Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Alévêque justifie ses insultes envers Zidane
Par Romain Rigaux - Actu Générale, Mise en ligne: le 24/01/2011 à 20h59
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

L'affaire a pris une drôle de tournure. En insultant de manière virulente Zinédine Zidane, l'humoriste Christophe Alévêque s'est mis dans une situation peu confortable. Alors que l'ancien numéro 10 des Bleus a décidé de l'attaquer en justice, le comédien tente de s'expliquer...

Alévêque justifie ses insultes envers Zidane
Le statut d'icône commerciale de Zidane dérange

Quelle mouche a piqué Christophe Alévêque pour oser s'attaquer à Zinédine Zidane avec une telle violence dans une interview accordée à Sportmag ? Si l'humoriste a le droit de ne pas apprécier l'ancien meneur de jeu de l'équipe de France, il devait bien se douter qu'il ne serait pas épargné en insultant l'une des personnalités préférées des Français. Car ce sont bien ses propos extrêmement durs qui ont choqué dans cette affaire.

Si Alévêque ne compte pas s'excuser, son avocat Me Pascal Garbarini a tenté de relativiser les propos de son client dans un communiqué relayé par Le Parisien. En qualifiant Zizou de «panneau publicitaire qui a trois neurones» et de «pute», le comédien a visiblement irrité le natif de Marseille, qui a décidé de l'attaquer en justice pour injure publique. Pourtant le comédien aurait seulement voulu s'amuser à «critiquer Monsieur Zinedine Zidane, avec son style, celui de la satire sociale et politique», selon l'avocat.

Alévêque s'en prend uniquement à l'icône commerciale

Les insultes ne visaient ni l'homme, ni le footballeur, mais le statut d'icône commerciale du Ballon d'Or 1998. Alévêque n'apprécierait simplement pas le fait que Zidane ait décidé de profiter de son image créée durant sa carrière de joueur pour en faire le commerce après avoir raccroché les crampons. «C'est dans ce contexte et surtout celui de la liberté d'expression et du droit à l'humour que cette critique a été formulée», explique Me Garbarini.

Selon l'avocat, Alévêque regretterait l'emploi de certains termes mais n'a fait qu'user «d'un droit à l'insolence propre à tout humoriste et nécessaire au débat public.» Au vu des proportions prises par cette affaire, l'humoriste tenterait donc de calmer le jeu. Reste à savoir si ces explications seront suffisantes pour faire changer d'avis Zidane. Il aura en tout cas réussi à faire ressortir l'opinion négative de nombreuses personnes à l'égard de l'ancienne gloire du football français...



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.
Pour afficher les commentaires Facebook, vous devez être connecté à Facebook



 
 

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment

Sondage Maxifoot
Corentin Tolisso de retour, une bonne affaire pour Lyon ?

OUI
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Les articles populaires du moment

Ça a fait le buzz depuis 7 jours

Les VIDEOS populaires du moment




 A SUIVRE
Le meilleur effectif
LIGUE 1
saison
2021-22
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?


MASQUER LA PUB