Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Domenech et Ribéry accusent la presse
Par Pierre-Damien Lacourte - Equipe De France, Mise en ligne: le 20/06/2010 à 12h31
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

L'affaire Nicolas Anelka continue de faire des vagues. Mais pour Raymond Domenech et Franck Ribéry, c'est avant tout la presse qui est responsable de la mauvaise ambiance qui règne au sein de l'équipe de France. Tout juste reconnaissent-ils que les Bleus ne sont pas bons…

Domenech et Ribéry accusent la presse
Domenech et Ribéry font bloc en cette période difficile.

Muet depuis la fin du match perdu face au Mexique jeudi dernier (0-2), on s'attendait à ce que Raymond Domenech se livre enfin ce dimanche matin au cours de l'émission Téléfoot. Mais le sélectionneur national s'est une nouvelle fois dérobé. Il n'est pas question de faire le bilan de cette Coupe du monde tant que les Bleus ne sont pas encore mathématiquement éliminés. «On s'accroche à cet espoir. Si on abandonnait maintenant, ce serait dramatique. Il faut qu'on s'accroche à ça, on doit prendre conscience que c'est possible. Il y a un espoir. On doit jouer à fond, gagner et marquer des buts. A nous de montrer qu'on est capable de gagner un match de Coupe du monde. Le pays hôte est dans la même situation. C'est un vrai match qui compte. Il faut le jouer. On a encore quelque chose à jouer dans cette Coupe du monde», estime Domenech. On ne peut pas lui donner tort sur ce point. Il reste une toute petite chance aux Bleus d'accéder aux huitièmes de finale.

En attendant ce match face à l'Afrique du Sud mardi, c'est l'affaire Nicolas Anelka qui anime toutes les conversations. Mais pour le sélectionneur tricolore, l'incident était déjà clos, avant que la presse n'en fasse toute une histoire. «C'était insuffisant dans ce qu'il faisait, je lui ai dit, c'est normal. Lui, il a réagi de cette façon, avec son caractère. Il a marmonné dans son coin... Pour moi, ce n'était pas important... Jusque-là, c'était un problème interne. Et je l'avais réglé en le sortant. Mais c'est devenu une affaire parce que ça a fait la une des journaux. Je l'avais réglé moi-même ce problème, c'était fini, il sortait, souligne Domenech. Je devais m'occuper des autres joueurs. J'aurais parlé avec Anelka de l'affaire après. Le lendemain, je lui ai laissé la possibilité de s'exprimer, de s'excuser. Mais il ne l'a pas fait. Comme c'est sorti dans les journaux, je suis allé dans le sens de la Fédération. La décision de l'exclure, au regard des proportions prises, elle est logique.»

«On n'est pas bons, c'est tout»

S'invitant sur le plateau de l'émission, Franck Ribéry est lui venu faire part de ce qu'il avait sur le coeur. Au bord des larmes, le milieu de terrain des Bleus a d'abord démenti tout conflit avec Yoann Gourcuff, avant de s'en prendre lui aussi aux médias. «Je suis venu parce que depuis deux ou trois jours, on passe un moment très difficile. Tout le monde est en train de souffrir actuellement. Je n'ai aucun problème avec Yoann. Au contraire, j'ai été le premier à lui parler. On a besoin de lui. Quand on dit que je me suis battu avec lui dans l'avion, c'est n'importe quoi...» a lâché le Munichois. Nous ne sommes pas allés jusqu'à dire que les deux hommes en sont venus aux mains pour régler leurs comptes. Mais il est évident que sur le terrain, ils ne s'entendent pas.

S'il s'accroche lui aussi encore à ce dernier espoir de qualification, Ribéry reconnaît tout de même que les Bleus sont loin d'afficher un niveau digne d'une Coupe du monde : «On n'est pas bons, c'est tout. On a essayé de faire les choses individuellement. Point. Là on est rentré dans quelque chose où tout le monde se moque de nous. Là, je n'ai plus envie de parler aux journalistes. J'ai les boules... Depuis l'Euro 2008, je suis en train de souffrir. Dès qu'on vient en équipe de France, on souffre. Ce n'est pas normal qu'on répète à la presse ce qui se passe dans le groupe. Quand j'ai vu Nicolas partir, j'ai eu les larmes aux yeux... Dans tous les clubs, il y a des problèmes comme ça. Celui qui a dit ça, ce n'est pas normal. On est dans une situation où il reste un match qu'il faut gagner, pour faire honneur à notre pays.» Ca aurait été bien d'y penser avant, lorsque tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes en équipe de France. C'était ce que Patrice Evra, Franck Ribéry et Raymond Domenech tentaient de nous faire croire il y a quelques jours encore…



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens de la rubrique MONDIAL 2018


Actu Equipe de France

Sondage Maxifoot
Où évoluera Neymar cette saison 2019-20 ?

PSG
Barcelone
Real
Juventus
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Ça a fait le buzz depuis 7 jours


Liens de la rubrique EURO 2016


 A SUIVRE
Le meilleur effectif
LIGUE 1
saison
2018-19
Tout savoir sur
LES DROITS
TV du FOOT
* Dossier Maxifoot *
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB