Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
L'ASM rejoint l'OL !
Par Fabien Zaghini - Actu Champion's League, Mise en ligne: le 10/03/2004 à 23h38
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Malgré un pénalty manqué, et paralysés par l'enjeu une heure durant, les Monégasques ont tout de même réussi à inscrire l'unique but nécessaire à les qualifier pour les quarts de finale de la compétition (1-0). La France sera représentée par deux équipes en Champion's League !

L'ASM rejoint l'OL !

Ovchinnikov aurait pu être le héros moscovite de la rencontre en sortant le penalty de Prso en première mi-temps, mais c'est finalement l'expulsion prématurée de Loskov qui a pesé dans la balance au bénéfice de l'AS Monaco, victorieuse grâce à un coup d'éclat de Bernardi conclut par Prso.

Les données de la rencontre

Les statistiques étaient formelles : en s'étant inclinée 1-2 à l'aller à Moscou, l'AS Monaco avait une chance sur deux de se qualifier pour les quarts de finale de Champion's League. Une stat qui penchait plutôt en faveur des Monégasques avant d'aborder la première manche en terre russe, mais les hommes de Didier Deschamps avaient manqué leur rendez-vous, surpris par des Moscovites plus en jambe que prévu malgré la trêve hivernale. Le Lokomotiv Moscou, à l'aube de débuter son championnat, se présentait sur la pelouse de Louis II avec ses arguments techniques qui avaient mis à mal l'ASM FC à l'aller. Dans le sillage de son meneur de jeu Loskov, le club des chemins de fer moscovites n'avait pas à rougir de la comparaison avec son hôte du jour.

Pour aborder ce match capital dans la saison monégasque, le club de la Principauté devait se passer de Squillaci et Giuly. C'était donc le onze défait en Russie qui était chargé de retourner la vapeur en faveur de l'AS Monaco. Une question d'amour propre dixit l'entraîneur monégasque : «Ce match est déjà une revanche par rapport à nous-mêmes. On veut se racheter d'un match aller où on n'a pas été bons. On a envie de prouver que l'on sait être au rendez-vous, on ne veut pas le rater. On a quatre-vingt-dix minutes pour se qualifier. Cela fait un moment que l'ASM n'a pas atteint les quarts de finale [en 1998]. Il faudra compter sur nous.» Le décor était dès lors planté, à l'heure où Lyon disposait déjà de son ticket pour les quarts, l'AS Monaco ne pouvait pas se contenter de regarder la suite de la compétition dans son salon.

Les principaux faits du match

- Obiorah déborde côté gauche et pénètre dans la surface monégasque. Son centre tir à ras de terre est stoppé de justesse par Roma qui avait anticipé le centre en retrait (10e).

- Izmailov perce la défense monégasque dans l'axe du but, pénètre dans la surface monégasque, mais bute sur Roma sorti de sa cage (14e).

- Poussé dans le dos par Pachinine alors qu'il était à l'affût d'un centre de Rothen, Adebayor s'effondre et obtient un penalty. Prso s'en charge mais Ovchinnikov va chercher la frappe du croate au ras de son poteau (20e).

- Le capitaine moscovite Loskov récolte son second avertissement après une intervention musclée dans les chevilles de Morientes. M. Cortez Batista le renvoie au vestiaire (22e).

- Adebayor va défier Ovchinnikov dans la situation favorite du Gunner Henry (légèrement excentré sur la gauche), mais le Togolais n'ouvre pas son pied droit. Son intérieur du pied ne trouve pas même le cadre (26e).

- Bernardi fait la différence sur sa prise de balle à 30 mètres des buts. Il s'excentre à gauche dans la surface et sert Prso au niveau du point de penalty. La reprise sans puissance du Croate va se loger près du poteau d'Ovchinnikov (60e, 1-0).

- A la réception au second poteau d'un coup franc de 35 mètres de Rothen, Morientes voit sa reprise de volée sortie du cadre par Ovchinnikov (62e).

- Ibarra gratifie le stade Louis II du geste technique de la soirée. Un coup de foulard parfaitement exécuté, qui aurait pu s'avérer décisif si Prso n'était pas trop court pour reprendre le ballon de volée devant la cage moscovite (78e).

- Situation brûlante pour Morientes et Prso dans la surface russe. Mais ni l'un ni l'autre ne parviennent à se mettre en position de frappe dans la surface moscovite, bien pris par leurs vis à vis respectifs (88e).

La prestation de Monaco

Les Monégasques ont souffert pour arracher leur qualification. Après vingt premières minutes crispantes, Prso avait l'occasion de libérer son équipe sur penalty. Au contraire, l'arrêt d'Ovchinnikov n'a fait qu'accroître le stress des joueurs de la Principauté. Un stress symbolisé par le manque de mobilité offensive durant la première heure de jeu. Prso, Morientes et Adebayor n'ont pas su bouger le solide bloc défensif moscovite, ce qui a contraint le milieu de terrain monégasque à de longs ballons sans précision. Le manque de réussite de Rothen dans les coups de pied arrêtés n'était pas là pour rassurer Louis II, qui a finalement dû attendre un coup d'éclat de Bernardi pour se libérer. Alors que l'ASM FC tardait toujours à mettre une pression conséquente sur l'arrière garde russe, Bernardi a jailli à 25 mètres de la cage d'Ovchinnikov pour faire la différence au milieu du premier rideau défensif du Lokomotiv Moscou. Le coup de sang qu'il fallait, tout comme la reprise assurée de Prso qui a ôté un poids à son équipe.

Sur le plan défensif, Monaco s'est fait quelques frayeurs alors que le score était encore de parité. Ibarra s'est montré le plus en difficulté face aux coups de boutoir répétés d'Obiorah. Heureusement pour la défense de Didier Deschamps, la sortie de Loskov a diminué le potentiel offensif moscovite. Autre point négatif qui a contribué au stress de la rencontre, le manque de tranchant de son jeune attaquant Adebayor. Entre mauvais placement et mauvais choix, le Togolais n'a pas apporté ce que son coach pouvait espérer : de la tonicité. Mais l'ouverture du score a changé la donne, entraînant une dernière demi heure à l'avantage de l'ASM FC qui récupérait enfin les ballons plus haut et qui semblait à l'abri d'un contre. On regrettera seulement le manque de réussite de Morientes et Prso pour réaliser le break afin d'épargner une nouvelle dose de stress à Louis II jusqu'au coup de sifflet final.

La prestation de Moscou

La solidarité russe a failli payer. Force est de constater que le Lokomotiv Moscou ne s'était pas déplacé sur le Rocher pour faire le jeu. Les Moscovites ont opté pour une tactique plus défensive, recroquevillés sur leur surface mais prêts à exploser sur les ballons de contres. Dans cet exercice, Obiorah s'est montré précieux et presque décisif sans un bon réflexe de Roma. Mais l'agressivité mal maîtrisée des joueurs de la capitale russe s'est retournée contre eux. Si le penalty concédé pour une faute grossière de Paschinine a été rattrapé par un étincelant Ovchinnikov, l'expulsion plus qu'évitable de Loskov a joué sur la fatigue moscovite.

Privé de son principal atout en contre attaque comme à la récupération, le Lokomotiv Moscou a dû redoubler d'effort pour conserver son score de parité. Le manque de mouvement offensif de l'ASM FC n'a pas pris à défaut une défense russe bien en place pendant une heure, mais le coup d'éclat de Bernardi a eu raison de la résistance moscovite. Et lorsqu'il s'agissait d'inscrire le but de la qualification, la fatigue accumulée par les efforts défensifs s'est faite sentir dans les jambes russes. De plus, sans Loskov, difficile de dépasser le milieu de terrain. Le Lokomotiv Moscou avait déjà laissé passer sa chance.

Au bout du stress, l'AS Monaco a fait le nécessaire pour franchir l'obstacle russe plus coriace que prévu. Désormais, une élimination en quart de finale ne pourra pas être considérée comme une contre performance. Une donnée qui pourrait bien libérer les Monégasques au prochain tour, et ainsi leur éviter une pression néfaste sur leur rendement. Félicitations ! Dans les autres matchs, Arsenal s'est qualifié (2-0, deux buts de Henry), le Real Madrid (1-0) devant le Bayern (but de Zidane), et Milan (4-1) contre le Sparta Prague (F. Inzaghi, Shevchenko deux fois, et Gattuso).


La fiche technique :

Monaco - Lokomotiv Moscou : 1-0 (0-0)
Stade Louis II
18 000 spectateurs
Temps frais, terrain bosselé
Arbitre : M. Cortez Batista
Buts : Prso (60e) pour Monaco
Avertissements : Prso (39e), Bernardi (45+2) pour Monaco ; Loskov (17e, 22e), Pashinine (18e), Asatiani (23e), Evseev (59e) pour Moscou
Expulsion : Lovkov (22e) pour Moscou

Monaco : Roma - Ibarra, Rodriguez, Givet, Evra - Prso (Plasil, 90e), Zikos, Bernardi, Rothen - Adebayor (Cissé, 76e), Morientes

Moscou : Ovchinnikov - Evseev, Pachinine, Sennikov (Gurenko, 65e) - Izmailov, Asatiani, Maminov, Nizhegorodov - Loskov, Obiorah, Ashvetia (Parks, 67e)



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens LIGUE des CHAMPIONS


Sondage Maxifoot
Tottenham a t-il fait un bon choix en signant un contrat avec Mourinho jusqu'en 2023 ?

OUI
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB