Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Top Déclarations : Lacombe enterre Puel, Tigana vide son sac, Deschamps et la chance de Mourinho…
Par Pierre-Damien Lacourte - Top Declarations, Mise en ligne: le 16/04/2011 à 09h19
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Au menu du Top Déclarations cette semaine, Lacombe enterre Puel, Tigana vide son sac, Deschamps et la chance de Mourinho, Heinze commence à agacer Dassier, Ribéry pas tendre avec van Gaal, les sifflets du Vélodrome rajeunissent Gignac, Modeste se sent persécuté... Découvrez les phrases choc de la semaine.

Top Déclarations : Lacombe enterre Puel, Tigana vide son sac, Deschamps et la chance de Mourinho…
Ca sent de moins en moins bon pour Puel à Lyon...

Chaque samedi, Maxifoot vous propose de faire le tour des dix déclarations de la semaine qu'il ne fallait pas manquer. Du sérieux et du moins sérieux pour connaître le meilleur des petites phrases des acteurs du ballon rond. Découvrez le classement de toutes les déclarations qui ont fait les choux gras de la presse cette semaine.

1. B. Lacombe – «Les autres entraîneurs avaient recruté des joueurs moins chers et avaient mieux réussi. Cette saison est comme la précédente : fatigante»

Entre Bernard Lacombe et Claude Puel, ça n'a jamais été le grand amour. Mais à présent, c'est la guerre. Pour le conseiller du président Aulas, le temps de l'ancien entraîneur de Lille à Lyon est révolu : «Si un entraîneur ne remporte pas un seul trophée pendant trois ans, dans un club qui venait d'être champion de France sept fois de suite, la situation est forcément un peu compliquée. Les autres entraîneurs avaient recruté des joueurs moins chers et avaient mieux réussi. Cette saison est comme la précédente : fatigante.»

Ça a le mérite d'être clair…

2. J. Tigana – «C'est la première fois de ma carrière que j'entends un public se moquer de nous. (…) Les joueurs diront peut-être qu'ils ont un mauvais entraîneur mais, même avec un mauvais entraîneur, on peut avoir de la volonté sur le terrain»

Pour Jean Tigana, trop c'est trop. L'entraîneur de Bordeaux en a marre de voir ses joueurs évoluer sur un rythme de sénateurs : «C'est la première fois de ma carrière que j'entends un public se moquer de nous. (…) Qu'au moins on finisse un match vidés, cuits. Peu de clubs ont la chance d'avoir un outil de travail exceptionnel, un investisseur exceptionnel, un président fantastique. Ils diront peut-être qu'ils ont un mauvais entraîneur mais, même avec un mauvais entraîneur, on peut avoir de la volonté sur le terrain. (…) Les joueurs, je connais. Ou leur coach parle trop, ou pas assez. Ou ils travaillent trop, ou pas assez. Ou pas tactiquement. Mais à un moment, si le joueur a envie de courir, il court, c'est assez simple.»

Les Girondins en ont très peu envie visiblement…

3. D. Deschamps – « «La chose la plus importante, c'est d'avoir de la chance et je suis un entraîneur qui a de la chance.» Si José Mourinho le dit, c'est que je dois avoir un peu de chance moi aussi»

Didier Deschamps aurait-il un point commun avec le Special One, José Mourinho ? Oui, la chance, à en croire l'entraîneur marseillais, interrogé sur son parcours exceptionnel de joueur puis d'entraîneur : «Il y en a un au Real Madrid qui a gagné beaucoup de titres et au moment des discussions, lors de la réunion des entraîneurs en début de saison à l'UEFA, s'est levé pour dire : «La chose la plus importante, c'est d'avoir de la chance et je suis un entraîneur qui a de la chance.» Si José Mourinho le dit, c'est que je dois avoir un peu de chance moi aussi.»

Voilà une comparaison (j)osée.

4. J.-C. Dassier – «Si un jour, Gabriel Heinze devient président ou directeur sportif, il mettra en oeuvre la politique qu'il souhaite. Je rappelle qu'à son arrivée du Real, il était quasiment libre et ça ne l'a pas empêché de nous faire deux très belles saisons»

Gabriel Heinze est aujourd'hui chagriné de voir l'Olympique de Marseille affirmer haut et fort qu'il se montrera économe sur le marché des transferts cet été. Des états d'âme qui commencent sérieusement à agacer Jean-Claude Dassier : «Si un jour, Gabriel Heinze devient président ou directeur sportif, il mettra en oeuvre la politique qu'il souhaite. Je rappelle qu'à son arrivée du Real, il était quasiment libre et ça ne l'a pas empêché de nous faire deux très belles saisons.»

Mais peut-être pas trois…

5. F. Ribéry – «C'est une bonne décision, ça va nous libérer. Personnellement, le limogeage de van Gaal me laisse complètement indifférent»

Le départ de Louis van Gaal du poste d'entraîneur du Bayern Munich a au moins fait un heureux : Franck Ribéry. Le licenciement du Néerlandais n'émeut visiblement pas le moins du monde le Français : «C'est une bonne décision, ça va nous libérer. Personnellement, le limogeage de van Gaal me laisse complètement indifférent.»

Le technicien batave lui répondre certainement en temps voulu.

6. A.-P. Gignac – «Forcément, ce n'est pas plaisant. Mais en y réfléchissant un peu, ça me rajeunit. Je me revois lorsque j'étais gamin au Vélodrome, j'étais le premier à siffler un Dugarry quand ça n'allait pas»

Les sifflets du Vélodrome ont au moins un effet sur André-Pierre Gignac, le ramener quelques années en arrière : «Forcément, ce n'est pas plaisant. Mais en y réfléchissant un peu, en fait, ça me rajeunit. Je me revois lorsque j'étais gamin dans les tribunes du Vélodrome, j'étais le premier moi aussi à siffler un Dugarry quand ça n'allait pas.»

Pas sûr que le champion du monde 98 continue de se montrer relativement clément avec l'ancien Toulousain lors de ses prochains commentaires…

7. A. Modeste – «Arrêtez de faire penser que je suis un boulet pour mon entraîneur et mes supporters. Si je me jugeais par rapport aux critiques, je ne jouerais plus au football. (…) C'est de l'acharnement»

Anthony Modeste en a marre d'être considéré comme le principal responsable des malheurs actuels des Girondins de Bordeaux. L'attaquant du club aquitain ne pense pas mériter toutes ces critiques : «Arrêtez de faire penser que je suis un boulet pour mon entraîneur et mes supporters. Si je me jugeais par rapport aux critiques, je ne jouerais plus au football. J'accepte, mais je trouve que c'est dur. C'est de l'acharnement : je travaille tous les jours à l'entraînement, j'ai certes raté des buts par maladresse, mais je n'ai pas à rougir, j'ai un peu l'impression d'être le bouc émissaire.»

Ce sont davantage les Bordelais dans leur ensemble qui sont sous le feu des critiques actuellement.

8. P. Vieira – «Comme entraîneur, non, Domenech a fait ses choix. En tant qu'homme, oui je lui en veux. Je lui en voudrai toujours»

Non retenu pour la Coupe du monde 2010, Patrick Vieira en veut toujours à l'ancien sélectionneur des Bleus, Raymond Domenech, qu'il estime responsable de ce qui s'est passé à Knysna : «Comme entraîneur, non, Domenech a fait ses choix. En tant qu'homme, oui je lui en veux. Je lui en voudrai toujours. (…) Aucun des joueurs, je pense, ne pouvait imaginer la dimension que cette affaire (la grève de Knysna, ndlr) allait prendre. Avec Aimé Jacquet ou Laurent Blanc comme entraîneur, cela n'arrive jamais.»

Une pierre de plus dans le jardin de Raymond.

9. J.-M. Aulas – «On n'a peut-être pas eu la meilleure inspiration quand on a signé ce contrat de quatre ans. Je n'ai jamais dit que cela signifiait que Claude Puel n'allait pas être encore à la tête de l'équipe la saison prochaine. Il peut aussi choisir de partir»

Jean-Michel Aulas le reconnaît. Le président de l'OL n'aurait peut-être pas dû accorder une confiance quasiment aveugle à Claude Puel à son arrivée à Lyon en 2008 : «On n'a peut-être pas eu la meilleure inspiration quand on a signé ce contrat de quatre ans. Je n'ai jamais dit que cela signifiait que Claude Puel n'allait pas être encore à la tête de l'équipe la saison prochaine. Il peut aussi choisir de partir de son propre fait, tout est toujours possible.»

Lacombe, Aulas… Puel n'est plus du tout en odeur de sainteté dans les hautes sphères de l'OL.

10. A. Ferguson – «Avec José Mourinho, nous sommes très amis, mais je suis en bonne santé, et je n'ai pas l'intention de lui laisser la place tout de suite. Il lui faudra être très patient»

Annoncé régulièrement comme l'un de ses possibles successeurs sur le banc de Manchester United, Sir Alex Ferguson n'est visiblement pas près de céder le poste à son «ami» portugais : «Avec José, nous sommes très amis, mais je suis en bonne santé, et je n'ai pas l'intention de lui laisser la place tout de suite. Il lui faudra être très patient.»

Le retour en Angleterre du Special One ne passera peut-être pas par les Red Devils.

C'est sur mise au point avec le sourire de Sir Alex Ferguson que se termine le Top Déclarations de la semaine. Rendez-vous dès samedi prochain pour un nouveau numéro !



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Sondage Maxifoot
Neymar sera t-il encore au PSG la saison à venir ?

OUI
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Les VIDEOS populaires du moment



Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Le meilleur effectif
LIGUE 1
saison
2018-19
Tout savoir sur
LES DROITS
TV du FOOT
* Dossier Maxifoot *
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB