Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Kader Keita, la fusée est sur orbite
Par Julien Gorenflot - Le Portrait De La Semaine, Mise en ligne: le 22/02/2006 à 23h06
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Très discret en début de championnat, Kader Keita enchaîne les bons matchs depuis plusieurs semaines. Dribbleur et buteur, il apporte du dynamisme à son équipe. A Saint-Etienne, il a fait une nouvelle démonstration de son talent. Alors que le recrutement de ce joueur laissait perplexe jusqu'à maintenant, Claude Puel est récompensé de sa patience.

La fin de l'attente

Cinq mois. C'est le temps qu'il aura fallu à Kader Keita pour démontrer son talent à la France entière. Avec Lichtsteiner, Aboucherouane, et Keita, le LOSC a finalement fait le pari de recruter pour l'avenir et pas forcément pour les besoins immédiats de la Ligue des Champions. Au cours de cette compétition ce sont d'ailleurs les anciens (Acimovic, Tafforeau, etc) qui ont porté l'équipe aux portes des huitièmes de finale. Mais depuis deux mois, le moteur du LOSC, c'est lui : Abdulkader Keita. En décembre déjà, sur la pelouse de Gerland, l'Ivoirien avait grandement contribué à la belle victoire des siens à Lyon (3-1). Depuis, il continue sur sa lancée. Buteur contre Metz et à Saint-Etienne, il a également inscrit le but de la qualification en coupe de France à Lorient. Accélération et frappe, son but face aux Verts résume bien les qualités de l'attaquant du LOSC : dribbleur et buteur. Sans être un vrai finisseur, il sait terminer efficacement ses actions, ce qui est assez rare pour ce genre de joueur.

Claude Puel décrit son joueur comme un dribbleur, amenant de la percussion : «Il est rapide, puissant, a une très bonne qualité de dribble, affirme Puel dans La Voix du Nord. Il est capable de déstabiliser une défense à lui tout seul.» «Il est très vif dans les petits périmètres» , ajoute son adjoint, Laurent Roussey. «Il est capable d'armer une frappe rapidement.» Seul bémol, à son arrivée en France, Keita ressemblait à un dribbleur de rue. De plus, le jeune ivoirien avait besoin de se refaire une condition physique et il découvrait un nouveau pays, un environnement totalement différent. Titularisé pour la première fois contre Toulouse fin août, Keita a dû se contenter ensuite de bouts de matchs pendant deux mois. Il aura dû ainsi patienter jusqu'en janvier pour célébrer son premier but dans l'hexagone, et n'aura goûté à la Ligue des Champions que durant quelques minutes, à Manchester.

De la Suède au Qatar

Si la plupart des Africains et des Brésiliens ont des parcours atypiques, celui de Keita est particulièrement surprenant. Son tour du monde commence en Suède où il intègre un centre de formation. Cette expérience n'est pas concluante et le jeune Keita décide alors de revenir dans son pays, la Côte d'Ivoire. Il retrouve son frère Fadel, qui évolue à l'Africa Sports d'Abidjan. Alors qu'il devait juste s'entraîner avec le club pour entretenir sa forme, Keita tape dans l'oeil de l'entraîneur. Il signe rapidement à l'Africa avec qui il sera sacré champion de Côte d'Ivoire et remportera la Coupe d'Afrique des vainqueurs de coupe. La carrière professionnelle de ce dribbleur est sur de bons rails. En 2000, il quitte à nouveau son pays natal. Direction la Tunisie et l'Etoile du Sahel. Après deux saisons dans ce club, Keita prend un virage à 180° : il rejoint le Qatar. «Je suis parti à l'aventure, explique-t-il. C'était une opportunité et une expérience. J'ai côtoyé des grands joueurs comme Leboeuf, Batistuta, Romario. Ils m'ont donné des conseils comme des grands frères. Je voulais jouer en Europe mais je n'étais pas prêt» , estime-t-il.

L'Europe garde un oeil sur lui malgré son exil doré au Qatar. Suivi par le PSG, Keita est approché par Bastia fin 2004. Son arrivée en France n'est que partie remise. Convaincu par le discours des Lillois, Keita décide de faire le grand saut. Après trois saisons à Al-Saad, il signe à Lille. Au passage, le club français aura déboursé trois millions d'Euros. «Lille est une équipe de jeunes avec une bonne ambiance. Je me suis dit : je peux m'y imposer.» Comme pour la plupart de ses compatriotes, la volonté de progresser et l'espoir d'être un joueur reconnu le pousse à rejoindre l'Europe. «Je suis venu pour jouer dans un grand championnat» , déclarait-il peu de temps après son arrivée. «Je veux progresser, bénéficier d'entraînements de qualité. On ne peut pas comparer le Qatar et la France. Même s'il y a beaucoup d'argent, ça reste très amateur, alors qu'ici tout est très professionnel.»

Un joueur à façonner

Claude Puel connaissait les points sur lesquels Keita devait faire des efforts. «Il va découvrir qu'il faut toujours arriver à l'heure, une hygiène de vie, etc, prévenait l'entraîneur lillois. Jusqu'à présent, il était dans un cocon, un peu assisté.» Le fossé entre le football au Qatar et le football en France lui aura donc logiquement demandé un certain temps d'adaptation. Keita découvre les entraînements matinaux et les contraintes horaires. «Au Qatar, tu viens à l'entraînement quand tu veux, raconte Keita. C'est plus un plaisir que du travail. Je fais ici à l'entraînement des trucs que je n'avais jamais appris, comme le travail devant le but, les contrôles.» Lorsqu'il a choisi de faire venir Kader Keita, Claude Puel savait qu'il allait devoir le faire progresser. L'Ivoirien devait tout simplement s'adapter au jeu européen plus rapide, plus tactique et plus défensif, particulièrement en France où les scores sont étriqués. «Il avait pas mal de paliers à passer, reconnaît Puel. On savait que son potentiel était intéressant, mais il se devait de transposer ça dans un autre cadre de vie. Auparavant, il partait seul à l'assaut du but, dribblait quatre ou cinq joueurs et aller en solitaire au bout de l'aventure. Ici, il est forcément en difficulté, avec des systèmes de couverture plus renforcés. Kader a dû notamment travailler son jeu sans ballon car, jusqu'ici, il ne jouait qu'avec lui.»

«Il y a quelques mois encore, je jouais au foot pour faire tout seul la différence, admet le joueur ivoirien. A Lille, on me demande du jeu collectif.» Star dans son club et dans un championnat du Qatar peu relevé, Keita doit s'habituer à être un joueur comme les autres dans le championnat de France, où il est difficile d'enchaîner les dribbles. Peu à peu, il s'est mis au diapason de la L1. «J'ai compris ce que veut le coach. Etre concentré sur le replacement dans notre moitié de terrain et faire ce que je sens devant. Seulement, des fois, je passe plusieurs gars et je me dis que je peux encore y aller tout seul, mais on me demande de libérer la balle.» L'ivoirien ne regrette pas son choix, même si les débuts ont été laborieux. «Mes partenaires m'aident beaucoup, précise-t-il. Avec le travail, la motivation, tout ça, je ne me suis jamais découragé. Je me sens très bien ici.» Désormais dans le sens de la marche, Keita pourrait être l'une des attractions de la fin du championnat.

Remplaçant en début de saison, Kader Keita n'était jusqu'en décembre qu'un joueur transparent dans ce championnat. Aujourd'hui, il est récompensé de ses efforts. Lille a eu raison de miser sur ce joueur qui a commencé l'année 2006 sur un rythme époustouflant. Un garçon à suivre.

Nom : Keita
Prénom : Abdulkader
Né le 6 août 1981 à Abidjan (Côte d'Ivoire)
Taille : 1m84
Poids : 78 kg
Clubs : Africa Sports (Côte d'Ivoire), Etoile du Sahel (Tunisie), Al-Saad (Qatar), Lille (depuis août 2005).



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment

Sondage Maxifoot
Le PSG aurait-il raison de se positionner sur Mohamed Salah pour 80 M€ ?

OUI
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Les articles populaires du moment

Ça a fait le buzz depuis 7 jours

Les VIDEOS populaires du moment




 A SUIVRE
TOP 15
PEPITES
jeunes de Ligue 1
Votre Equipe type
2020
par les lecteurs
de Maxifoot
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB