de Lyon. C'est fatigant de raser les murs, de baisser tout le temps la tête et de devoir assumer cette honte. C'est la saison la moins aboutie depuis que je suis là. C'est l'un des groupes les plus forts que j'ai vus sur le talent pur. Dès qu'on n'est pas à la hauteur, on est moqué.»

Les Lyonnais étaient repartis d'Auxerre avec une défaite humiliante (4-0).

6. C. M'Bengué – «Mon choix de rejoindre le Sénégal n'a rien à voir avec la polémique sur les quotas. J'aurais pu avoir ma place en équipe de France, j'ai fait le choix du coeur et par fierté pour ma famille.»

Il avait le choix entre le Sénégal et la France, le défenseur toulousain Cheikh M'Bengué a finalement privilégié la sélection africaine. «Mon choix de rejoindre le Sénégal n'a rien à voir avec la polémique sur les quotas. Si certaines personnes ne comprennent pas, tant pis. J'aurais pu avoir ma place en équipe de France, j'ai fait le choix du coeur et par fierté pour ma famille.»

Chez les Bleus, Eric Abidal, Patrice Evra, Gaël Clichy, Benoît Trémoulinas et Aly Cissokho lui bouchaient un peu la vue. Pas sûr qu'il aurait pu grappiller quelques minutes sous les ordres de Laurent Blanc qui a néanmoins dû râler en apprenant la nouvelle...

7. R. Leproux – «Je suis énervé. Les joueurs n'ont pas bien saisi que le PSG a rendez-vous avec la Ligue des Champions, ils n'ont pas pris la mesure de l'évènement. Ils ont failli, c'était un match sans envie, presque sans sérieux.»

S'il pouvait admettre la défaite en finale de la Coupe de France, celle concédée à Bordeaux (1-0) mercredi soir reste en travers de la gorge du président du PSG Robin Leproux. «Je suis énervé. Les joueurs n'ont pas bien saisi que le PSG a rendez-vous avec la Ligue des Champions, ils n'ont pas pris la mesure de l'évènement. Ils ont failli, c'était un match sans envie, sans impact, presque sans sérieux. À force de nous tendre les bras comme ça, la troisième place va nous passer à côté. La balle n'est plus dans notre camp.» Le problème est-il mental ? «Oui, certainement.»

Avec deux points de retard sur Lyon, le PSG tentera de se racheter ce samedi soir face à Lille au Parc des Princes.

8. L. Thuram – «On a dérivé de la discrimination vers la problématique Laurent Blanc. Faux débat. Certains ont défendu un homme, alors que je défendais des valeurs.»

Parmi les plus virulents suite à la révélation de l'affaire des quotas discriminatoires au sein de la FFF, Lilian Thuram s'est dit «ravi» que Laurent Blanc poursuive sa mission de sélectionneur de l'équipe de France. «On a dérivé de la discrimination vers la problématique Laurent Blanc. Faux débat. On préfère nous opposer. (…) Certains ont défendu un homme, alors que je défendais des valeurs.»

Alors que Blanc a déclaré ne pas en vouloir à son ancien coéquipier, la hache de guerre semble bel et bien enterrée entre les deux champions du monde.

9. J.-M. Aulas – «Si on est quatrième, c'est malheureux mais ce n'est pas non plus un drame qui mérite que la France s'arrête de tourner. Ca peut arriver à tous les clubs. Il faut savoir être bon joueurs, le foot n'est qu'un jeu.»

Menacé par le PSG dans la course à la troisième place, le président lyonnais Jean-Michel Aulas a tenté de dédramatiser une éventuelle quatrième place à la fin de la saison. «Comme ça fait quinze ans de suite que nous sommes dans les trois premiers, il faut avoir l'humilité de savoir que ça peut arriver à tous les clubs. Il faut savoir être bon joueurs, le foot n'est qu'un jeu, et si on est quatrième, c'est malheureux mais ce n'est pas non plus un drame qui mérite que la France s'arrête de tourner.»

Vraiment ? La veille, Aulas avait parlé de catastrophe après le match nul concédé face à Brest (1-1). De son côté, Bernard Lacombe a rappelé que la Ligue des Champions était vitale pour le club (cf. déclaration n° 1)…

10. M. Chalmé – «Je pense qu'on a manqué de communication avec Jean Tigana, surtout lui avec nous. Il va falloir trouver quelqu'un qui trouve les mots justes pour nous rassurer et nous redonner cette envie de nous battre.»

Mathieu Chalmé s'est défendu d'avoir lâché Jean Tigana, mais ne manque pas de lui faire porter le chapeau. Désormais, le latéral droit bordelais espère avoir un entraîneur à l'écoute. «Je ne vois pas comment aujourd'hui un joueur professionnel peut dire en causerie avant le match : on ne joue pas pour faire sauter l'entraîneur. C'est inimaginable. (…) Il va falloir reconstruire un staff et trouver quelqu'un qui trouve les mots justes pour nous rassurer et nous redonner cette envie de nous battre. Je pense qu'on a manqué de communication avec Jean Tigana, surtout lui avec nous. Je pense qu'il vaut mieux avoir un entraîneur proche des joueurs, qui ont besoin à un moment donné d'évacuer les soucis et d'en parler avec le staff.»

Mieux vaut peut-être contacter directement un psychologue ou une assistante sociale.

C'est sur ce SOS lancé par Chalmé que se termine le Top Déclarations de la semaine. Rendez-vous dès samedi prochain pour un nouveau numéro !



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Sondage Maxifoot
Comprenez-vous que Didier Deschamps ne change pas de position vis à vis de Karim Benzema ?

OUI
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Les VIDEOS populaires du moment



Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB