Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Bellion a les crocs
Par Julien Gorenflot - Le Portrait De La Semaine, Mise en ligne: le 08/02/2006 à 22h58
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

A 23 ans, David Bellion cherchait un club pour s'épanouir. A Nice, il retrouve la côte d'Azur où il a débuté et une équipe brillante depuis un mois. Nice vient même de se qualifier pour la finale de la coupe de la Ligue. Tout comme Mourad Meghni, l'un des grands espoirs du football français va découvrir la L1 après être parti très jeune à l'étranger. Ses premières apparitions sous le maillot niçois sont prometteuses.

Vite dans le coup

A la recherche d'un attaquant, Nice s'est fait prêter David Bellion par Manchester United. Ses débuts ne pouvaient pas se dérouler dans un meilleur contexte. En effet, depuis son arrivée, Nice a battu le PSG et Lille en championnat et a éliminé Bordeaux et Monaco en coupe de la Ligue. L'OGC Nice est sur un nuage. Certes, le jeune David Bellion n'y est pas forcément pour grand-chose mais il a apporté sa contribution. Dès le quart de finale de coupe de la Ligue contre Bordeaux, le 17 janvier, il a démontré son potentiel et son envie. Dès les premières minutes du match, il se faisait remarquer par ses gestes techniques et sa vitesse. Une demi-heure lui aura suffit pour se mettre le public dans la poche. Le jeune et néo-niçois a même pris la responsabilité de tirer un penalty juste avant la mi-temps. Buteur et auteur d'un match plein, le frenchie de MU avait rassuré tous les supporters sur son potentiel. Très bon contre Lille – il est l'auteur de la remise pour Vahirua sur le premier but niçois – Bellion a confirmé également à Monaco pour la demi-finale de la coupe de la Ligue. Nice et la France découvrent donc ce joueur assez discret outre-Manche.

«Je ne considère pas mon retour en France comme un échec car j'aurais pu rester en Angleterre ou signer aux Pays-Bas ou en Espagne, explique Bellion. Mais j'avais envie de jouer en France, où je suis méconnu. Personne ne m'a vraiment vu jouer ici.» Il ne cache pas non plus qu'il ne s'est pas imposé à Manchester. «Il ne faut pas se leurrer, dit-il. J'ai signé dans un très grand club mais je n'ai pas beaucoup évolué en équipe première.» Il n'exprime malgré tout aucun regret à propos de son départ précoce en Angleterre. Convoité par Nantes alors qu'il était à Cannes, Bellion a préféré Sunderland. «Si j'ai choisi l'Angleterre, ce n'est pas pour des raisons financières, affirme-t-il à L'Equipe. L'Angleterre quand tu es jeune, c'est des dribbles de folie, des joueurs fantastiques, des frappes incroyables, une ambiance. Je n'aurai d'ailleurs jamais de rancoeur. Mais il y a juste un moment où tu souhaites jouer…»

A Manchester pour 6 millions

Comme d'autres jeunes parti à l'étranger, David Bellion n'a jamais joué au niveau professionnel en France. Natif de banlieue parisienne, Bellion a été formé à l'AS Cannes. Après quelques matchs avec l'équipe réserve cannoise en CFA2, le jeune attaquant français profite de l'arrêt Bosman pour rejoindre un grand championnat. Sunderland a flairé le potentiel et l'enrôle en 2001. Pour sa première saison, Bellion dispute huit rencontres en Premier League. La saison 2002-2003 est celle du premier but en professionnel de l'ancien Cannois. Il a joué onze matchs pour se deuxième saison anglaise, et malgré une blessure, il a eu le temps de se faire remarquer. Bellion fait figure de grand espoir et Manchester United n'y est pas indifférent. Le club d'Alex Ferguson décidé de miser gros : il fait signer le jeune attaquant français pour 4 ans et débourse 6 millions d'euros pour le transfert.
Avec la concurrence chez les Reds Devils, Bellion doit se contenter de miettes. Malgré son talent, il ne s'impose pas face aux Van Nistelrooy, Rooney et autres Saha. En deux saisons, Bellion participe à 24 rencontres de Premier League (4 buts) et 7 en Champion's League (2 buts).

Le bilan à Manchester n'est pas mauvais, mais à 22 ans Bellion souhaite avoir plus de temps de jeu. C'est ainsi que MU décide le prêter à West Ham. «Je suis arrivé là-bas blessé, et forcément il a été difficile de me faire une place» , raconte Bellion sur le site officiel de l'OGC Nice. «J'étais parti de MU à West Ham pour jouer et comme ce n'était pas le cas il me fallait partir.» En effet, en cinq mois il n'aura disputé que sept rencontres dont plusieurs en tant que remplaçant. «Avec du recul, je pense que c'était une erreur même si ça me fait une expérience intéressante... J'aurais mieux fait de choisir Nice lorsqu'il y a eu des contacts en août» , estime-t-il aujourd'hui. L'envie de revenir en France et plus particulièrement sur la côte d'Azur ont définitivement convaincu l'attaquant de Manchester. «La discussion avec le coach et les dirigeants m'ont montré qu'ils comptaient sur moi. Ensuite, revenir dans ma région est un atout important, au niveau de l'adaptation et du bien-être, nécessaire pour être performant sur le terrain. Je connais la région, la ville, ma famille et mes amis vivent ici. Revenir en France était un réel désir, à partir de là Nice avait ma priorité.»

Une belle volonté

Doué techniquement, très rapide, David Bellion n'a par contre pas un gabarit impressionnant. Dans le championnat britannique très physique et aérien, Bellion n'était pas toujours très à l'aise. Le jeu français moins engagé devrait mieux lui convenir. «Le style de jeu du Championnat et de Nice, plus basé sur le jeu à terre et dans la profondeur me semble parfaitement adapté a mes qualités» , assure-t-il. Après avoir côtoyé les stars de Manchester, Bellion garde cependant les pieds sur terre. Il admet volontiers qu'il a finalement assez peu d'expérience. «Je ne suis pas là en disant que j'ai tout appris, que j'arrive de Manchester et qu'il faut me passer le ballon. Je dois m'arracher (sic).» Comme en témoignent ses premiers matchs avec les Aiglons, Bellion a une grosse envie de jouer. Il s'est très vite mis au service de l'équipe avec beaucoup de détermination, comme lors de la demi-finale à Monaco où il a fait un bon travail défensif, revenant même tacler dans sa propre surface ! «J'arrive avec une grosse motivation, l'envie de prouver que l'on a eu raison de miser sur moi, affirme-t-il. Je veux montrer au coach que je n'arrive pas en pensant que ma place est acquise, je vais lui montrer que je mérite ma place, je me battrais à chaque entraînement pour rendre la confiance qu'on a placé en moi.»

Son nouvel entraîneur, Frédéric Antonetti, sait qu'il lui faudra un peu de temps pour être à son meilleur niveau. Surtout après un passage à l'étranger comme celui-là. «Ce n'est jamais facile pour un jeune joueur de revenir en France, analyse Antonetti. Quand j'étais à Bastia, j'ai accueilli Zoumana Camara, qui revenait de l'Inter, et qui a mis du temps à gagner sa place, car il y avait meilleur que lui.» Outre une rapidité surprenante et une aisance technique au-dessus de la moyenne, David Bellion affiche donc beaucoup d'enthousiasme, ce qui compense son physique un peu juste à cause du manque de matchs. Maintenant, il va lui falloir tenir le coup sur la durée, retrouver le rythme. Et marquer. Loin d'être un renard des surfaces, Bellion doit améliorer son efficacité devant le but. Prêté jusqu'à la fin de la saison, Bellion espère convaincre et éventuellement prolonger si l'aventure se passe bien. Avec une fin de saison passionnante pour les Aiglons, cette fois-ci il a certainement fait le bon choix.

L'arrivée de Bellion en France, c'est l'une des surprises du mercato. Avec lui, Nice dispose d'un joueur à l'état d'esprit visiblement irréprochable, très motivé, qui s'est vite intégré et disposant d'un potentiel très intéressant. Porté par la vague niçoise, il a tout pour réussir.

Nom : Bellion
Prénom : David
Né le 27 novembre 1982 à Sèvres
Taille : 1m82
Poids : 73 kg
Clubs : Sunderland, Manchester United, West Ham (prêt), Nice (prêt depuis janvier 2006).



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment

Sondage Maxifoot
Qui doit gagner le trophée UNFP du meilleur espoir de la saison Ligue 1 ?

Eduardo Camavinga (Rennes)
Sofiane Diop (Monaco)
Aurélien Tchouaméni (Monaco)
Amine Gouiri (Nice)
Maxence Caqueret (Lyon)
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Les articles populaires du moment

Ça a fait le buzz depuis 7 jours

Les VIDEOS populaires du moment




 A SUIVRE
TOP 15
PEPITES
jeunes de Ligue 1
Votre Equipe type
2020
par les lecteurs
de Maxifoot
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB