Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK

La Nazionale a souffert, mais l'a arraché ! - Débrief et NOTES des joueurs (Italie 1-1 4-2 t.a.b. Espagne)

Par Damien Da Silva - Actu Euro 2020, Mise en ligne: le 06/07/2021 à 23h45
Taille du texte: Email Imprimer Tweet

Au bout du suspense, l'Italie a pris le meilleur sur l'Espagne (1-1, 4-2 t.a.b.) lors de la séance des tirs au but ce mardi à Wembley à l'occasion des demi-finales de l'Euro. Une qualification arrachée par les Transalpins malgré des difficultés dans le jeu.

La Nazionale a souffert, mais l'a arraché ! - Débrief et NOTES des joueurs (Italie 1-1 4-2 t.a.b. Espagne)
Federico Chiesa a été l'un des héros de l'Italie.

Les Italiens vont disputer la finale de l'Euro ! Au terme d'une demi-finale particulièrement indécise, l'Italie a finalement réussi à dominer l'Espagne (1-1, 4-2 t.a.b.). Sur cette rencontre, les Espagnols ont pourtant dominé, mais les Transalpins ont affiché une belle solidarité pour arracher cette qualification aux tirs au but.

La Squadra azzura a été sérieuse dans cet exercice alors la Roja, avec des ratés de Dani Olmo et Alvaro Morata, a craqué. Dimanche, l'Italie va donc défier le vainqueur du match Angleterre - Danemark mercredi pour ce titre européen.

L'Espagne domine en vain…

Sur le début de match, les Italiens exerçaient un très gros pressing pour perturber la possession des Espagnols. Petit à petit, la Roja parvenait à respirer avec une maîtrise totale du ballon et Oyarzabal, avec un contrôle raté, gaspillait même un caviar de Pedri dans la surface. Un temps asphyxié, la Nazionale se procurait également une situation chaude avec une sortie ratée de Simon, sauvée par une intervention de Busquets.

En réponse, les hommes de Luis Enrique repartaient vers l'avant, mais Donnarumma était impeccable sur une frappe d'Olmo ! Avec un Pedri des grands soirs, l'Espagne dominait les débats, mais manquait cruellement de précision à l'approche de la zone de vérité. Jusqu'à la pause, l'Italie résistait et Emerson trouvait même la barre de Simon sur une frappe dans un angle fermé.

Chiesa réveille l'Italie, Morata égalise !

Au retour des vestiaires, Busquets, d'une frappe enroulée, donnait un frisson aux fans transalpins en frôlant la barre de Donnarumma. Sur cette seconde période, le rythme s'emballait et Chiesa réagissait avec un tir dangereux capté par Simon. Pendant de longues minutes, l'Espagne parvenait à calmer le jeu en contrôlant le ballon, mais sur un contre, Chiesa fixait Garcia et enroulait une frappe pour ouvrir le score (1-0, 59e) !

Dans la foulée, la Roja avait l'opportunité d'égaliser, mais Oyarzabal, sur un service en or de Koke, loupait sa tête devant Donnarumma… Prêts à piquer sur des contres, les Italiens étaient à deux doigts de faire le break, mais Simon s'interposait devant Berardi. Avec un bloc bas, la Squadra azzurra donnait l'impression de maîtriser son sujet, mais Morata, servi par Olmo, transperçait la défense dans l'axe et égalisait d'un tir placé (1-1, 80e). Totalement relancés, les Espagnols poussaient jusqu'au bout, mais les deux équipes allaient bien se départager en prolongation.

Les Transalpins s'arrachent !

Sur cette période supplémentaire, les deux équipes avaient logiquement du mal à emballer les débats, mais l'Italie connaissait une frayeur avec un coup-franc d'Olmo sorti par Donnarumma. Acculés, les troupes de Roberto Mancini souffraient mais Bonucci multipliait les interventions pour soulager les siens. Épuisées, les deux équipes n'étaient plus dangereuses et se neutralisaient jusqu'à à la séance des tirs au but. Dans cet exercice, les Italiens, malgré un loupé de Locatelli, étaient les plus adroits avec des ratés d'Olmo puis de Morata pour les Espagnols !

La note du match : 7/10

Une demi-finale intéressante. Avec un jeu de possession, l'Espagne a considérablement gêné l'Italie et on a donc eu le droit à une vraie opposition ce mardi. Avec un bon rythme et belle intensité dans les duels, les deux formations se sont répondues coups pour coups. Et après la pause, avec le scénario de la partie, il y a eu plusieurs occasions et un joli suspense jusqu'à la séance des tirs au but.

Les buts :

- Sur un contre lancé par Donnarumma, Immobile se retrouve servi en profondeur mais Laporte réalise un excellent retour avec un tacle. A la réception du ballon, Chiesa fixe Garcia et enroule une frappe au second poteau pour ouvrir le score (1-0, 59e).

- Servi par Laporte dans l'axe, Morata se lance et prend un appui sur Olmo. Juste, l'Espagnol retrouve son coéquipier, parti dans le dos de Chiellini, et l'attaquant remporte son duel d'un tir placé pour égaliser (1-1, 80e).

Les NOTES des joueurs

Maxifoot a décerné une note (sur 10) commentée à chaque joueur.

L'homme du match : Federico Chiesa (7,5/10)

Une seconde période qui change tout ! Maintenu dans le onze de départ au détriment de Berardi, l'ailier de l'Italie n'a pourtant pas justifié la confiance de son sélectionneur Roberto Mancini en première période. Globalement peu trouvé par ses coéquipiers, le joueur de la Juventus Turin s'est surtout signalé par son incapacité à faire des différences sur les 45 premières minutes. Mais au retour des vestiaires, quel changement ! Tout de suite, il a été bien plus inspiré avec une première frappe captée par Simon. Et dans la foulée, le Transalpin a débloqué la situation pour son pays avec un tir enroulé pour ouvrir le score. Par la suite, il a encore fait des différences, avec un caviar donné à Berardi, qui a buté sur Simon. Un second acte superbe. Remplacé à la 106e minute par Federico Bernardeschi (non noté), qui a réussi son penalty.

ITALIE :

Gianluigi Donnarumma (6,5) : malgré la domination de l'Espagne sur ce match, le gardien de l'Italie n'a pas forcément été trop inquiété. A l'origine d'une occasion d'Olmo avec une relance ratée, le futur portier du Paris Saint-Germain s'est bien rattrapé avec une belle parade devant l'Espagnol. Sur le reste de la partie, il a été intéressant avec notamment cette relance rapide sur le contre pour l'ouverture du score de Chiesa. Sur le but de Morata, il n'a rien à se reprocher. Et lors de la séance des tirs au but, il a été décisif avec cet arrêt devant Morata.

Giovanni Di Lorenzo (4,5) : déjà en difficulté face à Doku contre la Belgique (2-1) au tour précédent, le latéral droit de l'Italie n'a pas été bien meilleur ce mardi. Face aux attaquants de l'Espagne, le joueur de Naples a encore affiché ses limites et a été bien trop souvent en retard dans ses interventions.

Leonardo Bonucci (7) : le défenseur central de l'Italie a bien résisté. Malgré les vagues des Espagnols, le joueur de la Juventus Turin a remporté de nombreux duels et n'a pas hésité à s'imposer physiques face à des adversaires pas forcément très bons dans ce domaine. Bien placé, il a été rarement pris sur les offensives adverses avec une copie impressionnante en prolongation. Il a même marqué son penalty.

Giorgio Chiellini (4) : le capitaine de l'Italie a été bien moins souverain que son partenaire en défense centrale. Sur certaines situations, le joueur de la Juventus Turin a manqué de vivacité, à l'image de la grosse occasion d'Olmo en première période. Et sur l'égalisation de Morata, il a été clairement fautif en étant pris dans son dos…

Emerson (5,5) : titularisé à la suite de la blessure de Spinazzola, le latéral gauche de l'Italie a forcément souffert de la comparaison avec son compatriote. Et pourtant, il n'a pas été mauvais. Défensivement, le joueur de Chelsea a eu quelques oublis face à Olmo, mais a limité les dégâts. Et dans ses montées, malgré un apport un peu juste, il a tout de même créé du danger avec une frappe sur la barre avant la pause. Remplacé à la 72e minute par Rafael Toloi (non noté).

Nicolò Barella (4,5) : le jeune milieu de terrain de l'Italie n'a pas été à son avantage sur cette partie. Avec la domination des Espagnols dans l'entrejeu, le joueur de l'Inter Milan a eu du mal à exprimer ses qualités avec le ballon. Coupé du cuir et souvent sous pression, il a été imprécis et ce n'est pas habituel pour un tel talent. Remplacé à la 84e minute par Manuel Locatelli (non noté), qui a raté son penalty, mais ce loupé a été sans conséquence.

Jorginho (6) : dans le milieu de l'Italie, le joueur de Chelsea a eu le mérite de se battre. Car dans le combat, il n'a jamais rien lâché et a été ainsi tout de même précieux par son travail à la récupération. Par contre, dans l'utilisation du ballon, l'Italien a été limité en raison du pressing constant des Espagnols. Il a transformé le penalty de la victoire.

Marco Verratti (5) : toujours préféré à Locatelli, le milieu de terrain de l'Italie a été également moyen ce mardi. Comme ses partenaires, il a été en difficulté face aux Espagnols et a eu du mal à se défaire du pressing adverse. Privé du ballon, le Parisien n'a pas été en mesure de lancer les offensives de son équipe. Par contre, il faut noter qu'il a réussi à rester propre dans ses transmissions avec notamment cette passe pour lancer l'action sur l'ouverture du score. Remplacé à la 72e minute par Matteo Pessina (non noté).

Federico Chiesa (7,5) : lire le commentaire ci-dessus.

Ciro Immobile (4) : pas franchement brillant sur cet Euro, l'avant-centre de l'Italie n'a pas relevé la tête sur cette demi-finale. Avec la maîtrise des Espagnols, le joueur de la Lazio Rome a passé son temps à courir après le ballon et n'a pas incarné un point d'appui efficace pour les siens. C'est simple, il n'a jamais incarné un danger pour la Roja. Remplacé à la 61e minute par Domenico Berardi (non noté), qui a raté un duel face à Simon.

Lorenzo Insigne (5,5) : contrairement à ses partenaires offensifs, l'ailier de l'Italie a été en mesure de poser des soucis aux Espagnols en première période. Avec ses courses face à Azpilicueta, le joueur de Naples a fait des différences, sur la situation chaude sauvée par Busquets mais aussi sur la frappe sur la barre d'Emerson. Par contre, il n'a pas réussi à être lui-même un danger dans la zone de vérité. Remplacé à la 84e minute par Andrea Belotti (non noté), qui a réussi à transformer son penalty.

ESPAGNE :

Unai Simón (5) : le gardien de l'Espagne n'a pas respiré une grande sérénité sur cette rencontre. En première période, il s'est surtout signalé par une sortie totalement ratée, qui n'était vraiment pas nécessaire, mais a été sauvé par une intervention de Busquets. Juste avant la mi-temps, le portier ibérique a été aussi secondé par sa barre sur une frappe d'Emerson dans un angle fermé. Par la suite, il a été propre sur un tir de Chiesa, mais n'a rien pu faire sur le but d'Italien… Il s'est tout de même interposé ensuite devant Berardi. Sur la séance des tirs au but, il a été présent pour stopper la tentative de Locatelli, mais cela n'a pas été suffisant.

César Azpilicueta (5) : le latéral droit de l'Espagne a été simplement correct sur cette demi-finale. Dans son couloir, le joueur de Chelsea s'est surtout concentré sur ses tâches défensives. Plutôt à son avantage sur l'ensemble de la partie, il a été tout de même pris sur les deux occasions des Italiens en première période. Remplacé à la 84e minute par Marcos Llorente (non noté).

Eric García (4) : préféré à Pau Torres pour cette rencontre, le défenseur central du FC Barcelone a été souvent à la limite dans ses interventions. Pas toujours rassurant, l'Espagnol a longtemps réussi à éviter le pire, mais a été bien trop laxiste devant Chiesa sur l'ouverture du score de l'Italie. Epuisé, il a été remplacé à la 108e minute par Pau Torres (non noté).

Aymeric Laporte (7) : titulaire indiscutable depuis le début de l'Euro alors que Luis Enrique a alterné entre Garcia et Torres pour l'épauler, le défenseur central de l'Espagne a encore rendu une bonne copie. Bien placé et autoritaire dans les duels, le natif d'Agen s'est aussi distingué avec une belle qualité dans ses relances pour participer à la construction du jeu des siens, avec notamment cette passe pour lancer l'action de l'égalisation.

Jordi Alba (5,5) : le latéral gauche de l'Espagne a réalisé une performance mitigée. Actif dans son couloir, le joueur du FC Barcelone a beaucoup proposé, mais a été globalement brouillon. Par contre, défensivement, il a été totalement correct avec plusieurs interventions face à Chiesa.

Koke (6,5) : dans l'entrejeu, le milieu de terrain de l'Espagne a été à la hauteur. Avec ses partenaires dans ce secteur de jeu, le joueur de l'Atletico Madrid a exercé un gros pressing sur ses adversaires et a parfaitement coupé les premières relances sur Verratti ou Barella. Précieux à la récupération, il a été aussi propre dans ses transmissions, avec un ballon de but donné à Oyarzabal, qui a raté sa tête. Remplacé à la 69e minute par Rodri (non noté).

Sergio Busquets (6,5) : auteur de bonnes prestations sur cet Euro, le capitaine de l'Espagne a encore confirmé sur cette demi-finale. A la récupération, le milieu de terrain du FC Barcelone a même été impressionnant avec un gros impact. Pour ne rien gâcher, il a toujours cette belle qualité technique pour initier les offensives de son équipe. Remplacé à la 105e minute par Thiago Alcantara (non noté), qui a réussi à marquer son penalty.

Pedri (7,5) : quel talent ! Quel joueur ! Immédiatement dans le bon rythme, le jeune prodige du FC Barcelone a éclaboussé cette demi-finale de sa classe. Omniprésent avec un pressing intense face aux Italiens, l'Espagnol a récupéré de très nombreux ballons et a surtout brillé par sa capacité à faire des différences par ses passes. Il a notamment donné un caviar dans la surface à Oyarzabal, qui a raté son contrôle. Il lui a manqué une action décisive pour faire la différence. Une copie tout de même impressionnante, malgré une petite baisse de régime à partir de l'heure de jeu, à seulement 18 ans.

Ferrán Torres (5) : plutôt libre dans ses déplacements, l'ailier de l'Espagne a réussi à poser des soucis à Di Lorenzo. Avec ses courses et ses dribbles, le joueur de Manchester City a proposé de bonnes solutions à ses partenaires. Cependant, comme ses coéquipiers offensifs, il a clairement manqué de justesse à l'approche de la zone de vérité. Remplacé à la 62e minute par Alvaro Morata (non noté), qui a totalement relancé son pays avec ce but pour égaliser d'un tir placé. Intéressant dans le jeu, le buteur a cependant raté son penalty…

Mikel Oyarzabal (4) : à la surprise générale, le joueur de la Real Sociedad a été aligné à la place de Morata pour cette rencontre. Avec une belle activité, l'Espagnol s'est beaucoup déplacé sur la ligne d'attaque de son pays. Disponible, il a participé à la domination de son équipe, mais a été bien trop maladroit devant Donnarumma, à l'image d'un contrôle raté dans la surface sur un caviar de Pedri puis d'une tête loupée sur un service en or de Koke. Remplacé à la 69e minute par Gerard Moreno (non noté), qui a transformé son penalty.

Daniel Olmo (6,5) : titularisé en l'absence de Sarabia, blessé, l'ailier de l'Espagne a été dangereux, mais longtemps imprécis. Avec sa qualité technique, le joueur du RB Leipzig a été capable de faire des différences. Mais dans le dernier geste, il n'a pas été juste, à l'image d'une frappe trop écrasée devant Donnarumma en première période. Toujours remuant, il a été finalement récompensé de ses efforts avec cette passe décisive pour Morata. Sa copie a été cependant un peu plombée avec ce penalty raté…

Et pour vous, quels ont été les meilleurs et les moins bons joueurs du match ? Réagissez dans la zone de "commentaires" ci-dessous !

ITALIE 1-1 ESPAGNE (mi-tps: 0-0) - EURO 2020 - 1/2 finale / 1/2
Stade : Wembley Stadium - Arbitre : F. Brych

Buts : F. Chiesa (60e) pour ITALIE - Morata (80e) pour ESPAGNE
Avertissements : Rafael Tolói (97e), L. Bonucci (118e), pour ITALIE - Busquets (51e), pour ESPAGNE

ITALIE : G. Donnarumma - L. Bonucci, G. Chiellini - G. Di Lorenzo, Emerson (Rafael Tolói, 74e) - N. Barella (M. Locatelli, 85e), Jorginho, M. Verratti (M. Pessina, 74e) - F. Chiesa (F. Bernardeschi, 107e), C. Immobile (D. Berardi, 61e), L. Insigne (A. Belotti, 85e)

ESPAGNE : Unai Simón - Eric García (Pau Torres, 109e), A. Laporte - Azpilicueta (Marcos Llorente, 85e), Jordi Alba - Koke (Rodri Hernández, 70e), Busquets (Thiago Alcântara, 105e), Pedri - Mikel Oyarzabal (Gerard Moreno, 70e), Daniel Olmo, Ferrán Torres (Morata, 62e)

Donnarumma a été solide face à Olmo

Chiesa a ouvert le score d'une belle frappe enroulée (1-0, 59e)

En fin de partie, Morata a réussi à égaliser (1-1, 80e)

Lors de la séance des tirs au but, Donnarumma a stoppé le penalty de Morata

Le sourire de Jorginho, qui a marqué le penalty de la qualification

La délivrance des Italiens

Le jeune Pedri, excellent ce mardi, n'a pas retenu ses larmes

Les transalpins ont fêté cette qualification

Insigne a eu une belle pensée pour Spinazzola, blessé

 







Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.
Pour afficher les commentaires Facebook, vous devez être connecté à Facebook



 
 

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment

Sondage Maxifoot
Aimeriez-vous voir Zidane succéder à Deschamps sur le banc des Bleus après le Mondial 2022 ?

OUI
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Les articles populaires du moment

Ça a fait le buzz depuis 7 jours

Les VIDEOS populaires du moment




 A SUIVRE
Le meilleur effectif
LIGUE 1
saison
2021-22
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
but, 60e7,5Chiesa
5,5Alba
6,5Koke
6,5Olmo


MASQUER LA PUB