Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Baromètre : le petit prince de Monaco, le chant du cygne de Cissé...
Par Pierre-Damien Lacourte - Le Barometre De La Semaine, Mise en ligne: le 17/12/2007 à 19h17
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Au sommaire du baromètre Maxifoot de la semaine, le petit prince de Monaco, c'est Caen le bonheur et le maître du suspense sont les valeurs en hausse. Pour les valeurs en baisse, le chant du cygne de Cissé, avis de tempête sur la Bretagne et si Lens radio. Découvrez les faits marquants de l'actualité.

Baromètre : le petit prince de Monaco, le chant du cygne de Cissé...

Les valeurs en hausse

Le petit prince de Monaco

Quand il est au top de sa forme, son surnom lui va à merveille. Jérémy Ménez, alias le petit prince, est l'atout numéro un de l'AS Monaco en attaque. A tout moment, l'ancien Sochalien est capable à lui seul de renverser le cours d'une rencontre. A condition qu'il soit concentré et bien disposé. Car il lui arrive encore de disputer une rencontre avec les pieds en dehors de ses chaussures. Face à Lens ce samedi, Ménez était dans un grand soir. Auteur d'un doublé, l'attaquant monégasque, grâce à sa vitesse, sa technique, son inspiration et ses dribbles, a mis le feu dans la défense Sang et Or à maintes reprises. Certains le comparent au Portugais Cristiano Ronaldo. Toutes proportions gardées, c'est vrai qu'il en a quand même quelque chose. D'ailleurs, dans un avenir proche ou lointain, Ménez pourrait rejoindre son modèle à Manchester United. Par le passé, l'attaquant asémiste avait refusé de rejoindre l'écurie de Sir Alex Ferguson. Mais aujourd'hui, la donne a changé. L'international espoir estime avoir les épaules assez larges pour rejoindre un poids lourd européen. Toutefois, Ménez pourrait passer par la case Inter Milan avant. Plutôt pas mal comme étape…

C'est Caen le bonheur

Souvenez-vous de la chanson de Cali, qui fut un tube de l'été, «c'est quand le bonheur ?» . C'est quand ? C'est Caen ! Après un début de saison délicat qui les a longtemps vu flirter avec la zone de relégation, quand ils n'y étaient pas englués, les Normands lorgnent aujourd'hui avec un oeil plein de gourmandise sur les places européennes. Après la 18e journée de Ligue 1, le Stade Malherbe de Caen pointe à une étonnante 6e place. Les hommes de Franck Dumas n'en finissent plus de remonter à grandes enjambées vers la tête du classement. Caen est actuellement, en terme de nombre de points pris par match, la meilleure formation de notre championnat. Les Normands restent en effet sur quatre victoires et un nul. Après avoir atomisé Bordeaux 5-0, les Caennais sont allés prendre un point à Lens (1-1), puis ont eu le scalp du PSG (1-0), de Lyon (1-0) et de Rennes ce week-end (2-1). S'il ne faut pas rêver et ne pas imaginer le Stade Malherbe sur le toit de la Ligue 1 en mai prochain, avec un tel rythme de croisière, la Ligue des Champions en fin de saison ne pourrait pas être qu'une utopie pour les Normands…

Le maître du suspense

On le savait très bon comme joueur, on l'a découvert performant comme entraîneur, on est en train de le connaître génial comme scénariste. Laurent Blanc nous montre au fil des journées de championnat qu'il aurait pu être le digne héritier du célèbre cinéaste Alfred Hitchcock. Lors des cinq dernières journées, les Bordelais nous ont offert à chaque fois un scénario différent. Victorieux de Rennes 3 à 0, les Girondins sont allés ensuite prendre une valise à Caen (5-0), ont battu Toulouse (4-3) après un match complètement fou, ont accroché le nul à Nice (1-1) avant de concéder le partage des points sur leur terrain (2-2) contre Marseille, après avoir été menés 2 à 0 après 26 petites minutes de jeu. Avec les Marine et Blanc, on est sûr d'assister à un joli spectacle à chaque fois. Après les années de rigueur sous la houlette de Ricardo, les spectateurs du stade Jacques Chaban-Delmas mangent aujourd'hui leur pain blanc. Et si nous, amoureux du football et du beau jeu, sommes heureux, le premier à l'être est Laurent Blanc. Alors que bon nombre d'entraîneurs regretteraient le manque de rigueur de leur équipe, le champion du monde 98 est lui satisfait de ses troupes. Après la rencontre face à l'OM dimanche, le Président a lancé un vivifiant : «J'ai passé une bonne soirée, pas vous ?» Bravo !

A part ça ? Avant même la dernière journée des matchs allers, l'OL s'est assuré du titre honorifique de champion d'automne. Après avoir terrassé les Rangers à Glasgow, les Gones ont réussi un bon match nul face à Nice ce week-end. Assurément une vraie bonne semaine pour l'Olympique Lyonnais.

Les valeurs en baisse

Le chant du cygne de Cissé

Face à Bordeaux dimanche soir, mine de rien, Djibril Cissé a peut-être joué son dernier match sous les couleurs de l'Olympique de Marseille. Eric Gerets lui a probablement accordé une dernière chance en le titularisant aux côtés de Mamadou Niang à la pointe de l'attaque. Mais l'international tricolore a, encore, serait-on tenté de dire, déçu. Pourtant, les choses avaient plutôt bien débuté. Dès la 2e minute, l'ancien Auxerrois faisait preuve d'inspiration en réalisant une talonnade parfaite pour offrir le premier but à son coéquipier sénégalais. Mais par la suite, Cissé nous a offert un véritable festival d'erreurs techniques et de mauvais choix. L'attaquant marseillais a raté un nombre incroyable de passes, de contrôles, de frappes… Pire, alors que Zubar lui demandait de marquer Jussiê sur le corner qui a engendré le second but bordelais, Cissé a refusé… Une attitude qui a eu le don de mettre hors de lui son partenaire. A l'évidence, le n° 9 de l'OM agace. Avec sa performance au stade Jacques Chaban-Delmas, il a sans foute fini d'agacer aussi définitivement son entraîneur, qui devrait le remettre sur le banc face au Mans samedi prochain, le dernier match avant la trêve pour les Phocéens. Après quoi, Cissé a toutes les chances de dire adieu au Vélodrome et de faire ses valises pour l'Angleterre…

Avis de tempête sur la Bretagne

Et de six ! Le Stade Rennais n'a pas pris le moindre point en championnat lors de ses six dernières rencontres. Une série noire qui ne devrait pas manquer de provoquer un sacré remue-ménage au sein de la maison Rouge et Noir. Le premier à en faire les frais est Pierre Dréossi. Le technicien breton a été remplacé au poste d'entraîneur par Guy Lacombe ce lundi. L'homme à la moustache était à la recherche d'un banc depuis son départ du PSG, en cours de saison l'an passé. Toutefois, Dréossi conserve ses fonctions de manager général du Stade Rennais, le costume dans lequel il se sent le plus à l'aise. Néanmoins, d'autres changements pourraient intervenir au sein du club breton. L'actionnaire François Pinault et le président Frédéric de Saint-Sernin devraient bientôt annoncer la couleur. Pour ce qui est des joueurs, il devrait aussi y avoir du mouvement durant le mercato. Erik Edman, Mickaël Pagis, Emerson et Daniel Moreira veulent faire leurs valises. Les prochaines semaines risquent d'être très agitées en Bretagne…

Si Lens radio

Le Racing Club de Lens a décrété le silence radio jusqu'à nouvel ordre. La semaine dernière, Yohan Demont a pointé du doigt le comportement de certains de ses coéquipiers, sans toutefois citer de noms. Mais un journaliste d'une radio locale a cru bon de les rajouter. Une attitude qui a provoqué le courroux des dirigeants lensois. Résultat : les joueurs ne s'exprimeront plus devant la presse, sauf deux d'entre eux les soirs de match comme l'exige le règlement, jusqu'à décision contraire. Ce mutisme ne fait que révéler le malaise qui règne au sein de la maison Sang et Or. En conférence de presse, Jean-Pierre Papin n'a pas hésité à accuser les journalistes d'être trop durs avec sa formation. Mais, à la vue des performances du RC Lens, peut-on mentir aux gens en leur racontant que le club nordiste joue bien ? Même un novice s'apercevrait de la pauvreté du jeu lensois… Un silence radio qui ne risque pas d'améliorer les rapports entre le Racing et la presse, de moins en moins la bienvenue au sein du club artésien.

A part ça ? Le PSG avait relevé la tête la semaine dernière à Auxerre. Mais ce week-end, les Parisiens ont à nouveau bu la tasse. Leur fébrilité défensive leur a fait toucher le fond et replonger dans la zone de relégation. Si la traditionnelle crise automnale du PSG se prolonge en crise hivernale, la saison risque bien d'être très difficile…

A la semaine prochaine pour le nouveau baromètre !



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens FRANCE - Ligue 1

Top 5 des VIDEOS de l'année

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment



 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB