Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Le Baromètre de la Semaine - N°15
Par Marc Lepannetier - Le Barometre De La Semaine, Mise en ligne: le 11/11/2003 à 22h55
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Les faits marquants de l'actualité du ballon rond : cette semaine, côté valeurs en hausse, Deux grands d'Europe ? L'énigme lensoise et L'éclaircie mancelle. Pour les valeurs en baisse, L'OM en perdition, Le Real sans défense et L'affaire Piquionne.

Les valeurs en hausse

Deux grands d'Europe ?

Cette fois c'est sûr, Monaco et Lyon sont capables de rivaliser avec les plus grands en Champions League. L'invraisemblable orgie de buts monégasques contre La Corogne et la victoire lyonnaise au Bayern l'ont confirmé. Ils y ont montré de l'audace, de la technique, de l'envie, sans oublier une certaine maîtrise. De quoi rendre cette semaine historique pour le football français en Ligue des Champions. Leur qualification pour les huitièmes est en très bonne voie. Interdit de rater la marche qui, jusque là, semblait difficile à atteindre. On peut faire confiance à l'expérience de Lyon et à l'ambition monégasque pour réussir. La démonstration des hommes de Le Guen au Vélodrome est d'ailleurs symptomatique. Les deux caïds de notre championnat sont à la hauteur. Où s'arrêteront-ils ? En France, il semble que le titre ne pourra échapper à l'un des deux. En Europe, à partir des huitièmes, en match aller-retour, tout est possible. Avec un zeste de réussite, Maxifoot estime que la route pourrait les mener très loin.

L'énigme lensoise

Vainqueur à Paris, inexistant à Gaziantepspor en UEFA, mené deux à zéro puis finalement victorieux trois à deux face à Montpellier, Lens reste une énigme. Inconstants, les Lensois réagissent plutôt qu'ils n'agissent. Leur imposant physique est tel un diesel qu'il faut chauffer pour avoir le meilleur répondant. En attendant, l'équipe, qui a concédé déjà cinq défaites et encaissé dix-sept buts, pointe quand même à la cinquième place grâce à ses sept victoires. A seulement deux points de l'OM, troisième. Jusqu'à quand l'énigme de cette inconstance restera irrésolue ? De son identification dépend la saison des sang et or. Sera-t-elle bonne, voire très bonne, ou médiocre ? Un premier élément de réponse pourrait intervenir lors de la prochaine journée. Le déplacement à Monaco servira-t-il d'indice ?

L'éclaircie mancelle

Ca y est ! Le Mans s'est dépucelé en Ligue 1 en l'emportant, deux à zéro face à Metz, pour la première fois de son histoire, lors de la treizième journée. Pudique, Le Mans a commencé son acte dans le noir. Une panne malvenue, qui aurait pu lui enlever toute ardeur et lui faire perdre la face. Mais après douze journées de tâtonnement, il était écrit que la treizième allait donner du bonheur. En fait, inexpérimenté, il faut surtout parler de soulagement. Celui de ne plus paraître pour le jouvenceau de la bande, celui que l'on raille de son peu de séduction. Appliqué et persévérant, l'envie de recommencer est désormais grande. La prochaine confrontation à Toulouse, autre adolescent du championnat, peut le décomplexer totalement. De là à ce qu'un nouvel acte réussi en fasse un "Casanova" de notre championnat, il y a une marge...

Les valeurs en baisse

L'OM en perdition

Comme on le craignait (voir le baromètre de la semaine dernière), les Marseillais n'ont pas réchappé au Porto puis aux griffes de Lyon. La gueule de bois et blessé, l'OM est au bord de la crise de nerfs. La "démission" des joueurs lors de la première mi-temps à Porto fut inacceptable et les supporters demandent celle de Perrin après la déroute subie face à Lyon. Le turn over pratiqué lui est reproché en plus de l'affaire Barthez, car les ambitions semblent s'évanouir les unes après les autres et l'on voit mal comment Marseille peut, aujourd'hui, espérer se qualifier pour les huitièmes en Champions League et conquérir le titre de Champion de France. Une classe d'écart le sépare de Lyon et de Monaco. La défense est souvent dépassée en vitesse, le milieu manque de technique et sans Drogba, l'attaque est déficiente. Un constat amer, mais on ne passe pas d'une place heureuse de troisième en une terreur en Europe en une intersaison. Lyon a suffisamment attendu et espéré en cela pour montrer la voie à suivre aux dirigeants phocéens : c'est dans la continuité et la sérénité que l'OM se réalisera. Mais comme la patience n'est pas une vertu marseillaise...

Le Real sans défense

Le Real Madrid a concédé une large défaite 4-1, face au FC Séville. Menée trois zéro au bout d'un quart d'heure, l'équipe madrilène a sombré. Privé de Salgado, suspendu, et de Roberto Carlos, blessé, l'entraîneur "Merengue" n'a pu que constater la faiblesse de ses remplaçants défensifs et de son manque de stars dans ce secteur de jeu. Comme tout le monde du football le savait déjà, le Real ne pouvait se faire l'économie d'un arrière central de grand talent. Il en paye aujourd'hui la note. Pas de quoi dramatiser, mais de s'interroger. Pourquoi l'Espagne, de tout temps, répugne à recruter de grands défenseurs ? A l'inverse de l'Italie ou de l'Angleterre, le geste défensif n'est pas valorisé et ce manque de culture lui est souvent préjudiciable, lors des rencontres de l'équipe nationale notamment. Le Mercato du Real devrait remédier à cet inexplicable inattention. En attendant, les Madrilènes ont bel et bien des ratés dans le moteur de leur fusée galactique.

L'affaire Piquionne

Quand un acte répréhensible déclenche un match de folie : Piquionne, l'avant centre rennais, absent des débats, à l'instar de ses coéquipiers dans une première mi-temps affligeante contre Lille, s'apprêtait à rentrer aux vestiaires quand il fut insulté par un supporter déçu. Pris d'un coup de sang, le joueur enjamba le muret des tribunes et tenta de s'expliquer violemment avec l'effronté. Seul Barbosa, blessé mais présent dans les gradins, et Cech purent le retenir. L'arbitre, assistant à la scène, décida de l'expulser. A dix contre onze, puis à neuf, les Rennais réussirent leur meilleure mi-temps de la saison mais celle de Piquionne semble d'ores et déjà mal embarquée. Son acte, inadmissible, doit être sanctionné et fera jurisprudence. Cette affaire n'a en tout cas favorisé personne et a lésé tout le monde. Rennes n'a pu l'emporter, match nul 2-2, et même Lille, qui menait 1-0 à la mi-temps, a également subi la révolte des Rennais face à ce trouble.

Merci, et à la semaine prochaine !



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens FRANCE - Ligue 1

Top 5 des VIDEOS de l'année

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment



 A SUIVRE
Le meilleur effectif
LIGUE 1
saison
2018-19
Tout savoir sur
LES DROITS
TV du FOOT
* Dossier Maxifoot *
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB