Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Les sanctions sont tombées pour la banderole anti-Ch'tis
Par Romain Rigaux - Actu Ligue 1, Mise en ligne: le 07/01/2011 à 16h26
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Poursuivis pour avoir déployé une banderole anti-ch'tis, trois supporters du Paris Saint-Germain ont écopé d'une interdiction de stade d'un an et de légères amendes. Le tribunal de Bobigny s'est montré clément, loin du scandale suscité par cette affaire en 2008.

Les sanctions sont tombées pour la banderole anti-Ch'tis
Une banderole de mauvais goût...

Un soir de mars 2008, en finale de la Coupe de la Ligue opposant le Paris Saint-Germain et le RC Lens, des supporters parisiens avaient décidé de déployer une banderole, selon eux "humoristique" , en référence au film de Dany Boon où l'on pouvait y lire : «Pédophiles, chômeurs, consanguins : bienvenue chez les Ch'tis.» Un slogan qui n'a pas vraiment fait rire puisque cinq supporters étaient alors poursuivis pour provocation à la haine ou à la violence dans une enceinte sportive.

Des peines plus légères

Après plusieurs mois de procès, le tribunal correctionnel de Bobigny a rendu son verdict. Un an d'interdiction de stade pour trois des cinq supporters du PSG et des amendes s'échelonnant de 300 à 600 euros. Les deux autres prévenus n'ont, quant à eux, écopé que d'amende avec sursis d'un montant de 300 euros. Des sanctions bien moins lourdes que celles requises par le procureur Loïc Pageot. «C'est le procès de la bêtise. Cette banderole a été imposée aux 80 000 spectateurs du stade de France et aux 4,5 millions de téléspectateurs», avait-il déclaré.

En décembre dernier, le parquet avait donc requis trois mois de prison avec sursis et cinq ans d'interdiction de stade pour deux prévenus, ainsi que des sanctions similaires mais avec durée moins longue pour le troisième homme. A l'issue du verdict ce vendredi, les deux parties se sont félicitées des sanctions prises. Certaines personnes qui s'étaient portées parties civiles seront également dédommagées symboliquement d'un euro. Ce type "d'humour" ne devrait donc pas réapparaître de sitôt dans les stades français.



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.
Pour afficher les commentaires Facebook, vous devez être connecté à Facebook



 
 

Liens FRANCE - Ligue 1


Ligue 1 - les fiches CLUB

Sondage Maxifoot
Corentin Tolisso de retour, une bonne affaire pour Lyon ?

OUI
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Le meilleur effectif
LIGUE 1
saison
2021-22
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?


MASQUER LA PUB