Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Paris revient de l'enfer !
Par Christophe Andreeff - Actu Coupe De France, Mise en ligne: le 05/01/2004 à 01h07
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Incroyable mais vrai ! Alors que l'on croyait le PSG condamné à l'élimination sans n'avoir rien démontré, un impensable retournement de situation à deux minutes de la fin de la rencontre, a permis à Halilhodzic de retrouver le sourire (3-2 ap). Un vrai match de coupe, à revivre avec Maxifoot !

Paris revient de l'enfer !

Les données de la qualification :

Le PSG, finaliste malheureux en mai dernier, retrouve la Coupe de France et une certaine équipe de Troyes (L2). Des Troyens qui occupent une place de dixième dans leur championnat et qui se comportent souvent bien dans la capitale. Alors que le PSG se voulait à la peine la saison dernière, les Aubiens menaient par deux buts à rien à la pause, avant de sombrer en seconde période (4-2). Aucun supporter de la capitale n'a oublié ce somptueux renversement de situation et espère bien vibrer ce soir dans le bon sens. Du coté des équipes, le PSG ne peut compter sur son capitaine. Déhu, blessé a été mis au repos, de même que le brésilien Reinaldo, joueur du mois de décembre pour les supporters. Néanmoins, on trouve de nombreux hommes forts tel que Heinze en défense ou Pauleta (capitaine d'un soir) en attaque. C'est également le grand retour de l'argentin Sorin et du gardien Lionel Letizi. On attend de voir le comportement de Boskovic. En tous les cas, le PSG n'aligne aucun renfort par rapport à la fin de l'année 2003. Une occasion de plus de constater l'état des lieux.

Les temps forts de la rencontre :

- El-Karkouri relance mal son camp, d'une tête mal orientée. Garny s'empare du ballon et centre en direction de Nivet. Celui-ci récupère et poursuit sa course en direction des cages de Letizi. Il tente sa chance d'une frappe cadrée à ras de terre qui vient tromper le portier parisien (0-1, Nivet, 21').

- Letizi n'a pas de chance pour son retour. Il semble peu à l'aise sur ses appuis et en cherchant à sortir dans les pieds de Esteves pour empêcher celui-ci de marquer, commet la faute. L'arbitre désigne le point de penalty. Le troyen se fait justice et frappe à gauche de Letizi (0-2, Esteves, 26'). Troyes réalise le break idéal.

- On atteint la mi-temps, sans que le PSG n'ait réellement montré quelque chose d'intéressant. Il reste quarante-cinq minutes et quelques retouches dans le placement des joueurs du PSG, pour que les hommes de Vahid Halilhodzic parviennent à se qualifier.

- Plus que deux minutes à jouer. Le PSG obtient un excellent coup franc quasiment dans l'axe. L'argentin Heinze laisse jaillir un éclair de feu de sa patte magique. Le ballon s'envole vers la lucarne gauche de Cassard et vient se loger au fond des filets, au ras de l'arrête du montant (1-2, Heinze, 88'). Une belle réaction d'orgueil du PSG qui intervient sans doute trop tard, pense t-on alors. Heinze motive ses troupes.

- La défense troyenne subit la pression parisienne au cours des arrêts de jeu de cette seconde période. Sorin sonne l'alerte dans la surface et cherche pratiquement le penalty. Mais Ogbeche récupère le ballon, s'infiltre, voit la position du gardien troyen et vient lui souffler la politesse. Il ajuste un ballon lobé qui surprend tout son monde et termine sa course dans les filets de Troyes (2-2, Ogbeche, 92'). Incroyable mais vrai ! Le Parc exulte et le PSG s'octroie le droit de disputer des prolongations. L'entraîneur troyen sur son banc n'en revient pas.

- Survoltés, les Parisiens ne veulent plus connaître de mauvaise surprise. Fiorèse récupère un bon ballon sur l'aile droite. Il ne se pose aucune question et centre dans le paquet de la défense troyenne. Pauleta est à la récupération au second poteau et vient crucifier Cassard de la tête (3-2, Pauleta, 95'). En sept minutes, toute la physionomie de la rencontre a changé.

- Coup de sifflet final de l'arbitre et la qualification du PSG. Les Troyens sortent avec la grise mine, mais certainement pas par la petite porte.

La prestation des Parisiens :

Le moins que l'on puisse constater, c'est que le PSG aura encore montré deux visages hier après-midi. D'un coté, le PSG des mauvais jours, incapable de s'organiser en milieu de terrain et de produire du beau jeu. Une équipe qui se montre timorée, désorganisée et qui n'arrive pas à se faire violence pour retourner la situation à son avantage. Très inquiétant et surtout à domicile. Ce PSG là ne convainc guère et ne se montre pas digne du rang qu'il occupe en championnat. Pourtant, sept petites minutes seulement auront suffi à en oublier toutes ces fâcheuses lacunes. Grâce à Heinze, toute l'équipe a redoré son blason. Pauleta, qui inscrit le but libérateur, évite les médisances. Il faut bien préciser qu'aucun ballon ne lui était parvenu véritablement jusqu'alors. L'entrée de Benachour et celle d'Ogbeche, seront venus redorer les couleurs du PSG à qui on ne viendra reprocher de ne pas avoir offert de la magie à son public, avec un suspense digne de la Coupe de France. Malgré les hourras qui ont accompagné la sortie des joueurs et la vaillance qu'ils ont eu en toute fin de match, nul n'ignore que des renforts se veulent indispensables. Quant à Boskovic, Pierre-Fanfan et El-Karkouri, ils sont retombés dans leur travers. Letizi manque de réglages et d'équilibre sur sa ligne de but. Il manque certainement de confiance, bien normal après une si longue absence. Allez, ne soyons pas médisants, le PSG reste en course et c'est tant mieux pour la Coupe.

La prestation des Troyens :

Il convient de rendre un sérieux coup de chapeau à une équipe troyenne qui n'a pas complexé au Parc des Princes. Après avoir digéré des premières minutes difficiles, ils ont pris le jeu à leur compte. Une juste récompense que leur break à la pause et un gardien, bien trop tranquille. Pour autant et avec la peur soudaine au ventre, alors qu'ils avaient qualification acquise, ils ont complètement lâché prise. Le match aura duré deux petites minutes de trop et qui auront provoqué toute la différence. Nivet se voulait le grand homme de cette équipe et un sacré animateur de jeu.


Fiche technique :

PSG 3-2 Troyes (0-2 / 2-2)
Parc des Princes / 20 000 spectateurs environ
Arbitre : M. Khendek
Buts : Heinze (89'), Ogbeche (92'), Pauleta (95') / Nivet (21'), Esteves (24' s.p.)
Avertissements : Pierre-Fanfan (9'), Letizi (23') / Tourenne (6')

Les équipes :

PSG : Letizi, Mendy, El-Karkouri (Ogbeche, 46'), Pierre-Fanfan, Heinze, Leal (Rocchi, 111'), M'Bami, Fiorèse, Boskovic (Benachour, 70'), Sorin, Pauleta (cap)

Troyes : Cassard, Liron, Adam, Sanz, Vairelles, Amzine, Tourenne (cap), Linares, Nivet (Berkak, 78'), Garny (Dallet, 66'), Esteves (Akrour, 59')



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens FRANCE - Ligue 2 / CdF / CdL


Sondage Maxifoot
Croyez-vous que l'OM va tenir la cadence et finir sur le podium à l'issue de la saison ?

OUI
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment

Les VIDEOS populaires du moment



 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB