Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Le Baromètre de la Semaine - N°3
Par Marc Lepannetier - Le Barometre De La Semaine, Mise en ligne: le 19/11/2003 à 23h13
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Cette semaine, les faits marquants de l'actualité du ballon rond : côté valeurs en hausse, les frères sourire, Nantes retrouve l'envie, et l'autre Ronaldo. Pour les valeurs en baisse, Makelele en manque, Paris profane, et Bastia sinistré. 

Les valeurs en hausse

Les frères sourire

Avec la Bretagne et Lorient comme terre de rencontre, Pascal Feindouno et Jean-Claude Dracheville se sont naturellement rapprochés l'un de l'autre. En commun : du soleil dans le coeur et sur la peau. Une façon de voir et de vivre la vie sans détours avec l'insouciance d'assouvir leur passion au jour le jour. Au travers d'éclats de rires, Pascal et Jean-Claude se sont retrouvés à Bordeaux et si les "frères sourire" continuent à mettre de l'ambiance au sein d'une équipe, le plus important est qu'ils allument également le feu sur le terrain. Et lors du premier match capital de la saison opposant Guingamp à Bordeaux, c'est tout logiquement le duo imprévisible, aidé par sa décontraction, sa légèreté et sa complicité qui, à lui seul, a terrassé et réduit la tête des Guingampais. Une leçon de football donnée par deux joueurs au dessus du lot lors de cette rencontre. La puissance et les courses de Jean-Claude, alliées à la technique et au génie de Pascal ont écoeurés toutes résistances. Du lob dément et la passe millimétrée de Feindouno au centre magnifique de Jean-Claude et sa course puis son dribble décisif sur Le Crom, tout y est passé. Le collectif bordelais n'est peut-être pas encore au point mais les deux frères ont redonné le sourire à Elie Baup. Maxifoot sourit également qu'il en soit ainsi. 

Nantes retrouve l'envie 

Il n'y a eu, pour ainsi dire, aucun départ et aucune arrivée au sein de l'effectif nantais, et pourtant ! Le changement d'entraîneur, avec le remplacement de Marcos par le nouvel homme du sérail, Loïc Amisse, semble avoir redonné la joie et le mouvement aux Canaris. A la recherche d'une identité de jeu avec Marcos, les joueurs semblaient avoir oublié leurs préceptes, mais la culture nantaise est un luxe qui ne se prête pas aux approximations et Amisse se fait fort d'en être un digne répétiteur. Après trois journées, une défaite malheureuse à Sochaux et deux victoires aisées sur Lens et Ajaccio, il semble bien que les élèves récitent au mieux la leçon apprise depuis la Jonelière. Aidés en cela par une volonté de jouer qui ne se dément pas, la récréation nantaise fleure bon le plaisir et les bons résultats à venir. Aux Canaris de rester les pieds sur terre, le temps de s'assurer que le changement n'est pas qu'éphémère, et on devrait assister à une année jaune ensoleillée. Maxifoot s'engage dans cette prévision "météorologique".

L'autre Ronaldo

Il porte le numéro 7 à Manchester United, celui de Cantona puis de Beckham. Au dessus est inscrit le nom de Ronaldo. Non, ce n'est pas le maillot d'un supporter facétieux, mais bien celui de Christiano Ronaldo, la nouvelle petite merveille du football portugais. A dix-huit ans, le jeune attaquant était sur les tablettes de tous les grands clubs européens mais sa jeunesse pouvait laisser espérer aux supporters du Sporting du Portugal de pouvoir encore l'admirer une ou deux années supplémentaires. Hélas ! Le match amical effectué il y a quinze jours par Manchester au Sporting et la démonstration technique affichée ce jour là par Ronaldo a définitivement persuadé, sous l'insistance de certains de ses joueurs, Sir Alex Ferguson de le recruter. L'échec de Ronaldinho a sûrement ajouté à cet empressement et même si le nouvel entraîneur du Sporting, Fernando Santos, avait menacé de démissionner si Ronaldo était vendu, Manchester s'est bel et bien attaché ses services pour 17,35 millions d'euros et un contrat de cinq ans. Ronaldo n'a d'ailleurs pas tardé à faire parler de lui sous le maillot mancunien puisqu'il est entré en cours de jeu contre Bolton, a fait bénéficier son équipe d'un pénalty et a déjà montré l'étendue de sa classe. Maxifoot se réjouit de la naissance au grand jour d'un tel talent. Il est seulement regrettable qu'il n'ait pu l'exercer plus longtemps au Sporting.

Les valeurs en baisse

Makelele en manque

L'argent ne fait pas toujours le bonheur et le Real Madrid peut également le constater avec l'affaire Makelele, car Claude est en manque. En manque de reconnaissance de son talent et donc en manque d'argent... Joueur essentiel au Real, son salaire n'est en aucune mesure équivalent à celui des stars qui l'entoure. Et Makelele, qui en demande depuis deux ans une réévaluation, n'en peut plus. Florentino Perez, le président madrilène, a joué la sourde oreille tout en lui promettant de le laisser partir si une offre de 10 millions d'euros arrivait. Chelsea et son archi-milliardaire Russe semblent prêts à la faire mais le Real ne veut pas ou fait feindre de ne plus vouloir en entendre parler. Devant ce conflit d'intérêt, Makelele a décidé de ne plus s'entraîner avec les Merengues. Le Real a porté plainte devant la FIFA et lui demande de ne pas jouer avec l'équipe de France contre la Suisse. Cette fois, c'est Claude qui n'entend pas. En attendant, il sera bien avec les Bleus et le Real Madrid serait en quête d'un remplaçant. Alors qu'il était LE joueur essentiel du dispositif madrilène, il semble bien qu'il quittera le club pour des raison financières alors qu'hier, Beckham a piteusement joué lors du premier match amical du Real sur les terres espagnoles. Décidément, la réalité des valeurs se perd, surtout chez les plus riches. 

Paris profane

Halilhodzic avait émis le souhait et mis en pratique l'exigence d'une haute et stricte tenue pour le club parisien. A défaut de redorer le blason sportif, faisons en sorte de redorer l'image extérieure ! Pour cela, il a été requis pour les joueurs de ramasser les plots et les bouteilles à l'entraînement, de paraître en public à leur hôtel avec la même tenue... Des signes volontaires d'un changement d'organisation et de présentation. Au niveau des affaires, Paris restera toujours Paris et l'imbroglio sur la blessure de Yakin en témoigne, mais le ménage devait donc se faire également en dehors du terrain. Malheureusement, après le match contre Metz, le staff et les joueurs parisiens semblent avoir profané leur vestiaire en y laissant, sur le sol, des bouteilles d'eau, des bandes élastiques, des tubes de médicaments, des fruits entamés et des serviettes crasseuses... Au point que Carlo Molinari, le président messin, se navre :"ce n'est pas digne d'un grand club, ça me peine pour le football français." Malgré la première victoire de l'équipe parisienne sous l'ère Halilhodzic, le respectueux Vahid doit être bien mari de cette mauvaise publicité faite à son nouveau club. Dommage, mais il semble y avoir plus grave puisque trois cent sièges tout neufs ont été arrachés par les supporters parisiens. Comme quoi le Paris-SG a peut-être besoin, en plus d'un meneur de jeu, de faire le ménage...

Bastia sinistré

La pelouse de Furiani est abominable pour n'avoir pas été arrosée pendant cet été, un comble tout de même. Aucun but marqué et un seul point récolté après trois journées, Bastia est bel et bien sinistré. L'arrivée de Cauet, Née ou Saveljic ne se fait pas encore sentir. Gérard Gili, l'entraîneur bastiais, semble hésiter entre son 3-5-2 de la saison passée et son nouveau 4-4-2 à dimension et meneur de jeu variable (sur les côtés ou dans l'axe). Baladé par Monaco et sauvé du désastre grâce à un grand Penneteau, le Sporting se doit de réagir au plus vite sous peine de vivre une saison éprouvante. La réception prochaine de Montpellier peut l'y autoriser. Reste à savoir si les Bastiais se sont bien entraînés au jeu aérien, leur coach ne disait-il pas après leur première défaite sur leur terrain :"C'est l'état du terrain qui nous a gêné. Metz a joué en l'air alors que nous, nous ne sommes pas programmés pour cela." Maxifoot espère que les joueurs et les jardiniers sauront réagir. 

Merci, et à la semaine prochaine !



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens FRANCE - Ligue 1

Top 5 des VIDEOS de l'année

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment



 A SUIVRE
Le meilleur effectif
LIGUE 1
mi-saison
2019-20
TOP 10
transferts
en Ligue1

mi-saison 2019-20
FLOP
transferts
en Ligue1

mi-saison 2019-20
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB