Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Ribery, le successeur
Par Cédric Chapuis - Le Portrait De La Semaine, Mise en ligne: le 09/11/2004 à 18h41
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Arrivé cet été en provenance de Brest dans l'anonymat le plus total, Franck Ribery fait des merveilles depuis le début de la saison avec le FC Metz. Pourtant, rien n'a été facile pour le milieu de terrain lorrain. Portrait de celui qu'on compare déjà en Moselle à Robert Pires…

Un destin hors du commun

A quoi tient une vie ? A rien. Le petit Franck Ribery, 2 ans, le découvre quand il passe à travers le pare-brise de la voiture de ses parents lors d'un accident de la route. De cet épisode, il garde encore des traces indélébiles sur son visage. Et voilà en un événement résumé le destin du jeune boulonnais. Né le 1er avril 1983, Franck Ribery est aujourd'hui loin d'être une blague balle au pied pour les défenseurs adverses. Révélation du début de saison de Ligue 1, Ribery affole les arrières latéraux de France. Pourtant, peu auraient prédit un tel avenir au milieu de terrain messin. Jusqu'à 16 ans, il fréquente le centre de formation de Lille, mais ses résultats scolaires (qui sont aussi importants que les performances sportives à cet âge là) l'obligent à quitter le LOSC pour retourner dans sa ville natale, Boulogne-sur-Mer. A ce moment là, il est à deux doigts de tout plaquer.

Mais finalement, Franck ne lâche pas. Il débute en CFA avec son club en 2000-2001, et la réussite est au rendez-vous, puisque Boulogne-sur-Mer accède au National en fin de saison. Ribery fait son trou en National, et la descente de Boulogne dès l'année suivante ne le décourage pas, et il rejoint Alès en 2002. Mais cette expérience est un très mauvais souvenir. « Déjà, je ne voyais quasiment jamais mes parents, explique Franck. Et puis il y avait des problèmes financiers. On joue aussi pour le plaisir mais à un moment donné c'est devenu trop dur. L'argent prend aussi une part importante. Il faut préparer l'avenir, une carrière est courte et ça va vite... » Alès est en effet rétrogradé administrativement en DH. Le destin semble s'acharner sur le jeune Ribery, mais le Stade Brestois arrive à la rescousse à l'été 2003.

Du National aux Espoirs

Avec l'équipe bretonne, il franchit un palier en disputant 35 matchs, marquant 3 buts et finissant meilleur passeur du National. Brest termine deuxième et accède à la L2. « Mon meilleur souvenir avec la signature de mon premier contrat pro » assure-t-il. Mais ce premier contrat, il ne le signera pas à Brest. Car au vu de sa saison 2003-2004, des clubs comme Caen, Lens, Lille, Nantes, Strasbourg, Saint-Etienne et même l'Ajax Amsterdam s'intéresse à lui. Mais c'est le FC Metz et Jean Fernandez qui séduisent le plus Ribery, qui s'engage pour trois ans. « Jean Fernandez est un bon coach, déclarait-il à son arrivée en Lorraine début juin. J'ai senti que lui comme les dirigeants comptaient sur moi. C'est quelque chose de très important pour la confiance. A Metz, je suis sûr que j'aurai ma chance. Ca me fait vraiment quelque chose. Cela fait un moment que j'attendais cela. Je suis heureux et fier. Maintenant, j'ai très envie d'apporter quelque chose. »

Et il met ses promesses à exécution. Dès ses débuts en L1 avec Metz, sa vitesse et ses dribbles percutants font merveille. Au soir de la 4e journée et d'une victoire au Vélodrome face à Marseille, le FC Metz est leader avec 10 points et le doit en bonne partie à son nouveau milieu de terrain, élu meilleur joueur du mois d'août. Une consécration ? Non. Ribery continue à travailler : « J'ai fait un bon début de saison, je me sens toujours aussi bien mais c'est vrai aussi que je suis plus surveillé par les défenseurs. De toute manière en Ligue 1, ce n'est jamais facile ni contre le premier ni contre le dernier. Je continue de travailler et de bien progresser avec Jean Fernandez. » Ce début de saison canon lui permet tout de même de rejoindre les Espoirs de René Girard et même de marquer face à la Slovaquie en septembre pour sa première sélection.

Le nouveau Pires ?

Aujourd'hui, Metz est retombé à la 7e place du championnat, mais Franck Ribery étonne encore, comme l'atteste son but sublime face à Toulouse samedi. De plus, il est en tête des passeurs de la L1 (6 passes). Mais l'ancien Brestois est loin de s'enflammer et sait ce qu'il lui reste à améliorer : « Etant donné que je suis plus attendu par les défenses, c'est à moi de trouver les parades, de passer encore au niveau au-dessus. Je dois percuter, mettre le feu dans les défenses. Je dois essayer de marquer davantage. C'est un peu mon défaut, je suis trop collectif. Je dois apprendre à saisir ma chance. » Reste qu'en Lorraine, tout le monde voit en lui le digne héritier de Robert Pires, révélé chez les Grenats entre 1992 et 1998. «Je pense qu'il est encore plus doué que Robert, lance même le kiné du club Luc Labeeu. J'ai l'impression qu'il dispose d'un plus gros potentiel. Tous deux se rejoignent au niveau de l'état d'esprit : ils sont arrivés tout neufs avec une énorme envie de progresser. Pires n'était pas un buteur, et il a réalisé d'innombrables passes décisives à Pouget. Là, Franck est déjà le meilleur passeur du championnat...»

Même son de cloche chez le président messin Carlo Molinari : « Entre 94 et 98, il y avait un groupe de talent, un excellent entraîneur, plus Robert Pires. Aujourd'hui, il y a un groupe de talent, un excellent entraîneur, plus Franck Ribery. Ce garçon a toutes les qualités pour réussir et une équipe a besoin d'un tel joueur pour réussir de grandes choses. Si Franck sait gérer ce qui lui arrive, il ira loin. » A toutes ces comparaisons élogieuses, Franck répond simplement : « C'est flatteur, forcément, car Robert Pires est un grand joueur. Il joue dans un grand club et a gagné de nombreux titres. Je pense tout de même que nous sommes deux joueurs possédant des qualités différentes. » Aujourd'hui, Franck Ribery a le vent en poupe et en profite. Il a disputé les 13 rencontres de Metz en Ligue 1 dans leur intégralité. Pas mal pour un novice. Comme quoi, le destin…

Pièce maîtresse du FC Metz à 21 ans et alors qu'il débarque du National, Franck Ribery semble promis à un bel avenir, mais profite simplement du moment présent. « Je n'ai jamais lâché. Et maintenant que j'y suis, je compte bien y rester. Même dans les moments difficiles, quand je n'y croyais plus trop, j'ai toujours eu le soutien de ma famille et de ma femme. Aujourd'hui, c'est à mon tour de leur donner du bonheur. » Pour l'instant, ils sont sans doute comblés…

Nom : Ribery
Prénom : Franck
Né le 1er avril 1983, à Boulogne-sur-Mer
Taille : 1m70
Poids : 62kg
Clubs successifs : Boulogne-sur-Mer (2000-2002), Alès (2002-2003), Brest (2003-2004), Metz (depuis 2004).
International Espoirs



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez



 
 

Soutenez-nous, cliquez sur
Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment

Sondage Maxifoot
Si un Français devait gagner le Ballon d'Or, qui le mériterait le plus ?

Varane
Griezmann
Mbappé

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Les articles populaires du moment

Ça a fait le buzz depuis 7 jours

Les VIDEOS populaires du moment




 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2
L'effectif de rêve
RUSSIE
2018


MASQUER LA PUB