Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Top Déclarations : Aulas chambre Ronaldo, Kombouaré ne rate pas Edel, Gourcuff sur la sellette…
Par Pierre-Damien Lacourte - Top Declarations, Mise en ligne: le 19/03/2011 à 08h51
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Au menu du Top Déclarations cette semaine, Aulas chambre Cristiano Ronaldo, Kombouaré fustige Edel, Blanc met Gourcuff sous pression, Hoarau se fait allumer, Nenê a parlé trop vite, Schweinsteiger aurait bien imité Zidane, Mavuba un champion du monde pas comme les autres... Découvrez les phrases choc de la semaine.

Top Déclarations : Aulas chambre Ronaldo, Kombouaré ne rate pas Edel, Gourcuff sur la sellette…
Même après une lourde défaite, Aulas ne perd rien de sa superbe.

Chaque samedi, Maxifoot vous propose de faire le tour des dix déclarations de la semaine qu'il ne fallait pas manquer. Du sérieux et du moins sérieux pour connaître le meilleur des petites phrases des acteurs du ballon rond. Découvrez le classement de toutes les déclarations qui ont fait les choux gras de la presse cette semaine.

1. J.-M. Aulas – «On parle beaucoup de l'influence de Ronaldo au Real. Mais mercredi soir, on a vu que Benzema était plus fort que Ronaldo»

Après la lourde défaite de son équipe 3-0 cette semaine à Madrid, Jean-Michel Aulas n'avait d'yeux que pour son ancien joueur Karim Benzema, quitte à égratigner au passage Cristiano Ronaldo : «On parle beaucoup de l'influence de Ronaldo au Real. Mais mercredi soir, on a vu que Benzema était plus fort que Ronaldo. J'espère que ça ne va pas créer des problèmes d'égo au sein du vestiaire.»

Le président lyonnais a probablement oublié de jeter un oeil sur le palmarès des deux joueurs…

2. A. Kombouaré – «A ce niveau de la compétition et quand on joue de grands matchs, c'est impardonnable de commettre ce genre d'erreurs. (…) Pour Edel, on va prendre le temps de la réflexion»

Après le match nul du PSG face au Benfica Lisbonne (1-1), Antoine Kombouaré ne s'est pas gêné pour condamner publiquement Apoula Edel, auteur d'une grosse erreur sur le but portugais : «A ce niveau de la compétition et quand on joue de grands matchs, c'est impardonnable de commettre ce genre d'erreurs. (…) Pour Edel, on va prendre le temps de la réflexion, discuter avec les garçons. S'il y a une décision à prendre, les joueurs seront les premiers au courant. Mais il reste encore du temps jusqu'au match de dimanche.»

Le clasico dimanche soir pourrait bien être celui de Grégory Coupet…

3. L. Blanc – «Yoann (Gourcuff) vit un moment difficile depuis plusieurs mois. Je crois en lui mais ça ne sera pas éternel. Nous ferons les bilans à la fin de la saison internationale et là, il n'y aura pas de sentiment»

Auteur de performances très décevantes avec l'Olympique Lyonnais, Yoann Gourcuff a tout de même encore été convoqué en équipe de France. Mais Laurent Blanc n'hésite plus à lui mettre la pression désormais : «Si l'on regarde ses performances, on peut douter de son niveau. Yoann vit un moment difficile depuis plusieurs mois. Je crois en lui mais ça ne sera pas éternel. Nous ferons les bilans à la fin de la saison internationale et là, il n'y aura pas de sentiment.»

L'ancien Bordelais va devoir s'activer.

4. L. Fernandez – «Hoarau n'a pas à faire des réflexions de la sorte à la mi-temps. Il se les garde pour lui. Il rentre dans le vestiaire et il le dit directement à la personne concernée»

En s'en prenant de manière à peine déguisée à Nenê devant les caméras de télévision à la mi-temps du match face à Montpellier dimanche dernier (2-2), l'attaquant parisien Guillaume Hoarau s'est attiré les foudres de Luis Fernandez : «Hoarau n'a pas à faire des réflexions de la sorte à la mi-temps. Il se les garde pour lui. Il rentre dans le vestiaire et il le dit directement à la personne concernée. A propos de Nenê, il a fait une grosse partie de championnat. Il est attendu. Mais il n'est pas le seul. Le football est un sport collectif.»

Si le Brésilien ne flambe plus actuellement, l'international tricolore ne brille pas vraiment non plus par une énorme efficacité actuellement.

5. Nenê – «Il n'y avait pas de tensions... C'est moi qui ai cherché les problèmes en disant des conneries ! C'était à chaud»

Après avoir affirmé être un «problème pour l'équipe» dimanche dernier après le match face à Montpellier (2-2), Nenê a fini par revenir sur ses propos. Le milieu de terrain parisien pense aujourd'hui s'être mal exprimé : «Il n'y avait pas de tensions... C'est moi qui ai cherché les problèmes en disant des conneries ! C'était à chaud. Il y a des choses qui se sont passées sur le terrain qui sont normales, qui arrivent toute l'année. C'est mieux de vouloir le ballon que de se cacher, non ? J'ai juste eu des mots mal appropriés après le match.»

La vie mouvementée du vestiaire parisien aura bien fait les choux gras de la presse cette semaine.

6. B. Schweinsteiger – «Je comprends ce qu'a pu ressentir Zidane. Materazzi a commencé à me provoquer avant même le coup d'envoi quand nous étions dans le couloir et il n'a pas arrêté ensuite»

Après la défaite du Bayern Munich face à l'Inter Milan (2-3), Bastian Schweinsteiger aurait bien réglé son compte à Marco Materazzi, à la manière de Zinedine Zidane : «Je comprends ce qu'a pu ressentir Zidane. Materazzi a commencé à me provoquer avant même le coup d'envoi quand nous étions dans le couloir et il n'a pas arrêté ensuite. En fait, il a fait avec moi ce qu'il avait fait avec Zidane.»

L'Italien s'est encore fait un ami.

7. S. Bilic – «Je suis vraiment désolé que Blanc n'ait pas pu disputer la finale. Mais dans cette affaire, celui qui est à blâmer, c'est Blanc. C'est de sa faute. Pas la mienne»

Le 29 mars prochain, lors de France-Croatie, Laurent Blanc et Slaven Bilic se retrouveront. Ce nom ne vous dit rien ? Ce n'est pas seulement le sélectionneur croate, c'est aussi le joueur à l'origine de l'exclusion de celui qui dirige les Bleus aujourd'hui en demi-finale de la Coupe du monde 98 : «Je suis vraiment désolé que Blanc n'ait pas pu disputer la finale. Mais dans cette affaire, celui qui est à blâmer, c'est Blanc. C'est de sa faute. Pas la mienne. Je marque Blanc dans notre surface. Il me frappe. Pas comme Tyson, mais il me frappe. Les journalistes m'ont dit qu'il fallait que je demande pardon à Blanc. Comme si j'étais coupable. Les médias ont disserté pour savoir si le coup était fort ou pas fort. Il m'a frappé. Donc, fin de l'histoire.»

Les retrouvailles entre les deux hommes seront à surveiller.

8. Lisandro – «J'aime m'entraîner. J'aime le physique. (…) Le problème de mes tendons, c'était la montagne, et non le travail physique. (…) Je n'ai rien à redire sur ce qui est fait ici en termes de préparation physique»

Lisandro et l'entraînement physique, ça fait deux. On a souvent entendu ça en début de saison. Y compris dans la bouche de Jean-Michel Aulas. En réalité, il n'en serait rien à en croire l'Argentin : «J'aime m'entraîner. J'aime le physique. J'ai besoin d'être bien physiquement. Le problème était que je ne m'étais jamais entraîné dans un environnement pareil. Le problème de mes tendons, c'était la montagne, et non le travail physique. (…) Je n'ai rien à redire sur ce qui est fait ici en termes de préparation physique.»

Le problème de ses tendons, c'était aussi une petite surcharge pondérale à l'époque…

9. R. Duverne – «Moi j'ai vu bien pire dans les vestiaires de l'Olympique Lyonnais, des mecs qui ont failli en venir aux mains. Ce qui s'est passé entre Nico et Raymond, c'est du pipi de chat»

Neuf mois après, le fiasco sud-africain est encore dans toutes les têtes. Mais pour Robert Duverne, on en a beaucoup trop fait autour du fameux clash entre Raymond Domenech et Nicolas Anelka : «Etait-ce intéressant de parler de tout cela ? Moi j'ai vu bien pire dans les vestiaires de l'Olympique Lyonnais, des mecs qui ont failli en venir aux mains. Ce qui s'est passé entre Nico et Raymond, c'est du pipi de chat.»

Du pipi de chat aux grandes conséquences tout de même.

10. R. Mavuba – «Je pense que je suis le champion du monde des présélections. Je suis toujours les listes. Je sais que ça passera par mes performances avec Lille»

Rio Mavuba possède une ligne originale à son palmarès : celle de champion du monde… des présélections en équipe de France : «Je pense que je suis le champion du monde des présélections. Je suis toujours les listes. Je sais que ça passera par mes performances avec Lille. Aujourd'hui, ça se passe plutôt bien pour nous. Pourvu que ça dure, après on verra bien.»

Encore raté…

C'est sur ce trait d'humour de Rio Mavuba que se termine le Top Déclarations de la semaine. Rendez-vous dès samedi prochain pour un nouveau numéro !



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Sondage Maxifoot
Comprenez-vous que Didier Deschamps ne change pas de position vis à vis de Karim Benzema ?

OUI
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Les VIDEOS populaires du moment



Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB