Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Escalettes sur un siège éjectable
Par Mael Moizant - Equipe De France, Mise en ligne: le 24/06/2010 à 11h59
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Ses soutiens actifs se comptent sur les doigts d'une seule main. Malgré une position de plus en plus fragilisée à la tête de la Fédération française de football en raison de l'intervention des politiques et de l'opinion publique, Jean-Pierre Escalettes tient bon pour le moment. Pour combien de temps ?

Escalettes sur un siège éjectable
Jean-Pierre Escalettes est lâché par Nicolas Sarkozy et Roselyne Bachelot.

Démissionnera ? Démissionnera pas ? Pour l'heure, en tout cas, Jean-Pierre Escalettes est toujours le premier dirigeant de la FFF, qu'il préside depuis 2005. Mais, jour après jour, sa marge de manoeuvre se réduit, proportionnellement aux appels à sa démission qui se multiplient. En une semaine, son crédit a nettement diminué. Le feuilleton Anelka samedi, la mutinerie des joueurs dimanche, qui visaient clairement la Fédération après l'exclusion du Londonien, et enfin l'élimination au 1er tour du Mondial mardi. Cela fait beaucoup. Trop même. Mis en cause directement, pour avoir maintenu mordicus à son poste un sélectionneur décrié après l'Euro 2008, Jean-Pierre Escalettes n'entend pas les doléances du microcosme footballistique. Ou plutôt ne veut-il pas les entendre. "Je n'en fais pas un cas personnel ", lançait-il d'abord. "Non, je ne démissionnerai pas. Je ne quitterai pas un navire en perdition " , s'exclamait plus tard le toujours président.

Justement, en tant que patron de la 3F et donc de l'équipe de France, Escalettes a aussi sa part de responsabilité dans la dérive du "navire "  ! Et s'il se refuse à écouter la vox populi et les reproches du monde du football, le dirigeant ne peut plus ignorer les pressions venant d'en haut. De tout en haut. Dans les traces du président de la République Nicolas Sarkozy, qui demandait dès hier que les "responsables tirent les conséquences de ce désastre " , c'est la ministre de la Santé et des Sports qui, au micro de RTL ce matin, a lâché Escalettes. "Je ne l'ai pas souhaité, mais son départ est inéluctable" , a confessé Rosleyne Bachelot. Plus incisif, le député UMP des Yvelines et ancien double champion olympique de judo, David Douillet, a attaqué le président de la FFF, sur Europe 1 cette fois. "Il n'est plus dans le coup, ça se voit. Clairement, Escalettes doit quitter son poste. Ce n'est pas un patron de Fédération comme on le conçoit aujourd'hui."

Des soutiens parties prenantes

Un tel flot de déclarations n'est pas anodin. Habitué à donner des "éléments de langage" aux membres du gouvernement et aux députés de la majorité, l'Elysée a certainement sonné le coup d'envoi de la destitution médiatique d'abord, puis officielle ensuite, de Jean-Pierre Escalettes. Et ses soutiens dans tout cela ? Ils sont rares, très rares. Gérard Houllier a préféré tirer sur l'ambulance et viser Raymond Domenech, plutôt que d'incriminer le président de la Fédération. "La seule chose, c'est que je regrette quelquefois le mode de fonctionnement de Raymond Domenech, précisait il y a quelques jours le Directeur technique national sur les ondes de RTL. Ils ont travaillé à part, et quand on travaille à part, on assume. Je peux vous dire qu'à la DTN, depuis un an et demi, on préparait ce qui allait se passer après, parce qu'on sentait qu'au niveau du jeu comme au niveau de l'état d'esprit, si on ne changeait pas quelque chose, on allait dans le mur. Pour moi, Jean-Pierre Escalettes doit rester, il a fait un travail considérable. Il a préparé l'après Domenech, et si l'on a obtenu l'attribution de l'Euro 2016, il n'y est peut-être pas étranger."

Alors Jean-Pierre Escalettes aurait-il de vrais partisans ? Quelques-uns, mais leur voix est assez inaudible actuellement. Aimé Jacquet, Noël Le Graët et donc Gérard Houllier sont les plus significatifs. Mais tous ont un point commun : ils ont travaillé ou travaillent en étroite relation avec l'intéressé. Et, aujourd'hui, seul Jacquet paraît crédible. Le Graët et Houllier beaucoup moins. Le vice-président en charge des finances et le DTN ont, eux aussi, milité pour le maintien de Domenech après l'Euro 2008. Lâcher Escalettes reviendrait pour eux à se tirer une balle dans le pied. Car au-delà du cas Escalettes, c'est tout un Conseil fédéral et les hauts représentants techniques de la Fédération (Houllier, Domenech) qui sont responsables du fiasco bleu. Si la tête de Jean-Pierre Escalettes pourrait être la première à tomber, gageons alors qu'il ne sera pas seul à payer les pots cassés…



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens de la rubrique MONDIAL 2018


Actu Equipe de France

Sondage Maxifoot
Quelle piste offensive étudiée par l'OM jusqu'à présent vous séduit le plus ?

Marcus Thuram (Guingamp)
Patrick Schick (AS Rome)
Dario Benedetto (Boca Juniors)
Salomon Rondon (WBA)
Gaëtan Laborde (Montpellier)
Fernando Llorente (Tottenham)
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Ça a fait le buzz depuis 7 jours


Liens de la rubrique EURO 2016


 A SUIVRE
Le meilleur effectif
LIGUE 1
saison
2018-19
Tout savoir sur
LES DROITS
TV du FOOT
* Dossier Maxifoot *
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB