Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Planus, à découvrir
Par Julien Gorenflot - Le Portrait De La Semaine, Mise en ligne: le 15/03/2006 à 22h40
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Successeur d'Alain Roche, Marc Planus semble capable d'atteindre la dimension d'un tel joueur. Malgré son jeune âge, il fait partie des meubles de la maison bordelaise et dégage une grande sérénité. Défenseur régulier au sein de la meilleure défense du championnat, il reste cependant peu médiatique.

Pur produit bordelais

Défenseur central indispensable à la meilleure défense de la L1 (15 buts encaissés), Marc Planus éclate au grand jour après deux bonnes saisons. A 24 ans, il enchaîne les bons matchs. Formé au club, guère médiatique, Marc Planus fait aujourd'hui partie des meilleurs défenseurs de notre championnat. Son premier match en L1 (en novembre 2002 contre Rennes) l'a beaucoup marqué, alors qu'il en compte désormais plus de cent. «C'était une joie parce que j'ai débuté à Bordeaux devant toute ma famille qui était dans le Stade» , raconte Planus sur le site officiel des Girondins de Bordeaux. «Nous avons gagné 2-0. C'était une grande satisfaction. J'avais été content de mon match car on n'avait pas pris de buts. Il y avait 0-0 quand je suis rentré.» Le jeune défenseur a eu l'opportunité de débuter en L1 après la période faste des Girondins. «La situation économique, les départs, les blessures ont fait que j'ai été amené à jouer, dit-il modestement. J'étais sur le banc de touche. Caneira s'est blessé. Je ne pensais pas qu'on ferait appel à moi. Ça a été l'événement déclencheur. On s'est dit après qu'on pouvait me faire jouer.»

Malgré la volonté et l'espoir de faire une carrière professionnelle, Marc Planus n'a pas négligé le lycée, au contraire. Il a mis les atouts de son côté pour obtenir le bac. Une simple parenthèse dans un parcours à 100 % bordelais, pour ce joueur né et formé à Bordeaux. «J'ai commencé à jouer aux Girondins à l'âge de neuf ans, précise Planus. J'ai gravi petit à petit tous les échelons. Je me suis juste un peu freiné lorsque j'ai passé mon bac. Je tenais à l'avoir et j'ai privilégié les études en manquant deux entraînements par semaine, pendant un an. Ça n'a pas été, alors, très bien perçu. Mais je l'ai eu avec mention.» Après le bac, les terrains de foot. Et le professionnalisme, pour de bon. Après ses débuts, Marc Planus s'est vite imposé dans l'effectif des Girondins. Titulaire régulier, il a notamment goûté à la coupe d'Europe et s'est rapidement imposé comme un maillon essentiel, au point de disputer 26 matchs en 2003-2004 puis 34 en 2004-2005.

L'avenir en bleu ?

Un peu plus de deux ans après ses débuts en L1, Planus a fait d'énormes progrès : son sens du placement, ses relances, son engagement, la qualité de ses tacles font de lui l'un des meilleurs défenseurs de L1. Il est naturellement un prétendant à l'équipe de France. «C'est un objectif, reconnaît le n°27 des Girondins. On a tous envie d'y aller tôt ou tard, mais une sélection se mérite, il faut être régulier, faire de bonnes saisons avec notre club respectif, je pense que c'est tout un ensemble. Je vais devoir travailler encore plus pour que le sélectionneur fasse attention à moi.» Déjà sélectionné chez les Espoirs en 2003 par Raymond Domenech, Planus n'a rien a envier aux meilleurs défenseurs français de l'hexagone. Son heure arrivera probablement après la Coupe du Monde s'il poursuit sa carrière avec la même application.

Très complémentaires avec Afanou, Marc Planus doit retrouver des automatismes avec le Brésilien Henrique. Pas toujours facile, mais Planus est devenu peu à peu un leader de la défense girondine. «Pour bien défendre, il faut avoir du mouvement, mais aussi beaucoup se parler, explique Ricardo. Et Marc Planus le fait peut-être de plus en plus ces derniers temps.»
La complicité entre Henrique et Planus se travaille à l'entraînement. «Comme Henrique ne maîtrise pas la langue, je me suis souvent adressé à lui à l'entraînement pour lui donner encore plus de repères, raconte Planus. Si je peux apporter un petit plus, tant mieux.» Après le couac de la défense bordelaise face à Metz (trois buts encaissés) en l'absence de Planus, les choses sont rentrées dans l'ordre contre Toulouse. L'imperméabilité de l'équipe et ses très bons résultats mettent les qualités de Marc Planus en évidence. Cela devrait lui permettre d'entrouvrir rapidement les portes de l'équipe de France.

Roche, le modèle

Marc Planus a pris la succession d'un joueur qu'il a beaucoup admiré, Alain Roche. «Je suis déçu de l'avoir côtoyé aussi peu de temps, souligne-t-il. Depuis tout petit, je suivais sa carrière. Il s'était d'abord imposé à Bordeaux parmi des joueurs de renom, il est ensuite passé par les plus grands clubs de France.» Plus qu'un simple admirateur, Marc Planus a eu l'occasion de connaître l'ancien défenseur du PSG. «Alain Roche, c'est aussi un homme extraordinaire, toujours disponible, déclare-t-il. Il a été plein de conseils pour moi, c'est vraiment le professionnel type. Je suis déçu pour lui qu'il n'ait pu poursuivre sa carrière, mais aussi pour moi. C'est dommage qu'il ait quitté le club, j'aurais aimé qu'il m'accompagne dans mes débuts. A ses côtés, je n'ai pris que du plaisir.»

Sobre, efficace, propre, Planus ressemble finalement déjà à son illustre aîné. Les supporters, mais aussi les anciens ne s'y trompent pas : «Il est calme, posé et maître de ses nerfs, explique Marius Trésor. Toutes les qualités qui font un bon défenseur. Et il possède une arme qu'il utilise très bien : le tacle glissé. Ses interventions sont toujours propres et sans ambiguïté.» Homme de base de la redoutable défense bordelaise, Planus souligne toute l'importance de cette solidité dans la réussite des Girondins cette saison. «Tous les entraîneurs diront que pour avoir une bonne équipe il faut ne pas prendre de buts. Cette équipe arrive à en prendre peu pour l'instant, nous pouvons donc avancer avec des bases solides.» Et si Bordeaux avance si bien dans ce championnat, il doit beaucoup à son défenseur. Dans une équipe qui gagne grâce à une grande solidité, les stars ne sont pas en attaque mais à des postes moins médiatiques. Fernando, Jurietti, Planus : assurément le trio qui va mener Bordeaux vers la Ligue des Champions.

Le public découvre peu à peu ce défenseur de 24 ans. Régulièrement aligné en L1 depuis 2003, Marc Planus est le genre de joueur qui ne fait pas parler de lui et qui reste dans l'ombre. Cela ne l'empêche pas de poursuivre son ascension. Vers les sommets.

Nom : Planus
Prénom : Marc
Né le 7 mars 1982 à Bordeaux
Taille : 1m83
Poids : 75 kg
Club : Bordeaux.



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment

Sondage Maxifoot
Le PSG aurait-il raison de se positionner sur Mohamed Salah pour 80 M€ ?

OUI
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Les articles populaires du moment

Ça a fait le buzz depuis 7 jours

Les VIDEOS populaires du moment




 A SUIVRE
TOP 15
PEPITES
jeunes de Ligue 1
Votre Equipe type
2020
par les lecteurs
de Maxifoot
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB