Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Le Baromètre de la Semaine - N°33
Par Marc Lepannetier - Le Barometre De La Semaine, Mise en ligne: le 15/03/2004 à 19h02
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Les faits marquants de l'actualité du ballon rond : cette semaine, côté valeurs en hausse, Vive l'Europe ! Lyon a toujours les crocs et Ô Toulouse ! Pour les valeurs en baisse, Manchester désuni, La Juve vieillissante et Les aléas du gardien de but.

Le Baromètre de la Semaine - N°33

Les valeurs en hausse

Vive l'Europe !

Historique ! Deux clubs français participeront aux quarts de finale de la Champions League. Lyon et Monaco se sont logiquement imposés face à la Real Sociedad et le Lokomotiv Moscou. Les deux leaders actuels de notre Championnat en ont fait l'honneur. Il devra être défendu au prochain tour contre Porto et le Real Madrid. Ce sera une autre histoire, mais on peut d'ores et déjà se satisfaire de leur parcours, espéré mais inattendu dans la forme. En effet, en terminant premiers de leur groupe, une surprise, ils ont mérité leur place à ce niveau, même si le tirage leur a été clément. Une preuve de la qualité de notre Championnat, si décrié il y a peu. Comme si l'arrêt Bosman avait fini par être avalé, malgré les maux qu'il nous a particulièrement causés. Le football français relève donc la tête et se remet à être ambitieux. Grâce à la nouvelle formule de la Ligue des Champions, sans le deuxième groupe qui ruinait toutes nos chances, les effectifs limités de nos clubs peuvent faire face aux échéances. Ils verront le Printemps sous les couleurs européennes, avec de réelles chances, surtout pour Lyon, d'aller encore plus loin. Les bonnes performances de Bordeaux, de l'OM et même de l'AJA en UEFA nous le confirment.

Lyon a toujours les crocs

Le 9 janvier, au soir de sa défaite à Monaco (0-3), Lyon accusait un retard de dix points sur son concurrent direct. Depuis, l'OL a pris 22 points sur 27 possibles, avec 18 buts marqués et seulement 4 encaissés. Aujourd'hui, l'écart a été réduit à deux unités après l'importante victoire des Gones à Sochaux et le nul de Monaco à Auxerre. Un retour au sprint, enclenché plus tôt que les saisons précédentes. L'allure du leader oblige. Avec douze points de plus que la saison passée après vingt-huit journées, Lyon démontre qu'il ne lâchera rien. L'expérience accumulée par les deux derniers titres et la confiance engendrée par la qualification en quarts de finale de la Champions League en font un ogre qui pourrait bien avaler les Monégasques. En tout cas, les deux plus sérieux prétendants sont à armes égales en y étant tous deux qualifiés. Leur calendrier en Championnat est quasiment identique. Mais si le proverbe «l'appétit vient en mangeant» dit vrai, les crocs montrés par Lyon depuis janvier risquent encore de rogner les illusions des audacieux monégasques.

Ô Toulouse !

Les Toulousains ont perdu leur poète mais ils rythment avec envie les points du désir. Celui de rester dans l'élite. Celle auquelle appartenait Nougaro pour le verbe. Les Toulousains ont désormais la maîtrise sur le terrain, les "pitchouns" sont en train de grandir et se lâchent dans la cour des grands. Avec dix points pris sur les douzes derniers distribués, ils ont droit à leur image. Celle d'une équipe cohérente, joueuse et enthousiaste. Capable de progresser et d'être, enfin, constante. La force, née d'une nouvelle victoire cette saison dans le derby de la Garonne, devra à nouveau être employée pour tenir le cap du maintien. Il passera dès vendredi par une confrontation cruciale face à un concurrent direct, Guingamp. Alors que le plus célèbre d'entre-eux repose sur ses terres, les Toulousains ont acquis la certitude qu'ils peuvent en sortir, une nouvelle fois, invaincus. A défaut d'être immortels...

Nous aurions également pu évoquer ici la marche triomphale du Milan, les triplés de Chalmé et de Leroy ou le retour définitif des Verts.

Les valeurs en baisse

Manchester désuni

En une semaine, Manchester United, éliminé mardi par Porto à la dernière minute en huitième de finale de la Ligue des champions, a presque tout perdu après s'être fait gifler (1-4) dimanche dans le derby à Manchester City. A dix journées de la fin du Championnat, les Mancuniens comptent désormais douze points de retard sur les Gunners d'Arsenal. Un gouffre. La fin de saison va leur apparaître, pour une fois, bien longue. Comment les Red Devils ont-ils pu tomber si bas ? Entre les blessés et les suspensions, l'équipe a perdu son équilibre. Contre Porto manquaient notamment à l'appel le capitaine Roy Keane, suspendu, et Rio Ferdinand, qui purge sa suspension de huit mois... Comme le recrutement de Ferguson à l'intersaison et au mercato n'a pas été idéal, la spirale est devenue inévitable. On reproche désormais à Sir Alex de ne pas avoir anticipé la longue suspension de Rio Ferdinand en ne recrutant pas un grand défenseur lors du mercato d'hiver. La pression qu'il met sur ses joueurs a fini par lui retomber dessus, il s'est fait poser une pile cardiaque la semaine passée... Il pourra recharger tranquillement ses accus en cette fin de saison. Mais avant cela, pour sa fierté et celle des Red Devils, il aimerait se débarrasser d'Arsenal en demi-finale de la Cup, le 3 avril.

La Juve vieillissante

«La vieille Dame» a fait son âge lors du match au sommet contre le Milan. Défaite (3-1), la Juventus a dit adieu au titre après une élimination par La Corogne en huitième de finale de la Champions League. Même constat que pour Manchester United, les blessés, plus que les suspendus, ont contraint les Turinois à s'incliner contre plus fort qu'eux. Sans Trezeguet, Zambrotta et Del Pierro la lutte est devenue inégale. L'effectif a souffert de la comparaison et les "vieux" turinois semblent en fin de cycle. Les Conte, Pessotto et Ferrara n'ont pas eu la hargne pour s'opposer au talent des joueurs du Milan. Les ans ont rattrapé cette équipe, comme Lippi : «depuis huit ans que j'entraîne la Juventus, nous avons remporté beaucoup de trophées. Mais on ne peut pas gagner toutes les années.» Un renoncement qui ne ressemble pas à une grande Juve. Conscient des manques et du changement nécessaire, l'Italie bruisse du remplacement de Lippi, prétendant à la tête de la Squadra Azurra après l'Euro, par Didier Deschamps. Un coup de jeunesse qui ferait sûrement du bien aux Turinois. Avec ce changement, ce serait alors les Monégasques qui accuseraient un coup de vieux.

Les aléas du gardien de but

La confrérie des gardiens a sûrement compati envers Florent Chaigneau, gardien remplaçant du Stade Rennais, coupable ce week-end de deux énormes fautes de main. Au delà, la doublure de Petr Cech, blessé, a pu mesurer les grandeurs et décadences de son poste. Il le savait avant, il l'a constaté bien trop tôt à son goût, l'erreur est fatale. Ce jeune, vingt ans, et très prometteur gardien - Champion du monde des moins de 17 ans et vainqueur de la Gambardella la saison dernière - s'était pourtant illustré en réalisant de superbes arrêts la semaine passée face à Nantes, alors que ses coéquipiers étaient, eux, absents... En huit jours, de possible héros, il est devenu la cible de "bétisiers" . Réconforté par ses pairs et ses entraîneurs, il a la chance de pouvoir se racheter dès ce mercredi, devant les caméras de TF1 et de nombreux téléspectateurs, en quart de finale de la Coupe de France face à Nantes. Et si Rennes se qualifiait, grâce à Florent, après les tirs au but ? Avouez qu'on serait presque tous à le souhaiter, pour lui.

Nous aurions également pu évoquer ici les larmes de Nicollin, les malheurs de Cissé ou les hooligans du PSG.

Merci, et à la semaine prochaine !



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens FRANCE - Ligue 1

Top 5 des VIDEOS de l'année

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment



 A SUIVRE
Le meilleur effectif
LIGUE 1
saison
2018-19
Tout savoir sur
LES DROITS
TV du FOOT
* Dossier Maxifoot *
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB