Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Baromètre : Rothen l’homme à (a)battre, Lyon goûte au trou normand…
Par Pierre-Damien Lacourte - Le Barometre De La Semaine, Mise en ligne: le 10/12/2007 à 22h46
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Au sommaire du baromètre Maxifoot de la semaine, Rothen, l'homme à (a)battre, les 24 heures du Mans et la vie en rose d'Elmander sont les valeurs en hausse. Pour les valeurs en baisse, Lyon goûte au trou normand, les princes de la désillusion et LOSC, les disparus. Découvrez les faits marquants de l'actualité.

Baromètre : Rothen l’homme à (a)battre, Lyon goûte au trou normand…

Les valeurs en hausse

Rothen, l'homme à (a)battre

Assurément, Jérôme Rothen aura été le roi de l'actualité cette semaine. Dans la nuit de jeudi à vendredi, le milieu de terrain parisien a reçu des menaces à son domicile. Pour certains (pseudo) supporters, l'international tricolore est l'homme à abattre. Difficilement compréhensible pourtant, tant l'international tricolore est de loin le meilleur Parisien sur le terrain depuis le début de la saison. A cause de ses velléités de départ ? Rothen a juste voulu faire savoir qu'il adorait son club et qu'il en avait assez de le voir dans cette situation. D'un tempérament d'acier, l'ancien Monégasque a su relever la tête pour jouer à Auxerre, dimanche. Pour les Bourguignons, Rothen était l'homme à battre. Mais les Auxerrois ont échoué dans leur mission, laissant au joueur au pied gauche magique le soin de délivrer une passe décisive pour Luyindula. Malgré une semaine agitée, le Parisien a su faire front pour ne pas être (a)battu.

Les 24 heures du Mans

A son rythme, Le Mans poursuit son petit bonhomme de chemin sur le circuit chaotique de la Ligue 1. Sans faire d'exploit retentissant, le club sarthois, grâce à une belle régularité, parvient à se maintenir au fil des tours dans le peloton de tête du championnat. Le pilote Rudi Garcia mène ses chevaux vers les sommets, en témoigne cette belle (et qui aurait pu être beaucoup plus large) victoire acquise aux dépens de Lensois très peu concentrés sur leur sujet. A tel point que le MUC 72 s'installe régulièrement sur le podium de la L1 ces dernières semaines. Mais pour 24 heures seulement… En effet, les Bordelais reviennent à chaque fois pour reprendre leur bien. A la mi-course, la belle cylindrée mancelle tient le rythme et se rapproche toujours un peu plus du podium. Les Sarthois attendent désormais avec impatience le drapeau à damiers.

La vie en rose d'Elmander

Si Toulouse a souvent eu les idées noires ces dernières semaines, lui continue de voir la vie en rose. Johan Elmander est un peu l'arbre qui cache la forêt en ce moment. Mais le géant suédois est surtout l'arbre qui permet à la forêt de tenir debout. Resté au TFC cet été pour jouer la Ligue des Champions, Elmander a sans doute été très déçu de voir sa formation quitter la route dès le premier virage délicat à négocier. Mais depuis, l'attaquant toulousain a avalé sa déception pour repartir le couteau entre les dents. Depuis son retour de blessure, le Suédois n'en finit plus d'enquiller les buts : trois à Bordeaux le week-end dernier, un contre Nancy en milieu de semaine et encore un face à Lille samedi soir. Le voilà maintenant à huit réalisations en championnat. Karim Benzema voit désormais une tornade violette se pointer dans son rétroviseur…

A part ça ? Pascal Feindouno est un guide pour son équipe. Quand le Guinéen va, Saint-Etienne va. Face à Metz, le magicien stéphanois a sorti une grosse prestation, récompensée par un but splendide, qui a permis aux Verts de se relancer dans la course pour les places européennes.

Les valeurs en baisse

Lyon goûte au trou normand

Les Lyonnais le savent désormais : quand on a la tête ailleurs, il est très difficile de se concentrer sur son sujet. A Caen ce week-end, les Gones ont oublié qu'ils avaient un match à jouer. Alain Perrin avait pourtant senti le coup venir. En laissant Benzema, Juninho et Govou sur le banc, l'entraîneur lyonnais avait pris le pari de faire confiance à d'autres éléments de son effectif moins exposés, mais peut-être davantage concernés par cette rencontre. Bien mal lui en a pris. Au stade Michel-d'Ornano, les Gones ont goûté au trou normand. Incapables de jouer en équipe, chacun cherchant à briller individuellement, les Lyonnais ont avalé de travers leur dessert. Après la rencontre, le jeune Benzema n'a pas hésité à tirer la sonnette d'alarme, estimant notamment que ses coéquipiers présents sur la pelouse étaient retombés dans leurs travers du début de saison. Pour les Lyonnais, il s'agit maintenant d'oublier Caen et de ne se concentrer que sur Glasgow. Mais après le trou normand, gare au trou d'air dans la brume écossaise…

Les princes de la désillusion

Les princes de Monaco ne cessent d'enfiler le costume de princes de la désillusion depuis le début de la saison. Les joueurs de la Principauté ont toutes les peines du monde à se sortir du ventre mou du classement. Comme englués dans la vase, les Monégasques ne parviennent pas à accrocher l'une des places européennes qui sont pourtant à leur portée. Si la qualité des hommes de Ricardo est indéniable, leur état d'esprit prête lui en revanche beaucoup à discussion. A Marseille ce week-end, les Asémistes avaient l'occasion de démontrer qu'ils avaient la carrure pour battre l'un des gros, certes en difficulté mais qui reste un grand club de notre championnat. Mais au Vélodrome, l'AS Monaco a surtout montré qu'elle était une équipe sans caractère, sans volonté, sans envie, sans vie tout simplement. Avec une telle prestation, on se dit que les Monégasques sont à leur place dans ce championnat. Pourtant, avec des joueurs de la qualité de Roma, Bernardi, Meriem, Nenê, Ménez, Piquionne ou encore Koller, l'ASM possède le potentiel pour jouer les premiers rôles en Ligue 1.

LOSC, les disparus

Il y a moins d'un an, le LOSC affrontait Manchester United en 8e de finale de la Ligue des Champions, après avoir battu le grand Milan AC, futur vainqueur de l'épreuve, à San Siro. Aujourd'hui, les Lillois sont relégables en Ligue 1. Claude Puel ne semble plus parvenir à insuffler toute sa hargne et sa rage de vaincre à son groupe. Les Dogues proposent toujours un jeu alléchant mais ne gagnent plus. En perdant ses deux meilleurs éléments à l'intersaison, Kader Keita et Mathieu Bodmer, le LOSC a sans doute perdu beaucoup plus qu'il ne le pensait. Incapables de gagner, les Lillois n'avancent pas et n'en finissent plus de poursuivre leur longue descente aux enfers. Espérons pour les Nordistes qu'elle ne s'achèvera pas par une relégation en Ligue 2 en fin de saison…

A part ça ? Avec une série de cinq matchs consécutifs sans défaite, le RC Lens pensait bien être sorti de la crise qui le ronge depuis le début de la saison. Mais retombés dans leurs travers face au Mans, les Sang et Or se sont aperçus qu'il leur faudra lutter pour éviter la zone de relégation un long moment encore…

A la semaine prochaine pour le nouveau baromètre !



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens FRANCE - Ligue 1

Top 5 des VIDEOS de l'année

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment



 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB