Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Top Déclarations : Ben Arfa snobe Aulas et Arsenal, Ferguson avait pris Ribéry et Robben pour des amateurs…
Par Nicolas Lagavardan - Top Declarations, Mise en ligne: le 10/04/2010 à 09h32
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Au menu du Top Déclarations cette semaine, Ben Arfa se verrait bien faire carrière en L1, Ferguson a eu tort de prendre Ribéry et Robben de haut, Rothen cherche la notice du Domenech, Deschamps gère des ego ultradéveloppés, Boumsong préfère Chamakh à Valbuena... Découvrez les phrases choc de la semaine.

Top Déclarations : Ben Arfa snobe Aulas et Arsenal, Ferguson avait pris Ribéry et Robben pour des amateurs…
H. Ben Arfa aimerait rester longtemps en Ligue 1

Chaque samedi, Maxifoot vous propose de faire le tour des dix déclarations de la semaine qu'il ne fallait pas manquer. Du sérieux et du moins sérieux pour connaître le meilleur des petites phrases des acteurs du ballon rond. Découvrez le classement de toutes les déclarations qui ont fait les choux gras de la presse cette semaine.

1. H. Ben Arfa – «Aulas, je n'ai rien à lui dire. Je suis parti en mauvais termes, il m'a déçu (…) J'étais tout près d'Arsenal, mais je suis bien en France, je me vois bien faire une grosse carrière en Ligue 1.»

Le milieu offensif de l'OM Hatem Ben Arfa ne porte pas Jean-Michel Aulas dans son coeur mais il est heureux d'avoir pu rester en France après son départ de Lyon. «Lui (Aulas), je n'ai rien à lui dire. Je suis parti en mauvais termes, il m'a déçu sur des histoires de primes. Aujourd'hui, à mes yeux, il ne vaut rien. Je n'ai rien à lui prouver. (…) Quand je suis parti de Lyon, j'ai eu des propositions de l'étranger. J'ai même été tout près d'Arsenal. On aurait pu dire que c'était ça franchir un cap, mais moi j'ai voulu rester en France. Je suis bien en France, je me vois bien faire une grosse carrière en Ligue 1. Le niveau progresse, il y a deux qualifiés en quart de finale de la Ligue des Champions et on va dépasser l'Italie à l'indice UEFA, c'est un truc de ouf quand même. J'ai des choses à faire ici.»

Souvent qualifié d'ingérable, Ben Arfa est en réalité un modèle d'intégration réussie. Quand tous ses jeunes compatriotes footballeurs ne rêvent que de fuir le pays, lui choisit de rester.

2. A. Ferguson – «Il n'y a pas de quoi avoir peur de Robben (…) Ribéry est un grand dribbleur mais il ne va pas plus vite que Gary Neville.»

Avant le quart retour de Ligue des Champions contre le Bayern Munich, le manager Alex Ferguson a eu le tort de piquer au vif l'orgueil de Franck Ribéry et Arjen Robben: «Nous avons déjà joué quelques fois contre Robben quand il était à Chelsea, il n'y a pas de quoi avoir peur. Nous en savons assez sur lui. Ribéry est un joueur très talentueux, nous l'admettons, un grand dribbleur balle au pied, mais il ne va pas plus vite que Gary Neville (35 ans, ndlr).»

Ferguson n'a vraiment pas eu le nez creux. Quelques heures plus tard, un coup franc de Ribéry repris par Robben d'une volée splendide du gauche éliminait son équipe…

3. J. Rothen – «J'ai connu des entraineurs qui tactiquement étaient plus intéressants à écouter (que Domenech). (…) J'avais fait toutes les sélections, et là il ne me prend pas ? Depuis, plus de nouvelles.»

Le milieu offensif Jérôme Rothen est revenu sur son expérience malheureuse avec Raymond Domenech et explique pourquoi l'équipe de France n'est plus soutenue par les supporters : «Aujourd'hui c'est compliqué parce que la cote d'amour, elle n'existe plus du tout. On l'aime moins parce qu'il y a un personnage à sa tête qui n'est pas aimé. (…) J'ai connu des entraineurs qui tactiquement étaient plus intéressants à écouter. Moi ses discours d'avant-match ou à la mi-temps, ce n'est pas les discours qui me motivent le plus. (…) [En 2008] On joue l'Angleterre au Stade de France, mais moi je suis envoyé pour jouer le Mali à Charlety (avec les A'), il me sort à la mi-temps parce que j'avais la finale de la Coupe de la Ligue avec Paris. Il me dit : c'est bon Jérôme, repose toi, prépare bien ta finale, et aussi dans ta tête le championnat d'Europe. Je me dis super, j'ai marqué des points. Il donne un groupe de 32 pour la compétition et je ne suis même pas dedans. J'avais fait toutes les sélections jusque-là, et là il ne me prend pas ? Depuis, plus de nouvelles.»

Que Rothen se rassure, ceux qui étaient dans la liste pour l'Euro 2008 n'en gardent pas non plus un bon souvenir.

4. D. Deschamps – «Certains joueurs ont un ego ultradéveloppé. C'est surtout le cas en France, à l'étranger, il y a moins ce problème.»

Selon l'entraîneur de l'OM Didier Deschamps, les Français ou les étrangers évoluant en France auraient tendance à faire passer leur cas personnel avant le collectif : «Vous savez, les égos tout le monde en a. Moi aussi, vous aussi. Les joueurs plus ou moins, certains en ont un ultradéveloppé, d'autres un peu moins. Mais quand l'individuel prend le pas sur le collectif, là, il y a danger. Ça reste fragile, on est tous égoïstes. A un moment donné, on regarde sa petite personne. C'est surtout le cas en France, à l'étranger, il y a moins ce problème.»

Faut-il en déduire qu'Hatem Ben Arfa préfère rester en France (voir décla n°1) car il est le plus égoïste de tous ? Il faudrait avoir l'esprit tordu d'un journaliste pour y songer.

5. V. Halilhodzic – «On aurait pu faire une grande Coupe du monde. Avec le nouvel entraîneur, ce ne sera pas le cas (…) Certains des meilleurs joueurs ne veulent pas jouer ensemble.»

Vahid Halilhodzic avait tout prévu pour la Coupe du monde mais il a été remercié avant d'avoir pu mettre son plan à exécution : «L'objectif, c'était de vaincre le Portugal, faire match nul contre le Brésil et gagner contre la Corée du Nord. Ainsi, nous aurions terminé premiers et nous aurions évité l'Espagne en huitièmes. Tout était prêt ! Malheureusement, ça ne servira à rien. (…) L'équipe est composée de grands joueurs mais certains des meilleurs joueurs ne veulent pas jouer ensemble. Mon travail, c'était de surmonter cela. En trois ou quatre mois, j'aurais eu le temps de réparer ces fractures, on aurait pu faire une grande Coupe du monde. Avec le nouvel entraîneur, ce ne sera pas le cas.»

Le nouveau sélectionneur de la Cote d'Ivoire Sven-Goran Eriksson tentera de convaincre les joueurs qu'un bon parcours est toujours possible.

6. J.-A. Boumsong – «Chamakh, un cauchemar ? Non. Mais on sait que ce sera une belle bataille. Je préfère un duel avec Chamakh à un duel avec Valbuena qui plonge dès que j'effleure son short»

Interrogé au sujet de l'attaquant bordelais Marouane Chamakh, le défenseur lyonnais Jean-Alain Boumsong en a profité pour adresser un petit tacle au Marseillais Mathieu Valbuena : «Chamakh, un cauchemar ? Non. Mais on sait que ce sera une belle bataille. J'aime ce genre de duels, surtout quand l'arbitre laisse jouer de chaque côté. Chamakh joue avec son corps, alors l'arbitre n'a pas de raison de donner l'avantage à l'attaquant. Mais je préfère un duel avec Chamakh à un duel avec un joueur comme Valbuena qui plonge dès que j'effleure son short...»

Difficile de se défaire des étiquettes. Après sa carrière, on se souviendra plus de Valbuena pour ses plongeons que pour ses buts à Anfield et en finale de la Coupe de la Ligue.

7. J. Plasil – «Ce sont les journalistes qui ont mis la merde ici, qui parlent de ça. Le coach, il n'en a jamais parlé.»

Laurent Blanc sera-t-il toujours l'entraîneur des Girondins de Bordeaux la saison prochaine ? La question irrite Jaroslav Plasil : «Ce sont les journalistes qui ont mis la merde ici, qui parlent de ça. Le coach, il n'en a jamais parlé. On joue pour le coach, les supporters, le club mais on sait que dans le football, l'entraîneur est là et que dans deux mois, il peut ne pas y être. C'est la même chose pour les joueurs.»

Certains joueurs devraient en effet quitter la Gironde si Blanc s'en va. A n'en pas douter, Plasil sera en revanche toujours Bordelais la saison prochaine. Mais tout le monde s'en fout…

8. E. Cissé – «En termes de talent, Stéphane Dalmat est le meilleur joueur que j'ai vu hormis Ronaldinho. C'était un phénomène. Il avait tout.»

Ancien coéquipier de Stéphane Dalmat au PSG, le milieu de terrain de l'OM Edouard Cissé se souvient des exploits de l'actuel attaquant de Sochaux. «En termes de talent, Stéphane Dalmat est le meilleur joueur que j'ai vu hormis Ronaldinho. C'était un phénomène. Fabrice Abriel vous le dira aussi, il avait tout : les deux pieds, le pouvoir de percussion… Ce qui lui a manqué à un moment, c'est peut-être un meilleur entourage, il n'a pas été suffisamment protégé mais quand on parle de phénomène, c'en est un.»

Edouard Cissé avait moins de talent que Stéphane Dalmat mais il terminera sa carrière avec un palmarès plus fourni. A méditer.

9. F. Pancrate – «Je croyais que Liverpool était le premier club anglais mais non, c'est Newcastle. C'est un club que je kiffe à mort. C'est vraiment un gros club, les supporters sont des fanatiques.»

Coincé en deuxième division, l'attaquant Fabrice Pancrate espère que Newcastle, dont le retour en Premier League est assuré, le conservera la saison prochaine : «Je suis heureux à Newcastle car c'est vraiment un gros club. J'ai été surpris de voir l'ambiance qu'il y a, il n'y a pas de quoi être déçu. Je ne m'attendais pas à ce que ce club soit autant mis en avant en Angleterre. Les supporters sont des fanatiques, hier il y avait 45 000 spectateurs. La remontée est maintenant assurée en Premier League. Ce serait bien de continuer ici car c'est un club que je kiffe à mort. Je croyais que Liverpool était le premier club anglais mais non c'est Newcastle, la ville vit pour le club.»

Pancrate sait comment s'y prendre pour mettre les Magpies dans sa poche.

10. – C. Ronaldo - «Actuellement, nous ne sommes pas une grande équipe. Nous ne sommes pas grands»

Alors que le Real Madrid s'apprête à accueillir le Barça pour un Clasico en forme de finale de la Liga, l'attaquant merengue Cristiano Ronaldo affiche un pessimisme plus que douteux : «Actuellement, nous ne sommes pas une grande équipe. Nous ne sommes pas grands. Je signerais pour perdre samedi et gagner la Liga. Ce que je veux c'est gagner le titre.»

Connu pour son orgueil exacerbé, Cristiano Ronaldo est finalement plus subtil qu'il n'y parait. Mais la ficelle est encore un peu grosse…

Rendez-vous samedi prochain pour un nouveau numéro du Top Déclarations de la semaine !



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.
Pour afficher les commentaires Facebook, vous devez être connecté à Facebook



 
 

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Sondage Maxifoot
Qui doit tirer les penalties au PSG ?

Mbappé
Neymar
Messi
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Les VIDEOS populaires du moment



Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Le meilleur effectif
LIGUE 1
saison
2021-22
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?


MASQUER LA PUB