Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Les raisons d’un fiasco annoncé
Par Mael Moizant - Equipe De France, Mise en ligne: le 22/06/2010 à 20h37
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

La défaite face à l'Afrique du Sud (2-1) ne constitue que l'aboutissement du long chemin de croix de l'équipe de France. Pour les Bleus, la Coupe du monde manquée s'explique par bien d'autres maux. Plus ou moins anciens. Plus ou moins latents…

Les raisons d’un fiasco annoncé
Pour finir en beauté, Domenech refuse de serrer la main à Parreira.

Le calice jusqu'à la lie

Un carton rouge dès la 25e minute pour Yoann Gourcuff, deux buts sud-africains et une 2e défaite en trois matches de Coupe du monde pour les Bleus, le match contre l'Afrique du Sud s'est révélé à l'image du Mondial pour les Français : raté ! Certes le petit but marqué contre les Bafana Bafana évite aux Tricolores une énième statistique négative, à savoir aucun but inscrit lors des trois matches de poule, mais il paraît bien maigre au regard du parcours des hommes de Raymond Domenech. Sans contestation possible, les Bleus ont tout faux sur toute la ligne !

Un fiasco annoncé

Au sortir d'un Euro 2008 catastrophique, achevé, lui aussi, lors de la phase de poules, l'opinion publique avait trouvé le responsable : Raymond Domenech. Malgré tout, contre vents et marées mais avec le soutien de joueurs cadres (Vieira, Ribéry…), la Fédération avait maintenu sa confiance au sélectionneur. Parmi ses plus virulents opposants, on trouvait Christophe Dugarry et Bixente Lizarazu, deux anciens internationaux devenus consultants. Et chez les joueurs actuels ? Rien jusqu'à une déclaration de Nicolas Anelka, en avril dernier suite à la leçon de football infligée par l'Espagne à la France en amical (0-2), au micro d'Orange Sport. "Au niveau du positionnement, tactiquement, au niveau de la confiance, les mecs (les Espagnols) n'ont rien à avoir avec nous. Ils ont du jeu, ils savent où ils vont aller, par où ils vont passer… Ils connaissent le football ! […] On aurait dit des pros contre des amateurs. Il va falloir qu'on travaille pour trouver la solution, sinon ce n'est pas possible, on va partir au bout de trois matches. " De la prédiction à la réalité, il n'y avait qu'un pas… Franchi !

Après la crise identitaire, la crise de confiance

Une vendetta, une rébellion, une mutinerie : on appellera ça comme l'on veut. Dimanche, en boycottant l'entraînement, les joueurs de l'équipe de France ont tenté d'affirmer une voix discordante à la Fédération. Mise à part l'origine de la révolte pourtant indéfendable, à savoir l'exclusion du groupe de Nicolas Anelka, on est en droit de pousser un peu l'analyse de cette rébellion. Sur la forme ? On peut en vouloir aux joueurs. À 48 heures d'un rendez-vous encore décisif pour la qualification en 8es de finale, le moment était mal venu. Sur le fond ? La Fédération et son éternel positivisme avait bien besoin de faire face à un contre-courant. Ce qui aurait d'ailleurs dû se produire bien avant. Une crise identitaire dimanche, qui a précédé une crise de confiance aujourd'hui. Après le remaniement du onze de départ, l'envie est comme par magie revenue face aux Sud-Africains. Mais il aura suffi d'un but adverse pour que les Bleus perdent le fil. La confiance, ça se construit, ça ne se décrète pas.

Le système, quel système ?

4-2-3-1, 4-3-3 ou tout simplement des lignes revues et évoluant au gré des envies des joueurs français, le système de jeu tricolore n'aura jamais trouvé sa pleine mesure ces dernières années. Et dans ce marasme, les joueurs ont changé de poste à mesure des révisions de Raymond Domenech. Anelka à droite, Anelka dans l'axe. Ribéry à droite, à gauche, puis dans l'axe. Henry dans l'axe, à gauche, sur le banc. Gignac à gauche, dans l'axe, à droite. Cissé à droite, puis dans l'axe. Gourcuff en meneur ou légèrement excentré côté droit. Malouda ailier gauche ou plus en retrait. Abidal à gauche, dans l'axe ou à recharger ses batteries sur le banc. Etc… On l'aura compris, la liste est non-exhaustive. Dur de s'y retrouver derrière notre poste de télévision ou en tribunes. Alors sur le terrain…

Où sont les "stars "  ?

De ce Mondial, on espérait voir les coups d'éclat de Franck Ribéry, l'éclosion à l'international d'Yoann Gourcuff ou encore la confirmation au plus haut niveau d'Hugo Lloris. On n'a rien vu ! Aucun Français n'est sorti véritablement du lot. Certains seront à revoir dans un autre contexte (Gourcuff, Diaby, A. Diarra, Toulalan, Malouda, Lloris, Clichy, Valbuena…), d'autres devront d'abord passer par le rachat (Ribéry, Abidal, Sagna…), les derniers ont certainement dit adieu aux Bleus (Evra, Gallas, Anelka, Henry…).



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens de la rubrique MONDIAL 2018


Actu Equipe de France

Sondage Maxifoot
Comprenez-vous que Didier Deschamps ne change pas de position vis à vis de Karim Benzema ?

OUI
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Ça a fait le buzz depuis 7 jours


Liens de la rubrique EURO 2016


 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB